Test - Guacamelee ! Super Turbo Championship Edition

«Caramba» , - 9 réaction(s)

Testé sur Xbox One

Les films mexicains des années 60 à 80 mettant en scène des luchadores bariolés sont des œuvres totalement barrées. Je dois faire partie des rares en France à en avoir vu un certain nombre, et, pire, à aimer ça ! Les deux plus célèbres, El Santo et Blue Demon, affrontent tout et n’importe quoi, traversant des métrages aux scénarii les plus absurdes. C’est rarement bien filmé, toujours un peu (beaucoup) cheap, mais je ne me lasse pas de voir un mec torse-nu avec un masque déambuler comme si de rien n’était parmi les civils. Mieux, quel que soit l’ennemi (des mafieux, mais aussi une momie ou un loup-garou…), tout se termine par des prises de catch. Ces films osent tout et surtout n’importe quoi dans une ambiance décalée qui est à des milliers de kilomètres de ce que l’on oserait faire de plus fou dans notre production hexagonale. Ce sont clairement ces films qui ont inspiré les créateurs de Guacamelee ! Super Turbo Champion Edition, et c’est tant mieux !

Royal Rumble

C’est le jour des morts ! Fiesta si importante au Mexique pour laquelle tout le monde se prépare, y compris Juan, notre héros. Cette journée si festive commence pourtant très mal. En effet, le maléfique Calaca célèbre la fête à sa manière en semant littéralement la mort autour de lui, caramba ! Plus horrible encore, il provoque Juan, notre futur héros, en kidnappant son amie d’enfance (et on devine bien qu’avec le temps, elle serait devenue un peu plus que son amie...). Malédiccion ! Juan fait ce qu’il peut pour la sauver, mais ce n’est qu’un hombre ordinaire et il se fait tuer en un temps record. Dans le monde des morts, il trouve un masque légendaire qui le ramène à la vie, et surtout qui va faire de lui el ultimo luchador !

Le gameplay semble plutôt simple au premier abord, mais s’enrichit de plus en plus
Hop ! Hop ! Hop !

Guacamelee se présente sous la forme d’un bon vieux jeu d’action 2D à l’ancienne, mêlant baston et plateformes. Si au début du jeu on ne peut que sauter et cogner, très rapidement on apprend des coups supplémentaires qui permettent d’avoir accès à de nouvelles zones à explorer. Un peu comme un bon vieux Metroid. Au passage, bravo pour le pouvoir permettant de se transformer en… poule, franchement drôle. Le gameplay semble plutôt simple au premier abord, mais il s’enrichit de plus en plus, jusqu’à devenir franchement technique. Les esquives, projections, attaques spéciales et sauts de cabri devront tous être utilisés simultanément ou en combinaison pour pouvoir faire face à l’adversité. Les combats sont très nerveux, rythmés et fun, et le jeu propose également des phases de plateformes qui sont parfois autant de casse-tête. Le challenge y est relevé et demande beaucoup d’efforts au joueur, mais mourir n’est pas très punitif, l’échec n’ayant pour résultat qu’un respawn immédiat en solo, ou après quelques secondes en coopération. Du coup, on s’accroche pour progresser et on retire une vraie satisfaction après avoir vaincu un boss retors ou avoir franchi une zone particulièrement complexe. Après une huitaine d’heures de jeu, c’est repu qu’on pose la manette, fier du travail accompli. C’est là que se trouve sans doute la seule vraie faiblesse du jeu : on aurait aimé un peu plus de contenu, même si cette version Super Turbo Champion Edition propose quelques niveaux de plus que le Guacamelee déjà sorti sur PS3, Vita et PC.

Globalement, les mécanismes de jeu ne font pas dans la nouveauté, mais tout est bien calibré, bien conçu, et doté d’une difficulté progressive agréable.

Yé souis lé plou fort

La seule véritable originalité (et encore, c’est un principe qu’on a déjà croisé régulièrement dans d’autres titres) réside dans le pouvoir de passer du monde des vivants à celui des morts, faisant apparaître et disparaître des plateformes n’existant que dans un des deux plans. Cela donne des séquences motivantes mais franchement difficiles, pendant lesquelles il faudra par exemple faire un saut, rebondir sur un mur, passer dans le monde des morts pour faire apparaître un autre mur sur lequel on va s’appuyer avant de rechanger de plan… etc… Le timing et la précision sont indispensables !

C’est un véritable appel à la fête

Guacamelee propose de jouer en coopération, à deux sur la même console (dommage qu’on ne puisse pas le faire en ligne), et bien entendu c’est encore plus drôle. Les passages de bastons s’en retrouvent facilités, mais à l’inverse, quand il faut se concentrer pour sauter d’un endroit à l’autre avec précision, cela complique parfois les choses quand deux catcheurs gesticulent dans tous les sens à l’écran !

La banana

Le vrai point fort du jeu, c’est son ambiance festive et délirante. Les graphismes, très colorés, tranchent avec les teintes ternes de la majorité des productions actuelles, pour un rendu esthétiquement très réussi. C’est un véritable appel à la fête, soutenu par une bande son qui alterne musiques traditionnelles mexicaines et thèmes plus modernes. Guacamelee n’est pas un jeu qui fatigue beaucoup techniquement une Xbox One, mais la réalisation est sans faille : pas de problèmes de collisions, pas de ralentissements, et une action toujours très lisible, y compris quand l’écran est surchargé.

Surtout ne pas péter

Et surtout, c’est drôle ! Le style graphique adopté est une réussite qui pousse à la bonne humeur, et qui n’est jamais trahi par des dialogues et des situations qui font mouche. Ca ne vole pas toujours très haut, c’est vrai, mais qu’importe : tout est fait pour qu’on s’amuse. L’absurdité est brandie en porte-étendard, et semble être la norme de ce monde bariolé et joyeux dans lequel s’invitent de nombreuses références au monde des jeux-vidéo que vous verrez forcément. Le résultat est sans appel, dès qu’on commence à jouer on a envie de revêtir un poncho et de se couvrir d’un sombrero en criant des « Arrrrrrrriba » (merci de bien rouler les « r » en lisant ce mot). D’ailleurs je rédige ce test après m’être laissé pousser la moustache et en regardant El Santo y Blue Demon contra Dracula y el hombre lobo.

Bilan

On a aimé :
  • L’ambiance déjantée qui met de bonne humeur
  • C’est drôle
  • Challenge véritable et difficulté progressive
  • Le jeu en coopération
On n’a pas aimé :
  • En fin de compte peu original dans son gameplay
  • Manque de contenu
C’est la fiesta !

Guacamelee Super Turbo Champion Edition ne se distingue pas par un gameplay particulièrement innovant, mais le jeu exploite parfaitement des mécanismes de jeu très maîtrisés. La réalisation ne souffre d’aucune carence, même si ce n’est pas là l’essentiel. Ce qui est important, c’est qu’on tient là un jeu qui atteint sans difficulté tous ses objectifs, en proposant un vrai challenge au(x) joueur(s) (c’est encore mieux à deux) sans jamais générer de frustration. Devant l’écran, on est bien trop occupé à sourire, emporté par l’ambiance mexicano-absurde du jeu. Pourquoi un titre qui récolte autant d’éloges ne décroche pas son coup de cœur ? Parce qu’une fois terminé, on aurait aimé en avoir un petit peu plus, surtout pour un jeu sans réelle replay value. On ne s’y est pas ennuyé une seule seconde, mais on sait qu’on n’y retournera sans doute pas. Microsoft fait cadeau aux abonnés Gold de ce jeu pour le mois de juillet 2014 : si ce n’est déjà fait, téléchargez le vite, c’est un vrai beau cadeau d’autant plus qu’il nous est fait au moment même de sa sortie. Ceux qui ne sont pas Gold ? Achetez le ! 13.99€, cela ne fait au final pas chère l’heure de véritable détente et de fun.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Guacamelee ! Super Turbo Championship Edition

PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Editeur : Drinkbox

Développeur : Drinkbox

Date de sortie : Printemps 2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows, Mac OSX, Wii U, Switch

9 reactions

eytann

04 jui 2014 @ 17:49

Jeux gratuit avec games with gold j’y joue avec mon frère- Ce jeu est SUPER

Je le recommande :)

Xced R

04 jui 2014 @ 18:27

Quand j’ai vu une vidéo de ce jeu, je me suis dit que ça n’allait pas me plaire mais que pour sa « gratuité » j’essaierai quand même. Et bien je ne regrette pas finalement, mes premières impressions se sont envolées et le jeu est bien fun.

Pour le moment je n’y joue que tout seul, mais à deux il doit vraiment être génial.

Je le recommande aussi.

hyclesiaste

04 jui 2014 @ 20:29

Pareil que toi Xced R les vidéos me disaient rien et au final c’est bien sympa......

Darlink60

04 jui 2014 @ 20:51

Ayant déjà fait ce jeu il y a quelques temps sur PS Vita avec le PS plus, je me le refait avec plaisir sur Xbox One, je l’avais vraiment apprécié. :)

Darkkoubi

04 jui 2014 @ 23:40

le jeu date un peu (sorti y’a presque 3 ans je crois sur steam) mais c’et toujours un bonheur a jouer. un jeu a conseiller a tout le monde.

Larangys

05 jui 2014 @ 12:04

Manque de contenu ? Une bonne aventure de 6-7 heures, pour le prix je trouve ça très correct ! (surtout qu’on le refait en coop avec plaisir)

JaWoOuh

05 jui 2014 @ 12:06

le seul points noir est qu’il n’a pas de co op en ligne mais uniquement en local je préfère le local pour ce genre de jeu mais acheté une manette 70 euro pour une One tout récente et sans « vrai » jeux co op pour l’instant ça fait un peut mal, j’en achèterai pour Halo : master chief collection par tradition..

Hosil

05 jui 2014 @ 17:23

Fun et sympa je me suis pris au jeu.

TheBitMapBrother

05 jui 2014 @ 17:52

Je n’aurai jamais cru que le gameplay soit aussi exigeant. C’est une super surprise ce jeu. Seule la musique me massacre un peu la tête à force.