Konami n’abandonne pas les jeux sur console et développe de nouvelles IPs

«À la bonne heure !» le 3 septembre @ 10:162019-09-03T13:06:46+02:00" - 7 réaction(s)

JPEG - 60.1 ko

Konami, éditeur de Metal Gear Solid, travaillerait sur un projet de jeu inédit sur console, basé sur une IP « mondialement connue », mais il ne s’agirait (malheureusement) pas de Metal Gear Solid ou de Silent Hill. C’est en tout cas ce que le président de Konami Europe, Masami Saso, a confié au site GamesIndustry.biz lorsque celui-ci l’a questionné sur les projets des jeux sur console à venir de l’éditeur.

Les choses ont été relativement calmes pour Konami au cours de cette génération de consoles. L’éditeur japonais n’a publié que quelques jeux sur consoles ces dernières années, dont Metal Gear Solid HD Collection, Super Bomberman R, Yu-Gi-Oh et sa série annuelle PES. Les derniers résultats financiers de l’éditeur – qui montrent une croissance des bénéfices pour la cinquième année consécutive – sont d’ailleurs en grande partie le résultat des succès de PES et des jeux mobiles.

« Même avec la nouvelle génération de consoles à venir, nous pensons que les jeux haut de gamme sur console sont très importants. Nous sommes à la recherche d’idées et de technologies innovantes pour nos jeux sur console et les appliquons ensuite à d’autres devices . Nous continuerons donc à déployer des efforts considérables pour nos jeux sur console. Nous prévoyons également d’augmenter notre portefeuille. En plus des titres multiappareils pour PES et Yu-Gi-Oh, nous prévoyons de travailler prochainement sur des projets avec d’autres IP mondialement connus. » – Masami Saso, Président de Konami Europe

Masami Saso se réfère à la longévité de la société, qui a célébré son 50e anniversaire cette année, comme preuve de sa capacité à s’adapter à tout, des jeux arcade aux consoles, en passant par les téléphones portables.

« Créer de nouvelles idées et de nouvelles IP adaptées à tous les âges fait partie de notre héritage, et nous pensons que cet état d’esprit est l’une des raisons de notre force sur le marché des jeux sur mobile. Nous pouvons proposer des jeux mobiles de grande qualité grâce à notre technologie permettant de créer des jeux haut de gamme sur console, et sommes aussi en mesure d’utiliser cette expérience jeux pour les jeux d’arcade, les jeux pour PC et sur navigateurs. » – Masami Saso, Président de Konami Europe

En résumé, Konami sera toujours pleinement investi sur les jeux pour console et devrait même sortir un jeu issu d’une de ses plus célèbres franchises. Dommage qu’il ne s’agisse pas de Metal Gear Solid ou Silent Hill...

La réussite de Konami repose en grande partie sur l’expérience accumulée sur le développement des jeux pour console et au savoir-faire qui en découle. Cela fait partie de son ADN et contribue très largement au succès rencontré sur mobile.

Business

Accueil > News

Business

Business

Les infos business sont aussi sur Xboxygen !

Puisque le jeu vidéo c’est aussi un monde de gros sous, il est important de savoir quels sont les enjeux financiers qui se cachent derrière nos jeux et consoles préférés.

C’est Picsou qui va être content !

7 reactions

avatar

Gordon Freeman

03 sep 2019 @ 10:31

En résumé, Konami sera toujours pleinement investi sur les jeux pour console et devrait même sortir un jeu issu d’une de ses plus célèbres franchises. Dommage qu’il ne s’agisse pas de Metal Gear Solid ou Silent Hill...

De toute façon, Metal Gear sans Kojima, ce n’est plus tellement Metal Gear... Tant mieux pour eux si tout roule, hâte de voir ces gros jeux dont ils parlent. J’avais tiré un trait sur Konami depuis l’affaire du « Kojima Gate » et leur déclarations qui laissait penser qu’ils n’allaient plus faire que du jeu mobile, mais sait-on jamais, ils peuvent peut-être me surprendre.

avatar

Slappyslap

03 sep 2019 @ 11:18

Zone of the Enders : VR Gashapon Experience

Blondin

03 sep 2019 @ 11:41

De toute façon, Metal Gear sans Kojima, ce n’est plus tellement Metal Gear...

C’est surement vrai, mais... Perso Kojima je trouve que c’est un des mecs les plus surcotés de l’industrie, et qu’il s’est perdu, entre son égo surdimensionné et ses idées un peu bancales, depuis un bon moment (elle est loin l’époque des excellents Metal Gear Solid 1 et 2, elle est plus proche l’époque des (grosses) déceptions (pour moi en tout cas) Metal Gear Solid 4 et 5).

Perso j’espérais un peu qu’un Konami affranchi de Kojima puisse rebondir de façon intéressante... Jusqu’à maintenant ça n’a pas spécialement été le cas, j’ai testé Metal Gear Survive et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est plat. Je reconnais à Kojima qu’il arrive à donner une touche perso à ses jeux (même si souvent, à mes yeux, ça les rend chiants et prétentieux), ce qui manque cruellement à ce Metal Gear.

La chute de Konami ne m’a pas fait le même effet que celle de Capcom, mais je leur souhaite (et à nous joueurs par la même) de nous ressortir de bons jeux console : ils ont des équipes pas trop nazes, ils ont développé un moteur de jeu pas dégueu, et ils restent un des trois, quatre « gros » de l’archipel. Je ne les enterre pas encore.

avatar

Gordon Freeman

03 sep 2019 @ 12:04

Kojima est un génie pour moi, c’est un mec qui a une vraie vision artistique, et beaucoup de gens le prennent à tord pour un prétentieux parce qu’il cherche à transmettre des messages dans ses jeux, mais c’est ce qui fait que chacune de ses oeuvres est unique. J’avoue ceci dit qu’au fil des années, il m’a déçu sur certains épisodes de la saga Metal Gear, j’ai de loin préféré MGS 1,2 & 3 au 4, 5 et PW.

BIM70x

03 sep 2019 @ 14:04

ROCKET KNIGHT !!!

avatar

deadlyegoalan

03 sep 2019 @ 15:48

@Gordon Freeman. Il impose plutôt, y pas plus flagrant que dans MG avec le mode démon. j’explique pour ceux qui ne l’ont pas fait en gros plus tu tuais des soldats, plus ta corne devenait grosse et Snack était de plus en plus couvert de sang.( Ce laver ne sert à rien ) le seul moyen de enlever le sang est de ne plus tuer mais endormir, sauver des animaux et des otages. Je suis d’accord avec toi pour sa vision artistique mais c’est tout et je suis persuadé que dans son prochain jeu, il va imposer encore sa vision, surtout que là le jeu a l’air d’être centré sur des bébés.

Pour en revenir au sujet un Suikoden ou pourquoi pas poursuivre ce putain de Silent hill P.T

Blondin

03 sep 2019 @ 15:50

@ Gordon Freeman ;

Ben Kojima c’est ça, il est soit vu comme un génie précurseur, soit comme un mec dont le talent a depuis longtemps été lavé par son ego. Tu l’auras compris, je fais partie de la seconde catégorie.

Maintenant je comprend ton point de vue, ayant été assez fan du bonhomme, il y a longtemps. Le truc c’est que, déjà, je me rend compte que j’ai jamais spécialement apprécié un de ses jeux à part les Metal Gear, et même dans ces derniers, j’étais au fil des épisodes de moins en moins enthousiaste (pour pas dire de plus en plus déçu), avec comme point d’orgue le 4 qui a été une vraie purge (toujours avis perso). Le 5 je l’ai trouvé un peu moins mauvais, mais aussi beaucoup plus convenu (allez, je lui retrouve une excuse : c’est un open world).

Accessoirement j’ai refait le premier Metal Gear il y a peu, et il reste excellent, cela dit, le scénar, que je trouvais génial quand j’étais gosse, je l’ai trouvé nanaresque au possible. Après, rendons à César que qui lui appartient, c’est un jeu qui a vingt piges, et rares (voir inexistants) étaient les jeux qui poussaient l’intrigue aussi loin. Pour l’époque c’était assez mortel.

En fait je n’aime pas sa façon de raconter une histoire ; c’est loooooong (et souvent pour pas grand chose), ça use de métaphores un peu bidons, de ficelles grosses comme des poutres, de dialogues à coucher dehors... Et je trouve qu’il y a une grosse contradiction entre son intention et le résultat : le mec essaye de te pondre un scénar, des persos nuancés, et au final on a droit à un manichéisme primaire digne d’un dessin animé du dimanche matin.

Kojima, pour moi, c’est un peu ce groupe, ou ce réalisateur, que t’adores, parce qu’il a sorti un ou deux trucs de fou à l’époque, mais que quand tu regardes sa carrière, tu te dis « ouais, bon, en fait non, je l’adore pas, j’ai adoré ses deux trois premiers trucs, après ça, ben, non... ». A mon avis Kojima c’est le plus grand ennemi de Kojima ; il a le droit de faire ce qu’il veut, donc il est en roue libre, alors que le gars, s’il était canalisé, contrôlé, il pourrait peut être à nouveau faire quelque chose de bon.

Ouais je suis dur avec lui, mais c’est la déception aussi qui me fait parler, j’avais acheté une PS4 en premier lieu pour MGS4.

Et je vais pas trop me prononcer avant de l’avoir testé (donc peut être jamais), mais j’avoue que Death Stranding c’est (dans les AAA) surement le truc que j’attends le moins de toute cette gén (et plus j’en vois moins ça me tente), à égalité avec les trucs estampillés Marvel, donc je pense pas être sur le point de me réconcilier avec Kojima san. Mais bon, ne jamais dire jamais ; je me suis réconcilié avec Resident Evil depuis l’épisode 7, donc tout est possible.

C’est bien d’avoir des esprits un peu fous comme ça dans le JV, des Kojima, des Bleszinski, des Romero, surtout que c’est une industrie de plus en plus formatée. Je pense simplement qu’avec un minimum de structure, même s’ils auraient le sentiment de ne pas être « libres », ils feraient un bien meilleur boulot.

Pour moi, « Kojima » sur la boite d’un jeu, c’est devenu un repoussoir. Je comprend tout à fait que ce soit aussi un argument de vente. Enfin, je comprend ton point de vue, j’ai (au moins) un fan de Kojima dans mon entourage proche, donc je vois ce que tu veux dire ;-)