Test - Dragon Age Inquisition : La Descente

«Retourne dans ton trou !» , - 1 réaction(s)

Alors, avant d’y aller, faisons une petite vérification du matériel. Tout le monde a sa jolie et pas seyante combinaison jaune renforcée au niveau des genoux ? Ok, on vérifie aussi que l’on a tous nos gants, notre sac à dos et les baudriers. J’ai inspecté les cordes hier soir, elles sont toutes posées là, le tout sera de ne pas les oublier en partant. Réajustez vos casques et j’espère que vous avez tous rechargé vos lampes frontales car l’expédition risque d’être longue et je suis sûr que vous n’aimerez pas vous retrouver sans lumière dans les Tréfonds. Voilà, je pense que tout est bon maintenant, on va pouvoir y aller ! ... Ah non ! J’allais oublier ma manette et le jeu Dragon Age : Inquisition. Sans ça, tester le deuxième DLC solo du dernier jeu de Bioware serait tout bonnement impossible, même aussi bien préparés que nous le sommes.

Pour ceux qui aiment les trous

L’immensité des cavernes surprend autant qu’il émerveille...

La puissance du Thaig nain d’Orzammar n’est plus à démontrer. Et pourtant le royaume qui a construit sa richesse et sa renommée autour des mines de Lyrium n’a d’autre choix que de quémander l’aide de l’Inquisition face à de violentes secousses sismiques, d’origine inconnue, qui ravagent leurs tunnels. La source de ces violentes secousses semble provenir d’une étrange faille géologique apparue sur la Côte Escarpée, une faille d’où se déverse un flot ininterrompu d’Engeances. La menace semble bien réelle et va entraîner l’Inquisiteur et ses amis au cœur des Tréfonds.

Bioware nous avait promis lors de la sortie de Dragon Age : Inquisition que les DLC à venir pour le jeu feraient l’objet d’un soin tout particulier et seraient autrement plus conséquents que la majorité de ceux de leurs précédentes productions. Les Crocs d’Hakkon nous avait rassuré sur ces deux points car en effet, ce premier add-on solo arrivait enfin à se hisser à la hauteur de ce que l’on attend pour un DLC d’un jeu comme Dragon Age : Inquisition. La Descente ne rompt pas avec ces bonnes intentions et nous offre une aventure dense, riche, par moments épique et disponible dès notre arrivée à fort Céleste. Alors certes, ce deuxième DLC n’est qu’un gigantesque donjon, un ensemble de grottes et de tunnels bien loin des régions immenses que l’on aimait parcourir et surtout découvrir dans le dernier né de Bioware.

On a beau s’enfoncer dans les profondeurs certains paysages arrivent toutefois à couper le souffle de par leur immensité et leur beauté.

On pouvait craindre l’apparition d’un certain ennui et de la monotonie de notre descente dans les entrailles de Thédas, rassurez-vous il n’en est rien. On retrouve dans ce DLC tout le talent de l’équipe de Bioware en matière de level design. On a beau s’enfoncer dans les profondeurs certains paysages arrivent toutefois à couper le souffle de par leur immensité et leur beauté. Les six niveaux de la descente réservent bien des surprises, entre des ruines de Thaig nains, des filons de Lyrium purs, des cavernes entièrement tapissées de champignons phosphorescents. L’exploration n’est pas en reste vu que durant la descente de nombreux passages secondaires devront être dégagés par l’Inquisition et certains endroits paraissant inaccessibles cachent bien des trésors, voire des secrets pour le moins originaux.

La direction artistique est toujours aussi réussie

Ce deuxième DLC, met sur le devant de la scène les grands oubliés du jeu, à savoir les nains, et caresse les fans de la première heure dans le sens de la barbe naine avec des combats dantesques contre des nuées d’Engeances. Comme pour dans Les Crocs d’Hakkon, le challenge est au rendez-vous et dès la difficulté normale, les groupes d’adversaires nécessiteront une bonne préparation de la part du joueur, d’autant plus que le niveau des adversaires se cale à celui du joueur.

Heureusement, on sera aidé par deux nains d’Orzammar, un guerrier de la Légion des Morts et une émissaire du Façonnat. Ces deux nains égayeront principalement notre descente vu que le reste de notre groupe demeure étrangement peu loquace mis à part quelques inserts lors des cinématiques. Les confrontations de masse et le groupe élargi de l’Inquisiteur semblent être en grande partie responsable de l’abandon de la Xbox 360 pour ce DLC.

Les nains vous seront d’une grande aide

La Descente aurait vraiment pu nous ravir complètement avec son histoire à la base intrigante, des révélations surprenantes en son sein (les Engeances ne sont pas les seules créatures à nous attendre dans les ténèbres !) si elle n’avait pas péché, comme Les Crocs d’Hakkon par un final expédié. Le rebondissement en milieu d’aventure laissait présager du meilleur pour finalement accoucher d’un dernier niveau aussi magnifique que vide et d’une conclusion bien fade. Ce voyage dans les Tréfonds s’essouffle au final et déçoit malgré un voyage agréable et le bonheur d’avoir récolté quelques armures épiques moches mais puissantes et de nouveaux schémas d’artisanat.

Bilan

On a aimé :
  • Une intrigue bien menée
  • Des paysages sublimes
  • Retrouver les nains et les Engeances
  • Un challenge élevé
On n’a pas aimé :
  • Un final et un dernier niveau expédié
  • Indisponible sur Xbox 360
  • Nos compagnons bien peu loquaces sous terre
Le plus dur c’est pas la descente, c’est la conclusion

Si Bioware continue comme cela on pourra plus leur reprocher, comme c’était le cas avant, la pauvreté de leurs DLC. La Descente suit le chemin amorcé par les Crocs d’Hakkon et nous offre une aventure riche, longue, aux décors superbes et au challenge relevé. Le joueur sera récompensé par de nouveaux équipements épiques et de nombreux schémas. Bioware ne tombe finalement dans ses travers qu’au moment d’un final qui semble expédié et qui jure même par rapport au reste de l’aventure comme si un exécutif sans scrupule leur avait demandé d’arrêter sans en avoir fini. Les possesseurs du jeu sur Xbox 360 sont eux totalement oubliés pour une descente dans les Tréfonds, sympathique, dispensable certes mais uniquement disponible sur Xbox One.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Dragon Age : Inquisition

PEGI 18

Genre : Action RPG

Éditeur : Electronic Arts

Développeur : Bioware

Date de sortie : 20/11/2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

1 reactions

avatar

Yannick64

01 sep 2015 @ 13:26

Je viens de recommencer DAI sur la one que j’ai acheté depuis début juillet ( j’avais fait le jeu sur 360) et cette DLC arrive à point nommer... je suis au nv 18 et je n’ai réussi quà me faire démonter dés le 1er affrontement avec les engeances, donc je vais continuer l’aventure et revenir plus tard...;-)