The Crew : On y a joué avant sa sortie

«Nos impressions» , - 1 réaction(s)

Nous avons eu le plaisir d’être invités par Ubisoft à tester, dans leur locaux de Montreuil, leur futur MMO-RPG dédié aux pilotes, à savoir The Crew. Développé par Ivory Tower, cet énième jeu de caisses compte bien faire sa place parmi les sorties actuelles du genre. Pour ce faire, les petits plats ont été mis dans les grands. On propose aux joueurs rien d’autre que de pouvoir se balader, seul ou à plusieurs, et faire des courses sur une map représentant les Etats-Unis en entier. Rien que ça ! Le jeu a été présenté par, entre autres, Julian Gerighty, creative director chez Ubisoft. Ensuite, nous sommes partis sur les routes durant 3 heures.

Y a pas que la taille qui compte. Mais quand même

La mini face aux concurents

Dès le début du jeu, toute la map des US, divisée en 5 régions, est ouverte et ce sont 6000 km de routes qui sont disponibles. Cela ne représente cependant qu’environ 20% de surface. En effet, au bout d’une heure trente de jeu, on débloque le premier véhicule de la catégorie Dirt, qui nous permet d’aller partout. Mer, montagne, plaine. D’ailleurs, au niveau des voitures, on n’a pas le nombre exact, mais il parait assez faible, excepté lorsque l’on prend en compte que chacune d’elles sont modifiables, améliorables et customisables. Celles-ci sont divisées en 6 catégories : Full Stock qui est la caisse de concession, Street quand on y rajoute quelques modifs, Dirt pour le off-road et la route, Performance, pour la vitesse sur route, Raid pour le pure off-road et Circuit pour celles qui tournent sur circuit, même si on peut également aller rouler sur le bitume avec. Le principe est simple, on achète une caisse et on l’équipe avec les améliorations que l’on a débloquées, selon où on veut aller rouler.

Avec 70 missions dans le jeu, 500 challenges, 5 voitures cachées et 300 points d’intérêt à trouver, les heures vont défiler

A chaque course on gagne de l’argent pour améliorer ses voitures, et de l’XP pour faire monter le niveau de notre personnage. Arrivé au niveau 50 on passe platinium et on peut recommencer toutes les courses pour débloquer des pièces spécifiques supplémentaires. De notre côté, lorsque l’on a commencé à jouer, les voitures étaient déjà très évoluées et notre personnage était presque au niveau maximum, mais pour ce qui est de la durée de l’histoire, dont le fil rouge est une sorte de road trip à la Fast & Furious, il faut compter entre 15 et 20 heures. Cependant, avec 70 missions dans le jeu, 500 challenges, 5 voitures cachées et 300 points d’intérêt à trouver, les heures vont défiler et on n’est pas près d’arriver au bout.

Le multi au plus simple

Ca sent le Offroad

On peut faire des courses seul, avec son Crew et en faction (coop). Pour le PvP c’est 8 joueurs max et 4 pour le coop. En multi, il y a 25 courses de faction à débloquer. Les courtes, moins de 10 minutes, des moyennes de 10 minutes à moins d’une heure et des épiques pour les courageux. Il y a également des petits challenges où, par exemple, il faut franchir des portes le plus rapidement possible, un peu partout sur la carte.

On peut être dans la partie solo, terminer une mission et partir rejoindre ses potes, maximum 8, pour aller rouler n’importe où. Un clic sur la touche view et on accède à la carte pour voir qui est en ligne et à quel endroit. En quelques secondes, on peut inviter ses amis, en se positionnant à l’endroit où débute une épreuve et en les sélectionnant dans la liste. Une fois fait, la mission démarre, que ce soit une course chacun pour soi, une où il faut rattraper une cible et lui rentrer dedans jusqu’à ce que sa barre de vie soit vide, ou bien d’autres encore.

Lorsque l’on se rate durant une course, en percutant un adversaire ou en faisant une sortie de route, en maintenant le bouton B on est rapidement remis sur la route. Pour aider à anticiper, la mini-map indiquant les courbes à venir se situe en bas à droite de l’écran. Afin d’avoir le bon véhicule pour la bonne course, on peut accéder à un garage mobile, via un smartphone virtuel. On le fait apparaître en pressant la touche menu. De là, on peut également accéder, entre autres, aux épreuves du jour, aux options de réglages pour les voitures. Les voitures se pilotent soit avec toutes les aides, soit en mode sport, soit en mode hardcore. La tenue de route des véhicules est totalement axée arcade, un mélange de Burn Out et de Ridge Racer. La prise en main n’est pas très évidente, avec une sensation de lourdeur et des réactions parfois excessives. Au bout de quelque temps, on finit par tout de même maîtriser les engins. Il y a aussi un arbre de talent à remplir, dans lequel on choisit les améliorations telles que accélération, freinage ou encore la nitro.

Les joies de la promenade

On va barouder un peu

Le jeu est assez beau, et même s’il n’est pas possible de faire du photo-réalisme sur une map aussi grande, on profite de décors variés et de la beauté des paysages. En ville, on croise même des passants et il y a plus d’une centaine d’animaux qui passeront devant nos yeux. La gestion du cycle jour/nuit est bien faite et jolie à regarder. D’ailleurs, pour ceux qui n’aiment pas rouler de nuit, il y a toujours la possibilité de partir sur la côte opposée, afin de suivre le soleil. On regrette qu’il n’y ait pas de gestion climatique, seules les montagnes sont recouvertes de neige. La version du jeu que nous avons testée datait de juillet 2014 et il a été bien agréable de constater que l’aliasing était quasiment totalement absent sur la One. Une seule fois il a été aperçu sur 3 heures de jeu. Pour qui souhaite faire la traversée de part en part, sans profiter du paysage, il faut compter une 1 heure. Cependant, on prend rapidement plaisir à partir escalader une montagne, juste pour voir ce qui se trouve à sa cime et profiter du point de vue.

Pour finir sur une excellente nouvelle, le jeu sera compatible avec tous les volants

On a également appris que même si des DLCs sont prévus, il y en aura certains de gratuits. On n’a pas encore d’informations sur la date de disponibilité de l’application pour tablette, avec laquelle il sera possible d’améliorer son véhicule avant une course, mais on nous a dit que ça ne devrait pas être la seule fonction possible. Concernant les micros-transactions, on a eu confirmation qu’elles ne permettront pas aux joueurs d’acheter directement toutes les améliorations d’un véhicule. Il sera cependant possible d’acheter des améliorations pour toutes ses voitures, une fois qu’on les aura débloquées, ne serait-ce que sur une seule caisse. Par exemple, si on débloque un type de suspension pour une Dodge, on pourra acheter ces mêmes suspensions en argent réel, pour toutes les voitures. Pour finir sur une excellente nouvelle, le jeu sera compatible avec tous les volants.

En attendant la version finale

Le choix des améliorations

On apprécie le jeu pour sa grandeur, ses décors variés et le cycle du jour et de la nuit bien géré et agréable à regarder. La rapidité pour faire des courses avec ses amis est un plus appréciable. Il faut cependant bien prendre en main la manière de réagir des véhicules. Le nombre de missions est conséquent et on sait d’ores et déjà que l’on passera de nombreuses heures sur The Crew, seul ou à plusieurs. La simplicité pour retrouver des amis sur la carte ou rejoindre d’autre groupes pour profiter du jeu à plusieurs rend le tout assez convivial. Vu que la démonstration essayée comportait encore quelques bugs, on a hâte de tester la version définitive.

Accueil > Focus > Previews

The Crew

PEGI 0

Genre : Courses

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ivory Tower

Date de sortie : 02/12/2014

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Apple iOS, Android

1 reactions

Muse2003

25 sep 2014 @ 16:13

Il arrivera juste à temps pour peut-être la fin de Forza Horizon 2 mais il sort le lendemain de la Collection Halo donc... Je suppose qu’il se vendra bien à Noël sur la One mais peut être pas dans les jours suivants sa sortie !