Preview - Cyberpunk 2077 : on l’a vu, et on a pris notre claque

«Une ambition de dingue» , - 11 réaction(s)

JPEG - 216.6 ko

Les développeurs de The Witcher 3 sont venus cette année à l’E3 avec une démo de leur prochain bébé, un action/RPG en vue à la première personne appelé Cyberpunk 2077. Annoncé depuis 2012, c’est un euphémisme de dire que le jeu est extrêmement attendu et c’est donc 6 ans plus tard que nous avons pu assister à une démo de gameplay. Allons tout de suite droit au but : ça tue la gueule.

Bienvenue en 2077, augmentations et panneaux publicitaires à gogo

La présentation commence par le choix du personnage. Libre à chacun d’incarner un homme ou une femme, et de choisir un passé qui influencera l’aventure qui va suivre. RPG oblige, de nombreuses options de personnalisation visuelle du personnage sont également disponibles, allant de la couleur des yeux à la forme du nez. Les développeurs insistent bien sur le fait qu’il n’y a aucune classe à choisir dans le jeu. Les caractéristiques du personnage font son identité propre et chacun pourra choisir de jouer plutôt un amateur d’électronique hacker, un gros bourrin ou quelqu’un de plutôt équilibré dans ses compétences. Pour l’heure ce sera donc un homme, avec des capacités en piratage.

La démo commence alors sur ce qui semble être le tout début du jeu. Le personnage principal se rend dans un bâtiment avec son acolyte pour retrouver une personne en danger. Et première surprise, Cyberpunk 2077 se joue à la première personne pour une meilleure immersion, à l’exception des cut-scenes qui sont mises en scène. Non, ce n’est pas gênant du tout, et ça fonctionne vraiment bien. En cours de route, les deux compères tombent sur une bande armée qui les arrose copieusement. En restant à couvert et enchaînant les boosts de capacité, les ennemis ne font pas long feu. Cette première escarmouche permettait surtout de constater que les environnements subissent des dégâts sous les nombreux impacts de balles. La violence est très présente, accentuée par des ralentis et accélérations du personnage qui contourne les assaillants sans sourciller jusqu’au moment où des tirs de sulfateuse lourde passent à travers un mur. Le temps de trouver un chemin alternatif, la menace est éradiquée et le personnage principal peut sauver la victime recherchée, une femme au corps lourdement modifié et dévêtu, laissée pour morte dans une baignoire. Un hack de son système permet de savoir qu’elle est corrompue par un virus. Point intéressant, parce que cette personne possède une assurance haut de gamme, chose que l’on constate lors du hack, on peut appeler les secours. Elle est ensuite évacuée par les soins du protagoniste principal, laissant le spectateur profiter de la physique assez poussée du modèle de personnage, au point que ses seins étaient animés de manière on ne peut plus crédible face à la gravité et aux mouvements de celui qui la transporte.

Une mise en scène de haute volée

La nudité aura une grande place dans le jeu. Les présentateurs ont lourdement insisté sur ce point, le jeu est destiné à un public mature et se déroule dans une société décadente où le sexe et les modifications corporelles sont légions. C’est dans cette logique que la démo reprend avec le personnage principal qui se réveille bien accompagné après une grosse soirée payée avec la prime de sa mission de la veille, en petite tenue et un peu ronchon. C’est surtout l’occasion de se rendre compte du soin apporté aux intérieurs. L’appartement paraît totalement crédible, avec des touches d’éléments futuristes qui ne font pas gadget comme une interface de domotique. Le temps de sortir de l’appartement jusque dans la rue au milieu d’une foule de passants, et c’est l’occasion de constater l’omniprésence du soin apporté aux décors. Les environnements très détaillés et plausibles sont du même niveau que l’appartement, et c’est en toute logique que la ville aux 6 quartiers distincts semble aussi vivante que crédible. Rockstar pourrait bien se trouver enfin surpassé dans ce qu’ils réussissent le mieux : les open-worlds.

Cyberpunk, en plus de sa vue FPS, est donc un monde ouvert potentiellement très vaste et basé sur une certaine verticalité. Les buildings sont hauts et les différents bâtiments traversés dans la démo suivent cette logique de ville futuriste dans laquelle les choses sont tassées au point d’écraser l’humain. Quoi de plus normal dans une ville où l’on peut se faire installer la moindre modification corporelle militaire à l’arrière d’un bâtiment tout crasseux. C’est d’ailleurs ce qui nous est montré dans une scène où le personnage se fait implanter une interface dans le creux de la main, afin d’optimiser ses capacités en tir. Il en profite aussi pour se faire greffer un nouveau modèle d’oeil, lui permettant de zoomer et mettre en exergue les éléments interactifs du décor, voire même les ennemis à travers les murs. La mise en scène semble de qualité et se joue d’astuces assez bien amenées pour une immersion totale. Quoi de mieux que de se voir poser un nouvel oeil en vue à la première personne, pendant que son bras se fait augmenter pour pouvoir être plus efficace au tir ? Une simple scène qui peut paraître anodine comme celle-ci dure bien quelques minutes, le temps de parler à notre docteur, de s’allonger et de papoter un peu avec celui qui s’occupe de nous.

Un univers riche et complètement cohérent

CD Projekt n’a pas perdu la main, en tout cas pas sur la mise en situation et les dialogues, ce qui est également présenté dans la démo. Les PNJ croisés réagissent en fonction des choix du joueur. D’ailleurs, la discussion n’est pas toujours la solution à privilégier selon les envies de roleplay. On retrouve ainsi un système de dialogue à choix multiples, comme dans The Witcher, mais dont la simplicité n’a d’égale que l’incidence qu’auront ces choix sur le déroulement de l’histoire. La démo amène ensuite le joueur dans un lieu où l’attend une mission qui peut être abordée de manière discrète, brutale ou fine. Libre au joueur de choisir alors son approche, même si chaque décision peut amener à une situation explosive en cas de faux pas. La démo met alors en avant la possibilité d’utiliser des armes et munitions à l’efficacité redoutable, à l’image de balles qui rebondissent sur les murs ou d’autres auto-guidées. De sauts en glissades, la manière forte est bien jouissive puisqu’elle permet visiblement de démembrer des ennemis. On a pu voir des jambes partir en bouillie avec une cartouche de shotgun bien sentie par exemple. Tout est très dynamique et très naturel, même si les ennemis doivent encaisser de nombreuses balles avant de mourir. Notre acolyte présent lors de cette mission peut lui aussi se rendre utile en soulevant une voiture qui sert alors de bouclier lors d’un combat contre un gros ennemi en exosquelette. La dynamique entre le personnage principal ici féminin et celui-ci rappelait Batou et Motoko de Ghost in The Shell. La manière furtive amène d’autres choses intéressantes comme par exemple la possibilité de hacker un ennemi pour se connecter au réseau du gang dont il fait partie. Selon son niveau de compétence, il est précisé que plusieurs interactions seront possibles à l’échelle du groupe mais ici, en début de partie, le piratage du système offensif d’un garde est simplement une bonne manière d’éviter de se prendre une balle.

S’il fallait contrebalancer un peu l’enthousiasme face à la mise en scène, aux détails de son univers extrêmement crédibles, sa bande son aux petits oignons (ces vibes electro de folie...) et à ses mécaniques de jeu de rôle, c’est peut-être la partie technique. Le jeu n’est pas du niveau des trailers montrés, ce qui n’est une surprise pour personne. Le rendu n’est pas follement dingue mais il reste du temps aux développeurs pour affiner le tout d’ici la sortie de Cyberpunk 2077 qui n’est pas encore connue. Les textures ne sont pas incroyables dans leur ensemble mais sont contrebalancée par une grande cohérence de l’ensemble, résultat de choix techniques judicieux liés aux compétences des artistes du studio. Artistiquement en tout cas, c’est bien parti pour être un sans faute et les différents environnements sont subtilement sublimés par des ambiances lumineuses de qualité. L’impression d’évoluer dans Blade Runner ne nous aura pas quitté de toute la présentation, même si Cyberpunk possède clairement sa propre identité et ne se contente pas d’appliquer une recette éculée de la science-fiction. Autre bémol (parce qu’il faut bien chipoter un peu aussi) concernant la conduite du véhicule qui est actuellement un peu raide, couplée à une physique peu prononcée. C’était encore plus frappant lors d’une scène de tirs paraissant scriptée face à des assaillants depuis un autre véhicule au milieu du trafic. Sans avoir le pad en main, il est difficile d’être critique face au jeu sur ce point, car sur tous les autres aspects du titre et tout ce qu’il n’est pas possible de retranscrire en détail en quelques lignes, le jeu promet de bien belles choses.

Cyberpunk semble très bien parti pour devenir ce que l’on attend de lui. Si les promesses des développeurs sont tenues, alors nous aurons là un titre qui fera certainement date dans le jeu vidéo. Avec Cyberpunk 2077, CD Projekt semble avoir repris tous les atouts de The Witcher transposé dans un tout autre univers en vue à la première personne, mais bien plus vivant encore, et également beaucoup plus riche avec des détails qui fourmillent dans tous les sens. La démo à laquelle nous avons pu assister laisse des traces dans l’esprit pendant un bon moment car rarement une telle cohérence d’univers n’aura été atteinte. Ainsi, Cyberpunk 2077 fait assurément partie du top 3 des jeux à suivre de près pour les prochaines années et il nous tarde d’essayer toutes les possibilités promises avec notre propre manette en main !

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1194.jpg?1528822790

Accueil > Focus > Previews

Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077
PEGI 0

Genre : RPG

Editeur : NC

Développeur : CD Projekt

Date de sortie : NC

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

11 reactions

Koubiwan

13 jui 2018 @ 18:53

Veinards !!

Vous avez pas filmé une petite partie de la démo avec votre portable ? Alleeeeez, vous avez pas grugé leur attention ne serait ce que 10 sec ?? on veut voir ce que ca donne nous !! :)

Tomchoucrew

Rédaction

13 jui 2018 @ 19:08

@Koubiwan non car on respecte ce qu’ils nous ont dit :) Pas de film, pas d’enregistrement. Mais j’imagine que ça ne saurait trop tarder...

bastoune

13 jui 2018 @ 20:09

C’est Le Jeu auquel j’ai toujours rêvé de jouer... :-O

avatar

Mr Moot

13 jui 2018 @ 20:10

@Koubiwan Tu voulais du nu, avoue !

Djimpredator

13 jui 2018 @ 20:46

Il est clair que je l’attends celui la j’ai adorer witcher 3 et toutes les vrais extensions et forcément CD Projekt me fait rêver même la narration et au top et l’univers pourrait être bien sympathique

killkuter

13 jui 2018 @ 23:39

« graphiquement pas ouf » ça fait un peu peur quand même ^^

Jonyboy

Rédaction

14 jui 2018 @ 00:16

Rolalala... J’en peux plus là ! Ça faisait bien longtemps que j’avais pas été hypé comme ça par un jeu tiens !

GigaTRIPELX

14 jui 2018 @ 02:44

Je vous regardais gentiment quand.... wtf ... Le p’ti gros Black à 3’52 de la vidéo mdr :’-)) :’-(:’-)):’-)):’-)) il m’a fait m’a soirée

Vous avez fait genre...OooK lol

Prochainement on aura doit à cette séquence nous aussi ! don’t panik, c’est ce qu’ils font toujours.. :-)) B-) cool !

avatar

Gerland

14 jui 2018 @ 05:18

Ce qui est fabuleux avec ce jeu, c’est que la hype est colossale depuis déjà un moment, et ne cesse de grimper, chaque journaliste qui pose les yeux dessus l’augmentant encore un peu plus.

prochaine étape, la Gamescom pour observer une partie du gameplay de cet extrait.

tomzati

14 jui 2018 @ 08:10

que de bonnes références citées dans votre article ! Je suis méga Hypé aussi ! ça fait partie du top 5 des jeux de l’E3 qui m’auront emballé le palpitant !

12