Preview - Scars Above : nos premières impressions après y avoir joué !

«Alors, Scars donne quoi ? » , - 0 réaction(s)

Scars Above est un jeu de tir à la troisième personne développé par Mad Head Game. Il avait été annoncé en juin 2021 et s’était fait plutôt discret jusqu’aux derniers Game Awards, durant lesquels une nouvelle bande-annonce fut présentée. À quelques semaines de sa sortie, prévue en février prochain, l’éditeur Plaion nous a fait part d’une version preview, que nous avons pu tester. Voici ce que nous pouvons dire de cette nouvelle franchise de science-fiction.

Un titre qui cherche son style dans un secteur concurrentiel

Nous avons donc eu l’opportunité de nous essayer au début de la campagne narrative à laquelle auront accès les joueurs. Notre essai a pu se faire grâce à une version PC, dans sa qualité graphique la plus élevée.

Scars Above est le fruit d’une équipe basée en Serbie, dans les localités de Belgrade et Novi Sad précisément. Il s’agit de leur tout premier projet à gros budget, qualifié en interne de AA. Fondé en 2011, le studio s’est fait racheter en 2020 par le mastodonte Embracer Group. Il a alors entamé une mue identitaire et s’est lancé dans la création de jeux plus ambitieux, abandonnant les jeux casual pour smartphones. Scars Above a pour objectif de faire hisser Mad Head Game vers les grands, mais les racines originelles du studio sont encore bien ancrées.

Kate face au Métahédron, source de tous ses problèmes

Le TPS de science-fiction est un genre apprécié du jeu vidéo et a connu de belles heures de gloire, grâce à des titres des franchises Gears of War, Mass Effect, Dead Space ou du récent Returnal sur PlayStation. Plus récemment encore, The Callisto Protocol s’est déjà fait une place parmi les jeux du genre et notre test maison allait clairement dans ce sens. Avec l’arrivée prochaine du remake de Dead Space, quelle place reste-t-il pour Scars Above ?

Souvent couplé à un style horrifique, le jeu de science-fiction à la troisième personne aime nous faire frissonner. Scars Above ne déroge pas à la règle. Dès le chapitre Un, le titre apprécie de nous faire sursauter grâce à l’apparition soudaine d’extraterrestres belliqueux et sournois, dont le jeu use et abuse. L’atmosphère générale s’y prête bien, puisque notre protagoniste débarque sur une planète hostile qui lui est totalement inconnue et paraît fort peu accueillante.

Pour replacer le contexte, il s’agira d’incarner une scientifique nommée Kate Ward, membre de l’équipe SCAR, opérant sur le vaisseau humain, l’Hermès. En charge d’étudier un mystérieux artefact en orbite autour de la Terre depuis 6 mois, notre héroïne déclenche sans le vouloir une réaction en chaîne qui la téléportera instantanément dans un monde inconnu. Sur place, elle est guidée par un esprit étranger, mais amical. L’artefact en question, le Métahédron, possèderait des capacités exceptionnelles que Kate tentera de percer pour connaître son sort.

Une expérience mitigée

Une planète luxuriante, mais peu accueillante

C’est là tout le paradoxe : notre personnage est une pure scientifique et n’a aucune habileté au combat. Du moins, en théorie. Elle exprime d’ailleurs ses doutes en pleine partie et ne possède aucune arme, à proprement parler, mais un outil améliorable. Malgré cela, Kate est plutôt agile et débrouillarde une fois en jeu. De quoi brouiller les pistes alors que le jeu hésite entre pure exploration scientifique, avec des énigmes à résoudre et des mystères à percer, et des combats répétitifs, mais très intenses, aux antipodes de ce que devrait subir une laborantine. En parlant de répétition, les premiers chapitres nous ont permis de découvrir un ensemble très scripté et des niveaux étroits desquels il sera rare de dévier, les murs invisibles vous le rappelant régulièrement.

On sent évidemment l’influence d’années de développement de jeux sur mobile, dont l’efficacité doit primer sur la variété. Un héritage que l’on ressent également lors des phases de construction et de progression. Basiques, les séquences de crafting consistent à un appui long sur une seule touche, ce qui peut les rendre dispensables. Quant à l’avancée en jeu, elle est ponctuée de points de passage (les piliers) qu’il faudra activer, sous peine de reprendre au checkpoint précédent en cas de mort prématurée.

C’est ici que tout commence pour Kate

Et des morts prématurées, il y en aura beaucoup face aux boss rencontrés. Souvent féroces, ils demandent une visée et un timing précis. Globalement, les mouvements de Kate restent fluides et permettent de s’en sortir malgré tout. Côté graphismes, le jeu s’en sort plutôt bien, même si les décors demeurent assez ternes et sombres. Enfin, on notera une bande-son plutôt bien maîtrisée et angoissante par moments.

Notre premier aperçu du jeu se montre pessimiste, après quelques heures passées manette en main. Arrivant sur le marché après The Callisto Protocol et alors que Dead Space lui grillera aussi la priorité, le combat sera rude pour Scars Above, qui manquera probablement d’arguments face à ces deux mastodontes du genre. Bien que conçu pour une accessibilité immédiate et une progression linéaire, Scars Above risque de ne pas convaincre les habitués du genre. L’aspect moins assumé de jeu d’horreur et le scénario efficacement amené pourraient cependant attirer des joueurs néophytes. En l’état, c’est moins une cicatrice qu’une égratignure que ce premier contact avec le jeu nous aura laissé.

Accueil > Focus > Previews

Scars Above

Genre : TPS

Editeur : Plaion

Développeur : Mad Head Games

Date de sortie : 28/02/2023

Prévu sur :

Xbox Series X/S, PlayStation 5, PlayStation 4, PC Windows