Test - Ni No Kuni

«Laissons les pervers faire ce jeu de mots à ma place» , - 4 réaction(s)

Considéré de par la monde comme étant le Disney japonais, le studio Ghibli, supporté activement par le talentueux Hayao Miyazaki, est à l’origine de nombreux chefs d’œuvres tels que Mon Voisin Totoro, Le château dans le ciel, ou encore Porco Rosso. C’est alors que les développeurs de Level 5, responsables de titres tels que Dragon Quest VIII, White Night Chronicles ou même la série de jeux Professeur Layton, décident de développer, en partenariat avec le studio mythique, un titre reprenant l’univers Ghibli. Cela donne Ni No Kuni, ou littéralement Un Second Pays, et c’est sur PS3 que ça se passe. Si c’est pas de l’intro name dropping de qualité, ça !

Paie ta tournée !

Vous aurez l
Vous aurez l’occasion d’admirer de somptueux décors

Ni No Kuni narre l’histoire d’Oliver, un jeune garçon intrépide de la ville de Motorville, aux Etats Unis, qui, suite au décès de sa maman, va être projeté dans un monde onirique, guidé par une fée ressemblant plus à une peluche qu’à une fée comme on a l’habitude d’en voir. Il se retrouvera alors au centre du destin des deux mondes, puisqu’il est le sauveur, celui qui a le potentiel de battre Shaddar, un être maléfique puissant sous les ordres d’une sorcière blanche, et capable de voler les cœurs (comprendre par là, les sentiments) des gens. Ici, point d’épée légendaire, ou de héros intrépide, puisque le héros est un magicien. Armé d’une baguette magique et de familiers, il devra se frayer un chemin dans sa quête d’alliés, de sorts et d’un moyen pour battre Shaddar, tout en profitant de ses pouvoirs pour aider les gens qui en auront besoin que ce soit faire le coursier ou réparer leur cœur. On se retrouve donc dans un univers ultra coloré comme Ghibli sait si bien les faire, et affublé d’un design assez spécifique. Concrètement, le jeu prend la tournure d’un RPG, ou plutôt de RPGs, puisque le titre s’inspire de très nombreux autres titres du genre. On ne s’étonnera donc pas de ressentir du déjà vu à quasi chaque seconde de jeu, entre le sempiternel casino, les relations élémentaires, les types de quêtes, les types d’environnements, les thèmes du scénario… En vrac, vous aurez l’impression de jouer dans un seul et même jeu à Zelda, la saga Final Fantasy, la saga Dragon Quest.

La carte du monde : La loupe n
La carte du monde : La loupe n’est pas fournie.

Pour les combats en semi temps réel, ce sera plus du côté d’Eternal Sonata et Pokémon que le jeu lorgnera. Oui, vous avez bien lu Pokémon. Les affrontements se font sur une aire de combat restreinte dans laquelle vous vous déplacerez librement et agirez en temps réel. Seuls le choix des sorts, objets ou personnage mettront le combat en suspens. Mais vous ne serez pas seul à combattre, vous ne feriez de toute façon pas long feu avec votre constitution fragile face aux créatures qui peuplent ce deuxième monde (rappel : vous êtes un petit garçon d’un peu moins d’une dizaine d’années).Vous serez accompagné d’un familier dans un premier temps, puis de deux compagnons de route et leur familiers vous rejoindront rapidement. Cependant, vous aurez au bout d’une petite dizaine d’heures de jeu (attendez-vous régulièrement à des ajouts dans le gameplay ou le déroulement du jeu), la possibilité de capturer de nouveaux familiers parmi les créatures que vous aurez affrontées. Vous pourrez ainsi créer une équipe de 3 familiers par personnage, pour un total de 9 familiers pour toute l’équipe (plus les 3 personnages), ainsi qu’une réserve de 3 familiers pour vous adapter aux situations, puisque chaque familier a des caractéristiques différentes. Si vous voulez mettre de côté un monstre, vous aurez un entrepôt à familiers qui pourra contenir jusqu’à 400 de ces créatures.

Bilan

On a aimé :
  • L’univers visuel et audio réussi
  • Très bonne durée de vie
  • Melting pot RPGesque réussi
On n’a pas aimé :
  • Quelques soucis de caméra
  • L’adaptation française bien de chez nous, pour rester poli
  • Les bandes noires sur l’écran
Kuni Kuni Koemi

Soyons francs, je n’attendais pas spécialement ce jeu. C’était plus de la curiosité à cause des géniteurs qu’autre chose. Cependant, son charme particulier et ses nombreuses inspirations aux cultes vidéoludiques (notamment RPGs) spécialement bien mélangés en font un grand titre envoûtant, à la fois accrocheur et passionnant, quoique très classique (pour les mêmes raisons). Quelques légers impairs tâchent un peu le tableau, mais sans pour autant corrompre la qualité globale du titre. Il faudra cependant du courage pour finir le jeu, car avec ses nombreuses quêtes annexes et sa trame principale, le jeu va demander bon nombre de journées avant d’être bouclé.
Enfin… ça c’est si vous avez surmonté l’adaptation française pour les 0-3 ans.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1306.jpg?1390069655

Accueil > Tests > Tests « Le Plus…

Ni No Kuni

Ni No Kuni
PEGI 12

Genre : RPG

Editeur : Namco Bandai

Développeur : Level 5

Date de sortie : 01/02/2013

Prévu sur :

Playstation 3

4 reactions

spydercochon

11 Feb 2013 @ 15:40

Marrant Gamekult parle de « localisation d’exception ».

Geppetto-san

11 Feb 2013 @ 21:54

Ce jeu me donne trop envie (Sherlock Holmes de Myazaki toute mon enfance), The last of us aussi d’ailleurs m’attire pas mal.....et nous on n’a quoi sur Xbox de nouveau :’-(

avatar

alaindc

12 Feb 2013 @ 01:11

Je pensais m’être trouvé un jeu, mais c’est juste sur PS3. Je ne pensais pas que Xboxygen testait aussi les jeux ps3.

Stéphan

Rédaction

19 Feb 2013 @ 19:02

oui, alaindc, nous testons aussi de temps en temps des jeux sur autres supports (PS3, PC, Téléphones, Wii...). Mais c’est assez exceptionnel pour l’instant, et uniquement sur des jeux de type exclu qui ne sortent pas sur 360