Test - Baobab Mausoleum Grindhouse Edition - Bienvenue à Flamingo’s Creek...

«Population : 64 habitants» , - 0 réaction(s)

Sortie il y a déjà quelques années sur PC, l’édition Grindhouse rassemble les trois épisodes du jeu Baobabs Mausoleum. Développé par le studio espagnol Celery Emblem, le titre est un point-and-click dont l’aventure tire énormément son inspiration des productions des années 90. Intrigués par son synopsis et sa bande-annonce, nous avons voulu en voir un peu plus afin de pouvoir vous donner notre avis sur ce titre au nom bien singulier.

Qui est le mystérieux habitant 64 ?

Flamingo’s Creek, lieu n’apparaissant que tous les 25 ans. C’est à ce moment précis que le pauvre Watracio Walpurgis, un agent du FBI (et accessoirement une aubergine oui oui), est victime d’un accident de la route. Sa voiture et son téléphone portable détruits, il se dirige vers la ville sans se douter un seul instant de ce qui l’attend. Sans rentrer dans les détails de l’histoire, sa quête pour quitter la ville lui fera rencontrer de nombreux habitants loufoques et hauts en couleur et jouera également avec son cœur.

Sale journée pour l’aubergine

Soyons honnêtes, le scénario ne casse pas trois pattes à un canard et part rapidement dans tous les sens, en particulier le dernier épisode où les tableaux s’enchaînent sans aucune cohérence. On passe ainsi d’un skatepark à un parking lugubre rempli de monstres assoiffés de sang pour arriver juste après dans un casino. Il ne faudra pas compter sur de longues heures de jeu pour arriver au bout de l’aventure ; avec entre 2 et 3 heures par épisode le titre reste relativement court.

Cet œuf me semble vaguement familier...

De plus, la plupart des dialogues sont assez inutiles à l’histoire, en dehors d’apporter une touche humoristique au jeu. En effet, de nombreux personnages sont des références à des jeux, films ou éléments de la pop culture et notre héros et certains énergumènes brisent régulièrement le 4e mur. Bon point, le jeu propose une version française de bonne facture, fait assez rare dans le monde des indés pour être souligné.

Au menu : ratatouille de gameplay

Comme nous le disions en introduction, les aventures de notre aubergine se vivent principalement sous forme de point-and-click. On se déplace dans des environnements en 2D avec la possibilité d’interagir avec les personnages et objets du décor en pressant la touche A et d’envoyer des boules de feu/glace avec la touche Y. Le tout reste très basique et suit la même recette : trouver un objet pour l’utiliser sur un résident de Flamingo’s Creek ou un objet afin de pouvoir progresser.

Certains savent se faire plaisir

Heureusement, pour casser cette monotonie, les développeurs ont eu l’idée d’ajouter quelques variations dans le gameplay. Ainsi, on retrouve pêle-mêle un mini jeu dans lequel il faut appuyer sur les touches dans un certain ordre, une phase en 3D rappelant fortement les premiers DOOM, des combats à la Final Fantasy ou encore de la conduite en caddie de golf à la recherche de moutons dorés. Malheureusement, le mieux est l’ennemi du bien et ces différentes séquences peinent à convaincre. Soit elles sont trop anecdotiques, soit complètement ratées à l’image des contrôles ignobles du caddie.

Enfin, après le premier épisode qui reste assez linéaire dans son déroulement, le second offre une nouvelle mécanique de jeu sous la forme d’un cycle jour/nuit et une exploration plus libre dans toute la bourgade de Flamingo’s Creek. Ce cycle n’est pas uniquement visuel, il est primordial pour progresser dans l’épisode. En effet, selon la période de la journée, la ville et ses habitants changent et certains objectifs ne peuvent être accomplis qu’à des moments précis. Cela aurait pu être une bonne idée, mais le parti pris des développeurs de caler ce cycle sur l’horloge de la console s’avèrera rédhibitoire pour certains joueurs. Aussi c’est un énorme carton rouge pour nous, car une personne ne pouvant jouer qu’en soirée ne verra jamais le jour se lever sur la bourgade. Seule solution : quitter le jeu, aller dans les options de sa console et modifier l’heure. Tout simplement aberrant, et totalement bloquant pour ceux qui ne sauraient pas comment changer l’heure de leur console.

Bienvenue en enfer

Terminons par les aspects visuels et sonores du titre. Adorateurs du Pixel-art, vous allez être servi ! Bien souvent utilisé chez les jeux indépendants, il est ici appliqué dans une forme simple, voire banale. Certes, cela ajoute un cachet rétro allant de paire avec l’ambiance année 90, mais on ne retient pas vraiment de lieux ou décors jolis, c’est même plutôt le contraire. Côté audio ce n’est pas forcément mieux. Les pistes se laissent écouter mais sont trop peu nombreuses et deviennent rapidement insupportables. Le pire reste tout de même les bruitages de canard à chaque interaction ou ceux de grenouilles lors du ramassage de pièces.

Test réalisé sur Xbox Series X

Bilan

On a aimé :
  • L’humour
  • Une VF de bonne qualité
  • Une volonté de proposer différents gameplay...
On n’a pas aimé :
  • ... mais qui demeurent fades et ratés
  • Un scénario qui finit par s’éparpiller
  • Le cycle jour/nuit basé sur l’heure de la console
Chou blanc

Si le titre nous intriguait avant de le lancer, il est certain qu’il ne nous aura pas captivés pendant la demi-douzaine d’heures nécessaires pour le terminer. L’histoire commençait pourtant bien, avec une intrigue qui se mettait doucement en place, mais cela finit gâché par un dernier épisode qui part dans tous les sens. Le gameplay principal manque un peu de piquant, malheureusement les tentatives de variétés échouent les unes après les autres, nous laissant un peu sur notre faim. À cela s’ajoute la très mauvaise idée d’un cycle jour/nuit calé sur l’heure de la console qui obligera certains joueurs à aller la modifier pour pouvoir progresser. Si, comme Flamingo’s Creek, l’on devait attendre 25 ans qu’un nouvel épisode apparaisse, cela ne sera pas nécessairement un mal. En attendant, nous vous déconseillons celui-ci.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Baobab Mausoleum Grindhouse Edition

PEGI 12

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : Zerouno Games

Développeur : Celery Emblem

Date de sortie : 26/02/2021

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch