Phil Spencer parle : prochaine Xbox, Project xCloud sur Android, Game Pass sur PC, etc

«Encore un peu de prospective» le 8 décembre 2018 @ 18:102018-12-10T09:35:54+01:00" - 7 réaction(s)

JPEG - 17.5 ko

Phil Spencer est toujours là quand il s’agit de donner du sens à ce que Microsoft est en train de faire dans l’univers du jeu vidéo et c’est cette semaine qu’il a répondu à des questions, lors de la conférence Barclays 2018 Global Technology, Media and Telecommunications. On y parle studios et vision de l’avenir !

Ses interventions peuvent être écoutées ici et nous en avons tiré quelques mentions intéressantes. Il rappelle que la moitié des gens connectés à Internet dans le monde aujourd’hui jouent aux jeux vidéo, et que le jeu vidéo est stratégique pour Microsoft.

Nous pensons que le contenu est un aspect crucial, car les gens jouent à des jeux. La communauté autour de ces jeux, qui permet aux utilisateurs de se connecter aux autres et à leurs amis ainsi qu’à leurs contenus sur tous les appareils, est la raison pour laquelle nous avons investi dans le Xbox Live et Mixer, notre plate-forme de streaming vidéo, puis dans le cloud. Pour nous, ce sont les 3 « C » : contenu, Communauté et Cloud. Le cloud est le moyen par lequel nous pouvons apporter la communauté et le contenu à un joueur sur n’importe quel appareil.

Effectivement, je dirais que j’hésiterais à chercher un studio de jeu qui ne puisse créer des jeux que sur un seul appareil, car les joueurs jouent sur tous les appareils, et je pense que vous ratez une occasion si vous ne pensez pas à des jeux qui fonctionnent partout où les joueurs se trouvent.

Phil Spencer évoque ici Project xCloud, un projet présenté en juin qui n’avait pas encore de nom et détaillé davantage au mois d’octobre. Nous devrions en entendre beaucoup parler l’année prochaine. Il a par contre précisé que ce projet visait d’abord la plateforme Android car c’est là que se trouvent la majorité des joueurs aujourd’hui.

Nous nous concentrons d’abord sur les téléphones Android, car il y a 1 milliard de téléphones Android sur la planète. Cependant, nous visons à terme l’utilisation du streaming via le cloud sur n’importe quel appareil que les joueurs possèdent, quelles que soient les capacités de calcul en local.

Jouer de façon tactile
Jouer de façon tactile

Encore une fois, il s’agit de créer l’expérience autour du client, en lui donnant le choix du lieu où il veut jouer. Et évidemment, lorsque vous regardez tout ça, nous avons plusieurs modèles de business qui font du streaming. Mais le lien entre le streaming et le modèle par abonnement prend tout son sens. Vous le voyez en musique, vous le voyez en vidéo. Donc, vous pouvez regarder ce qu’on fait avec Project xCloud et penser en même temps à quelque chose comme le Xbox Game Pass, et vous pouvez voir qu’il y a une synergie naturelle entre les deux.

Petit à petit, les intentions de Microsoft concernant son service de cloud gaming se dessinent. Il semble inéluctable que l’on pourra accéder au catalogue de jeux Xbox Game Pass depuis n’importe où demain.

Quand il parle des concurrents de Xbox dans les prochaines années, Phil Spencer évoque les investissements de Amazon, Google et son project Stream ainsi que Sony, mais rappelle que Microsoft est entré dans le jeu vidéo depuis presque 20 ans et que les jeux sont aujourd’hui sur Xbox également, avec des relations durables avec les créateurs de contenu. Il mentionne également la rétrocompatibilité, appréciée par les joueurs, et voit dans Project xCloud un moyen pour les développeurs de toucher encore plus de monde.

Les relations que nous avons créées avec les éditeurs tiers, non seulement pour les jeux en cours de développement, mais aussi durant les deux dernières décennies, nous permettent de leur proposer de nouvelles opportunités commerciales pour leur contenu.

Nous savons que notre système ne fonctionne réellement que si des éditeurs tiers parviennent à monétiser leur contenu correctement sur notre plateforme. Nos studios first party sont importants, mais les relations avec les éditeurs tiers sont essentielles et nous entretenons de solides relations commerciales avec EA, Activision, Take-Two, Capcom... vous pouvez consulter la liste complète et notre relation avec eux est longue, et ils ont sorti des milliers de contenus sur notre plateforme.

Pour Microsoft, le but est de toucher les 2 milliards de joueurs dans le monde. Project xCloud et le Game Pass s’inscrivent dans cette stratégie. Phil Spencer dit d’ailleurs que le Game Pass « arrivera sur PC et finalement sur tous les devices » et que le fait qu’il soit déjà sur Xbox n’est qu’un début. C’est entre autres ce type de service qui permettra à Microsoft de toucher non plus des millions de joueurs ni des centaines de millions, mais des milliards.

Microsoft prépare l’avenir, et Phil Spencer s’est même laissé aller à parler de la prochaine génération de matériel pour faire tourner les jeux, ayant à priori comme nom de code Xbox Scarlett. Les rumeurs évoquaient dès juillet deux nouvelles consoles Xbox : une classique et une autre dédiée au cloud.

Ce qui est intéressant pour nous, à mesure que nous avançons, c’est que nous concevons notre puce de nouvelle génération de manière à ce qu’elle fonctionne parfaitement pour jouer à des jeux dans le cloud, mais aussi pour le machine learning et les autres activités non liées au divertissement.

Phil Spencer voit cette puce comme étant utilisée à la fois par les consommateurs, mais aussi par les entreprises, ce qui permettrait de réduire les coûts. « Votre coût de service est constitué de deux facteurs : le coût du matériel et le temps nécessaire à le rentabiliser »

L’idée est de monétiser ce hardware davantage via le streaming et d’autres éléments qui utilisent du CPU et du GPU dans le cloud. Phil Spencer indique que le design de ces puces est entre les mains des équipes Azure et qu’il s’agit là d’un avantage compétitif certain. Quant à la latence d’un service cloud, Phil Spencer dit déjà faire du steraming de jeux quand il est en voyage et que si les serveurs de test du Project xCloud sont actuellement à Washington, la plateforme Azure dispose de data centers partout dans le monde.

Xbox One X

Accueil > News

7 reactions

culturedogue

06 déc 2018 @ 13:41

Salut la commu, si vous pouvez m’éclairer sur ces sujets : Pensez-vous que les technologies du cloud de Microsoft sont assez puissantes pour répondre aux promesses données par Philou ? Que peut apporter les ingés d’Azure sur le design d’une puce de console ? À votre avis, qu’apportera de vraiment plus spectaculaire la future gen de console ?

superjex

06 déc 2018 @ 14:16

Pour moi cette solution de cloud gaming est surtout intéressante dans l’usage de la console de salon + que de jouer partout sur d’autres supports.

J’y vois une solution d’optimisation des jeux pour alléger le CPU et GPU sur certains calculs, sans pour autant mettre de coté les personnes non dotées d’un débit internet suffisant : si tu as un bon débit ton jeu sera certainement plus beau / fluide / rapide à charger ou autre. C’est aussi un moyen d’outre passer les limites technologiques de micro-gravure des puces et de respecter certainement un cahier des charges au niveau coût / prix de vente acceptable par le consommateur.

Pour l’instant je suis plutôt positif sur l’idée, j’attends de voir ce que ça donnera en concret.

Titicrow

06 déc 2018 @ 16:26

Donc a terme, le streaming xbox sur ps5 ?

Basterd

09 déc 2018 @ 11:15

Oui Titicrow et ça s’appellera Xbox game pass et sera accessible sur n’importe quelle plateforme, même sur les télés en tant qu’appli comme netflix ou YouTube d’où le partenariat avec samsung.

Blondin

09 déc 2018 @ 12:51

Bon j’apporterais quand même une réserve là dessus ; Sony est très frileux et très fermé, et pour voir débarquer le gamepass sur une console Sony, il faudrait que ces derniers trouvent un accord avec MS. Sinon, ils n’ont aucun intérêt à laisser faire ça. On sait que les consoles ne rapportent en elle même pas vraiment d’argent, ou en tout cas très peu : ce qui fait faire du chiffre, ce sont les ventes de jeux, d’abonnements etc...

Ils ont déjà fait des mains et des pieds pour Fortnite, parce qu’ils voulaient absolument que les achats par microtransactions effectués sur d’autres supports que la PS4 ne soient pas dispos sur cette dernière, je les vois mal ouvrir la porte à quelque chose d’aussi gros que le gamepass.

Donc si Sony acceptaient un truc comme ça, ça serait un énorme manque à gagner, dans le sens où la console de Sony serait un « simple » boitier, ouvert, sur lequel tu peux faire ce que tu veux (avec certes en fonctionnalité n°1 la possibilité de jouer à des jeux PS, mais quand même).

ça pourrait arriver, mais sur PS5, franchement, j’en doute.

Déjà, parce que la technologie ne sera, à mon avis, pas encore prête (ça passera vraisemblablement par du streaming, sinon se posera la question de l’architecture de la console, ce que MS essaye d’éviter), et ensuite parce que Sony, pour ouvrir cette porte, il faudrait qu’ils aient subi un sacré contrecoup, ce qui est tout sauf le cas avec leur PS4. Je pense qu’aujourd’hui ils n’ont aucun intérêt à prendre ce risque. Sur la gén d’après, peut être, mais sur la PS5, je me répète, j’en doute fortement.

Vinc3iZ

10 déc 2018 @ 01:02

A voir si c’est les premiers à faire ça et que le service arrive partout et coûte pas trop cher ça intéressera beaucoup de personnes surtout qu’il faut pas oublier qu’il y a la 5G qui arrive et que la fibre arrive petit à petit dans les villes rurales meme si l’avancée est encore très lente

En tout cas c’est dans leur intérêt de gagner un grand nombre d’abonnée rapidement et si le service est demandé sur les consoles de Sony ils devront être contraint de l’accepter pour satisfaire les joueurs

Si on regarde Netflix et son évolution il y a un marché à prendre sur le streaming de jeux vidéos d’où l’intérêt de grosses entreprises envers ce marché comme Google ou Amazon. De plus je pense que Microsoft a de bien meilleures compétences en reseau et cloud que Sony

eykxas

10 déc 2018 @ 09:59

@culturedogue L’avantage de passer par les équipes Azure pour développer la nouvelle puce, c’est de pouvoir intégrer des optimisations « cloud » matériellement.

Le streaming de jeu via le cloud est soumis à deux problèmes. La compression du signal vidéo et la latence. Pour la latence, le fait d’avoir des serveurs Azure un peu partout dans le monde doit permettre de limiter l’impact. En moyenne on devrait avoir une latence de 50 / 100ms. Il y a fort à parier que Microsoft puisse développer une solution permettant d’intégrer cette latence au jeu via la plateforme Azure. Par exemple prendre en compte la latence dans le jeu et envoyer les images avec un délai optimisé (genre 50ms de délai, ce qui réduirait « l’input » lag à moins de 50ms).

Pour la partie « puce » Microsoft pourra développer ses propres algorithme de compression vidéo sans pertes. le H264 est à la traîne, le HEVC n’est pas assez performant (soit trop gourmand à décoder, soit trop pauvre en qualité si on veut une rapidité de décodage). Donc avoir le propre « truc » pour un décodage super rapide et adapté en bande à la plateforme Azure c’est la meilleur chose possible ! Et intégrer un tel décodage de manière matérielle, permet de n’avoir aucun « coûts » software.