Test - Outland

«L’ombre qui marche» , - 2 réaction(s)

Cela devient difficile de se faire une place sur le XBLA (et dans une moindre mesure sur le PSN). L’offre est énorme, couvre de très nombreux styles, et est surtout d’une excellente qualité avec une grande quantité d’excellents jeux. Il devient donc important de se démarquer, et c’est ce qu’Outland tente de faire en proposant un univers visuellement très original.

J’ai rêvé d’un autre monde

Couleur = danger

On peut dire que la surprise est bien là quand le jeu se lance. Dans une atmosphère zen, une très belle intro nous raconte une histoire sans originalité (héros messianique, déesses qui se chicanent, mais bon sang que va-t-il se passer ?), sans que cela ne soit très grave. En effet, on est là dans un conte aux inspirations multiples, très simple, et cela colle parfaitement avec l’univers éthéré qui nous est présenté, ainsi qu’avec la narration qui nous est offerte. Est-ce indien, africain, asiatique, européen ? On peut trouver un peu ce qu’on veut, y compris des éléments futuristes, et c’est sans doute pour ça que c’est avant tout « Outland ». Cette impression d’être ailleurs est une superbe réussite, et le monde présenté trouve naturellement son unité, dans une belle Direction artistique.

Variations monochromes

La représentation est en 2D, dans des teintes monochromes pastels de bon goût, comme si on assistait à un spectacle d’ombres chinoises matinées de pointes de couleurs. Le résultat est superbe et accroche irrémédiablement l’œil, même si la technique utilisée limite de fait les détails et la variété des décors. Les trouvailles sont multiples, et il y a même plusieurs passages qui en imposent franchement. Des musiques et bruitages calmes renforcent l’impression qu’on peut avoir d’être dans un rêve, et l’animation, très précise et décomposée, viennent compléter une fiche technique de bon niveau qui accompagne efficacement la bonne note artistique.

Prince of Outland

Si l’ambiance et le visuel du jeu sont d’une originalité évidente, on ne peut pas en dire autant du gameplay, qui lui est très classique. Notre personnage est un excellent sauteur qui peut prendre appui sur les murs pour grimper toujours plus haut…Comme dans bien des jeux. Armé d’une lance (puis d’autres armes) et d’une palette de coups réduite, il pourra se frayer un chemin dans les niveaux et tuant sans pitié les monstres qui auront l’outrecuidance de se dresser face à lui.

Bilan

On a aimé :
  • Visuellement superbe et original
  • Très belle réalisation
  • Gameplay efficace
On n’a pas aimé :
  • Level design linéaire et simpliste
  • Trop court
Comme dans un (petit) rêve

Doté d’une réalisation superbe et visuellement exceptionnel, Outland possède un écrin de premier ordre, mais qui ne renferme qu’un « petit jeu ». Quel dommage que plus de soin n’ait pas été apporté au level design, et quel dommage que le jeu ne soit pas un peu plus long. En soit, ce qu’il propose n’a rien de scandaleux, et cela reste très agréable de se laisser bercer quelques heures par cet univers original et attachant. On passe un bon moment, on en prend plein les mirettes, mais on ne peut s’empêcher de regretter de ne pas avoir plus. Un bon titre XBLA qui loupe la mention d’indispensable de peu.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Outland

Genre : XBL Arcade

Editeur : Ubisoft

Développeur : Housemarque

Date de sortie : 27/04/2011

Prévu sur :

Xbox Live Arcade, Playstation Network

2 reactions

Wipness

28 avr 2011 @ 18:05

J’ai beaucoup aimé la démo ! Et ton test confirme ce que j’ai pensé.

Qui sait peut être qu’un jour je me le prendrai.

spydercochon

29 avr 2011 @ 09:16

Quand il sera à moitié prix, il sera mien !