Test - Watch Dogs : Bad Blood

«Retour discret à Chicago» , - 6 réaction(s)

Disponible en avant première pour ceux qui avaient signé - un peu à l’aveugle - pour le season pass de Watch Dogs, le DLC Bad Blood sera disponible pour tout le monde dans les prochaines heures. Après avoir écumé Chicago en long, large et travers, avec Aiden Pearce (lire notre test de Watch Dogs), cela vaut-il la peine de reprendre un ticket pour le Sweet Home Chicago ? La réponse, tout de suite !

T-Bone assure-t-il le steak ?

Eugene

Adieu matraque, bonjour taser ! Bad Blood nous met en effet dans la peau de Raymond Kenney, un expert en hacking obligé de vivre dans la clandestinité depuis des années, jusqu’à sa rencontre avec Aiden Pearce. Comme on le voit dans Watch Dogs, T-Bone est aussi doué que Pearce pour le hacking (sinon plus !), mais il s’amuse aussi à jouer au mécano à ses heures perdues et à équiper des objets anodins en systèmes défensifs élaborés. Dans Bad Blood, cet aspect du personnage est bien évidemment mis en avant par l’adjonction de deux nouveautés technologiques : une voiture RC contrôlée par Smartphone, et des caméras désormais équipées d’armement lourd. Concernant la première, le principe est simple et efficace : alors que T-Bone se met à l’abri, il peut envoyer « Eugene », son petit buggy radiocommandé, pour des missions de reconnaissance, voire d’attaque à grand renfort de chocs électriques. Le joueur prend alors le contrôle du véhicule et peut se promener à son aise sous les tables et dans les conduits d’aération pour mieux surprendre son ennemi. Ce nouveau gadget est une réussite, mais on regrette de ne pouvoir l’utiliser que dans les zones spécialement prévues à cet effet, et de ne pas non plus y avoir accès pour le jeu en ligne. Les caméras armées, elles, sont la caution bourrine du titre : équipées de mitrailleuses ou de grenades, elles permettent de résister à n’importe quel assaut sans trop se prendre la tête, dans des phases de pur shoot. Mouais...

Sam Fisher, es-tu là ?

La meilleure mission du jeu

Autant le dire d’emblée : la campagne n’est pas d’une originalité violente : une dizaine de missions pour une dizaine d’heures en prenant son temps et en jouant à un bon niveau de difficulté. Le scénario est franchement réchauffé, avec un feu d’artifice final qui a un arrière-goût de too much, mais surtout de réchauffé. À noter tout de même : une mission très réussie dans un nouveau lieu (une maison au nord de la ville) qui donne envie de “faire les choses proprement”. Pour le reste, on ne pourra que se féliciter de certaines orientations prises par les développeurs pour ce DLC, nettement plus axé infiltration que l’aventure initiale. S’il est évidemment toujours possible de franchir les niveaux AK-47 à la main, le jeu insiste davantage sur les opportunités de faire profil bas et donc de garder l’artillerie lourde au placard. Tant mieux, en ce qui nous concerne. On saluera également l’apparition d’un PNJ un peu plus travaillé que la moyenne, parfois véritablement touchant dans son désarroi.

La tendance à l’infiltration se confirme donc bel et bien
Un PNJ touchant

Mais la vraie belle surprise de ce Bad Blood réside dans les « contrats de chauffeurs » (missions en voiture du type escorte ou pilotage) et surtout les« nettoyages de rues », l’équivalent des « planques de gangs » autrefois dédiées à Aiden Pearce. La règle reste la même : accomplir un objectif dans une zone délimitée (pirater un ordi, identifier une cible...), mais avec une subtilité qui change la donne : l’interdiction pure et simple de tuer qui que ce soit. La tendance à l’infiltration se confirme donc bel et bien. Mieux encore : le jeu offre un bonus si le joueur parvient à ne pas se faire détecter du tout. Montez la difficulté du jeu en « réaliste » et vous serez alors soumis à un véritable challenge (avec minutage des allées et venues des gardes obligatoire), bien éprouvant pour les nerfs. Précisément ce dont Watch Dogs avait besoin, sans compter que ces missions sont très nombreuses. Comme dans le jeu principal, ce DLC propose en outre quelques missions annexes (enquêtes) plutôt agréables pour un contenu global plus fourni qu’il n’y paraît au premier abord.

Stop, deux cibles devant toi. Passe par la droite dans 15 secondes.

Jouer la carte de l’infiltration, c’est bien. Le faire à deux, c’est mieux. Le nouveau mode de jeu qui permet à Bad Blood de gagner un peu en originalité, c’est le plaisir d’effectuer certaines missions de rue en coopération, en ligne uniquement. Les missions sont peu ou prou les mêmes qu’en solo, mais la contrainte de ne pouvoir commettre le moindre meurtre exige une communication optimale avec votre équipier. Rien d’aussi fouillé qu’un Splinter Cell en coop, évidemment, mais un mode un peu plus subtil que le bourrinage de base. Les stratégies deviennent alors nombreuses : l’un peut prendre le contrôle des caméras alors que l’autre progresse vers la cible, ou chacun peut tenter de chercher l’objectif de son côté, tout en signalant à l’autre joueur en temps réel le résultat de ses investigations. Et lorsque le but final de la mission se révèle être d’assassiner la cible nouvellement identifiée, le dialogue avec votre équipier peut rapidement devenir très cinématographique : un joueur se chargeant alors de trouver le meilleur angle de tir, tandis que l’autre tentera de repérer le meilleur itinéraire de fuite possible. Si on ne peut que regretter un vrai manque d’ambition et de variété dans ces missions, le résultat n’en demeure pas moins plaisant.

Bilan

On a aimé
  • Une orientation infiltration bienvenue
  • Des missions annexes intéressantes et parfois corsées
  • Le coop
  • “Eugene”
On n’ a pas aimé :
  • Un scénario court et très convenu
  • Un héros trop semblable au précédent
  • On reste à Chicago
  • Missions répétitives
Agréable… mais pas indispensable

Faut-il craquer pour ce DLC Bad Blood pour Watch Dogs ? Si vous jouez uniquement pour le scénario, que vous boudez les quêtes annexes et que vous voulez une aventure aussi longue qu’originale, sans doute pas. Le scénario de Bad Blood est court, convenu et un peu décevant sur le final. Niveau gameplay, Raymond Kenney n’est hélas ni plus ni moins qu’un clone d’Aiden Pearce (à quand un héros qui ne serait pas un expert des armes à feu et de la conduite sportive ?) et le terrain de jeu demeure identique à celui du jeu original. Cela étant dit, il faut aussi reconnaître que quelques belles idées, bien qu’embryonnaires, tirent ce DLC vers le haut. Nettement plus axées infiltration que la quête principale, les missions de rue sont intéressantes à jouer et l’arrivée d’Eugene permet d’envisager des stratégies nouvelles. Bad Blood ne séduit donc pas pour sa quête principale plutôt anecdotique, mais il fait le job pour tout le reste : des missions annexes plutôt agréables et un coop qui peut être vraiment fun si on trouve quelqu’un qui joue le jeu.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Watch Dogs

PEGI 18

Genre : GTA-Like

Éditeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Montreal

Date de sortie : 27/05/2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows, Wii U

Venez discuter sur le Forum Watch Dogs

6 reactions

Buckshotnofunk

29 sep 2014 @ 20:56

« T-Bone assure t-il le steak ? » => rien que pour ceci je suis content d’avoir lu ce test ;-) Il y a aussi la version « T-Bone envoie-t-il du steak ? »

Ceci étant, j’attendais mieux de ce DLC, suis un brin déçu du coup, je pensais que le personnage de T-Bone pouvait avoir un peu plus de charisme que le héros de la trame principale..

Longshot Spirit

29 sep 2014 @ 22:06

Il n’en a pas moins, note bien :) Mais ce que je lui reproche surtout, c’est qu’il sache faire exactement les mêmes choses qu’Aiden. A quoi ça sert d’en faire un autre si c’est pour faire les mêmes actions ? Ca m’agace autant que dans GTAV, où l’on a 3 personnages qui sont à 99% identiques en terme de Gameplay.

J’avoue, je rêve d’un jeu avec un choix de personnages complémentaires, où le tireur d’élite ne saurait pas conduire et devrait prendre les transports en commun pour aller faire son shoot, et où le pilote serait incapable de faire du hack... Tu serais forcé de prendre le bon personnage pour la bonne action, tu vois ? Si quelqu’un m’écoute chez Ubi, notez bien cela : ce n’est pas contraignant pour un joueur de planifier un peu les choses. Il ne va pas fuir le jeu parce qu’il se rend compte que son Musclor n’est pas un dieu de l’infiltration. Au pire, il refera la mission avec un autre.

kalud

30 sep 2014 @ 09:21

En tout cs merci du test et des info complémentaire Longshot. C’est vrai que ce que tu dis ce serait vraiment le top et c’est pour moi le seul gros défaut de GTA 5 ou je pensais que les persos serait vraiment différents mais c’est loin d’être le cas... Je suis un peu refroidi mais si quelqu un sur le site le prend et est prêt pour la coop faites signe.

avatar

bastoune

30 sep 2014 @ 09:36

D’accord avec vous... il est loin le temps de The Lost Vikings ;)

J’ai bien aimé Watch Dog (bah oui, il y en a ;) ), à voir le prix du DLC (en ce moment le portefeuille prend sa claque...) mais si l’infiltration est au rdv alors pourquoi pas !

En parlant d’infiltration : on a des nouvelles de Styx : Master of Shadow qui devrait sortir d’ici peu ? il avait l’air bien tendu de ce coté là !

Buckshotnofunk

30 sep 2014 @ 22:21

@LongshotSpirit je comprends ce que tu veux dire, mais c’est le nouveau jeu vidéo ça, une absence de réalisme.. Surtout il ne faudrait pas frustrer le joueur. Je crois que la dernière fois que j’ai ressenti une vraie différence entre les personnages, c’était dans Brute Force. Ok, j’exagère un peu, mais pas trop ;-)

Sur un autre plan, j’ai rejoué à Half Life 2 ce week end et c’est assez marrant de se rendre compte à quel point il y avait peu d’indications, un HUD assez vide, pas de map ou de point qui clignote pour nous dire dans quelle direction aller ou où se trouve l’objectif...

Bref, stop à la divagation. Je garde ce DLC pour un période creuse ou lors d’une promo sur le live.

tryclo999

10 nov 2014 @ 19:17

Si les personnages de GTA 5 étaient trop différents, on aurait finit par n’en choisir qu’un seul, le plus performant. Tandis qu’avec des gameplays égaux, on s’interresse plus au histoire des perso, ce qui est très bien. GTA5 est un jeu quasiment parfait, très loin devant Watch Dog, que j’ai trouvé très mou, avec son dictatitiel qui s’incruste pendant tout le long du jeu et son HUD non réglable qui prend toute la place a l’écran. J’ai pas réussis a le finir, tellement je m’ennuyais en y jouant... Peu mieux faire !