Test - Mass Effect 2 : Le courtier de l’ombre

«DLC pop corn» , - 12 réaction(s)

Petite question avant de commencer : Mass Effect 2 est-il un RPG ou un jeu d’action à la troisième personne ? Je ne m’étais guère posé la question à sa sortie mais je me la pose de plus en plus en jouant à ses DLC. Et le dernier en date, le plus cher, celui qui est censé être aussi le plus ambitieux, semble enfoncer une porte entrouverte à grands coups de flingue, de fusil à pompe et de pouvoirs biotiques. Au grand dam d’une partie des joueurs...

Le Courtier de l’ombre était bien caché

Le Courtier de l’ombre reste un des personnages les plus emblématiques de Mass Effect et même si on ne l’a jamais rencontré, il est devenu au fil de l’aventure une des pièces maîtresses de l’intrigue. Un agent trouble maître de l’information et du renseignement qui ne défend que ses intérêts quel que soit son client, Récolteurs, Citadelle ou Cerberus.

Autant dire que l’on attendait fébrilement notre rencontre avec le Courtier de l’ombre et surtout nos retrouvailles avec Liara, compagnon de route ou compagne attachante suivant nos choix dans Mass Effect premier du nom. Cette dernière a passé les deux dernières années de sa vie à le traquer sans relâche, et lorsque Cerberus nous fournit des renseignements sur la probable cachette du Courtier de l’ombre, c’est avec empressement qu’elle rejoindra les rangs de notre équipe. Ils sont sympas chez Cerberus quand même. Enfin bref, voilà pour le scénario de ce DLC vendu 800 Mpts et pesant pas moins de 1,5 Go. Avec tout ça on pouvait s’attendre à du très lourd, et du lourd il y en a mais pas vraiment là où l’on pouvait le penser...

Le courtier de l’ombre expédié...

Comme les précédents, et même encore plus, c’est au niveau de sa réalisation que le DLC du courtier de l’ombre impressionne le plus. C’est tout bonnement somptueux, et on ne peut qu’applaudir des deux mains les efforts portés sur le design général des niveaux. La base du courtier de l’ombre est littéralement impressionnante et le petit passage de course-poursuite à bord de taxi volant vaut le coup d’œil. On ne peut rien reprocher au courtier de l’ombre à ce niveau là.

Autre point positif de ce DLC, le rythme, haletant du début à la fin, on n’aura pas un instant de répit. A vrai dire, on tire la langue par moment vu les troupes innombrables que le courtier de l’ombre nous envoie pour nous arrêter. Durant ce DLC, on doit décimer facilement un village de mercenaires, laissant derrière nous des wagons d’orphelins, de veuves et de veufs. Il faut dire que dans ce DLC de Mass Effect on n’a pas réellement d’autres choix que d’utiliser ses armes durant les trois heures de jeu (en niveau Hardcore donc légèrement moins en normal et légèrement plus en démentiel) qu’il nous propose.

Oui vous avez bien lu, 3 heures de combats entrecoupées par une séance de 5 minutes de course en taxi. Exit donc le traitement scénaristique, la diversité des lieux, les aspects RPG (la majorité des dialogues et nos retrouvailles avec Liara se déroulent à la toute fin du DLC condensés comme pour combler un oubli). Il nous suffit de traverser un couloir pour arriver à la cachette secrète du courtier de l’ombre qui, soit dit en passant, vu ses moyens, aurait très bien pu vivre autrement que dans le trou à rat dans lequel il se trouve.

Gears of Mass Effect 2

Alors oui ce DLC est l’un des plus aboutis techniquement, il en met plein la vue du début à la fin. Mais on parle quand même là de notre rencontre avec le courtier de l’ombre quand même et de nos retrouvailles avec Liara. Retrouvailles qui nous permettent de retrouver pudiquement une scène de baiser entre deux femmes suivant nos choix dans Mass Effect, c’est peu mais mieux que rien vu que la possibilité d’une relation lesbienne dans le deuxième opus avait été supprimée.

Bilan

Bref, ce DLC se devait d’être à la hauteur de ces enjeux et malheureusement, il échoue là-dessus et ne nous propose qu’un joli grand huit, vite fini et vite oublié dans son fond, le courtier de l’ombre disparaît en dix minutes, seule la conclusion parvient à peine à relever le niveau, offrant de petits bonus comme celui de réinitialiser les points de compétences de vos compagnons. Pour un prix moindre, Suprématie proposait une aventure plus longue et mieux amenée que ce DLC pop corn. Déception donc et j’espère que Bioware aura autre chose à nous fournir à l’avenir que ces longues scènes d’action dotées d’un superbe écrin visuel certes mais bien vaines...

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Mass Effect 2

Genre : Action RPG

Editeur : Electronic Arts

Développeur : Bioware

Date de sortie : 28/01/2010

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Mass Effect 2

12 reactions

Jezehbell

11 sep 2010 @ 17:08

Je ne suis pas d’accord avec ce test. Pour moi, c’est le meilleur des 3 , une chose m’a déçu, le doublage de Shepard et Liara fait à la va-vite. Mais sinon je ne comprends pas cette note. Et les informations disponibles à la fin ? Les vidéos de surveillance ? Et puis, on sent clairement la liaison avec ME3...

Jarel

Rédaction

11 sep 2010 @ 17:39

Euh, je crois avoir suffisamment argumenté le pourquoi de cette note dans le test. Les éléments que tu cites à la fin sont ridicules comparés à ce que l’on pouvait s’attendre de notre rencontre avec le courtier de l’ombre (expédié en 10 minutes chrono dialogues compris). Et je passe sur le fait que le gigantesque vaisseau du courtier contient deux salles : la prison et la chambre/bureau du courtier de l’ombre et que l’on passe 10 plus de temps sur la coque qu’à l’intérieur si ce n’est plus. Mais si certains aiment payer 800 Mpts pour un DLC expédié.

Sincèrement mis à part l’esbroufe visuelle très réussie et les combats ininterrompus le reste est en dessous de tout.

Mais je suis prêt à argumenter un peu plus mon point de vue si besoin est.

Jezehbell

11 sep 2010 @ 18:16

On aura beau débattre, ça reste de la subjectivité. Pour ma part, j’ai apprécié ce DLC, pour ce qu’il apporte et pour ce qu’il apportera. J’ai l’impression de poursuivre l’aventure et pas de faire une grosse mission annexe avec peu d’intérêt (Overlord). Pour le courtier de l’Ombre, j’aime bien ce qu’il est, j’aurais été déçu si ça avait été un personnage déjà connu. Même si les phases de taxis et d’enquête sont courtes, elles ont le mérite d’être là.

Plus d’action ? Quand tu cherches à tuer le premier trafiquant d’informations de la galaxie, il va pas se laisser faire.

Diversité des lieux ? Trois ou quatre lieux différents pour un DLC, c’est tout de même pas mal.

Exit le traitement scénaristique ? Ce DLC a pour but de répondre à des questions, pas d’en poser encore plus.

Et puis les éléments de la fin ne sont pas ridicules. On apprend enfin des choses intéressantes sur nos coéquipiers, des vidéos compromettantes pouvant introduire de nouveaux DLC, une nouvelle race, etc...

Bref, comme je l’ai dit au début, c’est subjectif.

Jarel

Rédaction

11 sep 2010 @ 18:34

Trop d’action en fait il n’y même que ça... Et on peut faire un traitement scénaristique poussé sans poser 40 autres questions. Il y a une grosse marge entre expédier l’histoire et en faire un roman.

Je suis surement trop exigeant vis à vis de cette pauvre petite boite de développeur qu’est Bioware qui n’a pas les moyens de faire un DLC majeur de plus de 3 heures sans expédier son histoire. Ils n’ont pas la puissance financière d’un bethesda -quand ils le veulent- ou de Gearbox qui eux peuvent sortir des DLC certes inégaux mais conséquents.

dexo

11 sep 2010 @ 18:48

Je ne l’ai pas encore essayer mais j’avoue que Bioware pourrait nous offrir du contenu sup un peu plus conséquent. A chaque fois, Ce ne sont que des missions annexes qui dure que 2-3h. A quand un vrai Add on comme ceux de Borderlands ou Shivering Isles dans Oblivion.

Celui-ci est le seul que j’ai acheté parce que la durée de vie a l’air un peu plus élevée que les autres DLC proposés mais ça reste faible.

Bon, sur ce, je vais le tester, j’espère ne pas être déçu.

vehga

12 sep 2010 @ 00:08

DLC finit, impressions à chaud. On va dire que je suis d’accord sur un point avec le test, c’est que le coté aventure et RPG du jeu s’est bien envolé ici au profit d’une progression haletante et spectaculaire. Mais est-ce vraiment un mal pour autant ? (me jetez pas de pierres ! aie !), ce que je veux dire c’est qu’on parle ici d’un DLC qui par définition se veut d’apporter quelque chose de différents ou de nouveau, en plus par rapport au jeu original, que se soit de nouvelles armes, perso ou possibilités, pas de complètement redéfinir le jeu dans son ensemble, c’est un plus. Et à mon sens ce DLC s’en tire à merveille, j’ai vraiment pris mon pied du début à la fin. Bon, niveau durée de vie c’est encore discutable par contre. Mais surtout, SURTOUT, ce qui donne corps à ce DLC c’est qu’il s’agit clairement de la conclusion du comic book Mass Effect Redemption(l’histoire de Liara après ME1), pour ceux qui ont lu les 4 BD (dont la première était dispo dans le collector) on en retrouve ici tout le rythme et le style avec une Liara déchainée, l’introduction de Feron et des récolteurs. Pour finir et sans trop spoilé, en ce qui concerne ce fameux courtier de l’ombre peut-être que tout à bien été expédié trop vite et on espérait plus, vu la place de se personnage dès le premier, mais à bien y réflechir tout a été amené pour qu’il ne s’agisse pas d’une fin mais bien d’un début, un lancement concernant très certainement une des bases au sein de Mass Effect 3 à n’en pas douter, et ça laisse rêveur selon moi, et permet de faire quelques premiers pronostiques sur le volet final.

Caporal Taggart

12 sep 2010 @ 18:14

Et bien, et bien ça fait débat par içi :-)). Pour ma part j’attendrai (en vain ?) une version GOTY.

vehga

12 sep 2010 @ 23:16

Impressions à froid cette fois, je voulais juste clarifier une petite chose sur mon post à la « gloire » de ce contenu, c’est que je pense bien que si j’ai vraiment apprécié ce DLC c’est surtout car j’ai adoré parcourir les 4 Mass Effect Redemption (les comic book) auxquels ce DLC fait directement référence, tout y est et chaque élément y est présent et d’ailleurs la fin du comics lançait pratiquement le DLC. C’est sûr que si on ne prends que le DLC en lui même ça fait light, on est pas vraiment dans le trip. Mais avec l’ajout des bd tout prend son sens, que ce soit la présence de Feron ou toute cette histoire concernant le marchandage du corps de Shepard entre les récolteurs et le courtier, tout est dans les pages, on sait pourquoi on se bat vraiment. Le DLC amène toutes les réponses aux questions qui se posaient dans les comic plus que celles amenée dans le jeu du point de vu d’un joueur. Donc pour l’apprécier j’aurais tendance à dire qu’il faut plus le considérer comme un DLC au comic book plus qu’un DLC au jeu. Mais là j’avoue que ça fait assez space comme concept et que c’est pas forcément ce qu’on peut attendre du jeu en lui même. J’ai rien à critiquer concernant le fait que ça divise, en fait c’est même justifié, mais j’aime toujours perso.

Jarel

Rédaction

13 sep 2010 @ 18:25

J’avoue avoir été un peu dur avec ce DLC mais j’adore Bioware et je toruve que pour l’instant, mis à part du point de vu technique, ils n’ont jamais réussi à sortir un DLC à la hauteur de leur talent. Après 6 DLC sorti sur la série Mass Effect je n’ai jamais été pleinement satisfait ; Il y a quand même beaucoup mieux à s’attendre d’un DLC sur Mass Effect que les petits spin off orientés action que nous sert Bioware depuis le début. Vala.

Jezehbell

13 sep 2010 @ 18:26

Oui, c’est vrai qu’on a tous vu mieux en termes de DLC (Fallout 3, Borderlands) mais je pense que Bioware fait des progrès. En terme de qualité, les DLC sont de mieux en mieux je trouve.

12