Phil Spencer parle du Game Pass, Crackdown 3, Scalebound et du futur de la Xbox

«Spencer : au Phil de l’aventure» le 19 juin @ 18:002018-06-19T18:07:34+02:00" - 10 réaction(s)

C’est un Phil Spencer (dé)tendu qui s’est exprimé au micro de Jeff Gertzmann, journaliste chez Giant Bomb. Le boss de Xbox était l’invité de l’E3 Coliseum pour parler de l’Adaptive Controller, le périphérique pour joueurs handicapés. Le journaliste en a profité pour lui poser quelques questions sur sa vision du jeu vidéo et de la marque Xbox.

Spencer a tenu à rassurer les fans sur le fait que la marque est là pour durer et que Microsoft n’a pas l’intention de vendre ses activités en lien avec le jeu vidéo. Il explique notamment que l’actuel PDG, Satya Nadella, a compris l’intérêt stratégique de Xbox et qu’il tient à soutenir et à aider la marque à se développer. Intention depuis traduite par la promotion de Spencer à siéger au Board de Microsoft élevant leur secteur jeux vidéo à un autre niveau.

Il n’est pas question d’obliger les gens à abandonner un mode de consommation pour un autre.

P3 a également déclaré que le Game Pass est au coeur de la stratégie de Xbox car il permet à plus de joueurs de jouer à plus de jeux et, surtout, d’en acheter plus. Xbox aurait vendu “significativement” plus de copies de State of Decay 2 et Sea of Thieves que prévu “même si les deux jeux sont sur le Game Pass.” Il explique notamment que la raison de ce succès réside dans l’aspect social de l’interface de la console. Les jeux devenant plus visibles d’un joueur à un autre. Mon pote achète un jeu. Je peux le voir et potentiellement avoir envie d’y jouer voire de l’acheter. Le “ruissellement" façon jeu vidéo si vous voulez. Il a tout de même admis qu’il “y a encore du boulot à faire du côté du Game Pass PC.”

A la question de Gertzmann sur la disparition du jeu physique et de ses conséquences sur l’industrie, Spencer répond que leurs ventes en support physique sont saines pour l’entreprise et qu’”il n’est pas question d’obliger les gens à abandonner un mode de consommation pour un autre.”

Cependant, il admet imaginer un futur où jouer à n’importe quel jeu sur n’importe quel support serait possible voire souhaitable (cf Consoles - Chronique d’une mort annoncée) car “(…) certains jeux sont limités par les plateformes sur lesquelles ils sont.” Il souhaite que tous les joueurs puissent un jour avoir accès aux meilleurs jeux.

Spencer est apparu visiblement très mal à l’aise quand la question du refus de Sony de permettre le cross play sur Fortnite s’est posée. Après avoir fait l’anguille, P3 s’est accroché au Manuel du Bon Responsable Relations Presse et nous a servi quelques réponses bien génériques.

Evidemment, tout le monde a sa propre façon de gérer son business. Je n’ai pas constaté de changement dans l’attitude de… (apparaît gêné)… Nintendo ont été de supers partenaires. Je discute de ça avec Tim Sweeney depuis 6 mois et j’ai été déçu par l’annonce (refus du cross play par Sony, ndlr) et la façon avec laquelle ça été fait. J’adore voir qu’il est sur Switch (Fortnite, ndla)… En fait, je suis allé déjeuner avec Nintendo vu que nous sommes un gros éditeur tiers sur leur plateforme (…) et nous sommes vraiment heureux de comment les gens peuvent jouer (…). Moi, je vois les choses comme ça, t’achètes une Xbox à ton gamin et j’achète une Playstation aux miens pour un anniversaire ou autre, Les gamins veulent jouer à Fortnite et ils ne peuvent pas y jouer ensemble une fois rentrés chez eux. Je ne sais pas si…ça ne semble pas aider les consommateurs. Quant aux développeurs, ils faut qu’ils aient plusieurs versions de leur jeu. Ma vision du monde c’est que si ça n’aide ni les développeurs ni le consommateur alors, pour moi, ça n’aide pas le jeu vidéo. Le jeu vidéo (…) est l’une des meilleures formes d’art dans le monde puisqu’elle rassemble les gens (…). Alors, je comprends. Je vois le côté business de la chose. Encore une fois, chacun a sa propre façon de gérer son business. Ils sont les seuls décisionnaires.

Le sujet du marché japonais a également été abordé, Spencer admet qu’il constitue un marché difficile et qu’”il faut y aller et se mettre au boulot.” Il regrette qu’il n’y ait pas plus de jeux nippons sur Xbox avant de boucler la boucle et d’expliquer que le Game Pass pourrait être un formidable outil pour les éditeurs et studios régionaux où ils pourraient publier leurs jeux et les faire connaître localement et mondialement.

Le patron de Xbox s’est également montré combatif et a également affirmé qu’’ils n’en ont pas fini” avec les rachats de studios. Une bonne nouvelle qui devra se concrétiser à l’avenir avec le développement de jeux exclusifs à la plateforme ou du moins l’environnement Microsoft.

P3 a également tenu à dire quelque mots sur l’état d’avancement de Crackdown 3 qui a dû être retardé car il n’était pas à la hauteur des attentes. Ils ne veulent pas reproduire l’échec de Crackdown 2 qui “était un genre de Crackdown 1.5.” avant d’ajouter que “(…) De toute façon, il y a trop de jeux qui sortent à cette période (fin 2018/début 2019, ndla).”

Il s’est également permis quelques commentaires concernant l’échec fumant causé par l’annulation de Scalebound, l’exclu’ Xbox signé Platinum Games avec Hideki Kamiya aux manettes (Devil May Cry, Bayonetta, Okami). “On n’y arrivait pas…on n’y arrivait pas avec Kamiya-san et l’équipe, pour lesquels j’ai énormément de respect, et à un moment (…) tu te dis que ça ne va pas marcher de la façon que nous voulons…donc…mais ça n’a pas été le cas pour Crackdown."

Xbox One X

Accueil > News

10 reactions

jm ysb

18 jui 2018 @ 18:18

concernant scalebound, le fait que Nier automata débarque sur one n’est pas une coïncidence !

avatar

Mr Moot

18 jui 2018 @ 19:03

Heu, tu sous entend un retour de Scalebound ? Je n’y crois pas.

jm ysb

18 jui 2018 @ 19:10

non ! mais que Nier existe grace à scalebound et à son financement !

avatar

Mr Moot

18 jui 2018 @ 19:39

Haha, une des légende du jeux vidéo

jm ysb

18 jui 2018 @ 19:41

si tu veux :-))

avatar

phoenixbeef

19 jui 2018 @ 02:36

sony prend leurs client en hotage

ludofast

19 jui 2018 @ 08:15

L’argent de Microsoft pour Scalebound a été aspiré dans Nier Automata, et Scalebound n’avançait pas du tout. Ils n’avaient pas trop le choix de porter Nier pour calmer les tensions.

avatar

Mr Moot

19 jui 2018 @ 22:47

Si vous avez des preuves ça m’intéresse les gars, sérieusement.

jm ysb

19 jui 2018 @ 23:22

des preuves, non ! mais Gregoire hellot « greg », disait dans un podcast, que les studios japonais avaient profité des investissements de MS pour des commandes et d’octroyé ces budgets pour d’autres jeux qui n’ont même pas été sur xbox 360 ! cela expliquerai en partie le fait qu’au lancement de la One, les jeux japonais ont été plutôt dénigré et suite à la demande de la communauté d’avoir des Jrpg, MS serait allé voir Platinium (bayonetta, vanquish) pour une commande...Scalebound.

comme greg, « epyon », sur cet E3 a clairement spécifié, selon ses sources, que Nier avait profité des finances de scalebound et que l’édition de Nier sur One est un dédommagement...pas de scandale !

malheureusement, je n’arrive pas à retrouver le podcast de greg (Gaijin Dash) et la vidéo pré conférence xbox 2018 d’Epyon (JVC).

je ne considère pas ces journalistes comme des sources sûres mais Greg a une connaissance du japon et des contact depuis joypad qui ne permettent pas de discréditer ces dires. pour epyon, je ne sais pas, mais le fait qu’il en parle aussi permettent des soupçons plus que probable.

de plus le milieu reste toujours très secret sur des affaires comme celle ci et bien d’autres.

avatar

s3rg

20 jui 2018 @ 09:20

Scalebound, un fiasco, dont la responsabilité est partagée par Platinium quand même. Ils n’ont pas su livré le produit promis au final. Et les soupçons de « redirection de budget » pour être délicat sont immanquables quand on voit que le studio travaillait sur d’autres projets qui eux se sont terminés dans les temps.. Ca me rappelle le cas de Gearbox, dont c’est quasi reconnus qu’ils ont utilisé l’argent de Sega pour le dev d’Alien Colonial Marines afin de financer leur Borderlands 2.