Test - Summer Stars 2012

«Jeux pas olympiques mais presque» , - 0 réaction(s)

Année olympique oblige, les jeux multi-épreuves risquent d’être un peu plus sous le feu des projecteurs que d’habitude. Le premier représentant de l’année, Summer Stars 2012, ne bénéficie pas de la licence officielle, mais ne compte pas pour autant se laisser abattre. Au programme, un bon petit paquet d’épreuves histoire de faire comme si on était aux JO.

Travail d’équipe

Le principe du jeu est de contrôler la destinée d’un pays en dirigeant son équipe composée de deux personnes seulement. Un homme et une femme, et des athlètes qui sont donc de fait ultra-complets. Et il faudra l’être, car les épreuves, plus nombreuses et variées que dans les jeux habituels du genre, ratissent dans tous les domaines. Il y a bien entendu l’athlétisme avec la course sur 100, 200 et 400m, le 110m haies, le saut en hauteur, en longueur, à la perche et le triple saut, et enfin le lancer de javelot et du marteau. Dans les bassins, il faudra maîtriser le 100m nage libre et le papillon, et il ne faudra pas avoir le vertige dans les épreuves de plongeon de 10m. Enfin, pour gagner il faudra également être performant en escrime, au tir à l’arc, au trampoline et au VTT.

Equilibre, puissance, le javelot !

Une telle variété d’épreuves permet de ne pas s’ennuyer dans un long mode carrière où on commencera en amateur avant de tutoyer les sommets. Pour progresser, il faut gagner au moins une médaille, ce qui donne accès aux épreuves suivantes. Dans l’absolu cela aurait pu être suffisant, mais les concepteurs du jeu sont allés un peu plus loin en proposant des défis qui prennent comme base les épreuves classiques et qui en modifient l’objectif de façon plutôt amusante. Ainsi, on devra prendre des photos nettes d’un sauteur à la perche, arroser une plongeuse pour lui faire rater sa prestation, ou insulter une escrimeuse pour la déstabiliser ! Au gré des passages de niveau, on gagnera des points de compétence à dépenser dans les différentes disciplines pour devenir de plus en plus fort, et cela va s’avérer nécessaire, car si les premiers 25% de la carrière se font sans encombre, les objectifs deviennent de plus en plus tendus. Au début des épreuves, on a le droit à des animations avec des présentateurs qui égrènent un discours en anglais peu intéressant, les mascottes qui sont persuadées d’être drôles, ou bien des dialogues entre les athlètes censés illustrer leur rivalité. Mouais, l’idée est intéressante, et aurait pu donner quelque chose si cela avait débouché sur un scénario de fond, mais en l’état on va surtout très vite les passer pour prendre le contrôle le plus vite possible.

Epreuve de papillon

En dehors de la carrière touffue, on pourra bien entendu jouer à n’importe quelle épreuve ou bien se mesurer à un camarade de jeu dans le salon. Pas de jeu en ligne, ce qui est un petit regret, car une compétition en direct contre de vrais adversaires aurait pu être amusante.

Puissance et précision

Saut raté, terminé les bébés

Proposer autant d’épreuves est définitivement un excellent point…A condition qu’elles se différencient réellement entre elles en termes de gameplay. Non seulement c’est le cas, mais Summer Stars 2012 va plus loin en proposant de jouer à la manette ou avec Kinect. Deux approches différentes, et un résultat intéressant dans les deux cas. Avec Kinect, la prise en main est instinctive, puisque même sans regarder les instructions on peut réussir de bonnes performances, puisqu’il faut juste faire exactement ce qu’on ferait en vrai (Euh…enfin on court sur place, hein, pas de blagues, n’allez pas foncer sur la télé !). La détection de mouvements est plus que correcte et précise, avec seulement quelques rares décrochages, et on peut donc facilement faire ce qu’on veut. L’ensemble est relativement physique, mais agréable à jouer. A noter toutefois une sévère limitation, puisque Kinect s’affole et ne reconnaît plus grand-chose dès qu’une autre personne a le malheur de passer dans son champ de vision, même derrière le joueur. Cela rend les parties à plusieurs problématiques, et c’est un peu surprenant car les jeux Kinect qui sortent maintenant gèrent parfaitement cela.

Bilan

On a aimé :
  • Le nombre et la diversité des épreuves
  • Un mode carrière bien conçu
  • Jouable à la manette et avec Kinect
  • Gameplay bien conçu et varié
On n’a pas aimé :
  • Kinect capricieux à plusieurs
  • Graphiquement léger
Qualifié pour les JO

On ne l’attendait pas forcément, mais ce Summer Stars 2012 se pose en concurrent sérieux dans la catégorie des jeux de sport multi-épreuves. Si graphiquement le jeu n’est pas très impressionnant, les atouts sont nombreux, avec de nombreuses épreuves variées, une carrière accrocheuse, et l’excellente idée de proposer aux joueurs manette ou Kinect. Le jeu est vendu à 40€ en boutique, et à ce prix là, les amateurs de ce genre de jeu peuvent sérieusement envisager de s’y intéresser, car il n’est pas impossible que ce soit l’outsider de ces JO.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Summer Stars 2012

Genre : Sport

Éditeur : Deep Silver

Développeur : 49Games

Date de sortie : 17/05/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, Wii