Preview - Lost in Random : on s’est immergé dans cet univers à la Tim Burton

«Mais où est passée Impaire ?» , - 0 réaction(s)

Preview de Lost in Random : on s’est immergé dans cet univers à la Tim Burton Mais où est passée Impaire ?

Le studio suédois Zoink avait inauguré le programme de jeux indépendants EA Originals avec l’annonce de Fe en 2016, et quelques années plus tard la collaboration avec EA se poursuit. Les développeurs sont en effet de retour cette année avec Lost in Random, un jeu plus ambitieux que nous avons eu l’occasion de prendre en main tout récemment.

Le hasard dicte tout dans Lost in Random

Lost in Random se présente sous la forme d’un jeu d’action-aventure dans lequel on incarne Paire, une petite fille qui est accompagnée d’un étrange compagnon qui n’est autre qu’un dé appelé Décisse. Sans dévoiler le début du jeu, un événement particulier mènera Paire à partir à la recherche de sa sœur, Impaire, à travers le royaume d’Aléa. C’est là que le joueur intervient et que l’on part à l’aventure dans un monde aussi étrange qu’enchanteur.

Le design des premiers niveaux met dans l’ambiance

Paire, Impaire, Décisse… vous l’avez ? Dans le monde de Lost in Random, tout tourne autour du jeu de hasard, des noms des personnages jusqu’au design des niveaux du jeu où l’on trouve très régulièrement des allusions à des cartes ou des dés.

C’est là l’une des forces du jeu puisque l’on a parfois l’impression d’évoluer dans un jeu qu’aurait facilement pu créer Tim Burton. Chaque personnage que l’on croise, chaque ruelle, porte et autre ennemi semble ici directement tiré d’un film de Burton qui n’existe pourtant pas en réalité. Plusieurs fois, certaines scènes et personnages nous ont rappelé ceux de L’Étrange Noël de Monsieur Jack, dont la fameuse séquence avec Oogie Boogie.

Les rues ne sont finalement pas dangereuses

Malgré cela, ce conte de fées décalé fait de rondeurs et de formes biscornues nous présente un univers complètement cohérent, que ce soit dans son design ou sa fabuleuse bande-son qui nous immerge niveau après niveau dans ce monde fantastique.

Avec sa jolie plastique et ses musiques admirables dans les oreilles, Lost in Random commence déjà bien, mais c’est sans compter sur son gameplay qui colle lui aussi parfaitement au thème du jeu.

Du jeu dans le jeu

Durant cette première prise en main de Lost in Random, ce sont les deux premiers niveaux sur les six proposés que l’on a pu terminer : Unibourg et Doubleville, le dernier étant Sixtopie, celui dont tout le monde parle, mais duquel personne n’est jamais revenu. Nous avons ainsi pu faire la connaissance de la reine maléfique qui dirige le royaume, mais aussi de tout un tas de personnages secondaires plus loufoques les uns que les autres. Il nous aura fallu un peu plus de deux heures pour venir à bout de ces deux niveaux, sans faire toutes les quêtes secondaires. Lors d’un entretien avec les développeurs, ceux-ci nous ont confié que la durée de vie de Lost in Random devrait avoisiner la dizaine d’heures. D’après le directeur créatif Klaus Lyngeled, elle devrait même dépasser la quinzaine d’heure si l’on s’attarde sur les quêtes secondaires.

Le précieux allié vendeur de cartes

Si Paire arpente les niveaux du jeu à la recherche de sa sœur, le cœur du jeu n’est pas tant l’exploration du monde que les phases de combat. Ce sont bien ces dernières qui constituent la partie la plus intéressante du jeu et la plus innovante. Allant jusqu’au bout de leur concept, les développeurs de Lost in Random ont prévu des mécaniques de jeu proches d’un vrai jeu de société en temps réel. Il faudra ainsi utiliser notre dé ainsi que des cartes de notre main, et certaines arènes comporteront même des pièces à faire avancer pour pouvoir vaincre les ennemis, avec des cases spéciales qui déclenchent certains effets.

Concrètement, les combats de Lost in Random nécessitent d’abord de collecter des cristaux sur les ennemis du jeu à l’aide d’un lance-pierre. Plus on collecte de cristaux avec notre fidèle Décisse, plus le nombre de cartes débloquées augmente jusqu’à une limite de 5. Lorsqu’on atteint cette limite, il ne sert plus à rien de collecter les cristaux et c’est là que l’on doit lancer notre dé, notre fidèle compagnon Décisse, ce qui fige le temps par la même occasion.

Au début du jeu, notre dé ne peut faire qu’un 1 ou un 2, mais les 3, 4, 5 et 6 se débloqueront au fil de l’aventure. Le chiffre obtenu au lancer permet alors de jouer des cartes de la valeur indiquée, les cartes les plus fortes nécessitant évidemment une plus forte valeur au dé. Certaines cartes permettent alors de ralentir les ennemis, de transformer son lance-pierre en arc pendant une durée limitée, de générer une bombe, une épée, ou encore de faire en sorte que les cartes coûtent moins cher. Une fois que l’on a joué nos cartes, il faut alors collecter de nouveaux des cristaux pour pouvoir en rejouer.

Les combats sont donc rythmés à la fois par du corps à corps, mais aussi par ces lancers de dés successifs où l’on joue les cartes de notre deck, le tout en temps réel avec les ennemis qui évoluent autour de nous. Cela peut paraître complexe par écrit, mais les réflexes sont rapidement pris et on comprend sans mal les mécaniques à utiliser. Chacun sera ensuite libre de choisir son style de jeu en fonction des cartes qu’il souhaite acheter chez ce bon vieux revendeur Maximilien Dextre avec l’argent gagné durant les combats ou trouvé dans les ruelles sombres du jeu. Plus on achète de cartes, plus on pourra en débloquer de nouvelles, certaines étant des cartes de puissance et d’autres dites de tricherie, qui changent les règles du jeu dans les combats.

Sa majesté dirige le monde

Chacun des deux niveaux que nous avons pu arpenter lors de ce premier aperçu de Lost in Random apporte son lot de nouveautés qui viennent ajouter de nouvelles composantes au gameplay du jeu, en plus des nouvelles cartes et ennemis que l’on découvre au fur et à mesure que l’on progresse. Malgré tout, on prend rapidement ses marques dans les combats et ceux-ci peuvent parfois paraître un peu longuets et un brin répétitifs lorsque le schéma de collecte/lancé de dé/choix des cartes/activation se répète inlassablement. Il faudra voir sur la durée si les mécaniques des quatre autres niveaux évoluent suffisamment pour nous faire apprécier tout autant ce système de combat si particulier.

Pour un premier aperçu manette en main, ces premières heures de jeu avec Lost in Random nous présentent déjà un univers très solide avec un système de combat qui sort clairement des sentiers battus. Arrivés aux abords du troisième niveau, nous aurions aimé continuer cette aventure aux côtés de cet étrange dé vivant qui nous accompagne, mais il faudra patienter jusqu’à la sortie du titre prévue pour le 10 septembre. Ce n’est pas tous les jours qu’on a réellement l’impression de jouer à un film de Tim Burton !

Accueil > Focus > Previews

Lost in Random

Genre : Action

Éditeur : EA Originals

Développeur : Zoink

Date de sortie : 10 septembre 2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Playstation 4, PC Windows