Test - Borderlands : Emeute dans l’Underdome de Mad Moxxi

«un gros titre pour un petit contenu» , - 4 réaction(s)

Peu de temps après la sortie de sa première -et réussie- extension, Borderlands accueille l’Underdome de Mad Moxxi. Une deuxième extension affublée d’un nom barbare certes, mais vu le soin apporté par les gars de Gearbox à leur jeu, on ne se faisait pas de soucis sur ce qu’allait nous proposer Mad Moxxi et son Underdome. Et pourtant...

Mad Moxxi, ce nom ne vous fait penser à rien ?

Et si je vous dis Mad Max ? Et bien bravo vous avez trouvé ! Il faut évidemment regarder du côté du dôme du tonnerre du troisième épisode et vous aurez, plus ou moins, l’intégralité de ce que vous propose cette extension. Mad Moxxi ne ressemble pourtant pas à Tina Turner, il faut plutôt regarder du côté de la muse du Joker, Harley Quinn tant soit au niveau vestimentaire qu’au niveau de son caractère. Mad Moxxi est folle, folle mais surtout elle est la présentatrice vedette de l’Underdome, arènes monstrueuses dans lesquelles on s’entretue dans la joie et la bonne humeur. Enfin, où l’on s’entretue surtout en fait.

Du combat en arène c’est tout ?

Émeute dans l’Underdome de Mad Moxxi ne propose effectivement qu’un simple mode de jeu à Borderlands. Un mode de jeu qui rappellera nos plus belles heures de baptême du feu dans Halo ODST ou du mode Horde dans Gears of War 2. Comme ces illustres référents, on devra faire face à plusieurs vagues d’ennemis successives ; des vagues animales, des vagues armées, des vagues de boss et j’en passe. Entre chaque vague, on aura la possibilité pendant un court laps de temps de récupérer armes et munitions, avant de remettre ça. Et comme ces illustres référents, ce sera plutôt le mode online et la coopération entre les joueurs qui seront à l’honneur, poussant de ce fait à privilégier les équipes mixtes et les compétences d’appui. C’est peu mais cela vous réservera pas mal de sueurs froides, d’engueulades et de stress pour de nombreuses parties, surtout que la difficulté est au rendez-vous. L’Underdome n’est pas pour les gonzesses, ou du moins pas celles qui ne sont pas bien accompagnées et bien armées.

Côté durée de vie, tout comme les modes sus nommés de Gears of war 2 et de Halo ODST, elle est quasiment illimitée si l’on se prend au jeu des vagues successives d’ennemis à repousser. Même si on ne dispose que de trois arènes, elles sont suffisamment bien agencées pour tenir en halène les plus téméraires. Si vous n’êtes pas du genre à aimer vous enfermer dans des cages, aussi grandes soit-elles, pour flinguer du barbare et autres bestioles, alors comptez à peu près 4 heures pour faire le tour des quêtes proposées, un peu moins si vous êtes bien secondés.

C’est joli la guerre

Un simple mode de jeu certes, mais Gearbox nous offre là aussi un environnement réalisé avec soin et avec goût. Les trois arènes proposées sont grandes et très bien agencées. Les coulisses de l’Underdome sont aussi très agréables à l’œil en plus de proposer des services bien utiles comme une banque d’armes pour mettre en sureté votre collection de revolvers/shotguns/mitrailleuses/etc. uniques ou ceux sur lesquels vous vous êtes attachés au cours de votre progression. Pour un sentimental comme moi, j’ai trouvé cet ajout très important. Mais je suis un gros sentimental aussi. Outre l’aspect visuel très réussi et débordant à nouveau de clins d’œil et d’éléments amusants, on appréciera tout particulièrement l’excellent environnement sonore accompagnant l’Underdome. La musique y est géniale, un mix techno pop hypnotique nous longeant dans une frénésie de massacres, les commentaires de Mad Moxxi qui assiste aux ébats perchée en haut de sa tour sont croustillants, et les cris de la foule réagissant au moindre tir critique dans la tête galvanisent vraiment l’action.

Bilan

800 pts les trois arènes et le mode baptême du feu/horde pour Borderlands, ça fait un peu cher. Surtout lorsque l’on regarde ce que nous proposait l’île du Dr Ned pour la même somme. Quoi qu’il en soit, on s’amuse beaucoup dans ces grandes arènes et on se surprend de ne rencontrer aucune résistance pour rentrer dans l’univers farfelu, décalé et unique de Borderlands, qui pour une fois ne propose rien d’original mais plutôt un petit en-cas, à consommer sans modération. Surtout que cet en-cas dispose de deux petites carottes non-négligeables : 2 points de compétence supplémentaires. Et là, c’est le drame.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Borderlands

Genre : FPS

Éditeur : 2K Games

Développeur : Gearbox Software

Date de sortie : 23/10/2009 (Europe)

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

4 reactions

Achilles

14 jan 2010 @ 01:28

Note étonante, alors que le reste de la precise spécialisée a encensé ce jeu. ’fin je dis sais, mais je ne connais pas du tout le jeu, jamais joué.

Jarel

Rédaction

14 jan 2010 @ 09:40

Euh il s’agit du test du DLC de Borderlands Mad Moxxi et pas de Borderlands même hein. Ne pas confondre.

En gros tu n’as pas lu le test et tu n’as fait que regarder la note petit canailloux !

14 jan 2010 @ 11:17

Achilles

14 jan 2010 @ 11:56

Au temps pour moi, mes excuses ! :’( Me disait bien que xboxygen à pourtant l’habitude d’etre à jour au niveau des tests par rapport aux sorties.