Test - Battlefield 4 sur Xbox One et Xbox 360

«La guerre ne se fait pas en solo» , - 13 réaction(s)

Test réalisé sur Xbox 360

Je suis sûr que beaucoup de personnes pensent que Battlefield c’est devenu ça :

« Bonjour a tous, je vous fait ce topic pour dire que je créer ma propre team et donc que je recrute et si vous vouler étre recruter il faut remplir certaines : Avoir minimum 14 ans et ne pas avoir une petite voix. Avoir un bon ratio/niveau. Avoir un bon micro. Le nom de la team sera SwiRz0 Kill3rZ. Ajouter moi sur le xbox live si vous le vouler GT : D3Ad Z0mb13. Good Game. »

« J’ai 15 ans et je suis loin d avoir une voix de kikou par contre je deteste les goss qui ont 7 ans et qui joue. je suis interesser pour la team voila mon gamertag : K3v1NTh3W33K. J ai un assez bon levels au sniper et au fusils assaut tout genre. Voila j espere que tu sera intéresser »

Et bien je vais vous rassurer, Battlefield 4, ce n’est pas que ça !

Version Xbox ONE :

Qu’est ce que c’est beau la guerre sur Xbox One… En fait non, pas vraiment, vu que le jeu se paye une étrange tare qui pique les yeux sur une console censée nous en mettre plein la vue justement. Cette tare se nomme aliasing, beaucoup trop présent sur cette mouture du jeu. Les échelles sautent aux yeux et induisent de vilains clignotements dans le paysage. Rien de réellement rédhibitoire en plein coeur de l’action mais tout même… Battlefield 4 version Xbox One loupe le coche de la next gen souffrant certainement d’un manque d’optimisation flagrant. Pourtant, tout partait sur de bonnes bases. Le jeu abandonnait ses deux DVD pour se loger confortablement dans un seul et unique BluRay avant de s’installer tranquillement, lentement et paisiblement sur le disque dur de sa One (34,3 Go quand même).

Les soldats en herbe qui n’ont pas pu attendre la sortie de la Xbox One avant de s’offrir le jeu auront le plaisir de voir leurs statistiques multijoueurs reprises automatiquement dès le lancement du jeu. N’exultez pas totalement car il vous faudra repasser par la case campagne solo pour débloquer une nouvelle fois les armes qu’elle peut offrir. A noter que l’on pourra cette fois-ci choisir la langue audio du jeu, ce qui nous permettra de bénéficier de la version originale du jeu sous-titrée en français. Ce qui n’est pas un mal. La suite est tout aussi réjouissante, les graphismes sont beaucoup plus fins et détaillés que ceux de la mouture Xbox 360. Le passage next gen saute immédiatement aux yeux et on arrive même à prendre du plaisir à redécouvrir les environnements de la campagne solo sublimés par un éclairage somptueux qui nous met directement dans l’ambiance.

Mais l’essentiel est dans le multi et on découvre les joies des serveurs à 64 joueurs pour des joutes encore plus chaotiques qu’avant. Un vrai régal. On dénote toutefois des bugs réseaux assez gênants qui n’existaient pas sur Xbox 360 et qui nous renvoient par moments directement sur le dash de la One. On ne doute pas qu’un gros patch devrait arriver pour arranger tout cela. Kinect fait aussi son apparition mais de façon assez décevante. Il jouera un rôle de traducteur dans le mode multi et permettra, d’une simple commande de la voix, de demander de l’aide, des réparations, du soin à tous vos collègues et ce quelle que soit votre langue. Le panel de commandes disponibles est assez large mais éructer sans cesse durant la partie multi est loin d’être un élément instinctif et utile. Sympa mais sans plus. Battlefield 4 reste une référence multi qui se doit de figurer dans votre ludothèque One si vous êtes amateur du genre.

Crack, boum, huuuue !!!

L’immeuble va s’effondrer d’une seconde à l’autre...

Il va falloir enfin une bonne fois pour toutes que les développeurs de FPS se rendent compte de l’inanité que représente la figure du héros muet pour ce genre. Pire que cela, ce personnage type, encore régulièrement utilisé, torpille sans un mot le moindre effort narratif. Le seul cas où ce personnage, censé représenter l’avatar parfait du joueur, pourrait fonctionner, serait dans un contexte sans dialogues et sans aucun intervenant extérieur le prenant à partie. Faire intervenir d’autres personnages, des dialogues voire des prises de position du joueur, donne le même effet que de s’acharner sur la narration et sur l’immersion à coups de marteaux.

De loin, c’est presque beau !

Passé ce petit préambule, je vous laisse deviner quel a été le choix de DICE pour la campagne solo de Battlefield 4… Et oui, ils nous mettent dans la peau d’une coquille vide appelée Recker, qui, après une première mission virant à la catastrophe se retrouve propulsé à la tête d’une escouade qu’il se devra de commander sans piper mot, ni participer aux choix et aux conversations pourtant nombreuses de ses camarades. Le joueur sera dès le début laissé de côté par un scénario de Troisième Guerre mondiale contre des vilains-Chinois-mais-pas-tous-avec-quelques-Russes-aussi. Et on passera l’éponge sur la malheureuse et traditionnelle absence de préambule nous permettant de découvrir et de poser les principaux protagonistes de l’histoire.

On peut débloquer de nouvelles armes pour le multi lors des missions solo.

Et pourtant, on voit que DICE a tenté d’offrir une belle expérience de jeu au joueur, du moins dans son côté spectaculaire. On se retrouve sans temps morts bringueballé aux quatre coins du conflit, tuant des soldats par paquets de dix tout en réchappant de l’effondrement d’un bâtiment, de la destruction d’un porte-avions et à une nuée de véhicules qui s’écrasent généralement tout près de nous. Le solo de Battlefield 4 devient très rapidement fatigant et subit le syndrome dit de la « choucroute » : plus tu rajoutes de choux, moins tu vois la charcuterie. Trop d’action tue l’action et on finit difficilement le solo éreinté, fatigué, sans réellement l’avoir vécu et sans rien garder en mémoire. Malgré les gros efforts de DICE on s’y ennuie même souvent.

Recker ne parlera jamais et on ne le verra jamais. Un capitaine fantoche.

Techniquement, le jeu oscille entre le très beau et le catastrophique. Un jeu comme Battlefield 4 qui aime s’attarder sur des détails comme des embruns venant s’écraser contre le pare-brise de notre jeep, ne peut pas se permettre d’avoir à côté certaines textures dégueulasses et de nombreux bugs de collision et d’affichage. Certains adversaires disparaissent puis réapparaissent comme par magie tandis que des véhicules deviennent invincibles durant leur script, si ce ne sont pas leurs carcasses qui rebondissent comme des ballons en apesanteurs sous nos yeux. Lorsque l’on essaye tant bien que mal de s’attacher à l’action pour ne pas décrocher cela fait mal. Le solo a toutefois le mérite de se finir rapidement en une petite journée de jeu, soit 7 heures en fouillant bien afin de récupérer les plaques et les armes cachées dans les niveaux. Il n’arrivera pas à dépasser le stade d’entraînement au jeu en ligne et on pourra même trouver des armes à débloquer pour le multi et quelques plaques à récupérer dans les niveaux, à toutefois réserver aux plus motivés. Un beau coup d’épée dans l’eau…

Passons aux choses sérieuses…

Le mode anéantissement est une véritable boucherie.

On pourrait presque se demander à quoi cela sert de proposer un mode solo dans un Battlefield qui ne trouve sa quintessence et son intérêt que dans un mode multi maintenant arrivé à maturité. Dans le fond, celui-ci n’a que peu évolué et propose toujours des combats acharnés mêlant infanterie et véhicules dans des cartes gigantesques pouvant accueillir jusqu’à 24 joueurs. Ces cartes bénéficient maintenant d’un nouveau moteur concocté par DICE et nommé Levolution. Ce moteur graphique va vous en mettre plein la vue. Le terrain de combat pourra radicalement changer en cours de rixe et ce de manière très spectaculaire. L’immense hôtel central de la carte Siège à Shangai qui s’effondre si ses piliers sont trop abîmés (sur les joueurs pour plus de fun !), la tempête tropicale qui s’abat sur la carte Tempête aux Paracels et qui fait échouer un porte-avions sur la plage, jusqu’à la chute spectaculaire de l’immense tour de communication de la carte Transmission Pirate, tout est fait pour modifier radicalement la donne en cours de partie et vous en mettre plein la vue. Le style d’approche et de combat s’en trouveront boulversés et les joueurs devront s’adapter très rapidement à ces nouvelles données. Le level design de ces cartes est à nouveau un véritable travail d’orfèvre et nous offre un terrain de jeu varié, exigeant, spectaculaire sur une petite dizaine de lieux hétéroclites.

Bilan

On a aimé :
  • Une réalisation spectaculaire
  • Bonne ambiance sonore
  • 10 cartes variées et excellentes
  • Un multi toujours aussi plaisant
On n’a pas aimé :
  • Une campagne solo vite jouée, vite oubliée
  • Des bugs vraiment moches
  • Un multi encore loin d’être optimisé surtout sur Xbox One
  • Kinect vraiment gadget sur Xbox One
La guerre comme terrain de jeu

Les anciens de Battlefield 3 pourront toujours reprocher à cette suite beaucoup de choses comme le fait de donner l’impression de n’être qu’un simple pack de nouvelles cartes, une sorte de Battlefield 3 à peine amélioré et mal dégrossi. Le mode solo bien mis en avant lors de la promotion n’arrivera jamais à trouver son rythme de croisière et s’avère au final totalement dispensable. Mais avouons tout de même que ce Battlefield 4 arrive sans peine à nous séduire avec ses cartes impressionnantes au level design de folie, sa réalisation hors normes malgré quelques lacunes et des modes de jeu qui sauront satisfaire les joueurs les plus exigeants. Les nouveaux venus trouveront plus facilement leurs marques que dans l’opus précédent et pourront tomber sans regrets dans l’enfer de la guerre. Battlefield 4 s’impose comme un incontournable du jeu multi et un achat indispensable pour les amoureux du genre.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Battlefield 4

PEGI 18

Genre : FPS

Éditeur : Electronic Arts

Développeur : DiCE

Date de sortie : 31/10/2013

Date de sortie Xbox One : 21/11/2013

Jeu de lancement Xbox One

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Battlefield 4

13 reactions

Locust Biker

03 déc 2013 @ 21:18

Moi je tourne sur one et franchement j’en suis très satisfait sa change de la version 360 que j’ai testé et trouvé très limité . Maintenant moi perso j’ai juste le bug du retour a l’accueil et quelques bug de collision pour moi pas de quoi crier au scandale j’attends la maj mais je m’y amuse déjà beaucoup et franchement pas déçu d’avoir laissé ma 360 contre la one . La 360 a eu de beau jour et pour moi entre les deux version y a pas photo sur one c’est beau vaste et le mode conquête a 64 joueurs une tuerie .

avatar

fizy

10 jan 2014 @ 17:02

Salut a tous. Moi a ce jour j ai tjs le bug du solo ...LE jeu se coupe en pleine partie ,retour menu xbox et Hop PLUS de sauvegarde.....Toujours pareil pour vous ????

kamil

23 avr 2014 @ 03:33

(xbox one) pour avoir eu battlefield et l’avoir échanger contre call of duty je peut dire que battlefield est a chier dsl de mon langage et que call of duty est bien meilleur

12