Test - Another Dawn - Prêt pour une petite séance de torture ?

«Quelqu’un aurait-il l’adresse de KR Games ? J’ai 2-3 trucs à leur dire...» , - 0 réaction(s)

Que ce soit par courage ou simple moment d’égarement, celles et ceux qui ont joué à Allison’s Diary sont forcément familiers du nom de KR Games. Le studio italien, créé en 2016, a commencé son massacre avec un jeu mobile pour finir par se convaincre que s’étendre aux jeux de consoles de salon était une bonne idée… Après quelques jeux VR et la boucherie vidéoludique susnommée, les membres sadiques de KR ont décrété que nous infliger un jeu d’horreur qui n’en porte que le nom n’était pas suffisant. Pour notre plus grand regret, ils remettent le couvert avec un pseudo jeu d’action/aventure/survie intitulé Another Dawn. Et comme Xboxygen accepte humblement d’endosser le rôle de service public, nous avons décidé de faire ce test en connaissance de cause, non sans une pointe d’inquiétude et de masochisme, tout cela dans le but de vous alerter : ne jouez à ce jeu sous aucun prétexte !

Faut raccrocher monsieur, c’est un faux numéro

Bon, ça part mal, mais sait-on jamais...

Je te l’emprunte, tu ne t’en servira plus

Ne vous méprenez pas, nous n’avons pas choisi de tester Another Dawn en partant d’une mauvaise intention. Après l’échec cuisant d’Allison’s Diary, l’idée n’était pas de descendre gratuitement Another Dawn par vengeance. Chez Xboxygen, nous sommes professionnels et tolérants : on laisse sa chance à tous les studios. Mais malheureusement, la gentillesse a ses limites.

Le problème vient de la porte ou de la main à votre avis ?

Le plus frustrant ici, à l’instar d’Allison’s Diary, est que le titre mérite sur le papier que l’on s’y attarde. Un père vit sa meilleure vie, entouré de sa famille, sur une île déserte jusqu’à ce qu’un groupe de mercenaires kidnappe ses proches. Cette version du pauvre de Taken peut aisément attiser un intérêt chez tout adepte de FPS et/ou de survie en territoire hostile. Puis on lance le jeu et la descente aux Enfers commence. Graphiquement, c’est une catastrophe : la lumière est mal ajustée (regardez le soleil et vous avez l’impression d’avoir un projecteur en pleine face une fois sur deux), les décors en arrière-plan sont capricieux, les textures sont tout bonnement ignobles et vous êtes confrontés à des bugs pratiquement toutes les minutes.

Sinon, les gars ont bossé dessus ou c’était juste pour la vanne ?

Tu va te fatiguer à force dans cette position...

Mais attention, Another Dawn, ce n’est pas que des graphismes merdiques, non, c’est aussi un gameplay médiocre et une logique digne d’une comédie de Terry Gilliam, sans le côté artistique et drôle. Dès le départ, des questions se posent sur la raison pour laquelle votre personnage se balade constamment avec les bras tendus à l’horizontale : une technique de combat ? Un problème d’équilibre ? Un handicap moteur ? Le mystère reste entier. Autant dire qu’un mec qui se promène comme ça, ce n’est pas forcément annonciateur de bonnes nouvelles quand il va falloir attraper des objets ou se battre. Et évidemment, cela ne loupe pas.

Environ 15 secondes pour réussir à viser, c’est honorable !

Si la difficulté de récupérer une arme ou des vivres est davantage causée par la sensibilité de la caméra poussée à l’extrême, viser et frapper un ennemi tient clairement du challenge. En effet, vous pouvez dire adieu à la fluidité, à la précision et à la maniabilité car dans Another Dawn, le moindre head-shot est tout simplement dû à une chance inouïe ou à un heureux hasard. La vocation du titre de se faire passer pour un FPS est parfaitement raté.

Nous sommes aussi nuls l’un que l’autre...

Cependant, dans votre malheur, l’IA atteint le plafond de la bêtise donc il est fort probable que sur un malentendu, vous réussissiez à tuer 2-3 ennemis sans vous faire repérer. Toutefois, n’espérez pas attaquer vos adversaires au corps-à-corps, vous êtes particulièrement faible et avec seulement un pied-de-biche ou un tournevis face à une mitraillette ou un fusil d’assaut, vous ne faites pas le poids. Paradoxalement, cela parait logique mais rappelez-vous de la visée : même si un mercenaire se trouve à 3 centimètres de votre visage et que vous essayez de pratiquer une jolie lobotomie, vous avez 9 chances sur 10 d’y perdre la vie. Tout cela parce que vous frappez dans le vide comme un idiot. Sans parler du fait que si vous lâchez votre arme, vous risquez grandement de la voir traverser le sol et disparaître à tout jamais. En revanche, vous avez une plaie par balle ? Vous souffrez d’une perforation à cause d’une machette ? Pas de soucis, mangez une banane, ça requinque. Parce que oui, manger et boire soigne tous les bobos, même les plus graves. Logique on vous dit.

C’est fait exprès tout ça, non ? C’est une caméra cachée ?

Ça vous arrive souvent de laisser des assiettes pleines comme ça ?

Comme dit plus haut, Another Dawn est également censé être un jeu de survie. Mais KR Games a dû oublier ce que ce mot voulait dire. En effet, l’aspect survie tient plus d’une course contre la montre que de la classique recherche de ressources. Extrêmement linéaire, il suffit simplement d’atteindre certains checkpoints pour récupérer des vivres et non d’exploiter ingénieusement votre environnement. Du coup, excepté les fois où il faut courir d’un point A à un point B en priant de ne pas mourir de faim ou de soif avant, vous n’avez pas vraiment à vous triturer les méninges pour trouver un moyen de rester en vie. Enfin, ce serait le cas si certaines zones n’étaient pas labyrinthiques. De ce fait, il est fort probable que vous soyez obligé de refaire certains passages dans le but de connaître la zone quasiment par cœur et réussir à ne pas claquer avant de trouver un quignon de pain ou une bouteille de flotte.

Ça va vous ? Vous êtes tout pâle...

Finalement, le seul (tout petit riquiqui) point positif d’Another Dawn est la diversité des lieux. Abords d’un lac, cœur d’une forêt tropicale, fin fond d’une grotte, méandres d’un laboratoire scientifique… Tout y passe, il y en aura pour tout le monde. Cela dit, entre des mercenaires débiles, des animaux à la ramasse et des sortes d’extraterrestres/robots en slip badigeonnés de peinture argentée, on se demande si ça valait vraiment le coup de s’embêter sur les ambiances au lieu de travailler sur le bestiaire. Et pour vous achever d’un coup de couteau dans le dos alors que vous êtes déjà en position fœtale au sol, attendez-vous à une fin chaotique au possible. Heureusement d’ailleurs que le jeu ne dure qu’une heure si vous êtes chanceux. Dans nos souvenirs, jamais un jeu ne s’est autant foutu de la gueule de son public pour oser développer une chose pareille... Enfin si, Allison’s Diary. Coïncidence ? Nous ne le croyons pas.

Testé sur Xbox One

Bilan

On a aimé :
  • La diversité des décors
  • Que ça ne dure qu’une heure environ
On n’a pas aimé :
  • L’IA complètement naze
  • Les graphismes de Xbox 360. Et encore...
  • La sensibilité et la visée tout bonnement inégales
  • Perdre une heure de notre vie
Non mais sérieusement les mecs, il faudrait vraiment penser à une reconversion professionnelle !

Sans grande surprise et avec un immense sentiment de déjà-vu, Another Dawn s’insinue joyeusement dans la lancée d’Allison’s Diary. Mou, inégal, moche, mal travaillé et avec une fin digne des plus gros navets. Il n’y a tout simplement rien de bon, rien de potable, rien d’excusable dans ce titre. Pour résumer, on se pose 3 questions cruciales une fois Another Dawn terminé : Les membres de KR Games ont-ils développé ce jeu de leur plein gré ? Si oui, l’équipe a-t-elle ressenti ne serait-ce qu’une infime fierté après l’avoir développé ? Et pour conclure, comment se fait-il que le studio n’ait pas déjà foutu la clef sous la porte ? On croise les doigts pour que ce jour arrive avant que KR n’ait l’idée saugrenue de nous faire subir une autre séance de torture vidéoludique. Xboxygen veut bien se sacrifier pour vous, mais il ne faut pas déconner...

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Another Dawn

PEGI 16

Genre : Action

Editeur : KR Games

Developpeur : KR Games

Date de sortie : 15/08/2019

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Steam