Cyberpunk 2077 : du sexe très suggestif mais pas de microtransactions

«Voilà qui éclaircit les choses» le 7 mai @ 11:152020-05-07T13:18:36+02:00" - 6 réaction(s)

JPEG - 281.4 ko

Nous connaissons déjà beaucoup de choses à propos de Cyberpunk 2077 mais le jeu réserve encore bien des mystères. Tout récemment, c’est la classification du jeu par l’ESRB qui lève le voile sur certaines possibilités dans le jeu, mais quelques précisions sont nécessaires.

Des scènes de sexe et de la violence dans Cyberpunk 2077

Le jeu qui sortira en septembre ne sera pas recommandé au plus de 18 ans. Contenant de du sexe et de la violence, on apprend par exemple qu’au cours d’une quête, « le joueur aide un personnage en martelant des clous dans ses mains et ses pieds ; des cris et des effets de sang accompagnent la scène. »

Quant au sexe, CD Projekt ne compte pas non plus se retenir sur le sujet.

Le jeu contient de la nudité et du sexe : les joueurs peuvent sélectionner un sexe et personnaliser leur personnage ; la personnalisation peut inclure la représentation de seins, de fesses et de parties génitales, ainsi que différentes tailles et combinaisons de parties génitales.

Les joueurs peuvent rencontrer des événements où ils ont la possibilité de se livrer à des activités sexuelles avec d’autres personnages principaux ou des prostituées - ces brèves scènes de sexe (du point de vue de la première personne) représentent des personnages partiellement nus gémissant de manière suggestive tout en se déplaçant dans diverses positions.

Certaines scènes contiennent de brèves représentations de mouvements de pénétration ; d’autres scènes représentent la tête d’un personnage se déplaçant vers l’entrejambe d’un partenaire.

Le jeu contient des représentations fréquentes et des références à des drogues fictives, y compris des personnages prenant des bouffées / inhalations/ stimulants ; une annonce publicitaire animée représente un homme qui renifle de la drogue. Certaines séquences permettent au joueur de boire des boissons alcoolisées à plusieurs reprises jusqu’à ce que l’écran se déforme ; le personnage du joueur peut également conduire des voitures en état d’ébriété. Les mots « f ** k » et « c * nt » apparaissent dans le dialogue.

Cyberpunk 2077 ne fera pas dans la dentelle et c’est le choix des développeurs de dépeindre un futur comme ils l’entendent.

À propos des microtransactions

Ce que révèle aussi la classification ESRB, c’est que le jeu devrait contenir des microtransactions. Sachant que CD Projekt RED a toujours été contre ces achats dans les jeux, l’information avait de quoi surprendre, et un représentant des développeurs nous explique pourquoi cette mention apparait.

Cette mention « in-game purshase » est tout simplement obligatoire lorsque les jeux peuvent recevoir des extensions par la suite. Et nous savons que les développeurs ont bien prévus du contenu supplémentaire pour le jeu après sa sortie. 8 DLC sont déjà prévus avec un DLC chaque semaine pendant les deux mois qui suivent le lancement du titre.

Cette mention de « in-game purshase » est mise pour les gros DLC payants qui sortiront par la suite, comme ça a été le cas pour The Witcher.

Le prochain gros rendez-vous pour le jeu est fixé au 11 juin 2020 pour le Night City Wire. Cyberpunk 2077 sera optimisé pour Xbox Series X et a été le premier jeu à être confirmé smart delivery.

Tout savoir sur Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077

Accueil > News

Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077
PEGI 0

Genre : RPG

Editeur : NC

Développeur : CD Projekt

Date de sortie : 17/09/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

6 reactions

avatar

The BatF4n

07 mai 2020 @ 12:54

Je vois déjà les médias arriver d’ici.... « C’est un scandale ! Vous vous rendez compte à quoi joue nos enfants ! » :o)

Mika-117

07 mai 2020 @ 13:26

Oui comme à l’époque avec le premier Mass Effect parce qu’il y avait du sexe lesbien avec une extraterrestre.

avatar

oryanphine

07 mai 2020 @ 14:05

Pas de microtransactions, c’est n’importe quoi.

Xavion77

07 mai 2020 @ 15:19

@Mika-117 Merci, je vais le télécharger ;)

@oryanphine Les microtransactions ne me dérangent absolument pas, tant qu’elles ne sont pas « Pay to Win ». Après tout, si tu as les moyens et tu veux dépenser de l’argent dans le jeu, pourquoi l’en empêcher ? Chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais, il ne faut en revanche pas que cela procure un avantage. Là, je suis contre. Après, c’est vrai que quand on dépense 70€ dans un jeu, on est en droit de ne plus vouloir dépenser d’argent dessus.

Bref pour la microtransaction (en fait ni pour ni contre !), mais contre le pay to win !

Après je parle bien de MICROtransaction et pas de MACROtransaction. Je pense notamment à un jeu de BR qui vend ses tenues +Accessoires à 10€ mini et qui sort tous les jours ou presque de nouvelles tenues dans son shop. Le jeu est certes gratuit, mais quand je vois mon fils jouer, plus personne ne joue avec les skins ou pioches « Bambi ». Après tout, c’est leur modèle économique, et ils ne forcent personne... quoi que, quand tu sais que ton public est majoritairement très jeune...

Bref, je retourne sur The Long Dark, essayer de survivre à mon 18ème jour...

LoveTartiflette

07 mai 2020 @ 16:53

Je suis tout de suite moins chaud la.

En quoi cette surenchère de violence et de sexe sous prétexte de « réalisme » apportera quelque chose....

avatar

oryanphine

07 mai 2020 @ 20:18

@Xavion77 Je tentais de faire un peu d’humour.J’ai quelque chose contre les microtransactions en général dans la mesure où elles viennent en plus du prix normal d’un jeu (60€) sans rien apporter dans sa structure (au quels cas, je préfèrerais qu’ils soient inclus au jeu défaillant en ce domaine, un peu comme les Dlc), et bien sur comme toi quand la progression en dépend. Alors on me dit que les microtransactions, c’est très bien pour les cosmétiques, okay, mais même à cet endroit j’ai tendance à penser que l’apparence du personnage joue un rôle important dans l’appréciation personnelle que l’on lui donne, et que c’est important aussi pour le joueur d’en face dans les combats. Après cela reste un modèle économique, comme un autre, surtout pour pousser à l’achat (dans sa définition actuelle), qui semble avoir trouvé son public, ce que je peux que respecter.