Preview : Dragon Ball Xenoverse

«Kamehamehaaaaaatend ! J’suis pas prêt !» , - 41 réaction(s)

Attendu par les fans et ignoré par les autres, Dragon Ball Xenoverse s’est offert le week-end dernier, une courte beta sur PS3 nommée Network Test (Test Réseau), certes mouvementée, mais qui a permis à un grand nombre de voir ce que donne le gameplay du titre. Un moyen pour nous de faire le point sur un titre assez mystérieux qui va nous proposer de voyager dans le temps et changer le cours de l’histoire Dragon Ball telle qu’on la connaît au travers de combats aussi inattendus que spectaculaires.

Une question de classe

Le design des personnages créés est très fidèle au style d’Akira Toriyama.

Si le concept ne changera pas d’ici la sortie, on constate que cette beta au lancement catastrophique (retard, nombreuses coupures des serveurs, etc) ne proposait qu’un très infime contenu de jeu, à savoir les affrontements entre joueurs, ainsi que 2 missions (la n°2 et la n°3 sur des centaines de prévues). Mais commençons par le commencement et voyageons dans le temps pour se tourner vers le créateur de personnage. Avant de commencer une partie, vous devrez créer votre personnage (1 seul emplacement possible sur les 8 prévus par la version définitive) en choisissant parmi une des 3 classes disponibles : Saiyan Homme, Saiyan Femme et Namek. Il est à noter que d’autres classes seront présentes dans la version finale mais n’étaient pas accessibles pour cette beta : Humain Homme, Humain Femme, Majin Mâle, Majin Femelle et des extraterrestres de type frigorifique. On regrettera d’avance qu’une classe cyborgs n’ait pas été inclue, tout comme d’autres races telles que les Kaiohs, très présents dans la série. Chaque classe possède des caractéristiques et de l’équipement qui lui sont propres. Une fois la classe choisie, c’est parti pour la customisation du perso ! Bien que la beta ne proposait pas tout (pas de voix par exemple ou absence d’éléments), vous pourrez aisément vous créer un personnage original, que ce soit pour son style ou dans les couleurs choisies. D’autres éléments seront accessibles en les gagnant en mission ou en les achetant dans une des boutiques du jeu.

Le temps de prendre son temps

La ville du temps : TokiToki

Ça y est : on est arrivé dans la ville de Tokitoki, sorte de hub du jeu où vous pourrez aller faire vos emplettes, vous préparer aux combats contre d’autres joueurs, ou partir en mission. Et la déception commencera dès à présent. C’est pas forcément beau en dehors des persos corrects. Les textures des décors sont faiblardes et les décors plutôt vides en dehors des quelques bâtiments présents. Le tout est empiré par un aliasing un petit peu trop persistant (mais loin d’être aussi présent que sur les Naruto Ultimate Ninja Storm). On peut même passer au travers de certains objets ! Preuve que le jeu est loin d’être terminé. Maintenant que le choc technique est passé, il est temps d’interagir avec les autres joueurs, et rien de tel que de faire le pitre pour attirer l’attention. Le joueur a ainsi à disposition une quarantaine d’actions de type emoticones qui remémoreront de bons souvenirs aux fans, le tout accompagné de phrases de dialogues déjà prêtes afin de faciliter le chat. Malheureusement, l’ensemble étant proposé en anglais, il est peu évident de se repérer, malgré la facilité des manipulations, pour quiconque ne maîtrise pas la langue. Le pire étant pour les techniques et les achats d’éléments qui ont droit également à leur traduction américaine, alors qu’en France, nous sommes habitués à la version française et à la version japonaise. Espérons que la version définitive propose plusieurs langues. Une fois votre équipement installé et vos techniques attribuées aux différentes touches, on est prêt pour se bastonner !


J’ai dit : on est prêt pour se bastonner !






Trunks, en tant que spécialiste temporel, sera un contact privilégié pour l’avancée de l’histoire.

Ah, oui, c’est vrai. J’avais oublié... Je ne vous ai pas encore parlé des temps d’attente. Tout ce qui demande une interaction avec le serveur demande énormément de patience. Que ce soit pour se connecter aux serveurs en entrant dans le jeu (même lorsqu’on lance un lobby offline), pour rechercher un groupe, lancer une partie ou un combat, le jeu prendra des plombes et des plombes pour offrir ce qui est demandé. Les serveurs de jeu, du moins sur PS3, ne semblent absolument pas prêts. Comme le but de cette beta était de tester le code réseau, espérons que des serveurs optimisés, solides et réactifs prendront le relais non seulement pour ce support, mais également pour les version PS4, Xbox 360 et Xbox One qui accueilleront également le jeu courant 2015.

Y’a encore du chemin jusqu’à la queue de la route du dragon

Totalement gadget, et donc indispensable, si vous êtes équipés d’un scouter, vous pourrez voir le combat avec le niveau des persos... Mais ne pourrez plus agir.

Comme annoncé en début de cette preview, le jeu n’offrait que peu de contenu avec deux minuscules missions et le manque de tout un tas d’option (les mentors, une zone du hub, etc). Si c’était loin d’être suffisant pour s’amuser sans s’empêtrer dans la lassitude, c’était l’occasion de voir ce que donnait le gameplay de base. Les amateurs seront plus ou moins en terrain connu, puisque le titre reprend les bases de Tenkaichi avec un bouton pour les coups physiques, un pour les boules d’énergie, un pour le saut et un pour le spécial. Combinés avec la gâchette droite, des compétences spéciales s’activent (Kamehameha, Kaioken, etc), tandis qu’un combo des deux gâchettes avec un bouton lance les hyper attaques et techniques supérieures (esquives, Makankosappo, etc). Malheureusement, on est encore loin du niveau de Tenkaichi,. La faute à une sorte de mollesse de l’ensemble, doublée avec des déplacements pas terribles (les coups partiront souvent dans le vide, même avec lock). Ce qui au final, donne des combats relativement brouillons et mous, mais ce côté devrait, on l’espère, disparaître au fur et à mesure des niveaux gagnés, et des points de compétences que vous devrez attribuer sur différents critères de votre personnage (santé, vitesse, attaque, spécial, Ki, etc). Le reste sera entre les mains des développeurs ces prochains mois.

Une fois achetées, on peut utiliser toutes les techniques que l’on souhaite

Bien évidemment, bien qu’ils soient obligés de créer leur gardien du temps, les fans ne seront pas forcés de jouer avec lui, puisque les personnages originaux sont sélectionnables pour les missions comme pour les affrontements. Tous ne l’étaient pas sur cette beta : seuls Goku, Gohan petit, Piccolo, Krilin, Tenshinhan, Yamcha, Raditz, Nappa et Vegeta répondaient présent. Mais le nombre de slots cadenassés (montant le nombre total à un peu plus d’une vingtaine de persos jouables) fait peur, car cela ne laisserait que peu de place au casting complet du titre qui s’étoffe déjà de Broly SSJ4 et de Goku en God Mode. Espérons qu’un scrolling durant la sélection soit présent dans la version définitive ou que l’écran de sélection de personnage soit temporaire juste pour cette beta. Car si c’est la définitive, on va avoir des persos importants être tout simplement mis au rebut (au pif : les cyborgs, les kaiohs). La beta étant basée sur la version PS3, nous n’avons malheureusement aucune idée de ce que donnent les features de gameplay supplémentaires spécifiques à la Xbox One et la PS4, ni même ce à quoi donneront techniquement ces dernières. Le jeu est de toute façon encore en développement jusqu’à sa sortie en mars 2015, et de nombreux réglages et améliorations devraient être, espérons-le, apportés.
Mais pour l’instant, le jeu a un arrière goût d’inachevé, indigne de la série. Ou plutôt digne des derniers films et OAV sortis.

Et là, ça fait vraiment flipper...

Accueil > Focus > Previews

Dragon Ball Xenoverse

PEGI 12 Violence

Genre : Combat

Éditeur : Namco Bandai

Développeur : Dimps

Date de sortie : 27/02/2015

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3

41 reactions

benderbigscore

12 oct 2014 @ 18:18

:’-)) avec du gin (et dose maison) ça fait passer le goût du schweppes

texazranger

12 oct 2014 @ 18:33

C’est pas un ensemble de passionné(e)s de jeux vidéos sur ce site, c’est un collège fou fou fou ...... Un chti russe blanc, miam, the duke style B-)

Stéphan

12 oct 2014 @ 19:30

Hem... Si nous pouvions rester dans le sujet, plutôt que de tomber dans le trip d’un mec sous LSD, ce serait top.

texazranger

12 oct 2014 @ 20:00

Et donc, si je peux comprendre les fans, ce jeu n’est pas pour moi. Et pour paraphraser petit ours brun, un bon chocolat chaud et des crêpes , c’est comme si c’était noël .....

texazranger

12 oct 2014 @ 20:04

Je vais me limiter aux références pegi 8, je comprends que parfois je pousse un peu, désolé.

TheBitMapBrother

12 oct 2014 @ 20:52

Qui a dit LSD ? Où ça ? La International Coburn School n’admet que sur dossier, les places sont limitées et ne prennent que des fadas dans votre genre qui font tourner en bourrique un membre de la rédac (et on l’aime cette rédac).

texazranger

12 oct 2014 @ 21:30

hou toi tu tu cherche la fessée thebitmapbrother, fétichiste ??? :o)

Dan Glotka

12 oct 2014 @ 21:35

C’est bon il est plus de 21h les enfants sont au lit tu peux te lâcher Texaz.

texazranger

12 oct 2014 @ 21:44

m’enfin pour qui me prends tu Dan, je suis un gentleman , j’ai laissé le malin me tenter, mais après quelques prières, le droit chemin m’est à nouveau apparu.... ou pas :->:->:->

Dan Luthar

12 oct 2014 @ 22:01

Prêtre Moot où es tu un texan cherche a ce conFESSER....