Test - Yasai Ninja

«Les amis de Mr Patate» , - 12 réaction(s)

Pour créer un jeu, il faut à la base une idée, même petite. Là, ça commençait plutôt bien : un brocoli et un oignon ninja. Cela m’a fait penser au maître oignon de Parappa the rapper, et comme je suis en général amateur de jeux un peu étranges, je me suis dit que j’allais peut-être m’amuser. Puis j’ai préparé la fiche du jeu. Le nom du développeur m’a interpellé… Et d’un seul coup c’est revenu ! Ce sont eux qui ont fait Toro que j’avais chroniqué pour vous. J’ai alors commencé à trembler en appuyant sur démarrer. Je commence à me demander si dans une vie antérieure je n’ai pas été un tueur en série pour être à ce point puni dans celle-ci.

American Ninja

Pourquoi American Ninja comme titre ? Et bien parce que ces films sont des navets, ce qui est une belle analogie avec le brocoli et l’oignon qu’on va contrôler, mais aussi avec ce jeu qui est une catastrophe de bout en bout. L’histoire qui nous est narrée est celle du ninja oignon qui découvre un complot ourdi par son maître, et qui s’associe avec un brocoli pour aller en faire de la purée (du maître, pas du brocoli). Cette histoire, sans aucun intérêt, en a encore moins quand on réalise que les niveaux sont décousus et semblent ne pas avoir grand rapport entre eux. Mais pour réaliser cela, encore faut-il avancer dans le jeu.

Comme dans Taxi : « NINJA »

Le départ est baigné par une jolie petite musique japonaise. Vraiment jolie. Et qu’on aura bien le temps d’apprécier puisque c’est une boucle plutôt courte et continue. Très vite, on est frappé par la qualité de cet émulateur PS1. Le style des personnages, éventuellement pas mauvais artistiquement parlant, est de toute façon gâché par des graphismes risibles. Attention, pas risibles dans le sens « c’est drôle », mais risibles nerveusement. Les décors sont d’une laideur assez remarquable, en particulier dans les intérieurs, comprenant de grandes salles vides avec des murs texturés à la Minecraft version Amstrad CPC. Je crois que c’est à ce moment-là que mon fils m’a demandé pourquoi je pleurais.

L’animation est du même niveau, et la caméra suit nos protagonistes avec une assiduité plus que relative. Caméra foireuse, jeu en 3D approximative, graphismes laids… De la PS1 je vous dis ! En cette époque où il est de bon ton de faire des jeux « rétro », on peut vraiment se demander si ce n’est pas fait exprès.

Mais bon, on ne va pas faire le vieux blasé, la technique, ce n’est qu’un petit aspect du jeu. Du moment qu’on s’amuse !

Si seulement… Le gameplay est d’une telle nullité qu’il nous rappelle que le chapeau de la cime est tombé dans l’abîme (oui, c’est la rentrée, donc tant qu’à faire, autant que ce test serve à retenir une petite maxime pour se souvenir où placer l’accent circonflexe). Les ninjas sont lents. Même quand ils courent. Quand on attaque, il y a un décalage entre le moment où on appuie sur le bouton et le moment où l’attaque fuse. On débloque des combos, mais comme il y a ce fameux temps de latence, comme les combats sont un vrai bordel, et comme la parade et l’esquive ne servent à rien car elles se déclenchent moins vite que les assauts ennemis, et bien on se contente d’appuyer comme un acharné sur X. On peut switcher d’un personnage à l’autre, ou bien jouer avec un copain si on est vraiment un salopard méritant de crever dans les flammes de l’enfer.

A deux, c’est pas bien, mais à deux.

Au moins, ce n’est pas bien difficile. Même si l’ennui prend le dessus après exactement 2 minutes de jeu. Et puis arrivent les énigmes. Basées sur des leviers ou des mécanismes à activer, ce qui aura un effet sur une porte ou une plateforme… MAIS POUR UN P****N DE TEMPS LIMITE. Et pour atteindre ces mécanismes, il faut faire des double-sauts d’une imprécision totale puisque bien souvent on ne voit pas où on va atterrir. Bah oui, tant qu’à faire ! Et si on prend trop de temps, et bien il faut retourner activer le premier mécanisme. Et on continue ! Et si on meurt, par exemple en tombant dans l’eau après avoir loupé un saut, et bien on recommence l’énigme depuis le début, combats inclus ! Ça aurait été dommage de mettre des enregistrements automatiques bien placés sauvegardant à la fois notre position et notre santé mentale. Au passage, toujours dans l’optique “rentrée”, la phrase précédente est ce qu’on appelle un zeugma.

Voilà. Je me suis arrêté au niveau 5, épuisé. Je me suis remis à fumer, et j’ai bu plus que de raison. Peut-être qu’à partir du niveau 6 le jeu est magnifique, je n’en sais rien, et je ne veux pas le savoir. Si un lecteur veut s’y risquer, je l’invite à laisser un commentaire. Et vous, chers amis de Recotechnology, franchement, arrêtez de faire des jeux. Ou alors, par pitié, oubliez de nous envoyer un code.

Bilan

On a aimé :
  • La démo de Forza 6
On n’a pas aimé :
  • Les collègues d’Xboxygen qui ont botté en touche pour ce test
  • La PS1. J’ai toujours préféré la Saturn
  • Yasai Ninja
Yasai Ninja est un jeu dangereux

Une conclusion disant juste que Yasai Ninja est d’une nullité effroyable étant un peu courte, j’ajoute donc que vous pouvez vous poser n’importe quelle question concernant ce jeu, la réponse sera systématiquement défavorable à ce titre. Il coûte 20€, et je pense qu’à chaque vente, ses développeurs se tapent les cuisses de rire. On fait nettement mieux avec Project Spark. Si quelqu’un qui n’a jamais joué aux jeux vidéo commence par Yasai Ninja, il ne touchera plus jamais une console de sa vie (et il ne deviendra pas non plus ninja, ni brocoli). A l’inverse, quand c’est un joueur expérimenté qui s’y attaque, c’est sa santé mentale qui est en jeu. Voilà ! C’est peut-être pour ça que ce jeu a été inventé : pour servir comme instrument de torture en lieu et place d’interrogatoires musclés. Vous avez compris que je vous invite à ne jamais vous approcher de ce jeu ou bien dois-je continuer ?

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Yasai Ninja

Genre : Action/Beat them up

Éditeur :Recotechnology S.L.

Développeur :Recotechnology S.L.

Date de sortie : 26/08/2015

12 reactions

avatar

Dormeur du val

06 sep 2015 @ 12:05

Ce test est un régal !

Je vous en conseille vivement la lecture.

Rone a encore frappé et cette fois il a fait très fort.

XzyKoS

06 sep 2015 @ 15:48

T’est dur , ils ont mis 2semaines à faire le jeu quand même en plus de ça il ne leurs reste que la cantine comme locaux et 2 PC :’-))

Titicrow

06 sep 2015 @ 16:37

ce test est magnifique, j’en pleure de rire :’-))

Mr Moot

Rédaction

06 sep 2015 @ 16:48

Le bilan est juste génial:-))

Joaz

06 sep 2015 @ 17:27

:’-)) Merci pour ce moment de lecture hilarant ! Et merci à XBOXYGEN d’exister, je suis un expatrié du site collabo-bobo que l’on ne nome pas ici « Je...éo.com ».

Valhalla

06 sep 2015 @ 18:32

:’-)):’-)) Merci mdr

Mr Moot

Rédaction

06 sep 2015 @ 19:28

Finalement ton test donne presque envie d’y jouer ! Bon pas à 20 balles par contre..

electroforez

06 sep 2015 @ 20:01

:’-)) Énorme, merci pour les barres de rire !!!

Et je suis bien d’accord concernant la Saturn B-).

Yoshi 58

06 sep 2015 @ 20:15

Je viens de passer un très bon moment de lecture. J’espère qu’ils nous offriront pas ce jeu pour des prochains Games with Gold car ce serait un cadeau empoisonné.

avatar

bastoune

07 sep 2015 @ 09:02

Je viens d’envoyer mon CV à Recotechnology S.L. !! Non je ne suis pas développeur et alors ? Eux non plus... si ??? ah bah j’ai mes chances alors !

Superbe test, comme d’hab’ ;)

12