Test - Assassin’s Creed Rogue

«Shay pas mal !» , - 5 réaction(s)

Je suis un prédateur…
Mon nom est Shay Patrick Cormack. Un Assassin intronisé aux Amériques entre Edward Kenway et Connor aka Ragondin. Je ne sais pas qui sont ces personnes, mais si je ne les mentionne pas, je suis viré de cette introduction. Mon territoire ? La Xbox 360 et sa consoeur de chez Sony. Car moi, je n’ai pas le droit à la next gen. Là encore, je ne sais même pas ce que signifie ce que je prononce.
Je suis un prédateur…
Et devant vos yeux, je vais tester “être Templier” pour le pire et le meilleur !

L’Assassin est fourbe

Même si ses motivations sont justes, Shay est devenu un Templier après avoir trahi les Assassins
Même si ses motivations sont justes, Shay est devenu un Templier après avoir trahi les Assassins

Shay Patrick Cormack est une recrue Assassin prometteuse qui, suite à une mission à Lisbonne qui tournera très très mal, deviendra un Templier. Disciple d’Achille, ses aventures nous emmèneront aux Amériques peu avant les évènements d’Assassin’s Creed III, mais après celles de Black Flag. Shay se baladera en Europe l’instant de deux mémoires : Lisbonne et Paris afin de relier avec les évènements Assassin’s Creed Unity. Il va sans dire que, comme ça, le poids sur les épaules de Shay et de cet épisode intermédiaire est énorme : donner du liant entre 3 jeux à succès chronologiquement proches ! L’ensemble de l’histoire est réussi et permettra de retrouver des têtes connues comme Achille, Adewalé, Haytham, mais également de découvrir de nouveaux visages qu’ils soient Assassins ou Templiers. Malheureusement, cette histoire peu orthodoxe pour la série est relativement courte car ne proposant que 6 mémoires, soit la moitié de ce qui est proposé d’habitude (et donc moitié moins de temps pour achever le jeu). Cependant, le jeu se rattrape sur le contenu annexe très fourni pour booster la durée de vie de manière honorable : pêche, forts, gangs, rénovations, objets de collection, et quelques autres : vous aurez de quoi faire ! C’est déjà ça, mais on aurait préféré un scénario plus long et plus fouillé ainsi qu’une aventure plus difficile liée à la vie de ce traître à la cause des Assassins.

On conserve les incontournables escalades.
On conserve les incontournables escalades.

En termes de gameplay et de réalisation, on est très proche de Black Flag sur Xbox 360 : même maniabilité, même design, mêmes campagnes navales, même système de déplacement, etc. La seule chose qui sépare les deux titres vient en fait de la finition et du rendu. Le jeu souffre de freezes assez nombreux et marquants pour être catalogués comme gênants ainsi que quelques bugs de coupures sonores. Le tout, étant donné que le titre, contrairement à Black Flag, ne se trouve que sur un seul disque, donne en plus un effet trop compressé se traduisant par un visuel qui bave un peu et des textures pas forcément plus jolies que Black Flag sorti il y a un peu plus d’un an maintenant. Cet effet est encore plus flagrant lors des passages à Paris et lorsqu’on les compare visuellement avec Unity sorti le même jour sur Xbox One : on a l’impression avec ce Assassin’s Creed Rogue, d’avoir fait un bond énorme en arrière.

Le Templier est fourbe

Des têtes connues feront leur retour. Ici, Adéwalé qui a bien vieilli.
Des têtes connues feront leur retour. Ici, Adéwalé qui a bien vieilli.

Mais c’est surtout valable pour ceux qui ont fait Unity avant. Ici pas de possibilité de s’accroupir ou de se mettre à couvert. Le parkour est aussi tel qu’il était l’année dernière encore avec ses forces et ses faiblesses. On a droit à un véritable retour vers le passé pas désagréable, mais certaines fonctions, dont celles précédemment mentionnées, vont vraiment vous manquer si vous avez déjà posé vos mimines sur Unity avant ce Rogue. Toutefois, le jeu n’est pas juste un simple copier-coller de Black Flag, puisqu’il arrive à se démarquer légèrement de son grand frère à commencer par son protagoniste à la fière allure et au caractère bien trempé dans un genre différent d’Edward. Les phases navales sont plus poussées et proposent des lieux et environnements différents avec l’arrivée des eaux gelées de l’Atlantique Nord avec toutes les subtilités que cela apporte (glace, icebergs, nage, etc). Et pour le reste, c’est un peu bonnet blanc et blanc bonnet. La bande son est toujours de très bonne facture que ce soit du côté des voix (même si la synchro labiale laisse à désirer par moments) ou que ce soit du côté des chants et autres musiques épiques toujours aussi jouissives.

Les environnements sont plus variés que sur Black Flag
Les environnements sont plus variés que sur Black Flag

Malheureusement pour les fans de la licence, Assassin’s Creed Rogue ne propose pas de multijoueurs. Pas d’affrontements comme sur Black Flag et les titres qui l’ont précédé, ni même de coopération comme sur Unity. C’est bien dommage car une des nouveautés apportées dans l’histoire est le système de traque : vous serez régulièrement, dans les villes, la proie d’assassins et devrez les débusquer avec un système radar circulaire et de murmures similaire à celui du multijoueurs des précédents épisodes. Un parfait entraînement pour maîtriser l’outil relativement délicat à dompter. C’est vraiment dommage qu’on ne puisse pas le mettre en application contre d’autres joueurs, ça aurait aidé pas mal de monde à progresser dans ces modes...

Bilan

On a aimé :
  • Pouvoir naviguer à nouveau
  • L’angle de l’histoire
  • Les nouveaux lieux et activités
On n’a pas aimé :
  • Histoire courte
  • Ça bave
  • Les freezes
  • Absence de jeu en multi
Shay la lutte finale !

Assassin’s Creed Rogue pourrait plus être considéré comme un standalone plutôt qu’un vrai Assassin’s Creed à part entière. Cela ne veut pas dire qu’il ne mérite pas qu’on s’y intéresse. Cela veut juste dire qu’il ne franchit pas le cap des changements habituels à chaque épisode car bien trop proche de Black Flag sorti l’année dernière et surtout à cause d’une histoire bien plus chétive et pas mal de manques comme l’absence de multijoueurs. Toutefois, si vous n’avez pas passé encore le cap de la Next Gen, ou si vous êtes un inconditionnel de la série, cet Assassin’s Creed Rogue fera un bon lot de consolation en attendant de pouvoir passer à la vitesse supérieure.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1542.jpg?1407240029

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Assassin’s Creed Rogue

Assassin's Creed Rogue
PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Éditeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Sofia

Date de sortie : 13/11/2014
Date de sortie XO : 20/03/2018

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 3

Venez discuter sur le Forum Assassin’s Creed Rogue

5 reactions

corgitereur6

21 nov 2014 @ 18:55

Pour sur qu’il vont le vont le sortir sur one et ps4 ^^

jmabate

21 nov 2014 @ 19:01

perso je l’ai...seul jeux acheté en 2014...je suis d’accord sur le fait qu’il est trop prêt de Black Flag et qu’il reprend la plus part de ses mécaniques.

graphisme 17/20 : (c’est une 360 de 2005)

il est indéniable que la série Assassin’s creed est une des locomotives du jeux vidéo et de sa capacité à nous faire voyager !

certes il reprend tous le travail effectué du AC IV ainsi que AC III et fait un mix des 2 pour nous plonger en amérique du fin 18ème...sauvage, hostile et roots !

toujours les mêmes bugs...finalement ils me manqueraient presque si ils ne seraient plus là :’-))

son 15/20 :

il y a quelques nouveauté musicale mais dans l’ensemble, c’est un remix du AC III et AC IV avec même quelques thèmes du AC II ! niveau bruitage c’est du AC IV ! petit regret que les systèmes 5.1 ne sont pas mieux exploités.

jouabilité 14/20 :

c’est un autre skin, mais c’est absolument une copie de AC IV avec ces bons comme ses mauvais côtés...toujours le bordel lors d’abordages, le personnages fait un peut ce qu’il veut et les combats manque de challenge ! sinon très complet...chasses, pêches, bataille navales, carte aux trésors...bref il y a de quoi faire, mais c’est extrêmement répétitif comme la série c’est le faire !

intérêt 13/20 :

pour les fans de la série...le fait de jouer un assassin déchu et devenu templier c’est sympas...mais l’on remarque vite que peut importe le camp...c’est la même chose...ils sont tous gentils ! niveau scénario, UBI ne fait rien ! il est loin le temps de AC II, et l’on peine à finir cette série Américaine !

global 13.5/20

UBI nous propose un épisode trop facile et remixe les 2 derniers épisodes ! c’est trop juste ! néans moins il y a du bon travail, mais manque réellement de conviction scénaristique et de prise de risque ! c’est un AC, comme UBI c’est le faire.

le multi je ne le fait pas, donc il ne me manque pas :’-))

PaT Chevaliers

22 nov 2014 @ 09:07

merci pour ce test, j’ai hésité à le prendre, mais finalement mon choix c’est porter sur Assassin’s Creed unity. Je ne regrette absolument pas malgré les critiques que ce dernier a reçu a sa sortie.

Mr Moot

Rédaction

22 nov 2014 @ 10:00

PaT je pensais pas que tu le prendrais de sitôt !

PaT Chevaliers

22 nov 2014 @ 10:36

@Moot

En fait, j’avais un bon d’achat et je voulais quand même voir ce qu’il donnait (curiosité quand tu nous tient). Mais à 39€ me suis dis : Allez bon... :-))

Sur le fond, je ne regrette absolument pas, j’apprécie la fidélité de Paris sous la révolution Française !

Par contre, Arno comme ses ancêtres, à toujours (voir pire) cette foutue habitude à être comme aimentė avec tout ce qui l’entoure. Il s’accroche, saute sur tout ce qui se présente devant lui... si l’idée de base semble louable, cela devient très vite pénible !

Il devient préférable de parcourir les rues que les toits. Sur ses derniers, on perd tout son temps à se décrocher d’une cheminée, ou d’un rebord, cela gâche le plaisir de l’escalade qui est la nature première des AC. Pour moi ce point est plus fâcheux que le framerate à mon humble avis.

Ceci dit, pas sûr qu’un simple patch puisse corriger ça ?

Pour le reste, cet épisode est excellent graphiquement parlant, dans le cas contraire, faudrait être très difficile.

Voilà... ;-)