Test - Outpost Delta - L’avant-poste spatial de la mort

«Perdu dans l’espace» , - 0 réaction(s)

Outpost Delta est développé et édité par Hidden Achievement LLC. Le titre se présente comme une sorte de metroidvania se déroulant dans l’espace, et plus précisément dans un avant-poste.

L’oublié, part défendre

L’IA n’est pas très maligne

On se retrouve devant un scénario des plus simples. La station spatiale a été attaquée, et les Klaaths, une espèce extraterrestre, ont pris le contrôle des lieux. Delta, notre protagoniste, est un drone de défense oublié depuis longtemps et réactivé par l’IA de l’avant-poste pour tenter de reprendre le contrôle des lieux.

La narration est entièrement assurée par l’IA qui communique avec Delta, mais que par de brèves phrases qui bien souvent indiquent le prochain objectif. Et l’on trouve déjà ici un premier problème : il est impossible de relire ce que l’IA nous raconte et donc, en cas d’oubli, on peut tourner en rond pendant longtemps.

Par ailleurs, ce scénario est des plus basiques et ne se développe jamais. Le seul objectif est de récupérer le contrôle de l’avant-poste et de chasser les Klaaths. Il aurait été appréciable d’en apprendre plus sur cette race ou tout simplement sur la station spatiale, mais il n’en est rien.

On peut marcher sur certains murs

Si l’ambiance sonore donne bien l’impression d’être dans l’espace, il n’y a cependant que quelques musiques qui tournent en boucle durant tout le jeu, y compris lors des combats de boss. Et les effets sonores sont ratés, donnant davantage l’impression de tirer avec un jouet et non une arme.

L’aspect graphique du titre est pourtant réussi, même si extrêmement redondant. Tous les lieux se ressemblent, et on a l’impression de ne parcourir qu’un seul et même niveau durant toute la partie, sans doute la faute à ce scénario qui ne se déroule que dans un seul et unique avant-poste. Il est à noter que de très nombreuses chutes de framerate survenues au bout de quelques dizaines de minutes, nous ont tout simplement obligés à redémarrer le jeu pour corriger cela… temporairement.

Une répétitivité sans faille

Il faut trouver des clés pour pouvoir progresser

Comme tout bon metroidvania qui se respecte, Outpost Delta nous emmène parcourir différentes zones pour y récupérer de nouvelles armes ou capacités permettant d’accéder à de nouveaux lieux auparavant inaccessibles.

Bien que le concept d’immerger le joueur dans un environnement spatial semble alléchant, il s’avère extrêmement mal exploité et même frustrant. En effet, on ressent très rapidement une sorte de lassitude vis-à-vis des objectifs. Qui dit nouvelle aile de l’avant-poste dit des clés à trouver. Ce seront toujours les mêmes qu’il faudra retrouver à chaque fois, juste pour ouvrir des portes et accéder à d’autres lieux de cette même aile.

Cependant, deux autres éléments vont nous permettre d’accéder à de nouveaux endroits. On peut par exemple retrouver une arme laser qui peut creuser des murs déjà assez fragiles et se frayer de nouveaux passages… sauf si on se situe trop près du mur ce qui par conséquent empêche l’utilisation de l’arme. Une autre bonne idée propose de contrôler la puissance de la gravité de la station, mais cette capacité est sous-utilisée et ne s’avère utile que vers la fin du jeu, après avoir trouvé des bottes aimantées permettant de marcher sur certains murs, à l’horizontale comme à la verticale. L’idée est bonne mais terriblement buggée. Pour les murs verticaux par exemple, le personnage peut tout simplement partir complètement en vrille, et plus particulièrement au niveau des bords, rendant difficile tout mouvement… ce qui pourra régulièrement entraîner des prises de dégâts inutiles, ou la mort.

Des bugs, et encore des bugs

Le mur violet peut être détruit pour ouvrir un nouveau passage

S’il est bien une chose pour laquelle le titre sait se démarquer, c’est la quantité de problèmes que l’on peut y rencontrer.

En effet, les ennemis, y compris les boss, sont tout simplement stupides. Leur comportement est réglé de sorte à ce qu’ils foncent vers Delta, mais sans jamais essayer de contourner un quelconque obstacle. Il est donc très facile d’abuser de tout, mais dans le même temps, le souci de lisibilité des balles des ennemis qui sont presque invisibles rend l’esquive difficile. On pourrait se dire que dézinguer tout ce qui bouge est simple, mais il n’en est rien. Lorsqu’il n’y a qu’un ou deux ennemis dans une salle, il n’y a guère de problème. Cependant, lorsque leur nombre augmente, on est toujours tenté d’utiliser une grenade pour vider la pièce… et là est le problème. Il faut toujours prévoir de jeter notre boule explosive au loin sans risquer de se faire voir par les Klaaths… et à condition que notre belle bombe ne passe pas à travers le décor ou que les monstres apparaissent littéralement dans les murs. Il est donc difficile d’y prendre son pied, et cela en devient plus frustrant qu’autre chose, mais si ça n’était que ça…

Outpost Delta souffre de nombreux problèmes de collision. Et cela va dans les deux sens où le joueur ou l’ennemi peut ne pas subir de dégât malgré la collision avec un projectile ou l’un des lasers situés dans l’environnement. Qui plus est, le titre souffre d’un problème assez grave : le “softlock”. Effectivement, il est possible lors de sa partie de se retrouver coincé et de devoir recharger sa sauvegarde, voire même de recommencer toute sa partie. Il est extrêmement facile de passer à travers les lasers qui sont censés nous bloquer (donnant même l’impression que l’on doit le faire), et de ne plus avoir de quoi se soigner pour le retour. Un autre cas de figure est le fait de pouvoir bouger certains éléments du décor, pouvant bloquer les lasers. Si on a le malheur de pousser une caisse dans le mauvais sens, cela peut détruire intégralement la partie. Et encore plus étonnant, il est possible de se mouvoir lors des petites cinématiques lorsque l’on active ou désactive le courant électrique, pouvant provoquer là aussi un softlock total. Le jeu forçant la sauvegarde à chaque changement d’aile dans l’avant-poste, ce genre de situation peut arriver vite, et très fréquemment.

Le titre s’avère extrêmement mal pensé, et n’a pas l’air d’avoir été testé tant les problèmes de ce genre sont nombreux.

Le coin des chasseurs : Seulement 10 succès peuvent être obtenus ici, mais l’un d’eux mettra vos nerfs à l’épreuve. Il consiste à terminer le jeu sans prendre un seul point de dégât, ce qui relève du miracle avec tous les bugs rencontrés.

Bilan

On a aimé :
  • C’est pas moche
On n’a pas aimé :
  • L’IA est sans cervelle
  • On peut se faire softlock
  • De nombreux bugs de collision
  • Des bugs, partout
  • On refait à chaque fois la même chose
  • Des chutes de framerate assez violentes
La station spatiale du bug

Outpost Delta est un titre à éviter, y compris pour les fans de ce genre d’ambiance ou des metroidvania. Exception faite à propos de ses graphismes, et bien qu’ultra répétitif, rien ne va. Entre les problèmes de collision avec le décor ou de nos projectiles, des bugs en pagaille dans tous les sens et même du risque assez élevé d’être obligé de recommencer le jeu à cause d’éléments mal pensés, Outpost Delta donne l’impression de ne pas avoir été testé et d’être sorti à la va-vite... pour un prix de 24,99 €. Dommage !

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Outpost Delta

PEGI 7

Genre : Action

Editeur : Hidden Achievement LLC

Développeur : Hidden Achievement LLC

Date de sortie : 20/10/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Mac OSX, Steam, Switch