Test - Sega Vintage Collection : ToeJam & Earl

«Qui est le plus funky ?» , - 0 réaction(s)

Sega a une chance incroyable, c’est qu’ils peuvent compter sur un catalogue conséquent venant de nombreuses années de présence dans les salles d’arcade, ou bien dans les salons avec leurs consoles de jeu. C’est ce qui est exploité ici dans ce qui est bien parti pour être une collection Sega Vintage conséquente, et ce sont les bons vieux ToeJam et Earl qui sont mis à l’honneur aujourd’hui.

Deux MC’s chez les ploucs

L’ascenseur : l’objectif de chaque niveau

Ce sont les deux jeux sortis sur Megadrive (en 1991 et 1993) qui nous sont proposés. Toe Jam et Earl sont des extraterrestres vivant sur Funkotron, qui suite à une fausse manœuvre sont venus s’écraser sur Terre. Leur superbe vaisseau est en morceaux, et il faut les retrouver pour pouvoir partir de cette planète folle peuplée de créatures plus à la masse les unes que les autres. Une fois cela fait, au revoir la Terre, et retour sur Funkotron (et passage au deuxième épisode). Malheureusement, des « choses venues de la Terre » ont réussi à embarquer et mettent un désordre pas possible. Les responsables étant Toe Jam et Earl, à eux de prendre les choses en main pour arranger tout ça et renvoyer tout ce petit monde sur la planète bleue.

A 2 joueurs, l’écran se splitte quand on se sépare

Dans le premier jeu, c’est dans une vue de trois-quart qu’on évolue, slalomant dans des niveaux de plus en plus grands entre les ennemis les plus improbables. Ménagère poussant son caddie, Père-Noël à réaction, savant fou…Une palette d’ennemis tous plus absurdes (et drôles) les uns que les autres. Afin de s’en sortir on récupère des paquets cadeaux dont on ne connaît le plus souvent les effets qu’au moment où on les utilise. Là aussi c’est le délire qui est mis en avant. Si certains effets sont positifs (chaussures à ressorts, des ailes pour voler, de l’énergie), d’autres le sont beaucoup moins, ou bien se contentent juste de ne servir à rien (une boisson qui fait roter…). La force de ce jeu, c’est le joyeux foutoire du concept, et surtout deux personnages réellement funs. Ainsi, on attend avec impatience les changements de niveau juste pour assister aux dialogues improbables entre les deux lurons, sur fond d’un beat hip-hop entêtant qu’on continue de chantonner bien après que la console soit éteinte.

ToeJam & Earl 2 est plus coloré

Le deuxième épisode privilégie une vue en 2D de côté, et si le concept est fondamentalement le même, l’ambiance délirante n’est pas aussi efficace. C’est le même esprit, mais sans la naïveté du premier jeu. Bien que plus joli et plus évolué techniquement, le jeu est agréable à jouer, tout en pâtissant de la comparaison avec le premier.

Le bon vieux temps

Le concept est ici de retrouver le plaisir de l’époque, ce sont donc exactement les jeux d’origine, sans ajouts HD, sans rien de nouveau à l’écran. Le niveau technique est donc naturellement très faible par rapport à ce qu’on connaît aujourd’hui. C’est particulièrement flagrant dans le premier jeu, à l’animation peu fluide et aux graphismes simplistes. C’est Vintage, quoi ! On pourra regretter que cette volonté de ne rien toucher n’ait pas permis d’au moins traduire les dialogues qui restent entièrement en anglais. Pour le reste, la musique basique fonctionne à merveille, et cette vieille réalisation participe largement au charme de l’ensemble, pour cette édition qui s’adresse avant tout aux joueurs qui ont déjà connu ces jeux par le passé.

Nage stylée sous l’eau

Seules deux nouveautés font leur apparition : un mode de jeu avec des défis divers à atteindre (terminer le jeu en un temps limité, par exemple), et surtout la possibilité de jouer à deux en ligne. Étant donnée la simplicité technique des jeux, comme on pouvait s’y attendre cela fonctionne parfaitement. On est bien loin de l’action frénétique des jeux actuels, mais cela fait aussi du bien ! Parcourir les niveaux en papotant avec un ami a quelque chose d’agréable, comme un plaisir simple retrouvé qu’on n’a plus forcément aujourd’hui.

Bilan

On a aimé :
  • Une bonne madeleine de Proust
  • Les deux E.T. funky n’ont rien perdu de leur charme
  • Un délire qu’on ne voit plus dans les jeux actuels
On n’a pas aimé :
  • Les dialogues toujours pas traduits
  • Un peu cher pour des jeux non-retravaillés
Funky beat et délire à l’ancienne

On ne peut pas donner un vrai jugement critique sur des jeux aussi anciens livrés tels quels aux joueurs d’aujourd’hui. Il est bien évident que techniquement le niveau est tellement bas au regard des standards actuels que l’intérêt n’est pas là. Dans le principe de collection de classiques venus du passé, ToeJam & Earl ont une vraie place, en proposant un délire sous acide qui donne une vraie impression d’originalité aujourd’hui malgré leur âge. Les vieux joueurs et les plus jeunes qui sont curieux et qui ont l’esprit ouvert à autre chose qu’aux mega-textures HD y trouveront à coup sûr leur compte, alors que ceux pour qui la réalisation est un pré-requis pour s’amuser ne comprendront même pas l’intérêt de ces titres. En tant que vieux joueur, je ne peux que conseiller à tous ceux qui ne connaissent pas ToeJam et Earl de ne pas se bloquer avec des œillères techniques, et de parfaire en s’amusant leur culture vidéoludique. Il y a de nombreuses merveilles dans le catalogue de Sega, espérons qu’ils sauront les exploiter (au hasard, Wonder Boy et Shinobi, feraient bien de se pointer, par exemple).

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Sega Vintage Collection : ToeJam & Earl

Genre : XBL Arcade

Editeur : Sega

Développeur : M2

Date de sortie : 07/11/2012

Prix : 800 MsP

Prévu sur :

Xbox Live Arcade