Test - Call of Duty Advanced Warfare

«Armes technologiques au poing» , - 21 réaction(s)

On avait reproché à Call of Duty Ghost de n’avoir pas été à la hauteur des consoles nouvelle génération d’un point de vue technique, et d’avoir proposé une campagne solo ratée. Un an après et sans surprise, un nouveau Call of Duty arrive et a été développé pour la première fois par le studio Sledgehammer Games qui avait donné un coup de main à Infinity Ward sur le développement de Modern Warfare 3. Une chance à saisir pour le studio et une bénédiction pour les joueurs en mal de nouveauté ? C’est en tout cas ce qu’on nous a plus ou moins promis avec une punchline forte : “power changes everything”.

Dans un futur militarisé à l’extrême

L’exosquelette, la grosse nouveauté de cet épisode

Effectivement, la puissance change tout. Et dans Call of Duty : Advanced Warfare, ça se ressent aussi bien dans le gameplay que dans l’histoire du titre. Pour la première fois dans la série, le jeu se passe dans un futur proche où des sociétés militaires privées ont été engagées par les États dans des guerres aux quatre coins du globe. Parmi elles, Atlas Corporation : la plus grande force militaire de la planète qui est dirigée par Jonathan Irons, un implacable patron qui a bien compris la faiblesse des gouvernements face aux besoins militaires de plus en plus grands. C’est sur ce fond de domination militaire mondiale que l’histoire nous emmènera de San Francisco à Detroit en passant par la Thaïlande, l’Antarctique ou l’Irak. Globalement, l’histoire ne fait que chatouiller les problématiques liées aux sociétés militaires privées et il ne faudra pas s’attendre à une vraie prise de position marquée. Et en même temps, il faudrait être fou pour espérer cela de la part d’une des plus grosses franchises de jeu vidéo au monde.

Le joueur avance dans les niveaux en couloir sans réfléchir en se laissant guider bêtement par les checkpoints de missions.

Si on peut reprocher un manque de constance et de clarté dans le mode solo des derniers Call of Duty, ce n’est pas le cas dans cet épisode. Les enjeux sont simples et on suit l’histoire sans perdre de vue les objectifs et les raisons qui nous emmènent aux quatre coins du globe. C’est un bon point, d’autant plus que le magnat militaire Jonathan Irons est incarné par Kevin Spacey, ce qui renforce un peu plus le côté réaliste que pourrait avoir un tel conflit. C’est d’ailleurs un vrai plaisir d’assister aux cinématiques bluffantes de réalisme et de voir le personnage de Kevin Spacey se dévoiler au fur et à mesure des quelque 6 ou 7 heures qu’il faut pour boucler la campagne solo. Une fois la cinématique de pré-mission terminée, on peut prendre la manette en main et regretter que le jeu ne soit pas aussi raffiné même si on se rend compte enfin qu’on a affaire ici à un nouveau moteur graphique. La gestion des lumières et la finesse des textures sont appréciables et tout ça tourne sans ralentissement et dans une fluidité agréable. On croise vraiment les doigts pour que ces cinématiques nous donnent un avant-goût de ce à quoi on pourrait avoir droit in-game dans quelques années.

Une jolie mise en forme gâchée par des couloirs et l’I.A.

Face à ces machines, mieux vaut être bien armé

Call of Duty oblige, on en prend un peu plein la figure durant toute la campagne. C’est parfois moins la débauche d’effets et d’explosions en tout genre à laquelle on était habitué, mais le rythme n’en reste pas moins soutenu pour autant. A toute allure sur l’autoroute ou au milieu d’une rue, on se fait très souvent canarder de tous les côtés. Malheureusement, l’effet cloisonné se fait toujours autant resentir, et peut-être encore plus qu’avant. Les quelques passages dans les environnement vraiment ouvert sont très rares et il y a peu de possibilités tactiques. Le joueur avance dans les niveaux en couloir sans réfléchir en se laissant guider bêtement par les checkpoints de mission, le tout avec les scripts habituels qui donnent l’impression qu’il se passe quelque chose. Et c’est d’autant plus dommage que l’I.A. des ennemis ne viendra jamais pimenter l’action. En effet, ils ne cherchent pas à nous contourner et peuvent rester planter sur leur zone ou pire : se découvrir en courant un peu n’importe où, sans réelle logique. Il arrivera qu’on décèle un soldat derrière nous qui tire ses quelques balles sans chercher spécialement à bouger.

Les musiques, elles, seront rapidement oubliées et ne réussiront pas à nous hérisser le poil

Futur et technologie oblige, un type d’exosquelette nous est proposé à chaque début de mission. Impossible cependant de refaire les missions pour les appréhender d’une nouvelle façon puisque le type d’exosquelette à utiliser nous est imposé pour chacune d’elles. Cette nouveauté nous permet d’effectuer des doubles sauts, de ralentir le temps, de se camoufler ou encore de déclencher un bouclier. Notre soldat voit alors ses capacités améliorées et chaque fin de mission nous proposera d’améliorer encore un peu plus son exosquelette. On pourra par exemple gagner en vitesse ou en capacité de grenades. Dans les faits, cette seconde peau donne l’impression d’être vraiment plus puissant ou agile selon les cas et apporte une dose de fraîcheur bienvenue dans le gameplay sans pour autant sacrifier la jouabilité ni la visibilité du HUD.

Certains effets lumineux sont vraiment bien foutus

Le mode solo de Call of Duty nous offre donc un peu le minimum syndical. L’aspect futuriste du jeu aurait pu être exploité avec davantage d’intelligence alors qu’on ne fera que suivre un chemin jonché d’ennemis stupides la plupart du temps. C’est dommage parce que les cinématiques d’intro donnent plutôt envie et que certaines missions sont vraiment jolies (mention spéciales à celle en Antarctique). Les missions “d’infiltration” sont, elles, plutôt réussies et agréables à jouer alors qu’à contrario, la quasi-totalité des passages en véhicule sont d’un ennui mortel. Les musiques, elles, seront rapidement oubliées et ne réussiront pas à nous hérisser le poil pendant les exploits qu’on réalise parfois au moyen de QTE à l’intérêt limité.

Un multi simple mais efficace

Si la campagne solo a toujours fait partie de la série Call of Duty, c’est son mode multijoueur qui a énormément contribué au succès qu’on lui connaît depuis des années. L’eSport s’est considérablement développé depuis les débuts de la franchise, en témoignent les modes de jeu spécialement dédiés à cette activité. Et pour rester dans la ronde des jeux qui permettent de remporter des chèques avec plein de zéros, le multi de Call of Duty se doit de rester parfaitement calibré, et c’est bien le cas ici encore.

Les modes de jeu sont très variés et il y en aura pour tous les goûts, faisant de Call of Duty Advanced Warfare une des références en la matière

Si la campagne solo ne permet pas vraiment de profiter de toutes les capacités des EXO, c’est dans le mode multijoueur du titre qu’on trouvera son bonheur. Le level design des cartes a été étudié pour profiter des améliorations technologiques disponibles et on se retrouve rapidement à effectuer un léger boost sur le côté pour éviter un tir de roquette ou à activer son camouflage pour tenter de récupérer une position perdue. C’est complètement fluide, et il est tout à fait possible de tirer son épingle du jeu face à des niveaux élevés dans l’équipe d’en face.

Pas de véhicules en multi, mais ces passages sont inintéressant en solo...

Comme on en a l’habitude maintenant, les modes de jeu sont très variés et il y en aura pour tous les goûts, faisant de Call of Duty Advanced Warfare une des références en la matière. On retrouve les classiques modes Domination, Team Deathmatch, Capture de drapeau et autres Hardpoint ainsi que deux nouveaux modes : Uplink et Momentum. Dans le premier, il s’agit d’aller chercher une balle disposée sur la carte et de la déposer dans un but adverse. Chaque équipe doit alors marquer le plus de points possible et rapidement tout en protégeant son but. C’est un mode qu’on retrouvait dans la série Unreal Tournament et qui fonctionne d’autant plus ici avec les capacités EXO qui permettent de franchir les murs et autres obstacles rapidement. Le second nouveau mode, Momentum, demande à chaque équipe de capturer un territoire le plus vite possible pour passer au suivant. Et si tout ça ne suffisait pas, il est toujours possible de jouer en partie classée, en mode survie (des vagues d’ennemis à vaincre à 4 en coop, cependant moins prenant que le mode zombie des précédents COD) de former un clan, ou encore de tester les matchs hardcore ou les parties classiques sans aucun EXO activé.

Le contenu du mode multi est donc vraiment très fourni, d’autant plus qu’on peut toujours se créer une classe et la personnaliser avec la trentaine d’armes disponibles, toutes leurs variantes, ainsi que les atouts et autres bonus de série de points. On saluera d’ailleurs l’interface qui a vraiment gagné en clarté et qui permet de comprendre rapidement la façon dont on peut exploiter sa classe. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut choisir de sacrifier une seconde arme afin de pouvoir choisir un accessoire supplémentaire pour son arme principale. Tout comme on peut activer un joker pour bénéficier de 3 accessoires d’armes principales au lieu de 2 habituellement. Couplé aux capacités EXO, on peut réellement façonner un soldat à l’image de notre façon de jouer sans pour autant en faire un combattant invulnérable.

Le mode multi de cet Advanced Warfare est absolument réussi, solide et varié

Et pour ne pas lasser les joueurs et les encourager à jouer toujours plus, un système de loot permet de gagner différents objets et améliorations suivant nos exploits dans les parties (tir à la tête, etc) et qui vient en plus des challenges à réaliser. On pourra alors profiter de nos nouveaux objets en les équipant d’office sur notre personnage ou au contraire, en les échangeant parfois contre l’XP qui nous fera monter de niveau. A ce titre, il sera assez facile de se forger un soldat unique avec sa propre apparence ainsi que son propre emblème et carte de clan.

Au final, le choix des modes de jeu et la personnalisation proposée par ce Call of Duty : Advanced Warfare est assez colossal et promet des heures et des heures de jeu sans pour autant lasser le joueur. Le mode multi de cet Advanced Warfare est absolument réussi, solide et varié et même si l’on aurait aimé un peu plus de cartes que les 13 proposées, on a cette impression d’être un soldat efficace qui touche quand il tire, avec les effets sonores réussis qui vont avec. En outre, la taille des cartes permet de ne pas trop se sentir trop à l’étroit, mais on reste évidemment loin des grands espaces comme on peut le voir avec la série Battlefield.

Bilan

On a aimé :
  • Enfin un nouveau moteur graphique
  • Les superbes cinématiques
  • Les capacités EXO bienvenue
  • Un multi toujours aussi solide
  • L’interface multi bien plus ergonomique et limpide qu’avant
On n’a pas aimé :
  • La campagne en couloirs et toujours aussi scriptée
  • l’I.A. à la ramasse
  • La B.O. bidon
  • Les passages en véhicules ennuyeux au possible
  • La fin du jeu, aussi facile que fade
Multi solide et solo ennuyeux

Ce Call of Duty : Advanced Warfare demeure un épisode assez classique pour la série puisque la recette du mode solo reste la même, basée sur des scripts et des environnements assez fermés. Le côté futuriste du titre ainsi que l’ajout des EXO est bienvenu et ne sacrifie pas le gameplay qui reste efficace, mais les phases en véhicule aussi barbantes qu’inutiles et la bande-son bien trop discrète ne joueront pas en la faveur du jeu pour nous transporter dans une aventure qui aurait dû être épique. A contrario, le mode multijoueurs est une franche réussite et, sans prendre trop de risque, réussit à proposer quelques nouveautés sympathiques, telles que le gameplay vertical et les objets gagnés au fur et à mesure des parties. Pourquoi changer une recette qui fonctionne ?

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Call Of Duty : Advanced Warfare

PEGI 18

Genre : FPS

Éditeur : Activision

Développeur : Sledgehammer

Date de sortie : 4/11/2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

21 reactions

avatar

colaruss0

11 nov 2014 @ 17:50

Call of Duty : Advance Warfighter ?? jpensais que cétait un nouveau DLC

bast60

11 nov 2014 @ 17:57

Très bon jeux 14 mission rapide fin du jeu simple

Cl0w3n

11 nov 2014 @ 18:26

@bast60 en vétéran le jeu est hard en campagne, sinon le multi est bugé à mort au niveau de la co, injouable !

avatar

Niiko62

11 nov 2014 @ 18:45

Absolument pas d’accord avec ce test !

J’ai trouvé ce call of le meilleur de tous ! Il est vrai que la fin est facile mais bon, le reste est très prenant. La scène de l’autoroute est énorme à mon goût !

Un solo qui m’a plu avec des cinématiques époustouflantes. Je me croyais dans un film ^^ ! En ce qui concerne le reste : Le mode Exo Survie est pas mal. Un multi toujours aussi bon malgré les saisons campings toujours aussi présente malgré l’exo.

Dan Luthar

11 nov 2014 @ 18:51

Franchement je trouve le test dur ça fait depuis le MW3 que j avais pas apprécié un call of

Protoxe

Rédaction

11 nov 2014 @ 18:57

Niiko62 tu dis « trouver ce Call of le meilleur de tous ! » Je ne sais pas à quel call of tu as joué mais pour ma part c’est de pire en pire chaque année, le dernier cod était MW3.

La campagne est sympas, le multi il y a des problèmes de connexions, des gadgets pour kikoo et des campeurs partout. Le mode normal et hardcore sont en plus mal équilibré.

Dan Glotka

11 nov 2014 @ 19:11

le mode multijoueurs est une franche réussite et, sans prendre trop de risque, réussit à proposer quelques nouveautés sympathiques, telles que le gameplay vertical et les objets gagnés au fur et à mesure des parties

Je suis tout à fait d’accord avec le multi tres sympa surtout avec un groupe de bras cassé comme le nôtre sinon je vous trouve extrêmement dur sur le solo qui se laisse plus regarder que jouer certes mais reste sympa.

Muse2003

11 nov 2014 @ 20:07

Acheté sur un coup de tête samedi, demain je le revend illico !! Campagne vraiment nulle en ce qui me concerne et multi vraiment nul aussi... Super frustrant surtout ! Déconnexions 3 parties sur 4 alors que j’ai une excellente connexion et que ma xbox est connectée par cable, il me semble qu’il n’y a toujours pas de serveurs dédiés et toujours autant de campeurs... Sans parler des 40Go à installer...

Le seul point positif est que du coup je suis retourné sur Bf4 et je m’amuse encore plus qu’avant :p

Sorry pour le coup de gueule mais ce jeu ne vaut clairement pas l’argent payé pour (ce n’est qu’un avis personnel oubliez pas ;)) !

Vivement Halo !!!

Kerro

11 nov 2014 @ 20:29

Dsl du hs mais d’après certain retour le partage des jeux ne fonctionnerais plus ou serait en passe de ne plus fonctionner ? Seul le compte « acheteur » pourrai lancer le jeu (en etant connecter, sur une seul console donc) ? Probleme rencontrer depuis la mise a jour de novembre et sur les derniers titres sorti. Rencontrez vous ce problème ? Encore une fois désolé pour le hors sujet.

Tomchoucrew

Rédaction

11 nov 2014 @ 20:42

Bizarre, je suis niveau 25 et je n’ai eu aucun problème de connexion. Par contre sur PC il parrait que c’est merdique oui.

123