Il était une fois...Panzer Dragoon 1 et 2

«Rêve de gosse» , - 8 réaction(s)

Panzer Dragoon est sorti en 1995 sur Saturn (et est également entièrement jouable dans Panzer Dragoon Orta une fois débloqué), et sa suite baptisée Panzer Dragoon Zwei est sortie l’année suivante. Ces jeux sont très connus, mais dans les faits ont été joués par très peu de joueurs, puisqu’étant sur Saturn, console marginale en France. Et quel dommage pour les playstationistes qui sont passés à côté d’un monument.

Parfois, il y a des jeux qui ne ressemblent à rien de connu, et qui en une fraction de seconde dégagent une identité tellement forte que leur image se fixe à jamais dans le souvenir du gamer heureux. C’est avec des jeux comme ça que les marginaux qui avaient la Saturn se foutaient totalement des quolibets des joueurs Playstation un peu méprisant : OK, il n’y avait pas Final Fantasy 7, mais il y avait ce jeu (entre autre) qui mettait des étoiles dans les yeux en livrant une expérience unique.

Le principe de départ est grisant, puisqu’à dos de Dragon on va défier une myriade d’ennemis en les blastant en plein vol. Certes, c’est un rail shooter, mais pas seulement, puisqu’on peut regarder (et donc tirer) de tous les côtés, y compris derrière. Le système de jeu est à la fois tout simple et terriblement addictif, avec un système de lock qui n’est pas sans rappeler le bon vieux After Burner. Au niveau gameplay, c’est donc du solide, avec tout le talent du Sega de cette époque : un sens du rythme parfait, et un jeu livrant un fun immédiat tout en se révélant au final assez exigeant, poussant le joueur à un apprentissage naturel pour livrer les meilleures performances.

Mais surtout, la réalisation du jeu a été un véritable choc. Si les graphismes ne font plus le même effet, ils décrochaient la rétine à la sortie du jeu. Le design général, ensuite, totalement inédit, réussit la performance d’installer une mythologie en seulement quelques secondes. En bonus, l’animation, impeccable pour l’époque, faisait qu’on oubliait la technique pour se laisser emporter par cet univers. Chevaucher un dragon ! Le kiff ! Et puis, tous ceux qui y ont joué attendent que j’en parle : quelle musique ! Composée par Yoshitaka Azuma, elle participe grandement à cette sensation d’épique totale, à ce sentiment de liberté et de surpuissance. Elle aussi est immédiatement identifiable, et l’OST de ces deux jeux reste aujourd’hui une pièce majeure des jeux vidéo.

En bref, Panzer Dragoon est la définition même du jeu culte, et pour ce qui est de sa suite, Panzer Dragoon Saga, cela méritera un article une autre fois…

Accueil > News

Il était une fois

Il était une fois

Il était une fois vous propose de découvrir (ou redécouvrir) un ancien jeu qui a été au cœur de l’actu au moment de sa sortie, et qui a été (injustement) oublié ensuite.

Les jeux vidéo ont une histoire, et nous allons vous la raconter.

8 reactions

jmabate

19 mar 2016 @ 19:15

panzer dragoon ! LA série mythique de la saturn !

tu oublis de citer Moébius, dont le design s’en inspire et sa renommé (BD) m’a de suite attiré sur le jeux !

pour les musiques, j’adore celle du niveau 3 ! pour les musiques d’intro, du premier stage et celle de fin, il faut saluer le travail de Tomoyuki Hayashi sur l’orchestration sans qui le résultat n’aurait pas été le même.

à l’instar des shoots de sega (space harrier, after burner et bien d’autres) le jeux de la pandora box (rien que le nom du studio me parle) dégage une ambiance visuelle et musicale qui m’attire encore aujourd’hui. c’est toujours du beau travail surtout quand on voit l’interminable liste du staff :’-))

d’ailleurs dommage que crimson dragoon n’est pas réussit à remettre au gout du jour cette IP :-(, là ou Orta avait excellé ;-)

Mattanys

19 mar 2016 @ 19:26

J’ai toujours mon « Zwei » et mon « Saga » à portée de main. Quels jeux ! Merci pour cette chronique !:-)

Ezekiel.666

20 mar 2016 @ 09:54

@jmabate

Tu m’a enlever les mots du bouts des doigts .... Cette licence, elle est l’un de celle qui m’on laisser un souvenir impérissable (au meme titre que Halo CE ou The Legend of Zelda).

Je comprend pas (et cela est aussi valable pour d’autre licence = PGR ou Rallysport), qu’elles puissent etre cantonner au fond du carton. Alors que le potentiel est monstrueux (enfin, relativison, y’a pas de Marines ou de GI Joe).

Enfin, je me console en sachant que j’ai toujours ma Saturn avec les jeux et mes Xboite avec la suite.

electroforez

20 mar 2016 @ 11:05

J’ai découvert cette série avec Zwei sur Saturn.

Et c’est Orta qui m’a fait acheter la première Xbox : c’est en voyant une vidéo tourner à la Fnac que j’ai voulu, de façon impérieuse, y jouer. Quand j’y repense, c’est ce jeu qui a déterminé toute la suite de mon histoire de gamer, vu que je suis resté chez MS depuis :-O.

Sacré SEGA B-).

doll999

20 mar 2016 @ 15:11

alala comment je bavais sur la cinématique d’intro sur ma saturn .

nicodeliessche

20 mar 2016 @ 17:22

Le Orta sur xbox est bon aussi, par contre, crimson dragon est raté à cause du gameplay qui n’a pas repris celui de ses ancêtres. En espérant que Phantom Dust tienne la route...

Sokoj

21 mar 2016 @ 15:01

Cette série est juste grandiose. Orta m’a fait acheter la Xbox et a donc contribué à mon passage de SEGA à Microsoft.

jmabate

21 mar 2016 @ 15:54

panzer dragon 2 était bien aussi mais avait moins la classe ! le fait que son dragon grandit était une bonne idée et les musiques manquaient de punch et de charisme ! peut être sortie trop vite !