Test - Beyond Eyes

«Beyond Good and Evil» , - 0 réaction(s)

Hell’s Kitchen est calme ce soir. Cela n’augure rien de bon de constater le silence qui règne avant la tempête. Heureusement que je veille à la sécurité des innocents, malgré ma céci…
>> Heu… Daredevil ? Tu pourrais m’expliquer ce que tu fiches dans mon intro ?
>> Tu vas parler d’un jeu avec un aveugle comme protagoniste, donc forcément de moi !
>> Et bien non ! Crois-le ou pas, mais tu n’es pas le seul aveugle au monde ! Et pour te défriser, y’a même aucune baston dans Beyond Eyes sur Xbox One.
>> Un jeu sans violence ? Je suis choqué, je pars !
>> Il m’a bien foutu en l’air tout l’espace de mon intro celui, là. Bon ben tout de suite, Beyond Eyes.

À l’aveuglette

L’ambiance graphique est particulièrement atypique.

Rae est une jeune fille qui vient de perdre la vue à cause d’un accident. Sa vie est depuis faite de solitude et de vide. Un jour, Rae se lie d’amitié avec Nani, un chat errant qui devient rapidement son unique et plus précieux compagnon de jeu. Après quelques mois de complicité, Nani disparait. Une journée passe, puis deux, puis plusieurs. L’inquiétude de ne plus voir son ami ne manque pas d’affecter Rae. Malgré son handicap (rappelons-le : Rae est une fille), la fillette décide de partir à la recherche de son seul ami dans une courte aventure d’une poignée d’heures. Et c’est là où le concept même du jeu se dévoile, à savoir plonger le joueur dans la peau d’une personne aveugle. Le décor entièrement vide se dessine à l’écran au fur et à mesure que vous avancez. Les arbres, l’herbe, les murs et tous les autres éléments du décor se dévoilent donc au gré de vos pas, des sons, mais également des odeurs et du toucher. Attention cependant, puisque ce qui apparaîtra a l’écran n’est pas forcément la réalité, mais bel et bien le monde tel que l’imagine Rae en se basant sur les indices sensoriels qui se manifesteront. Quelques mauvaises surprises trompeuses pourront se dévoiler et plonger Rae dans la terreur, comme des oiseaux qui se révèlent être des corbeaux, ou une fontaine d’eau qui en fait est une sortie d’égouts. Mais en dehors de cela, ne vous attendez pas à une aventure passionnante. Le jeu est artistiquement réussi, mais le manque d’interactivité est un énorme frein au plaisir de jeu. Du début jusque à la fin, la seule action que vous pourrez réaliser sera de marcher dans cet environnement immaculé de blanc. Certes, à de rares moments vous pourrez interagir avec un élément du décor pour ouvrir une porte ou prendre une balle. Mais en dehors de cela, et malgré la mélancolie qui se dégage du titre, l’ennui vient rapidement poindre le bout de son nez par manque de choses à faire et d’ambition dans l’histoire. Les déplacements lents et la rareté des évènements n’aident pas non plus à rendre le jeu plus passionnant. Pire encore, ce manque d’implication du joueur rend l’histoire, pourtant très simple, assez lourde à tenir en tant que moteur de progression, même sur les 4 heures que dure le titre.

Bilan

On a aimé :
  • Le concept artistique
On n’a pas aimé :
  • Jeu passif
  • Très court
  • Déplacements lourds
Ouvre les yeux.

Beyond Eyes est un jeu qui aurait pu être très intéressant tant son concept d’incarner un personnage aveugle et de nous représenter le monde tel qu’il est imaginé par Rae sont originaux et bien pensés. Malheureusement, sa passivité maladive fait qu’on s’ennuie rapidement et qu’on a fortement envie de laisser tomber. Et puis après 4 heures environ, on arrive à la fin du jeu, pour se dire “déjà ?”, et ensuite constater que c’est bien dommage que le jeu n’aille pas plus loin, tant du côté de la cécité que des choses à faire et d’actions possibles.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Beyond Eyes

PEGI 0

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Team17

Développeur : Tiger & squid + Team17

Date de sortie : 7/08/2015

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows