Test - Brink

«Lutte au pays des Yamakasis» , - 10 réaction(s)

Dans le vaste monde du jeu vidéo, deux forces s’affrontent. Les studios qui ne prennent pas de risques et sortent des suites de suites elles-mêmes suites du précédent jeu... Et les autres qui essayent de donner un peu de sang neuf à des genres qui s’enlisent. C’est ce que tentent Splash Damage et Bethesda avec Brink, un tout nouveau Fps qui se dit multi/coop et qui fait déjà couler pas mal d’encre. Nous nous sommes donc penchés sur le pourquoi du comment !

Il faut sauver/quitter l’Ark (rayer la mention inutile)

Le jeu se situe donc sur une Arche nommée Ark, le concept ne vous est sans doute pas inconnu, tout part d’un problème de tuyauterie et d’une probable

Tout en finesse

inondation du monde. Cette gigantesque structure (ville flottante) construite par les hommes (et non pas Noé pour le coup) se voit isolée. Avec le temps, deux camps apparaissent avec des objectifs radicalement distincts ! Le premier c’est la Sécurité, des sales gueules équipées qui veulent rendre beauté et prospérité à leur habitat (des sortes d’écolos sur-armés). Le second groupement qui n’a rien de pacifique non plus, c’est la Résistance, le bas peuple qui en a tout simplement marre de cette oppression et veut partir vérifier si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. L’histoire n’est pas complexe en soi mais ouvre pas mal de possibilités et le solo va tenter de nous éclaircir sur cette lutte interne. On débute donc avec un choix de faction, ne vous inquiétez pas il est possible de faire les deux factions avec un seul et unique personnage, ce choix implique juste le Skin de sélection de vos avatars. S’offre à nous un large choix de morphologie pour customiser le personnage. Le premier choix se porte sur l’aspect général, ensuite on accède au menu principal du jeu et au système avancé de modification de l’avatar. Après avoir joué quelques minutes aux Sims en version limitée (la quasi-totalité des possibilités de custom sont à débloquer avec des niveaux), nous voilà prêt à commencer la campagne.

Le scénario n’est pas mauvais même si la situation tombe rapidement dans le caricatural avec ceux qui protègent l’Ark à tout prix et ceux qui veulent en partir sans passer par la voix diplomatique. Bien au contraire, les approches de la Sécurité et de la Résistance offrent des points de vue différents et vous feront même hésiter à les classer gentils ou méchants. D’autant plus que vous trouverez du contenu exclusif vidéo ou audio qui creuseront un peu le monde, sans doute trop peu mais c’est bien d’y avoir pensé. Une déception toutefois sur le fait que quel que soit votre choix de camp, les objectifs ont été voulus foncièrement gentils (ou alors la propagande est sacrément efficace). Le doublage quant à lui est difficilement audible, les voix sont posées tout simplement dessus les autres sons et les intonations manquent cruellement de réalisme.

De toits à toi

Les quelques vidéos d’introduction passées, on peut enfin s’aventurer dans les premiers niveaux.

Quelle souplesse !

Plusieurs classes sont disponibles quel que soit le camp. Le Soldat, un homme d’action avec des compétences de destruction et la possibilité de recharger les munitions. Le Médecin, un appui efficace pour l’équipe, fournit un supplément de vitalité et d’endurance et peut relever les amis à terre. L’Opérateur, un espion plus ou moins efficace qui marque les cibles, se déguise en ennemi et pirate des terminaux (mais pas d’assassinat...). Pour finir l’Ingénieur quant à lui, peut construire toutes sortes d’objets, poser des tourelles et bidouiller certains objectifs. Vous pouvez changer de classe à souhait, il suffit d’un centre de commandement (une sorte de borne interactive), qui marque d’ailleurs en jaune la classe nécessaire à l’objectif principal. De nombreuses capacités sont déblocables avec l’expérience, elles facilitent grandement la survie pour certaines et sont plutôt des atouts vicieux pour d’autres. On apparaît donc sur la carte avec la classe par défaut (configurable). Pas de surprise on le lit partout, les graphismes ne flatteront pas votre rétine. Si d’ailleurs vous n’installez pas le jeu sur la console, l’affichage des textures est encore plus laborieux.

Bilan

On a aimé :
  • De bonnes idées qui ont du charme
  • Un bon défouloir de groupe
  • Les objectifs et sous objectifs
  • Un rythme soutenu
On n’a pas aimé :
  • Les graphismes qui piquent
  • La “mésintelligence” artificielle
  • Les opérateurs qui ont oublié d’être utiles en combat
  • Une VF catastrophique…
Un coup dans l’eau ?

Une grosse production qui risque probablement de désillusionner les joueurs, mais il ne faut pas pour autant tomber dans l’excès et classer le jeu définitivement comme mauvais. De bonnes idées sont en place et ne demandent qu’à fleurir et donner à ce titre un second souffle. Les classes sont dans l’ensemble correctes et permettent de nombreuses optiques tactiques mais on regrettera néanmoins que certaines ne soient pas réellement utiles en dehors des objectifs ; les terrains ont un nombre trop limité et ne sont pas particulièrement vastes, mais offrent de nombreux passages plus ou moins alternatif ; enfin, la finition graphique laisse à désirer et les améliorations se résument dans l’ensemble à des gadgets. Malgré tout, le rythme entraînant du jeu ne permet pas de rester la tête en l’air pour admirer la beauté du paysage ni le choix vestimentaire des adversaires. Bethesda soutiendra-t-il son poulain pour qu’il atteigne le panthéon des jeux multijoueurs ? C’est une affaire à suivre...

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Brink

Genre : FPS

Editeur : Bethesda

Développeur : Splash Damage

Date de sortie : 13/05/2011

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Brink

10 reactions

avatar

villafarih

19 mai 2011 @ 18:40

BJR A TOUS JE SUIS NEW DANS LE SITE ET JE SAIS QUE JE SUIS HORS SUJET MAIS AVEZ VOUS RECU UN EMAIL DE CHEZ 2K GAMES DISANT QU IL VOUS OFFRES UN VOYAGES A LOS ANGELES

avatar

villafarih

19 mai 2011 @ 18:42

MERCI D AVANCE POUR VOS REPONSES

avatar

Hoffman

19 mai 2011 @ 20:55

Non, mais Steve Ballmer m’a dit qu’il t’offrirait un clavier avec lequel on peut désactiver les majuscules...

john195

19 mai 2011 @ 21:59

Oui pourquoi ? C’est vrai que le jeu a des défaut est c’est vraiment dommage

avatar

Arenae

19 mai 2011 @ 23:37

« Les opérateurs qui ont oublié d’être utiles en combat »

— > Ils peuvent juste pirater des objectifs primordiaux, se fondre pour attaquer à revers, révéler la position ennemie, placer une grenade chausse trappe dans des endroits clefs (jouissif), s’associer avec l’ingé pour commander une tourelle...Mais bon à part ça, c’est vrai qu’il sert à rien.

Dans le genre classe useless, je pense que c’est plus le soldat qui détient la palme : à part faire péter des portes, il n’apporte aucune tactique sur le terrain à part faire « mumuse » avec toutes ses grenades. En plus les 3/4 des gens se réapprovisionnent au poste de commandement pour les munitions donc...

Mandar

20 mai 2011 @ 00:05

Franchement Arenae à part en solo je n’ai jamais réussi à me fondre dans le groupe ennemi pour rentabiliser la classe, je pense que s’isoler dans l’état actuel des choses c’est signer son arrêt de mort. Après, je ne la considère pas Ussless pour autant, juste vraiment trop accès « renseignement » que combat à contrario des autres classes qui deviennent rapidement « bourrin » avec les améliorations. La tendance générale du jeu la rend triste à jouer (du moins de mon ressentis).

nono

20 mai 2011 @ 02:31

D’abord bienvenue a toi villafarih !!Moi ça fait 3 mois que je suis incrit et franchement c’est que du bonheur ce site.Mais franchement je dis Hoffman+1 pour la blague ça m’a bien fait rire.Sans vouloir t’offenser villafarih.Encore BIENVENUE !!Pour parler du test je suis rassuré car j’avais des doutes sur le jeu (j’avoue je ne l’ai pas testé).Je préfere me réserver pour les grosses sorties(genre Batman,GOW3,battlefield3)

work44

20 mai 2011 @ 10:16

Assez d’accord avec votre teste. Reçu le jeu hier et testé hier soir. J’ai trouvé les possibilités coop sympa, le solo sans plus. Par contre le mutli, j’ai tenté 2 parties et 2 fois du lag à outrance. juste injouable. Cette instabilité est selon moi le plus gros défaut du jeu. et le second c’est la qualité graphique qui est juste intolérable pour un jeu de 2011. Ca pique les yeux comme vous le dites justement. C’est immonde quoi ! j’avais déjà lu que le jeu était moche mais je m’attendais pas à ce qu’il le soit autant... Encore s’il était irreprochable sur le reste, ca peut passer mais là avec un multi bancale, c’est pas demain que je me reprends un jeu Splash Damage...

Enki

20 mai 2011 @ 11:30

Je suis assez d’accord avec le test beaucoup plus objectif que d’autres sites. J’ai personnellement était très content de son achat... Sur PC. Où je ne connais pas les défauts graphiques éprouvé par la 360 puisque le jeu y reste très beau. Concernant le lag et bien il me suffit de choisir un serveur FR, ou de négocier ça avec le ping de la partie.

Pour ce qui est des classes, j’ai cru un temps aussi que l’opérateur était en-dessous des autres mais après quelques parties à en expérimenter les implications (Solo et Multi) je l’ai trouvé très fun dans les deux modes de jeu.

Avec de véritable tranche de rire quand derrière un petit groupe de joueur adverse sans opérateur je me mettais à coller grenade adhésive et chausse-trappe dans le tas mitrailler tout le monde et terminer en apothéose par une bombe cortex une fois à terre. Vraiment jouissif :’-)).

avatar

villafarih

20 mai 2011 @ 19:35

Juste pour dire que j ai recu un message est tout facon ce est pas une blague c etait pour demander si vous n aviez pas deja ce meme message