Preview - Driver : San Francisco

«I believe i can fly» , - 3 réaction(s)

Driver, c’est une série mythique avec un premier épisode qui à fait date dans l’histoire ; malheureusement, comme certains gros succès, parfois les éditeurs s’emballent et perdre les pédales… Mais John Tanner n’avait pas dit son dernier mot, ça c’était une évidence, et c’est donc sans surprise que l’on retrouve notre héros pour ce nouvel opus.

Y’a des jours comme ça

Six mois se sont écoulés depuis les derniers déboires de notre ami John, remis à neuf par beaucoup de repos et un personnel d’hôpital aux petits soins. C’est alors qu’il apprend le transfert de Jericho pour son procès et qu’il décide d’anticiper l’inévitable. En effet, Charles Jericho, le « Nemesis » de Tanner, a décidé de fausser compagnie aux autorités « compétentes » ; s’engage alors une course poursuite infernale entre les deux protagonistes. Alors qu’il se croit en position de force, le criminel le surprend ce qui provoque un terrible accident et le retour de Tanner à l’hôpital dans un sale état.

Driver c
Driver c'est l'art de la conduite sportive

C’est donc dans le coma que va débuter ce nouvel épisode de la série, permettant ainsi de calmer la communauté qui après l’annonce d’une nouvelle fonctionnalité de Gameplay, le « Shift », avait crié au massacre. En effet, les Fans craignaient qu’il soit impossible de justifier dans une histoire de telles pratiques et donc qu’Ubisoft allait noyer une bonne fois pour toutes le solo.

Prendre du recul

Qu’est-que le shift ? Et bien c’est une capacité qui vous fait quitter un corps par l’esprit pour entrer dans une vue reculée de la ville et vous permettre de prendre le contrôle de n’importe quel véhicule des alentours, le tout dans une incroyable fluidité ! Voiture, camion, pick up, vous avez l’embarras du choix ! D’ailleurs, là où le concept devient fort intéressant, c’est que vous n’êtes pas toujours seul et donc prendre place dans une voiture auto-école pour foncer comme un malade à la poursuite d’un objectif va faire brailler comme une pucelle le moniteur assis sur votre droite. Plusieurs cas cocasses s’offrent alors à vous, comme une crise de couple par exemple ou encore l’inquiétude d’une vendeur qui vous fait essayer ce nouveau bolide, mais la vraie bonne idée c’est que ce système ne vous oblige pas à traverser les centaines de kilomètres que représente la modélisation de San Francisco pour atteindre une quête.

Vous n
Vous n'êtes pas toujours seul dans la voiture

L’histoire se dévoilant à coups de Shift sur des points clés, libre à vous donc, d’enchaîner les missions ou au contraire de traîner un peu et de lancer des tâches annexes. Au fur et à mesure de votre avancée, vous pourrez aussi débloquer d’autres pouvoirs comme un « boost ». Fort heureusement, dans certains cas vous n’aurez pas accès aux pouvoirs, histoire de ne pas rendre le tout trop simple. Outre le scénario et les quêtes, vous pourrez collectionner des voitures (plus de cent modèles) et upgrader leurs capacités. Le monde est totalement ouvert et la conduite, bien que glissante, reste propre à un Driver. L’ambiance de la ville tourne autour des années 70 et la bande son est des plus agréables.

Mauvais esprits

Autres circonstances où le Shift nous a fait forte impression c’est durant la phase multijoueurs. De nombreux modes sont disponibles (environ 19), tous plus fous les uns que les autres, dont des split duel et coopératif.

Une course poursuite dans San Francisco, ça n
Une course poursuite dans San Francisco, ça n'a pas de prix

Le premier des modes consiste à suivre à la trace une voiture de tête, plus vous lui collez aux fesses plus vous faites de points. Sauf que les autres joueurs ont le même objectif et peuvent utiliser le Shift pour se rapprocher le plus possible du véhicule. C’est là que la compétition commence : certains, équipés de pick up, tentent de se faire de la place à coups de pare-buffles, d’autres avec une voiture plus rapide se glissent dans les trous derrières la voiture de tête, et enfin les pires de tous décident de prendre un camion pour se permettre de nettoyer la route à coups de remorque...

Le second mode s’apparente à un contrôle de drapeau, une voiture apparaît avec un marqueur qui génère des points toutes les secondes. L’adversaire qui réussira à emboutir le propriétaire du « drapeau » se retrouve avec et doit donc s’enfuir à son tour. On se retrouve donc à Shifter à tout va pour prendre une voiture en contre-sens et surprendre les autres, malheureusement vous êtes rarement le seul à avoir eu l’idée. C’est fun, on a l’impression d’être au milieu d’une course de Stock Car avec toute la pression qui va avec !

Il est parfois utile d
Il est parfois utile d'avoir des arguments massifs

Pour finir, une version moderne des gendarmes et du voleur, une voiture est désignée pour prendre la fuite, toutes les autres doivent détruire à coups de pare-choc le fugitif ! Plus le voleur tient longtemps, plus il fait de points, sans parler des objectifs visibles uniquement par lui qu’il peut réaliser pour augmenter encore plus son score, laissant derrière lui des carcasses de voitures de police à la « The Blues Brothers ».

San Francisco s’éveille

Finalement, c’est une toute nouvelle version de Driver qui nous est offerte ici, avec pas mal de nouveautés mélangées à un désir de retour aux sources. On regrettera qu’il n’y ait pas de signalétique, bien que la circulation soit en nombre. Même chose pour le ô combien célèbre tram que vous ne croiserez jamais vu qu’il n’a pas pu être implémenté, bien que les rails soient présents. Le solo est amusant et le Shift passe inaperçu après quelques utilisations, mais là où le jeu frappe fort c’est en multijoueurs ! Les nombreux modes et pouvoirs rendent le tout différent de simples courses de voitures. Une agréable surprise qui permettra probablement à Driver : San Francisco de tirer son épingle du jeu.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton396.jpg?1390069363

Accueil > Focus > Previews

Driver San Francisco

Driver San Francisco

Genre : Courses

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

Date de sortie : 01/09/2011

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Driver San Francisco

3 reactions

spiroz

14 jui 2011 @ 23:10

Yes !

je le savais ça va envoyer du lourd , déja dans les trailers on peut s’apercevoir du retour au source au niveau de la conduite , les travers , cette sensation de glisse qu’il y avait dans le 1er :]

Snoopy92

17 jui 2011 @ 03:05

D’après votre preview cela vas être une tuerie mais j’attendrai un test avant de me lancer dessus.

boulidu09

07 aoû 2011 @ 11:40

C’est sur que ca va envoyer du lourd ils y travaillent depuis bien longtemps dessus peut etre ils y ont reflechis a vant la sortir du 3 mais la le 4eme volet va envoyer du steak !! Je le sens mieux que tout les autres deja que je faisait que jouer au deux quand j’etaits petit :) Et moi de meme j’attendrai le test pour voir l’avis de Xboxygen des sa sortie jespere que vous le feriez rapidement :)