Test - State of Decay

«Brossez vous les dents après chaque repas !» , - 6 réaction(s)

Après insulter les vainqueurs en online, le zigouillage de zombies est l’activité préférée des joueurs selon un sondage réalisé par le très sérieux zombiesabousiller.com.
Pour diverses raisons aussi pécuniaires que stratégiques, de nombreux éditeurs se sont lancés dans la charcuterie cadavérique, avec plus ou moins de succès commercial et/ou d’estime.
C’est donc dans un univers où les séries Left 4 Dead et Dead Rising règnent en maîtres, que Undead Studios se lance dans le genre avec une approche de survie.
La question qui va donc se poser ne sera pas de savoir si le jeu survivra à la concurrence farouche, mais bel et bien si vous survivrez aux crises de nerfs causées par State of Decay...

Zombieland

A...A...A la queue leu-leu !

State of Decay est un jeu en monde ouvert et dont on pourrait comparer le déroulement à un GTA IV (toutes proportions gardées, bien évidemment). Vous contrôlerez un survivant à l’aube d’une catastrophe zombifique. Votre objectif sera de survivre, de trouver d’autres survivants, d’établir des bases, des avants-postes afin de conserver au mieux vos chances de survie pour vous et vos comparses.
Le jeu est bourré de trucs sympathiques tels que le fait qu’on puisse changer de personnage parmi les membres de son groupe, faire monter les caractéristiques de chacun, le fait qu’il faille gérer la fatigue, le monde ouvert... Des idées qui effleureront peut-être ce qui va être proposé sur le prochain Dead Rising 3 qui sera lui aussi en monde ouvert.
La prise en main demandera un petit temps d’adaptation pour se faire aux diverses actions à pied ou en véhicule terrestre (pas de bateau, ni d’appareil aérien). On se demande d’ailleurs la réelle utilité de certaines d’entre elles comme ce qu’on pourrait qualifier d’émoticônes, puisque le jeu étant solo uniquement, elles ne serviront pas à grand-chose avec les PNJs. Les zombies étant de bons teubés, ils ne réagiront qu’à la vision, mais aussi, et c’est un des aspects mis en avant par le titre, au son.

Cultivez un jardin pour générer de la nourriture pour votre camp

Durant votre randonnée lors des nombreuses heures de jeu, vous devrez vous déplacer prudemment, fouiller des lieux pour récupérer des armes, munitions, objets, ou encore des éléments essentiels (nourriture, munitions, médicaments, matériaux et carburant) qui seront essentiels à la survie de votre communauté et à son expansion. En effet, chaque jour dans le jeu (attention, si vous ne jouez pas, vos ressources seront quand même décomptées), une quantité de chaque type de ces éléments seront automatiquement prélevés (selon essentiellement le nombre de survivants dans votre groupe, mais aussi leur état). Le reste, vous pourrez le conserver pour le jour suivant, ou encore l’utiliser pour construire de nouvelles installations dans votre camp, faire évoluer celles existantes, ou faire un peu de troc avec d’autres groupes de survivants.
La vie ne sera pas du tout tranquille pour le joueur, puisque des missions annexes viendront très fréquemment faire un petit coucou. En soi, elles ne sont pas essentielles, mais ne pas les effectuer risque de faire perdre le moral à vos troupes, mais aussi de ne pas vous faire aimer des autres communautés (qui pourront vous rejoindre si la barre de confiance est totalement pleine)...

Bilan

On a aimé :
  • De bonnes idées
On n’a pas aimé :
  • Technique totalement bugguée
  • De bonnes idées bâclées
  • Missions répétitives
  • Missions répétitives
  • Missions répétitives
Tooth Decay

State of Decay est le symbole même du jeu ambitieux et original mais qui manque carrément de suivi et d’application. Le plaisir de jeu laisse rapidement place à l’ennui, puis à l’agacement tant on se retrouve à faire la même chose en permanence, tant l’intérêt se retrouve flingué par la qualité technique et ludique bâclées.
Le fait de proposer un groupe de joueurs sans laisser la possibilité de jouer avec des amis est aussi un gros point noir, surtout quand on a droit à la place à des IA aussi pathétiques.
C’est bien dommage, car le potentiel était bel et bien là, mais le reste ne suit pas.
Amateurs de zombies et de survie, ne perdez pas courage ! Peut-être que le prochain Dead Rising 3 qui semble prendre le même tournant en termes de concept, nous offrira une vraie expérience de survie ! Et avec un peu de fun propre à la série, ce ne serait pas de mal aussi, car ce n’est pas le fort de State of Decay.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

State of Decay

PEGI 18 Peur Violence

Genre : XBL Arcade

Editeur : Microsoft Studios

Développeur : Undead Labs

Date de sortie : Juin 2013

Date de sortie Xbox One : 28/04/2015

Prévu sur :

Xbox One, PC Windows, Xbox Live Arcade

6 reactions

zoubair

28 jui 2013 @ 17:11

Un multijoueur aurait été sympa sur un jeu comme celui-là.

gunm

28 jui 2013 @ 17:44

Avec ou sans notes un test merdique reste un test merdique, le mieux c’est d’arrêter d’en faire. ;)

Schouk

28 jui 2013 @ 18:38

Sans être aussi catégorique que mon voisin du dessus, j’avoue aussi avoir un peu de mal avec vos tests récents, surtout au niveau du ton employé, on dirait limite que ça vous fait plaisir que les jeu soient mauvais.

Pour en revenir au jeu, je n’ai pu essayer que la démo que j’ai relativement apprécié mais rien que dans celle-ci, l’aspect répétitif du jeu se laisse deviner donc j’ai choisi de ne pas l’acheter (1600 MS points quand même !)

FickTiff

28 jui 2013 @ 19:56

je comprends toujours pas ce que vous avez contre leurs tests ... il ne s’agit pas ici de professionnel, ils utilisent leurs temps libre pour faire vivre ce site, faire leurs tests, pour que nous puissions en profiter.

Zoubair : Class4 (State of Decay s’appelait Class3 au début) est en pourparler entre Microsoft et Undead Labs, il s’agira d’un MMO dans l’univers de SoD.

Ensuite pour en revenir sur le jeu : Mais c’est juste affreux, trop de bugs, framerate a la ramasse, obligation de jouer régulièrement sinon dîtes adieux aux survivants !
Mais Undead Labs a quand même sortis 2 MàJ et une 3ème est en route, même disponible peut-être ? (je n’ai plus lancer le jeu depuis que je l’ai fini deux fois...), ce qui prouve qu’ils écoutent les joueurs et c’est plutôt bon signe pour l’avenir !

Tomchoucrew

Rédaction

28 jui 2013 @ 22:02

@gunm et quand on n’a rien à dire d’intéressant, le mieux c’est d’éviter de poster. Entre ça et l’insulte à un autre membre sur la news Dead Rising, prochain truc = bannissement pur et simple.

dexo

29 jui 2013 @ 20:24

Bon bah visiblement, le testeur n’est pas tombé sous le charme de ce jeu.

Moi, c’est tout le contraire et pourtant, Dieu sait que ce jeu est bugué et a des lacunes !

En ce qui me concerne, je n’ai pas eu de bugs gênants, qui ont pourri mes parties ou m’ont découragé. J’ai bien eu des zombies bloqués dans le décors, des zombies increvables (mais inoffensif) mais je le répète, rien de gênant en soi.

Les graphismes sont clairement à la ramasse mais restent regardable sans piquer les yeux. C’est clairement pas là-dessus qu’il faut attendre le jeu.

Là où je ne suis en revanche pas d’accord avec le test, c’est dans la « mauvaise exécution » des idées. C’est précisément ce point qui m’a tenu en haleine jusqu’à la fin. En fait, j’ai même été soufflé par tous ces petits éléments de gameplay liés à la survie que le jeu proposait. Enfin un jeu de zombie (sur XBLA, qui plus est !) où on a une gestion des survivants, une base à établir, à développer et à protéger via les avants-postes notamment. Je me suis vraiment amusé à varier les personnages avec lesquels je jouais pour améliorer leurs compétences à chacun, à tel point que tous mes survivants sont maintenant des brutes épaisses ultra efficaces, capables de sortir de situations où un personnage de base aurait clamsé direct.

Les quêtes annexes sont répétitives mais il y en a une demi-douzaine. Sauver des survivants, s’occuper des infestations, tuer tel ou tel zombie, assurer le moral des troupes,gérer son camp et explorer la map à la recherche de ressources, comme un vrai survivant le ferait. J’imagine que ça dépend de chacun mais ça ne m’a pas lassé. Il y a constamment quelque chose à faire et on a jamais le temps de souffler. C’est cette abondance d’activités, surtout pour du XBLA, qui m’a justement plu.

Non vraiment, j’ai trouvé que les idées étaient là et relativement bien appliquées. Ce qui est déroutant, c’est qu’on est pas tenu par la main et qu’au départ, on peut se sentir perdu dans tout ça. Par contre, je peux vous assurer qu’après un temps d’adaptation, tout devient clair et limpide. De plus, internet est votre ami si vous avez des questions sur les mécaniques de jeu.

Le menu des quêtes est effectivement mal foutu, tout est entassé sur une même page mais je dois dire que j’ai du la consulté deux fois en tout et pour tout. Véridique. A l’inverse, la page de gestion du camp est bien foutue et plutôt intuitive...

En ce qui concerne l’histoire, je suis d’accord avec le test. Ca n’a aucun intérêt et j’ai même trouvé qu’elle s’achevait trop vite. En fait, 70% de mon temps de jeu consistait à remplir les objectifs secondaires, à looter du stuff pour mon camp et à le gérer. J’ai dû passer quelque chose comme 12-16h dessus, en prenant donc mon temps. Oubliez donc l’histoire.

Vous parlez du prochain dead rising mais je pense justement qu’il ne proposera pas le quart de ce que ce jeu propose. J’espère me tromper et c’est vrai qu’on ne sait pas encore grand chose dessus mais vu que c’est un jeu plus grand public, j’ai de gros doutes là-dessus. Wait and see.

Bref, gros coup de coeur mais je peux comprendre que certains soient rebutés par les graphismes et la technique qui ne sont malheureusement pas au rendez-vous. En revanche, question gameplay et pure mécanique de jeu, ce jeu est selon moi une petite perle inespérée. Maintenant, je rêve d’un triple A avec de telles idées mais encore une fois, je ne pense pas que ce soit l’objectif de DR3.