Génération Xbox One 2013 : Épisode 4 - La révélation de la Xbox One fait pschitt

«Microsoft se prend les pieds dans le tapis» le 23 février @ 09:002020-02-23T10:32:22+01:00" - 11 réaction(s)

Génération Xbox One est votre nouveau feuilleton hebdomadaire. Cette longue série d’articles fera la rétrospective de cette génération de consoles via les précieuses archives de Xboxygen. La première saison “2013” revisitera l’année de lancement de la Xbox One et de sa concurrente PS4. Place aujourd’hui au quatrième épisode qui nous emmènera jusqu’au 10 juin 2013, date des conférences de l’E3 pour Microsoft et Sony.

2013 épisode 1 : Sony met la pression
2013 épisode 2 : Le calme avant la tempête
2013 épisode 3 : Escarmouches avant la Grande Bataille

2013 épisode 4 : La révélation de la Xbox One fait pschitt


Nous sommes le 21 mai 2013. C’est le jour J. Microsoft va enfin dévoiler sa nouvelle console pour la prochaine génération et sa vision sur l’avenir des jeux et du divertissement. La tension est palpable et l’attente insupportable pour la communauté et la rédaction de Xboxygen.

Microsoft présente la Xbox One

La conférence se déroulera à 19h en France, autour d’un bon apéro. Dans la matinée, un édito de Kotaku écrit par l’ancien patron d’EA, John Riccitiello, explique les enjeux de la prochaine génération de consoles face à la montée en puissance des mobiles et les pièges à éviter pour Microsoft et Sony. Quatre conseils importants ressortent de son analyse. Le premier piège serait de trop s’éparpiller et d’oublier la base d’une console : les jeux et les joueurs. Le second serait de rater la sortie des machines à cause d’une rupture de stock. Le troisième piège serait de se tromper de prix pour la console car un avantage dès le départ se révèle souvent décisif pour la suite. Enfin le quatrième point concerne “la façon dont vont être abordés les sujets brûlants aux yeux des joueurs, les consoles tout le temps connectées ou les DRM”. L’avenir nous dira si les constructeurs ont respecté ce credo.

Même Peter Molyneux, génial créateur de jeux et père de la franchise Fable sur Xbox, se permet d’avertir son ancien employeur des dangers de s’écarter d’une simple console de jeux.

“Lorsque je travaillais chez Microsoft, la phrase clé que j’avais l’habitude d’entendre autour de moi était que la prochaine Xbox devrait être « la source numéro un » sur l’écran du salon.

Aujourd’hui, je suis un designer indépendant et je veux juste que la prochaine Xbox soit une super machine de jeux. Elle doit avoir une grande connectivité, afin que je puisse jouer à des jeux spectaculaires avec mes amis et être vendue à un prix raisonnable, peut-être autour de 300 $.

Cela devrait être l’objectif de Microsoft plutôt que de persister à essayer de faire une boîte pour tout le monde.”

C’est l’heure H. Le temps est magnifique en ce début d’après-midi sur le campus de Redmond où est installée la tente géante Xbox, lieu de la conférence. Le show démarre fort avec une vidéo où de très nombreux intervenants enchaînent des morceaux d’un discours vantant l’apport des jeux dans leur vie et la volonté d’unifier cet univers avec celui des autres divertissements du petit écran. Bill Gates, Hideo Kojima et Steven Spielberg y participent. Don Mattrick arrive sur scène pour ouvrir le bal. Le public est survolté, Microsoft joue à domicile. Après un discours de quelques minutes, la bête est enfin dévoilée :

L’ambiance monte d’un cran. Don Mattrick laisse la place à Yusuf Mehdi, vice-président de la branche Microsoft Interactive dédiée au divertissement. Ce dernier confirme d’entrée que la console et kinect devront rester connectés pour répondre instantanément aux injonctions de l’utilisateur. De sa voix sort un ferme “Xbox on” et la magie opère sur l’écran géant de la conférence. La console démarre, kinect reconnaît immédiatement Mehdi et révèle sa page d’accueil devant une foule excitée. Pendant une dizaine de minutes, Mehdi nous montre l’expérience utilisateur. La console réagit aux gestes et ordres du présentateur avec une fluidité exemplaire. Nous pourrons passer des jeux aux différents programmes TV, musiques et films en quelques secondes. Cette démonstration est visuellement impressionnante et attirante, mais semble être adaptée au marché américain avec les différents partenariats annoncés, notamment en ce qui concerne la partie télévision.

Marc Whitten, directeur de la branche Hardware, prend le relais sur scène pour annoncer l’envers du décor et les caractéristiques techniques des appareils. Après avoir présenté dans le détail la console et kinect, il annonce fièrement que plus de 300 000 serveurs “cloud” seront au service de la Xbox One et permettront aux utilisateurs d’avoir accès à leurs contenus partout dans le monde.

On approche de la demi-heure du show quand démarre la présentation de premiers jeux via Andrew Wilson pour EA. Cela confirme le choix de Microsoft de s’adresser en priorité à son marché local. Madden, Fifa, NBA Live et UFC seront bien sur Xbox One. Aucun gameplay n’est proposé mais une simple présentation du moteur de jeu Ignite, adapté aux jeux de sport de l’éditeur américain et des trailers de cinématiques tirées des quatre simulations sportives.

Phil Spencer, responsable de Microsoft Studios, enchaîne la partie du show dédiée aux joueurs en promettant un bel avenir pour les jeux sur Xbox One et nous donne rendez-vous à l’E3 avec l’annonce de plus de 15 jeux exclusifs, dont 8 nouvelles IP, qui sortiront dans la première année de commercialisation de la nouvelle console. Au passage, un trailer vidéo de Forza Motorsport 5 et un de Quantum Break accompagnent son discours. Cette partie n’aura duré qu’une dizaine de minutes sans aucune vidéo de gameplay, mais Aaron Greenberg avait déjà annoncé la couleur avant la conférence. Les jeux, c’est pour l’E3.

Nancy Tellem, ancienne responsable du grand réseau américain de télévision CBS et recrue phare payée à prix d’or, entre sur scène. La nouvelle directrice de Xbox Entertainment Studios, vante la nouvelle vision de Microsoft sur le divertissement et introduit Bonnie Ross, responsable du studio 343 Industries. Les fans retiennent leur souffle. Une nouvelle série Halo en live action, supervisée par Steven Spielberg, sera créée pour la télévision. Tellem reprend les rênes et annonce un partenariat avec la NFL, ligue phare du football américain, sport le plus populaire aux Etats-Unis.

Enfin, c’est Activision qui clôture la conférence avec une longue séquence d’une dizaine de minutes et une vidéo “world premiere” de Call Of Duty : Ghosts. La Xbox One est bien une console de jeux. Toutefois, hormis peut-être le grand public américain chouchouté par les annonces, le ressenti après la conférence est ailleurs très mitigé. La communauté Xboxygen est au diapason et beaucoup de membres affichent leur incrédulité et leur déception via les commentaires sur les forums. Une vidéo sur Youtube fait un carton mondial et résume un peu ce qui devrait rester dans la mémoire collective des joueurs.

Microsoft tente une dernière clarification avant l’E3

Dès la fin de la conférence et les jours suivants, les parodies et les analyses de comptoirs fleurissent sur la toile. La corpulence de la Xbox One est moquée et comparée à un vieux magnétoscope. Il est vrai que Microsoft a choisi pour le hardware de la console et de kinect un design qui se rapproche des autres appareils audiovisuels présents dans les salons. Une image fortuite montre le futur format physique des jeux de la nouvelle console.

D’après les premiers retours sérieux de la presse, kinect serait enfin un véritable produit performant et présent d’office dans tous les packs Xbox One. Rien de surprenant vu l’ambition et la vision affichées par Microsoft. La non-rétrocompatibilité des jeux et des manettes Xbox 360 est confirmée. Contrairement à la génération précédente, la console de Sony sera plus puissante que celle de Microsoft.

Le constructeur américain semble bien conscient d’avoir quelque peu échoué dans sa communication. La revente des jeux d’occasion, la manière dont les jeux sont liés à un compte, la connexion internet obligatoire et les craintes sur la vie privée avec le fonctionnement de kinect font beaucoup parler sur les réseaux sociaux et les forums. Comme d’habitude depuis des mois, Major Nelson, sans l’aide de Sam, joue les pompiers de service et indique le 23 mai que tout n’est pas encore gravé dans le marbre.

“Nous sommes à des mois du lancement de la Xbox One et les décisions politiques sont encore en cours de finalisation.”

Si une telle déclaration peut rassurer certains joueurs, elle ajoute de la cacophonie à une communication d’ensemble non maîtrisée malgré une préparation de plusieurs années. D’autant plus que chaque membre important de l’équipe Xbox communique ensuite dans son coin sur des sujets divers. Si Phil Spencer annonce une grosse surprise pour la Xbox 360 à l’E3, le boss Don Mattrick perd son sang froid sur la non-rétrocompatibilité dans une interview pour le Wall Street Journal.

“Si vous êtes rétrocompatible, vous êtes vraiment rétrograde.”

Mattrick précise que seulement 5% des joueurs jouent à de vieux jeux sur un nouveau périphérique et que Microsoft ne doit pas dépenser de l’argent et du temps pour développer une technologie qui le permettrait. Si économiquement, le choix stratégique se justifie, il écorne un peu plus l’image du constructeur auprès des joueurs. De son côté, Sony n’a pas rendu la PS4 rétrocompatible mais devrait proposer une solution “cloud” via Gaikai pour streamer les jeux.

Pour Microsoft, il est temps de parler jeux aux joueurs. Le 29 mai, Don Mattrick enfile son costume du dimanche, relit la bible du parfait commercial et claironne les promesses de la marque verte pour l’E3 avec un milliard de dollars d’investissement dans les jeux.

“La Xbox est faite par des joueurs, pour des joueurs, c’est notre base, c’est notre ADN, c’est ce que nous savons faire. Nous allons montrer un contenu tellement incroyable à l’E3, vous allez être époustouflés.

Je pense franchement que les gens sous-estiment vraiment à quel point nous allons frapper fort. Il y aura des gros hits, des innovations et des créateurs de renommée mondiale dans ces projets.”

Pendant ce temps, les éditeurs se montrent très discrets. Chacun attend l’E3 pour communiquer sur ses jeux et participer aux différentes conférences. Le 3 juin, Eidos Montréal tease un prochain Deus Ex : The Fall. Les fans d’Adam Jensen et de son univers sont aux anges avant de déchanter trois jours plus tard en apprenant que le jeu sortira sur tablettes et mobiles Apple. Le titre est automatiquement renommé Deux Ex : The Fail… Seul le prochain Grand Theft Auto V peut s’offrir le luxe de communiquer quand il le souhaite et d’ignorer l’E3. Sur une question lui demandant s’il n’était pas inquiet de la confrontation de GTA V avec les consoles de prochaine génération qui devraient sortir peu de temps après, le patron de Take Two se montre particulièrement serein.

“Grand Theft Auto V est le jeu le plus abouti de la franchise. C’est le plus grand, le plus dynamique et le plus varié jamais créé par Rockstar. La base installée de consoles tourne autour de 120 millions et la plupart de ces consommateurs attendent GTA V depuis des années. Par conséquent nous nous attendons à une énorme demande pour le jeu quelle que soit la date de sortie des nouvelles consoles.”

Enfin dans un dernier sursaut avant la Grande Bataille des conférences le 10 juin, Microsoft revient une dernière fois sur sa communication et tente de clarifier les choses sur différents points :

  • Chaque joueur pourra contrôler ce que Kinect peut voir et entendre. Ce dernier pourra être allumé, en pause ou éteint. Aucune donnée récoltée pendant les jeux ne pourra quitter la console sans consentement.
  • Chaque jeu acheté en dématérialisé ou en physique sera identifié et pourra se jouer de n’importe où grâce au Cloud sans avoir besoin du disque. Le jeu sera accessible à plusieurs personnes via une nouvelle forme de partage. Un jeu physique pourra être revendu sans que Microsoft ne facture de frais, sous réserve de la permission de l’éditeur du jeu.
  • Une connexion permanente n’est pas nécessaire. Il sera possible de jouer hors ligne durant 24h sur sa console principale et 1h sur une autre console. Au-delà, une connexion sera nécessaire pour débloquer la fonction jeu.

À la veille de l’ouverture du concile de l’E3, le père Mattrick prie pour que ces éclaircissements rassurent ses fidèles joueurs et se prépare à jouer quitte ou double lors de son prêche du 10 juin. En attendant le miracle, un énorme sentiment de gâchis flotte dans les cieux. Amen.

À suivre...

Rendez-vous dimanche prochain pour l’épisode 5 de la saison 2013 de Génération Xbox One.

BONUS

Le 30 mai 2013, la rédaction de Xboxygen s’est interrogée sur la communication, la stratégie et la conférence de la révélation de la Xbox One. Autant dire que les avis sont contradictoires et tranchés, à l’image de la communauté qui est partagée sur ces sujets. Retrouvez ces échanges en cliquant sur ce lien.

Revivez entièrement la conférence de présentation de la Xbox One du 21 mai 2013.

Génération Xbox One

Accueil > News

11 reactions

avatar

The BatF4n

23 fév 2020 @ 10:57

Major Nelson, sans l’aide de Sam, joue les pompiers de service

Bien joué...bien joué... :-))

Spectree

23 fév 2020 @ 14:08

encore une fois merci, que de souvenirs |-)

avatar

Gordon Freeman

23 fév 2020 @ 16:41

Je me rappelle de cette présentation ; j’étais complètement largué perso ! « Tv, Tv, Tv ! » :-| J’étais un joueur console et la XBOX One voulait me vendre une interface Windows, avec un assistant de navigation pour surfer sur le net et regarder des programmes télé... Je suis certain que Microsoft pensait révolutionner l’univers des consoles à l’époque, mais il a perdu de vue ce que le public attendait vraiment : une plateforme de jeu, ni plus, ni moins. Hors, ce point central était complètement en retrait par rapport à l’aspect multimédia de la XBOX One ; sur scène, les présentateurs ne cessaient de parler « télévision » ; on voulait jouer, eux nous parlaient de regarder la télé... Et au-delà de ça, il y avait cet aspect ultra-connecté, le DRM, l’infériorité en terme de puissance, l’aspect assez imposant de l’engin, les énormités sorties par le patron de la branche XBOX, etc. Si on se base sur les conseils de John Riccitiello, on se rend compte que Microsoft a fait fausse route sur trois des quatre points évoqués : une console centrée sur le JV, un bon prix, et la communication autour des sujets « brûlants ». Difficile de réussir son lancement quand on fait erreur sur ces aspects-là... Heureusement, Don Mattrick n’est plus, XBOX s’est recentré sur les jeux et la présentation de la Series X ne devrait rien avoir en commun avec celle de la One !

Si je devais rajouter un petit quelque chose à ce qu’avait dit l’ancien boss d’EA à l’époque, J. Riccitiello, je conseillerais à Microsoft de s’ouvrir davantage aux Européens dans leur communication car, celle-ci est vraiment et a toujours été beaucoup trop axée sur le public américain, ça se voit dans leurs show, et de mon point de vue de petit français, ça ne fonctionne pas du tout sur les joueurs du vieux continent.

Castalori

Rédaction

23 fév 2020 @ 21:26

@Gordon Freeman c’est clair que la présentation de la Series X sera très différente. Phil Spencer a souligné que la console sera entièrement dévolue aux jeux. Les services qu’ils développent tels le Game Pass et le projet xCloud, les achats de studios et la communication se concentrent uniquement sur les joueurs et les jeux. Spencer, acteur à l’époque du lancement de la One, a vraiment compris la leçon, et c’est un vrai gamer.

Sur l’ouverture aux autres marchés, tu as raison et Xbox semble l’avoir compris. Il y a eu le retour des XO à Mexico et à Londres. Quelques membres de la rédaction et pas mal de français ont pu y aller et profiter de la fête, voire rencontrer les personnalités. Je ne serai pas étonné qu’il y ait dans quelques années un XO à Paris ou en Allemagne. Aussi Spencer veut clairement redresser la barre avec le marché japonais. Son dialogue permanent avec les éditeurs japonais commence à porter ses fruits et ces derniers portent plus volontiers leurs jeux sur nos Xbox. Spencer voyage beaucoup en Europe également.

Merci pour vos retours positifs, ça fait plaisir les guys.

Spectree

23 fév 2020 @ 22:22

p.s l’image de Mattrick devant le naufrage du Titanic, l’air benêt me provoque toujours un méga fou rire :’-))

krapice

24 fév 2020 @ 07:57

C’est marrant de voir comment, la moitié voir la totalité des reproches fait a l’époque passe crème maintenant. En une génération, le demat est passé devant le physique, la plupart des jeux ont besoin d’une co obligatoire, les gens ont adopté en masse les espions a domicile avec les enceintes et autres appareils connectés...Et même le discours Tv, reste d’actu devant la guerre des services netflix et compagnie...

avatar

Gordon Freeman

24 fév 2020 @ 16:14

@Krapice

la plupart des jeux ont besoin d’une co obligatoire

Euh, non, absolument pas ! Les jeux nécessitant une connexion obligatoire sont largement minoritaires.

Angmar89

24 fév 2020 @ 18:29

@gordon : la connexion obligatoire est certe très minoritaire, n’empeche que toute les consoles d’aujourd’hui sont connectées à internet, rien que pour profiter du Live. Et c’était déjà le cas il y a 10 ans

C’est seulement les 100 balles de plus pour le kinect qui a énervé tous le monde. Et pour éviter de sortir l’excuse « trop cher pour moi », ils se sont rabattu sur autre chose, à savoir cette co obligatoire

avatar

Gordon Freeman

24 fév 2020 @ 20:45

@Angmar89 Le problème, ce n’est pas d’avoir ou non une connexion internet, c’est d’être dépendant d’internet pour jouer car, en cas de souci de co, pas de jeu !

C’est seulement les 100 balles de plus pour le kinect qui a énervé tous le monde. Et pour éviter de sortir l’excuse « trop cher pour moi », ils se sont rabattu sur autre chose, à savoir cette co obligatoire

Euh, non, c’était un tout : le prix, la puissance, le DRM, la connexion, le kinect, la communication, etc.

krapice

25 fév 2020 @ 10:15

Oui enfin regardez, même la sony dépose un brevet pour des capteurs sur la manette, et cela s’extasie sur cette « nouveauté » sur les forums...pourtant le kinect permettait (prise de température et prise de pouls) la même chose et c’était dangereux de leurs laisser autant de data sur nous...

Etre filmé en permanence non merci...et pourtant combien se filme volontairement pour leurs let’s play et autre connerie ?

Etre espionné non merci, mais par contre je fonce m’acheter une enceinte connectée...

Pour la co obligatoire, il y a quand même pas mal de jeu qui l’exploite. Et je rajouterais surtout que de toute façon les patch day one sont devenu la norme et presque obligatoire pour lancer un jeu d’une manière correct. Ce qui revient a imposer la co, non ? Et le coup du pas de co pas de jeu, je veux bien mais combien de fois cela vous est réellement arrivé une panne internet de longue durée ? Et est ce que cela vous arrive de vous déco de votre réseau volontairement pour jouer ?

Bref tout ça pour dire qu’il y a des choses qui passe crème d’un coté, mais pas de l’autre. Surement lié a la façon de communiquer associé a une communauté anti Ms encore très présente dans le monde du jeu vidéo.

Et je suis d’accord que le le bashing était un ensemble de chose mais largement grossie par une communauté pas franchement objective.

J’avais rédigé un article a l’époque pour illustrer mon sentiment la dessus. http://www.gameblog.fr/blogs/daubovore/p_108447_xbox-one-la-mal-aimee

12