Test - Crazy Taxi

«Mieux que Joe : lui va partout» , - 6 réaction(s)

Sega continue de nous abreuver via le XBLA de ses classiques, et c’est cette fois Crazy Taxi, ayant fait les beaux jours des salles d’arcade et de la Dreamcast, qui débarque en téléchargement. Pour ceux qui connaissent déjà le jeu, rien que la lecture du nom du jeu a dû faire ressurgir des souvenirs émus, mais pour les néophytes, la recette fonctionne-t-elle toujours ?

Taxi driver

Le principe est d’une simplicité désarmante, comme dans tout bon jeu d’arcade. Au volant d’un taxi, vous prenez des clients qui veulent atteindre leur destination en un temps limité. Si on enchaîne bien, on gagne du temps, et les courses se poursuivent jusqu’à ce que le chrono atteigne le zéro fatidique. Ne fuyez pas, ce n’est pas une simulation, et on n’est pas obligé de faire la causette avec les clients. Dans les rues de San Francisco, pas de code de la route, ou plutôt pas de police pour refréner vos excès. Ici on fonce à tout va, on roule sur la pelouse, sur la plage, on saute à la moindre occasion, on défonce tout ce qui se présente, et on ne prête aucune attention aux passants qui éviteront dans des cris de terreur votre véhicule fou. Les notions de conduite sont également à ranger au placard : marche avant, marche arrière, on accélère et (éventuellement) on freine. C’est de réflexes dont on parle, même s’il sera nécessaire de maîtriser le Crazy Dash (coup de boost) et le Crazy Drift (dérapage soudain) en jouant sur l’accélérateur et le levier de vitesse pour réaliser de gros scores.

Deux modes de jeu, similaires mais donnant accès à deux zones de la ville, et quelques défis à relever, et c’est tout. Ici on est dans le fun brut, sans fioriture… Mais du coup sans beaucoup de contenu. C’est la copie conforme du jeu d’origine qui nous est proposée, et le jeu est focalisé sur le plaisir immédiat, tout simple, et qui fonctionne toujours à merveille.

Pas de surprises

Copie conforme, ça veut dire que la réalisation, autrefois somptueuse, a tout de même pris du plomb dans l’aile. Alors oui, il y a du clipping, oui, les textures sont dépassées, mais…Et alors ? L’intérêt du jeu n’est pas là, et la sensation de vitesse étant bien rendue, on oublie vite qu’on se trouve face à un vieux jeu pour simplement s’amuser.

Seul vrai point noir pour les nostalgiques, les nouveaux joueurs ne se rendant pas compte du manque, Offspring n’est plus de la partie pour la bande son. Ceux qui connaissent bien le jeu d’origine seront perturbés de ne pas entendre le fameux « Yeah, Yeah, Yeah, Yeah, Yeaaaaaah » qui accompagnait jusqu’alors la mise en route du taxi. Heureusement, la musique alternative reste dans le même ton, bien pêchue et à écouter fort. Le jeu n’a donc perdu aucune de ses qualités, mais n’offre malheureusement rien de plus. On peut regretter qu’il n’y ait pas quelques modes de jeu supplémentaires, ni d’un jeu en ligne qui aurait pourtant pu être amusant.

Bilan

On a aimé :
  • Immédiatement accessible
  • Du fun en barre
  • Jeu culte
On n’a pas aimé :
  • Il n’y a plus Offspring
  • Pas de jeu en ligne, ni de nouveaux modes de jeu
Joe le Taxi est un rigolo

Crazy Taxi fait parti de ces jeux dont les anciens gamers se souviennent avec émotion, et dont la recette fonctionne toujours avec une efficacité redoutable. Immédiatement fun, le jeu fout la banane à n’importe quel joueur. Attention cependant, qu’il n’y ait pas de malentendu, ce n’est pas un titre profond, ni un titre proposant du contenu à foison sur lequel on passe des heures. On parle ici d’un titre 100% arcade, auquel on joue une vingtaine de minutes seulement, mais qu’on relance avec plaisir pour y revenir. Sans compter le nombre de fois où on le relance à chaque fois qu’un copain de passage saura qu’on a le jeu. Le plus gros regret est l’absence de nouveautés qui auraient été les bienvenues pour rendre le titre indispensable.

Xboxygen 2.98 sur 5, note basée sur 4 évaluations.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Crazy Taxi

Crazy Taxi

Genre : XBL Arcade

Editeur : Sega

Développeur : Sega

Date de sortie : 24/11/2010

6 reactions

BDO LORENZAL

01 déc 2010 @ 17:55

Ouais mais sans Offspring, c’est plus pareil... heureusement j’ai encore ma Dreamcast... yeah !!! yeah yeah yeah yeah !!! ;-) (souvenir souvenir)

math67

01 déc 2010 @ 18:04

vu que je compte m’acheter une dreamcast(que je n’ai jamais eu , mais qu’on m’a mainte fois venté ses merites) , je prefere le prendre dessus

TylerDurden

01 déc 2010 @ 18:28

J’ai testé la version d’essai et j’aime pas du tout la new BO du jeu. ça fait trop bizarre sans Offspring que je kiff grave. C’est vraiment dommage que c’est pas possible de mettre nos propre zik pour le jeu. J’ai tout les album du groupe. Heureusement que j’ai encore les deux jeux sur DC et le 3 sur Bobox

Ezekiel.666

01 déc 2010 @ 20:02

Pas de Offspring = Pas de jeux !!!

P.S : retourne sur ma Dreamcast pour y joué (entre deux Power Stone ^^)

jaireimy

01 déc 2010 @ 20:04

C’est vraiment dommage que c’est pas possible de mettre nos propre zik pour le jeu.

T’as juste à lancer tes musiques via le xbox guide pendant que tu joues, la xbox va couper la musique du jeu et laisser les autres sons. Enfin ça dépend peut-etre des jeux. Moi je fais ça avec une clé usb ça marche très bien.

joffrey

02 déc 2010 @ 14:49

un jeu Sega se joue UNIQUEMENT sur une console Sega B-)