Test - Sonic Freeriders

«Pas si free que ça en fait» , - 8 réaction(s)

... et un fer à repasser

Voilà. On y arrive. On se trouve debout devant l’objectif du Kinect, légèrement en biais et prêt à se mouvoir en avant et en arrière pour glisser sur les pistes colorées de Sonic Freeriders.

Des pistes dans l’ensemble assez jolies, colorées, très riches, disposant de moult passages secrets et raccourcis. Sincèrement, cela vaut le coup d’œil mais vous n’aurez pas forcément le loisir d’apprécier le paysage tant la jouabilité de l’ensemble est catastrophique.

Enfin là j’exagère. Elle n’est pas réellement catastrophique, elle est seulement tout le contraire de ce que l’on pouvait attendre d’un tel jeu : très exigeante. Ne vous attendez pas à enchaîner les pistes avec un plaisir immédiat, pour contrôler correctement vos trajectoires, il va falloir apprendre chaque piste par cœur. La planche va tellement vite, le gameplay est tellement fouillis qu’il est très difficile de tenir sa trajectoire tout en évitant les obstacles, activant les bonus et en ramassant les anneaux. La sensibilité très étrange du Kinect dans Sonic Freeriders ne permet pas d’avoir la réactivité demandée et il est très difficile d’avoir une conduite de planche souple, le jeu réagissant curieusement suivant nos déhanchés rageurs.

Oubliez donc Sonic Freeriders si vous n’êtes pas patient, si vous voulez y jouer dans de petites sessions courtes avec vos amis de passages, votre femme ou vos enfants ; le jeu n’est clairement pas pensé pour ça.

Si vous parvenez à vous accrocher à votre planche, vous allez devoir maîtriser tout un tas de paramètres pour remporter vos courses : il vous faudra maintenir une trajectoire, tout en sautant, tout en activant des bonus à grands mouvements de bras et en essayant d’éviter les attaques de vos adversaires qui eux n’ont pas du tout ces soucis. Il en résulte une grande frustration tant ce jeu disposait sur le papier de bon nombre d’atouts mais oublie l’essentiel pour le support : son accessibilité.

Bilan

On a aimé :
  • Le tracé et la beauté des circuits
  • De nombreux modes de jeu
On n’a pas aimé :
  • Une prise en main exigeante
  • Une maniabilité approximative
  • Il vaut mieux éviter d’avoir des voisins en dessous de chez soi
  • Navigation dans les menus lourdingue
Retourne dans ta voiture, Sonic

Sonic Freeriders passe à côté de son énorme potentiel. Vu sa réalisation tout à fait honorable et ses circuits très bien pensés, il aurait gagné à être beaucoup plus souple dans sa prise en main, plus tolérant afin de privilégier les sensations de jeu et ce dès les premières parties. Au lieu de cela, il multiplie les maladresses, le rendant inaccessible pour la majorité des joueurs qui ne lui pardonneront pas sa maniabilité approximative et le fait de plus devoir se battre pour tenir en piste que d’apprécier ses trajectoires. Un beau loupé.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Sonic Free Riders

Genre : Party Games

Editeur : SEGA

Développeur : SEGA

Date de sortie : 10/11/2010

Prévu sur :

Xbox 360

Venez discuter sur le Forum Sonic Free Riders

8 reactions

III kErO III

18 nov 2010 @ 13:23

savez vous si une démo sera dispo rapidement sur le live pour testé tout de même le jeu .... car all star racing est vraiment bon alors j’ai très envie d’acheté celui ci même si votre test me refroidi beaucoup :(

jon1138

18 nov 2010 @ 14:04

le jeu n’est pas mauvais en soit. Il y a juste quelques soucis de détection (car mal programmé) et surtout, il est exigeant. On ne maitrise pas facilement le gameplay...

Jarel

Rédaction

18 nov 2010 @ 16:08

Voilà. Pas un très mauvais jeu mais très bordélique dans son ensemble et très difficile d’accès tant il y a beaucoup de paramètres à gérer. Qualitativement parlant il est quand même bien loin derrière Sonic All Star Racing.

III kErO III

18 nov 2010 @ 19:05

Et donc pas d’info sur une possible démo ? :-(

Jarel

Rédaction

18 nov 2010 @ 20:26

Non désolé. Mais peut être que cela viendra car pour l’instant il n’y a pas grand chose comme démo pour le Kinect. Cela devrait en toute logique changer.

avatar

xboxkinectkilian

24 nov 2010 @ 00:00

Génial ! Juste une chose : le slider (slider c’est le truc que je dis) a du mal à calibrer .

math67

26 nov 2010 @ 21:37

sonic free rider est a 15€ sur amazon en import uk,pour ceux que ça interesse ;)

diez979

16 oct 2011 @ 19:51

Note injuste pour des arguments qui pour ma part) ne tiennent pas la route. Je m’explique parce que je n’ai rein contre le testeur. Je donne juste mon avis.

premières galères avec un menu assez mal pensé.

Une fois la roue tournée, il suffit de lever sa main en faisant un arc de cercle et recommencer l’opération. (donc au final le mouvement décrit un ovale)

la jouabilité [...] est seulement tout le contraire de ce que l’on pouvait attendre d’un tel jeu : très exigeante.

Bien au contraire. Le nombre de facteurs à prendre en compte étant important, il faudra que le cerveau réagisse vite. Avec un temps d’adaptation de 2 - 3 courses, on commence vraiment à comprendre les subtilité de la course ; se baisser au bon moment pour faire des sauts notés X et ainsi obtenir + d’air pour le boost (très important dans une course), leveler sa gears en pleine course,...

le gameplay est tellement fouillis qu’il est très difficile de tenir sa trajectoire tout en évitant les obstacles, activant les bonus et en ramassant les anneaux.

C’est un coup à prendre qui ne dépasse pas la demi dizaine de course.

La sensibilité très étrange du Kinect dans Sonic Freeriders ne permet pas d’avoir la réactivité demandée et il est très difficile d’avoir une conduite de planche souple, le jeu réagissant curieusement suivant nos déhanchés rageurs.

Ça n’a rien d’étrange. C’est très exigent. Bien que la prise en main n’est pas évidente, il en résulte une grande auto satisfaction quand on réussit les défis contre la montre ou tout simplement quand on gagne une course simple.

Oubliez donc Sonic Freeriders si vous n’êtes pas patient, si vous voulez y jouer dans de petites sessions courtes avec vos amis de passages, votre femme ou vos enfants ; le jeu n’est clairement pas pensé pour ça.

Entièrement d’accord. C’est le point noir du soft.

Il en résulte une grande frustration

Pour les joueurs non patient.

le rendant inaccessible pour la majorité des joueurs qui ne lui pardonneront pas sa maniabilité approximative et le fait de plus devoir se battre pour tenir en piste que d’apprécier ses trajectoires. Un beau loupé.

Je n’arrive pas à comprendre cet argument. A part des 2-3 premières couses, c’est le pied total. C’est jouissif à souhait.

Un bijou mal aimé...

mais oublie l’essentiel pour le support : son accessibilité.

On se plaint de ne pas trouver des titres exigent et techniques. Et bien en voici un.

Ce n’est pas un jeu parfait. Mais il est loin d’être mauvais.