X Story : Chronicles of Riddick : escape from Butcher Bay

«xXx» , - 6 réaction(s)

The Chronicles of Riddick : Escape from Butcher Bay, développé par Starbreeze Studios (un studio que j’aime bien par ailleurs), est sorti en 2004 sur Xbox avant de connaitre une version PC quelques mois plus tard.

C’est une préquelle du film Pitch Black qu’on joue, avec comme héros cette bonne vieille trogne de Riddick, dont on va vivre une partie des origines (d’où viennent ses yeux). On commence la partie prisonnier dans l’établissement de haute sécurité de Butcher Bay, et le but est de réussir à s’échapper.

Sous forme de FPS (avec des inserts à la troisième personne pour les actions contextuelles), Escape from Butcher Bay propose un titre qui fait la part belle à l’infiltration et la discrétion, sans oublier une bonne dose de violence (bha oui, c’est de Riddick dont on parle !). Ce mix fonctionne superbement bien en étant très bien équilibré : on ressent la tension du danger quand on ne veut pas se faire repérer, avant de se réjouir de dézinguer les détestables gardes de Butcher Bay. La réalisation s’avère être d’un excellent niveau, mais surtout, ce titre pourrait se résumer à une phrase lapidaire : c’est une adaptation de licence, et c’est bien quand même !

Le secret de cette réussite ? Très simple : le respect de l’œuvre originale. Ainsi, Vin Diesel s’est personnellement impliqué dans le développement du jeu, et c’est lui qui double Riddick. D’autres acteurs (Ron Perlman !) sont également de la partie, et il n’en faut pas plus pour que cette prod ait des allures de vraie œuvre, pensée pour s’intégrer dans la Saga de Riddick. Faire une préquelle est à ce titre très malin, c’est une excellente façon d’utiliser l’univers tout en l’adaptant au format vidéoludique, et ainsi éviter l’écueil habituel des adaptations qui étirent des séquences qui durent 2 minutes dans les films pour en faire des niveaux complets.

Si le jeu n’a pas si bien vieilli que ça, c’est avant tout pour des raisons techniques, car pour ce qui est du gameplay proposé, on a là un produit très moderne, qui en 2004 proposait déjà un gameplay laissant la liberté de choix au joueur sur sa façon d’aborder les difficultés. Méfiant, je n’avais pas acheté le jeu à sa sortie, et c’est plus tard, après la mort de la console, que je l’ai pris pour une bouchée de pain histoire de m’occuper. La (bonne) surprise a été totale, et je me suis retrouvé à ne pas décrocher la manette jusqu’à voir le bout de l’histoire. Pas si difficile, d’ailleurs, le jeu n’étant pas très long. Etrangement, Butcher Bay a été critiqué à sa sortie pour son absence de multi. L’approche du jeu étant très antinomique avec du bête deathmatch, je me demande encore pourquoi. Pas grave, dans le même temps le jeu a décroché plusieurs nominations et même décroché deux prix, un chez Spike TV, l’autre étant un Golden Joystick award…

Accueil > News

6 reactions

kalud

01 mai 2016 @ 11:24

Vraiment un bon jeu a l’époque je squatter chez un pote car je n avais pas la Xbox.

LORENZAL

01 mai 2016 @ 12:23

Un pitin de jeu !!! A faire...;-)

jmabate

01 mai 2016 @ 12:42

Si le jeu n’a pas si bien vieilli que ça, c’est avant tout pour des raisons techniques

je trouve qu’il a de la gueule encore...il faut que je le finisse ;-)

avatar

bangy78

01 mai 2016 @ 14:10

Whaou je l’avais zaper de mon esprit. J’en ai que de bons souvenirs.

Vinc3iZ

01 mai 2016 @ 18:56

Il est si bien que ça ? Je n’ai jamais eu l’occasion d’y jouer ...

wladoudou22

01 mai 2016 @ 20:33

Très bon jeux je l’avais fait sur ps3, par contre assault of the dark athena je ne l’ai pas fini.