Test - Devil May Cry HD Collection

«Une compile Dante ta console !» , - 0 réaction(s)

Sorti en Europe en fin d’année 2001 sur Playstation 2, Devil May Cry connu un succès quasi immédiat auprès des joueurs. Prévu initialement pour être le quatrième opus de Resident Evil, le jeu fut développé à part et rebaptisé après le refus de la maquette jugée comme trop orienté baston. Ce rejet fut plus que positif puisque la saga a marqué les esprit et l’histoire du beat’em all.

En ce printemps 2012, Capcom nous propose donc une compilation des trois premiers épisodes de la série de DMC en HD. La compile est à la mode mais n’implique pas forcément un bon portage, alors qu’en est-il de celle-ci ?

Il faut savoir rester Vergilant

Petit retour sur le scénario tout de même : vous incarnez Dante le fils du légendaire chevalier sombre Sparda, un démon qui a sauvé l’humanité il y a 2000 ans de cela en se retournant contre les siens. Chasseur de démons à son compte qui gère sa petite entreprise, le Devil May Cry (le Démon Peut Pleurer), il se considère comme un détective privé qui ne s’occupe que d’affaires très spéciales, mais il est plutôt vu comme un homme à tout faire qui accepte n’importe quel sale boulot. Une jeune femme nommée Trish contacte Dante pour lui demander son aide afin de détruire le monde inférieur – l’Underworld – et tant qu’à faire, sauver une nouvelle fois l’humanité. En effet, Mundus, l’empereur du mal autrefois vaincu et emprisonné par Sparda, s’est libéré et est parvenu à créer une brèche entre le monde inférieur et celui des humains sur l’île Mallet...

Dante va donc massacrer du démon et du pantin possédé à coups d’épée tranchante et de flingues aux munitions infinies (c’est plus pratique).

c’est à moi qu’tu parles ? C’est à moi qu’tu parles ??!

Pour ne pas faiblir sous les coups de ses adversaires, il lui faudra beaucoup d’agilité et de rage. Chaque ennemi tué laisse derrière lui une quantité de sphères qui dépend directement de la technique utilisée pour l’achever. Évidemment, les gros combos au corps à corps rapportent bien plus que les tirs à distance. Les sphères sont divisées en catégories suivant leurs couleurs ; les rouges sont probablement les plus importantes car elles permettent d’améliorer ses armes en achetant de nouveaux pouvoirs ou de se procurer des items. Les sphères vertes vous redonnent de l’énergie, les bleues augmentent votre barre d’énergie, les jaunes vous donnent une vie et enfin les violettes augmentent la jauge de pouvoir de transformation.

Le style ça ne s’apprend pas !

Si la difficulté du premier volet était peut-être un peu trop élevée, elle disparaît totalement dans le second. Ce dernier fut très critiqué pour la raison citée précédemment, pour sa durée de vie ne dépassant pas les 10 heures de jeu et une mauvaise mise en scène du scénario. Tout n’est pourtant pas à jeter dans DMC 2, de nets progrès techniques ont été apportés ainsi que le gameplay qui est plus poussé.

DMC 3 avait quant à lui connu un plus grand succès que son prédécesseur en renouvelant le style de combat et en améliorant son visuel. Il avait hérité cependant des problèmes de caméra et d’un scénario plus que maigre. Ceci n’a pas empêché de conquérir les fans puisque Capcom a même sorti une version spéciale donnant la possibilité de contrôler Vergil, le frère de Dante !

Ils Trish !

Nous retrouvons Dante plus dynamique que jamais, avec 60Hz contre les 50Hz de la PS2 : pas étonnant que notre fils de démon soit plus véloce ! Le travail sur le graphisme HD est correct, les contours sont plus lisses, les textures plus réalistes, dommage que le menu n’ait subi aucune modification, idem pour les cinématiques … Cependant, même s’il est globalement un peu plus joli, il n’arrive pas à la cheville des jeux du moment, visuellement parlant. Devil May Cry HD Collection, comprenant Devil May Cry, Devil May Cry 2 et Devil May Cry 3 Spéciale Edition, nous offre simplement la joie de plonger ou replonger pour certains dans l’univers de Devil May Cry sans réel changement. Pas de nouveau niveau, ni de nouvelles armes, pas de bonus cachés, aucune amélioration de caméra, seul ajout : des images d’artwork et des musiques du jeu… mouais.

quelques images d’artwork

Heureusement que les titres ont déjà fait leurs preuves ! À noter également que vous ne pouvez pas retourner au menu du disque lorsque vous avez lancé un des jeux. Si vous jouez au premier DMC et que vous voulez faire un tour sur DMC2, vous devez relancer le jeu. Pas des plus pratiques…

Bilan

On a aimé :
  • Retrouver la série des DMC
  • La fluidité
  • Le lissage HD
  • La durée de vie
On n’a pas aimé :
  • Les menus et cinématiques inchangés
  • Les problèmes de caméra non-résolus
  • L’impossibilité de retourner au menu principal
  • Le manque d’ajouts par rapport aux originaux
Sparda bon sentiment, mais à perfectionner.

Comme à chaque HD Collection, il suffit de reprendre les jeux d’origine, leur faire un petit lifting et hop le tour est joué, la nostalgie fera le reste ! Mais en même temps difficile de résister à une compile pareil. On ne peut que regretter le manque de générosité de la part de Capcom. Mais DMC HD Collection reste un portage correct sur Xbox 360 parfait pour découvrir la licence ou pour les amateurs chevronnés de beat’em all.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Devil May Cry HD Collection

Genre : Action/Beat them up

Editeur : Capcom

Développeur : Ninja Theory

Date de sortie : 3/04/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3