Test Xbox Series S : avis complet sur la plus petite des Xbox next-gen !

«Compacte et rapide» , - 4 réaction(s)

La Xbox Series S est la plus petite et la plus abordable des nouvelles consoles Xbox next-gen. Dépourvue de lecteur physique et dotée d’une capacité de stockage moindre, cette seconde Xbox Series est destinée à un public différent de celui de sa grande sœur. Moins puissante, elle n’en reste pas moins une alternative de choix pour entrer dans la nouvelle génération et découvrir l’écosystème Xbox à moindre coût.

Xbox Series S - la plus petite des Xbox !

Contrairement à la Xbox Series X, la Xbox Series S fait dans la finesse et opte pour un habillage blanc mat avec pour seul contraste sa large grille d’aération noire et circulaire qui la rend unique en son genre. Microsoft nous avait prévenus, c’est la plus petite Xbox jamais conçue et le moins que le puisse dire, c’est qu’elle impressionne par sa compacité ! On a beau s’y attendre, lorsqu’on sort la console de son carton, elle fait assurément son petit effet.

La Xbox Series S donne l’impression d’un produit bien fini. La console sait se faire discrète et s’intègre très facilement dans n’importe quel meuble TV, et nous pouvons facilement avouer lui préférer son design à celui de la Xbox Series X. Sa compacité, son aération assumée et le fait de pouvoir la coucher à l’horizontale sans qu’elle dénote sont des atouts qui lui confèrent un charme certain.

Contenu du pack Xbox Series S

  • Console Xbox Series S
  • Manette Xbox Series S blanche
  • Câble HDMI 2.1
  • Câble d’alimentation

Contrairement à la Xbox One, il faut savoir que la Xbox Series S ne dispose pas de port HDMI IN ni de port optique S/PDIF mais il existe bien des alternatives à celui-ci. Voici toutes les connectiques de la Xbox Series S :

  • 1 port HDMI 2.1 (out)
  • 2 ports USB 3.0 Type-A à l’arrière
  • 1 port USB 3.0 Type-A à l’avant
  • 1 port RJ45 Ethernet Gigabit
  • 1 port pour extension carte mémoire
  • 1 port d’alimentation

Comparaison en photos

Ce qui rend la Xbox Series S différente

Avec son prix attractif, la Xbox Series S vise une cible différente de la Xbox Series X mais n’en reste pas moins une console Xbox next-gen. Nous faisons ici le tour de ce qui la caractérise par rapport à la Series X, mais également par rapport à la génération de consoles précédente.

La Xbox Series S est également silencieuse

Compacte, la Xbox Series S est également silencieuse. Nous n’avions cependant pas trop de doute étant donné que la console, moins puissante que sa grande sœur, dégage donc moins de chaleur et nécessite par la même un refroidissement moindre.

La console peut aussi bien être placée à la verticale qu’à l’horizontale mais le sens du sigle Xbox sur le bouton de démarrage nous indique qu’elle a été conçue avant tout pour être mise à plat, se confondant ainsi très facilement avec une box Internet. Ses 1,92 kg (seulement !) lui permettent également d’être emmenée facilement chez les copains dans un sac à dos si besoin.

Lorsque la console est en marche, elle ne fait aucun bruit, tout comme la Xbox Series X. Elle s’avère même plus silencieuse encore puisque la Xbox Series S ne peut pas lire de disques (nous y reviendrons) et peut ainsi se priver de tout bruit mécanique inhérent à un lecteur en fonctionnement.

Pas de lecteur de disque

La Xbox Series S ne peut pas lire de disques DVD, Blu-Ray, ni de jeu en format disque. C’est une console 100% dédiée au dématérialisé et au téléchargement de contenu. On a beau le savoir, ne pas pouvoir jouer à nos jeux achetés ces dernières années en boîte arrive encore à nous surprendre lorsqu’on n’y est pas habitué.

Si vous possédez beaucoup de jeux Xbox One en format disque, ayez donc bien en tête qu’ils ne fonctionneront pas sur cette Xbox Series S et qu’il n’y a aucun moyen d’y arriver. La Xbox Series S est dédiée au dématérialisé et seuls les jeux achetés via un téléchargement en ligne fonctionneront ici.

L’interface d’une console Xbox next-gen

L’interface de la Xbox Series S est la même que celle de la Xbox Series X. Toutes deux partagent d’ailleurs la majeure partie du design et des fonctionnalités de l’interface Xbox One pour une expérience unifiée entre les générations. Microsoft joue ici la continuité et promet des fonctions similaires afin que la transition entre les deux générations de consoles puisse se faire en douceur.

Naviguer dans les menus et l’interface de la Xbox Series S se fait de façon plus fluide qu’avant et on se rend compte immédiatement que cette interface est bien plus rapide que la précédente. On note simplement, comme sur Xbox Series X, la présence d’options propres aux nouvelles consoles Xbox telles que les fonds d’écrans animés ou l’activation du framerate en 120 FPS dans les jeux.

Jouer plus rapidement et plus vite

L’architecture Xbox Velocity de la Xbox Series S avec son SSD permet de gagner de précieuses secondes sur les temps de chargement des jeux, mais aussi lorsque l’on souhaite reprendre une partie qu’on avait arrêtée.

La fonction Quick Resume vous laisse revenir rapidement à de multiples jeux laissés en pause, vous ramenant à l’endroit précis où vous vous étiez interrompu. Concrètement, lorsque vous avez quitté un jeu pour en lancer un autre ou que vous avez éteint la console, en mode démarrage rapide comme en économie d’énergie, vous pouvez le relancer et vous serez alors ramené en quelques secondes à l’endroit précis où vous vous étiez arrêté, sans passer par les chargements et menus habituels.

Le nombre de jeux que l’on peut mettre en Quick Resume varie globalement entre 5 et 10 et plus un jeu semble “gourmand”, moins il y aura de place pour d’autres jeux en Quick Resume. La fonction n’est pas désactivable et dès lors que l’on quitte un jeu, il se sauvegarde tout seul dans la console dans un état figé à l’endroit où on l’a quitté. Si la fonction peut paraître gadget de prime abord, elle se révèle finalement indispensable au bout de quelques jours d’utilisation. Lors de nos tests, nous sommes repassés sur une Xbox One X pour effectuer des comparatifs et le temps nécessaire pour changer de jeu à la volée nous a paru alors très long. Après deux semaines de test avec la console, essayer le Quick Resume, c’est assurément l’adopter et ne plus pouvoir s’en passer !

Pour information, tous les jeux Xbox One, Xbox 360 et Xbox originelle ne pourront pas utiliser le Quick Resume au lancement des Xbox Series X|S. Une mise à jour est prévue après la sortie des consoles mais les équipes Xbox nous assurent que des milliers de jeux sont déjà compatibles avec la fonction.

Nous l’avons bien vu lors de nos deux semaines passées avec la Xbox Series S, les temps de chargement des jeux ont été significativement réduits. À tel point qu’on se demande encore comment nous faisions avant pour attendre aussi longtemps qu’une partie démarre !

Jeu Chargement sur Xbox Series X Chargement sur Xbox Series S Chargement sur Xbox One X
Carrion (continuer une partie) 2 secondes 2 secondes 2 secondes
Forza Horizon 4 (lancement d’une même course) 7 secondes 5 secondes 42 secondes

Ci-dessous, une vidéo comparative des temps de chargement d’une même course de Forza Horizon 4 sur Xbox Series S et sur Xbox One X. On remarque alors facilement que le démarrage de la course est beaucoup plus rapide sur Xbox Series S alors que sa puissance brute théorique est moindre. Nous voyons clairement ici l’apport de l’architecture Xbox Velocity et du SSD de la console.

Des jeux encore plus fluides avec le 120 Hz

Avec son port HDMI 2.1, la Xbox Series S est capable de gérer un jeu en définition 1440p upscalé en 4K jusqu’à 120 images par seconde. Il faut pour cela posséder un modèle de TV compatible en HDMI 2.1 pour faire tourner les jeux au-delà de 60 FPS dans cette définition.

Le 120 FPS sur Xbox Series S est bien une réalité sur les jeux qui le supportent et d’autres sont encore à venir. Tous les jeux n’ont pas encore reçu leur mise à jour Xbox Series X avec ce mode mais nous avons pu tester cette nouveauté sur Gears 5 pour lequel vous retrouverez nos impressions plus bas. Nous avons également pu tester ce mode sur DiRT 5 mais ne pouvons pas en parler pour l’instant.

Comme la Xbox Series X, la Xbox Series S supporte le Variable Refresh Rate (VRR). Il permet d’éviter les problèmes de déchirement d’image (tearing) à l’écran lorsque le nombre d’images envoyées par la console par seconde n’est pas calé sur la vitesse de rafraîchissement de l’écran. Cette fonction déjà disponible sur Xbox One S et Xbox One X jusqu’à 60 Hz est cette fois-ci étendue au 120 hz. Il faut là aussi disposer d’un TV compatible. Pour plus de détails et explications, rendez-vous dans notre dossier complet sur le VRR.

Il est très difficile de montrer l’intérêt du VRR, que ce soit en vidéo ou en image. C’est bien au feeling, manette en main, que le VRR se ressent. En l’activant sur un jeu comme Gears 5 dans son mode 120 FPS (réservé au multijoueur), la réactivité accrue couplée au framerate permet de profiter d’une expérience de jeu on ne peut plus précise. Les quelques micro-saccades qui surviennent au cours de la partie sont gommées et le ressenti manette en main est proche de la perfection.

Sur les jeux instables qui peinent à atteindre les 60 FPS, les effets du VRR sont encore plus notables et procurent ainsi une vraie sensation de fluidité à des jeux dont la fréquence d’image fluctue constamment.

Un stockage plus petit à bien prendre en compte

La Xbox Series S dispose d’un stockage interne SSD de 512 Go alors que la Xbox Series X dispose du double (1 To). En soustrayant la partie réservée au système d’exploitation de la console, il ne reste plus que 364 Go de libres pour installer des jeux et des applications. Il s’agit ici d’un point crucial de la Series S auquel il convient de faire attention avant de choisir l’une ou l’autre des nouvelles Xbox.

Lors de nos tests, nous avons pu installer 11 jeux aux tailles diverses avant de remplir le stockage de la console et de ne plus pouvoir en installer d’autre. Si vous possédez un abonnement Xbox Game Pass, il est possible que vous arriviez rapidement à la limite de stockage de la Xbox Series S. Il ne restera plus que deux solutions pour installer de nouveaux jeux :

  • S’équiper d’un disque dur externe à brancher en USB à la console. Ce disque permet de stocker et jouer à des jeux rétrocompatibles (Xbox, Xbox 360, Xbox One) ainsi que stocker des jeux optimisés pour Xbox Series S. Attention, il ne permet pas de jouer à ces derniers et il faudra les transférer vers le SSD interne de la console pour pouvoir y jouer. Nous n’avons eu aucun problème durant nos tests pour lancer nos jeux Xbox One stockés sur le disque dur externe.
  • Acheter une carte d’extension de stockage Xbox de 1 To sur laquelle il est à la fois possible de stocker et lancer tous les jeux disponibles sur le marché, y compris les jeux optimisés Xbox Series S.

La différence de prix entre une Xbox Series X et une Xbox Series S n’est “que” de 200 € et si vous vous sentez déjà à l’étroit avec 1 To sur votre console actuelle, prenez bien en considération la capacité limitée des 512 Go de stockage de la Xbox Series S.

Les jeux sur Xbox Series S

Objectif définition 1440p

À la différence de sa grande sœur, la Xbox Series S vise une définition native de 1440p pour les jeux, upscalée en 4K. Sur le papier, la promesse de Microsoft est que seule la définition diffère entre les jeux optimisés pour Xbox Series X et Xbox Series S. Quand l’une vise le 4K natif, l’autre doit normalement faire tourner les jeux en 1440p en gardant “la même expérience next-gen”. Qu’en est-il une fois la Xbox Series S lancée avec des jeux, résultats de nos tests et comparatifs ci-dessous.

En pratique, c’est plus ou moins ce que l’on observe. Selon les jeux, il arrive même qu’on atteigne 1800p sur la Xbox Series S ; c’est le cas de Falconeer notamment. La console tient ses promesses en ce qui concerne le framerate et affiche le même nombre d’images par seconde que la Xbox Series X. Elle est également compatible avec le 120 Hz sur les titres qui proposent cette option comme DiRT 5, la version optimisée de Rainbow Six Siege, Gears 5 ou encore Ori And The Will Of The Wisps.

Gears 5 sur Xbox Series S

Dans Gears 5 sur Xbox Series S, on note quelques améliorations selon les niveaux avec une végétation plus fine, une distance d’affichage accrue et des textures améliorées. Les ombres et la lumière paraissent aussi de meilleure qualité que sur la version Xbox One X pourtant déjà solide visuellement. En résumé, la Xbox Series S propose ici les mêmes améliorations que la version Xbox Series X du jeu. Il est également désormais possible de profiter des cinématiques en 60 FPS. En multijoueur, il est possible de profiter d’un framerate de 120 FPS pour une fluidité et une réactivité accrues.

L’image ci-dessous montre que la version Xbox Series S de Gears 5 est en effet améliorée dans son rendu visuel par rapport à la version Xbox One X. La végétation sur la gauche est mieux rendue, notamment avec le travail fait sur les ombres. L’eau semble également plus profonde.

Nous avons ensuite voulu comparer la version Xbox Series X avec la version Xbox Series S de Gears 5 et il faut pour cela s’attarder sur des détails précis de l’image. Si le rendu de la végétation est similaire entre les deux versions (amélioré par rapport à la version Xbox One X), on voit bien ici la différence principale entre les deux consoles : la définition. Sur Xbox Series X, les éléments affichés sont en effet plus fins que sur Xbox Series S sur l’ensemble de la scène.

Forza Horizon 4 sur Xbox Series S

Nous l’avons vu dans la vidéo plus haut, le SSD de la Xbox Series S lui permet de proposer des temps de chargement beaucoup plus rapides dans les jeux. Nous avons pu charger une course en seulement 5 secondes contre 23 secondes sur une Xbox One X. Le gain est clairement appréciable.

L’autre atout de Forza Horizon 5 sur Xbox Series S, c’est évidemment son framerate doublé par rapport aux consoles d’ancienne génération. Ici, nous profitons donc d’une fluidité de 60 FPS.

L’image ci-dessous compare Forza Horizon 4 sur Xbox One X vs Xbox Series S. La version Xbox Series S est beaucoup plus fluide avec le 60 FPS (ce qu’on voit en mouvement et non pas sur une image), mais on voit bien ici que celle-ci est moins “précise” puisque tournant dans une définition inférieure (1440p sur Xbox Series S, 4K natif sur Xbox One X et Xbox Series X).

La rétrocompatibilité sur Xbox Series S en deçà

Nous l’avons vu lors de nos tests, la Xbox Series S est effectivement une console performante qui propose un gain significatif par rapport à la génération précédente. Il y a en revanche un point sur lequel elle déçoit, c’est sur sa gestion des jeux rétrocompatibles qui ne sont pas optimisés spécifiquement pour elle.

C’était annoncé et nous avons pu le vérifier : lorsque vous jouez à un jeu Xbox One rétrocompatible sur Xbox Serie S, la console en fait tourner la version de la toute première Xbox One, et non pas la “version Xbox One X”.

Cela signifie tout simplement qu’on se prive des optimisations des versions Xbox One X et qu’on se retrouve alors avec des jeux qui tournent dans des résolutions situées entre le 720p et 900p mais aussi dans une configuration graphique inférieure. Plus encore, les différents modes graphiques qu’embarquent les versions Xbox One X ne sont ici pas disponibles. Et puisque la Xbox Series S n’est pas pourvue d’un lecteur de disque, seuls vos jeux rétrocompatibles achetés au format dématérialisé seront jouables.

Pour illustrer tout ça, nous avons réalisé des captures de PUBG. Certes, loin d’être le jeu le plus impressionnant techniquement parlant, mais qui permet de se rendre compte des différences. Le jeu est visuellement identique entre une Xbox Series X et une Xbox One X, mais se voit dégradé sur Xbox Series S car il ne profite pas des optimisations apportées par la Xbox One X à son époque. Les textures sont moins fines et des ombres ne sont pas présentes sur Xbox Series S. De plus, le framerate est limité au 30 FPS puisque seule la version Xbox One X dispose d’un mode performance à 60 FPS non accessible ici. .

La différence se voit également sur cette seconde capture. Les textures de roche sur la gauche, les ombres sur les toits ou le gilet au premier plan sont plus détaillés sur la version Xbox One X du jeu que sur la version Xbox Series S.

Gardons tout de même en tête que même si les jeux rétrocompatibles non optimisés sont moins jolis sur Xbox Series S que sur la génération précédente, cela sera de moins en moins gênant à mesure que les mois et années passent. En effet, tous les jeux Xbox seront optimisés pour Xbox Series X et Xbox Series S dans un avenir proche et le critère de la rétrocompatibilité prendra moins de place qu’actuellement.

La nouvelle manette Xbox

La sortie de la Xbox Series X est également l’occasion de découvrir une nouvelle manette. Reprenant les grandes lignes d’une réputation qui n’est plus à faire, cette nouvelle manette nous réserve également quelques nouveautés.

Une manette Xbox un peu plus petite

Cela ne saute pas aux yeux à première vue, mais la manette Xbox Series S blanche est très légèrement plus petite que sa grande sœur. Après un léger temps d’adaptation, on retrouve une position naturelle et nos doigts se posent directement au bon endroit. Avec des grandes mains, si nous devions choisir la forme de la manette, nous préfèrerions quand même l’ancienne manette.

Là où cette manette nous plait bien plus que l’ancienne, c’est avec l’ajout d’une texture grip plus prononcée que sur les manettes Xbox One V2 ainsi que d’un revêtement mat sur les boutons RB/LB et les gâchettes. Ces dernières sont d’ailleurs elles aussi dotées d’une zone de grip très agréable une fois en main.

Bouton de partage et nouvelle croix directionnelle

Les deux plus gros changements visuels de la manette Xbox Series concernent dans un premier temps l’ajout d’un bouton de partage. Celui-ci rend plus facile la capture d’images et autres extraits de jeu puisqu’il n’est plus nécessaire d’ouvrir le bouton Xbox Guide et appuyer sur Y ou X pour effectuer cette action. Désormais, une simple pression prend une capture d’écran tandis que le maintien de la touche enregistre une vidéo des dernières secondes capturées dans un jeu.

L’autre changement évident de cette manette est sa nouvelle croix directionnelle. Celle-ci est désormais cliquable sur quatre points supplémentaires et offre une précision accrue sur les diagonales. Il est en revanche dommage que les “clics” sur cette croix soient aussi bruyants.

Latence minimale pour des performances maximales

La manette Xbox Series X|S se démarque également par sa compatibilité avec le DLI (Dynamic Latency Input) qui la rend plus réactive que jamais. Microsoft a en effet veillé à réduire le décalage entre le moment ou l’on appuie sur une touche et celui où l’action se déroule à l’écran. Dans la pratique, il est difficile de noter une quelconque amélioration significative à ce niveau puisque quelques millisecondes de gagnées sont difficilement perceptibles seules. Mais c’est un tout qui, avec l’augmentation significative du nombre d’images par seconde et la prise en charge du ALLM (Auto Low Latency Mode réduisant automatiquement l’input lag des TV compatibles), participe forcément l’amélioration des sensations manette en main.

La Xbox parfaite pour découvrir l’écosystème Xbox à moindre coût

Nous l’avons vu, la Xbox Series S est bien la console next-gen d’entrée de gamme promise par Microsoft. Avec son design sobre mais pas simpliste, la Series S peut se fondre facilement dans le salon telle une box Internet ou un autre appareil classique, sans faire aucun bruit ni chauffer particulièrement.

Naviguer dans l’interface de la Xbox Series S est agréable, rapide et fluide, et lancer des jeux n’aura jamais été si aisé grâce à la fonction Quick Resume et aux temps de chargement largement réduits avec le stockage SSD de la machine.

Proposer une console capable de faire tourner les jeux en définition 1440p et en 60 FPS, voire 120 FPS pour 300 € nécessite néanmoins des compromis. La console ne lit pas les disques et si vous comptez télécharger des dizaines de jeux via le Xbox Game Pass, le SSD de la console risque d’être bien vite rempli. Si vous découvrez l’écosystème Xbox et ne comptez jouer qu’à quelques jeux seulement, cette Xbox Series S est juste parfaite car elle propose bien l’expérience next-gen de rapidité annoncée sur les jeux testés lors de nos deux semaines avec elle. Sinon, si vous recherchez le meilleur du meilleur avec plus de stockage, un lecteur de disque, des jeux en définition 4K et vos jeux Xbox rétrocompatibles sous leur meilleur jour, préférez plutôt la Xbox Series X.

Bilan

On a aimé :
  • Une console petite et jolie
  • Une console silencieuse
  • Une interface réactive
  • Du 60 FPS et des jeux plus rapides pour 300€
  • Un très bon rapport qualité/prix
On n’a pas aimé :
  • Un faible espace de stockage
  • Les jeux rétrocompatibles non optimisés tournent en version Xbox One
  • Pas de lecteur de disque
L’entrée dans la next-gen à prix plancher

La Xbox Series S permet effectivement de mettre un pied dans la next-gen. Avec des jeux plus rapides et une fluidité de 60 FPS ou 120 FPS avec une compatibilité Ray Tracing, la Xbox Series S coche en effet les cases de la nouvelle génération de consoles Xbox. Pour atteindre ce prix plancher de 300 €, des concessions ont été faites sur l‘espace de stockage disponible et le lecteur de disque mais si vous en êtes conscient et que la définition 4K n’est pas une priorité pour vous, la Xbox Series S est un choix à considérer sérieusement.

Accueil > Tests > Tests matériel

4 reactions

jon1138

05 nov 2020 @ 15:34

« Les jeux rétrocompatibles non optimisés tournent en version Xbox One »

Mais du coup, c’est une limite technique, la Series S ne peut pas du tout faire tourner un jeu Xbox ou Xbox 360 comme sur une One X ou alors, il s’agit d’une question de patch et de flemme des développeurs pour le proposer ?

jm ysb

05 nov 2020 @ 15:35

même avec son prix très attractif, étant un joueur xbox de la première heure avec des jeux physique je ne trouve pas, en ce qui la concerne, d’intérêt à me la procurer.

merci pour ces retours

Angmar89

05 nov 2020 @ 16:57

Cette Série S est clairement destinée au playeux pour profiter du gamepass. Les aficionados du X se prendrons la SX sans hésiter même si ils attendrons 1 ou 2 ans pour certains

lacrasse

06 nov 2020 @ 06:55

Tout est dit au dessus, une console complémentaire à la ps5 ou switch, et pas oublier la très très bonne connexion...

Pzrso, j’aime bien ça petite tronche, mais non on verra l’année prochaine pour la séries x...

On va voir ce que donne la suite des événements actuels,...