Test - #IDARB

«Un bordel étudié» , - 3 réaction(s)

Quand on tombe pour la première fois sur des images ou vidéos de #IDARB, on peut se dire de prime abord que c’est un jeu qui pourrait tout simplement sortir pour téléphones et/ou tablettes. Mais ce jeu indépendant qui sera disponible gratuitement en février sur le Xbox Live dans le cadre de l’opération Games With Gold propose un gameplay un peu plus subtil qu’on ne l’imagine.

Un joyeux bordel

Chacun peut se créer un personnage unique
Chacun peut se créer un personnage unique

Le principe du jeu est très simple et basique : deux équipes s’affrontent sur une arène dans laquelle une balle tombe en plein milieu. Chaque équipe doit alors ramasser la balle et aller la jeter dans le but adverse, et ce le plus de fois possible avant la fin de chaque round. Il s’agit d’un mix entre le foot et le basket avec une balle qui rebondit sur les différents éléments du décor et des joueurs qui doivent l’attraper le plus vite possible sans se la faire prendre, le tout dans des graphismes rétro-pixelisés à souhait.

Chaque équipe se compose de un à quatre joueurs et il faut bien dire qu’à 4 contre 4, ça devient très vite un foutoir sans nom. Les joueurs se tapent dessus pour piquer la balle à leurs adversaires pendant que la balle rebondit un peu partout. Dans cette configuration, il est souvent difficile de comprendre ce qu’il se passe à l’écran. Et même si les développeurs nous proposent différentes façons de démarquer son propre joueur des autres, on reste souvent perdu dans un bordel visuel. Qui plus est, certaines parties ajoutent des effets et “pouvoirs” aux joueurs tels que des tirs de mitraillette ou l’inversion des contrôles gauche/droite pendant quelques secondes.

Le but : mettre la balle dans les buts situés à gauche et à droite
Le but : mettre la balle dans les buts situés à gauche et à droite

Il faut également savoir que le jeu ne propose qu’une seule arène/carte. C’est peu, mais il arrive que l’écran se penche, ou bien que le jeu zoome et dé-zoome pendant quelques secondes via les Hashbombs (voir plus bas), ce qui déconcentre davantage les joueurs qui essaient déjà de se retrouver dans l’action à l’écran et tenter de marquer ne serait-ce qu’un seul but. Mais la classe est récompensée puisqu’un ralenti s’enclenche dès qu’un but marqué sera un peu spectaculaire. Le plus souvent, il s’agit d’un but marqué de loin (qui rapporte plus de points) ou d’une super passe qui s’est terminée en alley-oop.

Hashbombs à foison et ultra-personnalisation

Impossible de louper un but marqué
Impossible de louper un but marqué

En plus des petits à-côtés, les développeurs permettent aux joueurs de pimenter leurs parties via l’activation de hashtags, appelés Hashbombs dans le jeu. Mine de rien, c’est une excellent idée ! Pour faire simple : chaque partie affiche un code à l’écran sur 4 caractères et n’importe qui peut envoyer un tweet en direct au compte Ttwitter @idarbwire avec un hashtag spécial pour transformer la partie en cours. Envoyez #minecraft et la carte se transforme en cubes, #light pour plonger les joueurs dans le noir, #cake pour ouvrir des portails sur la carte ou encore #snow pour faire tomber de la neige. Il existe des dizaines de hashbombs comme ça qui modifient plus ou moins le cours du jeu pendant quelques secondes. Ceux qui streament leur partie sur Twitch peuvent choisir de laisser les hashbombs activées pour que les spectateurs puissent envoyer leurs tags, ou au contraire désactiver l’option pour ne pas se faire polluer leurs parties.

Par défaut, le jeu propose une liste déjà bien fournie d’équipes plus ou moins loufoques (l’équipe breakfast se compose de joueurs en forme d’oeuf, de tranche de bacon ou de tasse de café) mais il est également possible de former sa propre équipe avec ses propres joueurs. Il faudra alors passer par l’éditeur de personnage pour s’en créer un pixel par pixel ! Et si ça ne suffit pas, il est aussi possible de créer son propre logo d’équipe qui s’affiche sur la carte ainsi que sa propre musique de victoire. Chaque équipe au monde peut ainsi être vraiment unique.

Bilan

On a aimé :
  • Un gameplay simple
  • Le système de hashbombs
  • La personnalisation
  • Idéal pour du multi rapide en local et online
On n’a pas aimé :
  • Difficile de comprendre ce qu’il se passe à l’écran
  • Une seule arène avant un DLC
  • Intérêt sur le long terme discutable
Un bordel étudié

#IDARB est absolument fun, c’est un titre fait pour le multijoueur qui dispose d’assez d’éléments personnalisables pour porter bien haut les couleurs de son équipe à travers le monde. Le gameplay est simple à comprendre et le système de hashbombs permet de pimenter suffisamment le jeu pour enchaîner facilement les parties. Le revers de la médaille, c’est qu’il est souvent difficile de comprendre ce qu’il se passe à l’écran avec les différents effets affichés et les 8 personnages qui sautent un peu partout en essayant de tabasser leurs adversaires pour attraper la balle. Il ne faut pas s’attendre à y passer des heures mais c’est un bon petit jeu pour du multi local ou en ligne qui conviendra parfaitement à l’offre Games With Gold du mois de février.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1588.jpg?1422013591

Accueil > Tests > Tests Xbox One

#IDARB

#IDARB
PEGI 0

Genre : Action/Beat them up

Editeur : Other Ocean

Développeur : Other Ocean

Date de sortie : Février 2015

Prévu sur :

Xbox One

3 reactions

tryclo999

24 jan 2015 @ 21:52

Ca leur coute vraiment pas cher le Games with gold avec ce genre de petit jeux indés (qui sont souvent gratuits sur PC)... Pas très cool, mais bon, a voir quand même, vite fait.

annihilplus

28 jan 2015 @ 23:01

Lol je sais même pas si je vais le télécharger

tryclo999

31 jan 2015 @ 09:59

En fait il est super ! le gameplay est éxcéllent en 1contre1, avec pleins de joueurs c’est un peu trop le bordel par contre, mais la création de team est génial, on peu se faire sa musique, ses perso, son logo, etc... et c’est super facile ! C’est vraiment un bon jeu au final, je m’éclate en local dessus ^ ^ !