Test - Dishonored : La lame de Dunwall

«Daud ton fric !» , - 5 réaction(s)

Avec une existence de 6 mois seulement, Dishonored s’est forgé une solide réputation auprès des joueurs. A la fois varié dans ses approches, et riche dans son univers, il aurait été impensable que Bethesda n’en profite pas pour nous abreuver d’un DLC nous permettant de retrouver cet univers et son charme tout particulier, mais d’un point de vue différent.
C’est ainsi que La Lame de Dunwall vit le jour dans l’ombre...

Une pierre à aiguiser...

Là où tout à commencé...

La Lame de Dunwall vous met dans la peau de Daud, l’homme qui a assassiné l’impératrice et fait accuser Corvo pour ce crime. Malheureusement, son crime n’était pas un assassinat comme les autres, et son geste le trouble. Les conséquences de son acte l’abreuvent de doutes, et c’est en parallèle de l’aventure principale que Daud se retrouve dans une aventure à la recherche du but de son existence, de son geste, et probablement l’expiation de ses crimes.
Daud étant différent de Corvo, une partie de ses capacités diffèrera également. Ainsi au lieu de contrôler les rats ou de devenir un rongeur lui-même, Daud peut faire appel à des disciples assassins pour s’occuper de ses cibles, ou pour servir de leurre. Le reste des pouvoirs est commun et ils nécessiteront des runes pour être appris, puis upgradés en récoltant des runes.
Le concept du jeu en change pas, puisque vous pouvez parcourir les trois missions de ce DLC de la manière dont vous le souhaitez, et vous aurez des choix à faire. Qu’ils soient des missions annexes, ou des variations de votre mission principale, ces choix auront une incidence de comment les personnages vont interagir avec vous, mais aussi de ce qui vous sera présenté dans la fin du jeu.
En plus de tout cela, vous pourrez à l’instar de l’histoire de Corvo, semer le chaos pour permettre à la peste de s’étendre.

Une lame à affuter...

Un abattoir bien glauque

Pour les chasseurs de succès, cela représente une certaine replay value non négligeable, augmentant la durée de vie de ce DLC, puisqu’il faudra compter grosso modo entre 30 minutes et 1 heure par mission (voire un peu plus, ou un peu moins selon votre manière de jouer) pour lesquels il faudra multiplier par autant de manières d’aborder le jeu pour les plus acharnés.
Techniquement, le titre bénéficie de la qualité et du soin, audio comme vidéo, apporté au jeu d’origine, donc pas de soucis de ce côté là. Surtout que les environnements, à l’exception de celui de la dernière mission, sont totalement inédits, permettant de se dépayser un petit peu et justifiant ses 1,4 Go à récupérer avant de pouvoir être lancé. Vous irez ainsi dans un abattoir de baleines, arpenterez les quartiers aisés (différents de l’aventure principale), pour finir dans votre repaire. Tout cela pour découvrir la vérité sur un étrange nom dévoilé par l’Outsider.
L’histoire ne fait pas dans l’originalité par contre, et reste plutôt en retrait si on compare avec l’aventure de Corvo.
La petite originalité apportée avec Daud, c’est que comme il est un assassin il n’a pas accès à des marchands. Il devra ainsi faire appel à ses contacts en début de mission pour acheter consommables et autres améliorations, et si vous le souhaitez, payer pour quelques faveurs, permettant de faciliter votre progression ou offrir quelques nouvelles possibilités d’objectifs.

Bilan

On a aimé :
  • De nouveaux environnements
  • On n’incarne pas un clone de Corvo
On n’a pas aimé :
  • 3 missions c’est quand même court si on n’est pas intéressé à refaire les missions
  • Histoire en deçà de l’histoire principale
Coupé !

La Lame de Dunwall est un DLC plutôt plaisant sachant augmenter avec intelligence la durée de vie du très bon Dishonored, sans sacrifier sur la qualité reconnue par les fans. On regrette seulement de ne pas avoir droit à plus, car l’aventure de Daun qui s’annonçait palpitante et pleine de dangers, reste assez morne et laisse le joueur sur sa faim. On prend toutefois plaisir à l’incarner le temps de quelques heures, juste avant de devoir sceller son destin face à Corvo dans l’aventure principale...

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Dishonored

PEGI 18

Genre : Action/Infiltration

Éditeur : Bethesda

Développeur : Arkane Studios

Date de sortie : 09/10/2012
Date de sortie XO : 28/08/2015

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Dishonored

5 reactions

Kevyn

20 avr 2013 @ 18:14

C’est Daud.

Stéphan

20 avr 2013 @ 18:25

Il me serait encore mal resté en tête ? Pas impossible j’ai eu du mal jusqu’au bout (le héros principal, c’était Corbeau pour moi, jusqu’à la fin du jeu où je l’au enfin vu écrit^^). Moi et les noms on n’a jamais été copains...

Mais bon, ce n’est qu’un détail insignifiant et ne change en rien la qualité du jeu.

TomS

20 avr 2013 @ 18:32

Au fait les résultats du concours, c’est pour quand ?

dexo

21 avr 2013 @ 12:19

Si seulement le DLC n’était pas aussi court !

On verra pour le prochain :)

avatar

GTB-X

25 avr 2013 @ 21:43

Oui alors court, c’est comme le jeu de base : ça dépend comment on joue. Je joue en « Ombre » (infiltration totale et sans le moindre HUD) et j’en suis à plus de 4h en cours de 2ème mission.

Pas mal de nouveautés -même si on reste bien évidement dans la pure continuité de gameplay du jeu ; logique-, un plaisir de jeu toujours immense, un scénar à la narration légère mais qui fait son petit boulot, des quêtes annexes etc...Bref Arkane est loin d’avoir baclé son DLC et il est déjà clair que je prend le suivant -qui est la suite de Cette Lame de Dunwall-. Du bonheur !