Test - Chicken Police - Les poulets mènent l’enquête

«Paint it RED !» , - 2 réaction(s)

Développé par le petit studio hongrois The Wild Gentlemen, Chicken Police est un jeu d’aventure narrative à l’univers sombre dans un monde anthropomorphique. En développement depuis 2011, le titre a évolué plusieurs fois dans son design, partant d’un style en pixel-art pour arriver aujourd’hui à un rendu réaliste.

Un polar noir plein de mystères

On incarne Sonny Featherland, un poulet à l’approche de la retraite. Un jour, il reçoit la visite d’une bien intrigante impala qui lui confie une enquête à l’apparence simple : trouver le responsable des menaces que reçoit sa maîtresse. Sonny fait alors appel à son ancien partenaire, Marty MacChicken pour reformer la Chicken Police une dernière fois. Bien évidemment, les apparences sont souvent trompeuses, et l’enquête évolue rapidement avec des meurtres, des secrets, des complots, des manigances et tout ce qui fait le sel d’un bon polar.

Comme nous l’avons annoncé en introduction, le jeu se déroule entièrement dans un monde anthropomorphique. Si Sonny et Marty sont des poulets, on croise également de nombreuses autres espèces : félins, canidés, oiseaux, insectes et autres rongeurs, la liste est longue. L’univers est d’ailleurs très bien construit (pour peu que l’on prenne le temps de lire le codex et de farfouiller un peu partout). Si actuellement les différentes espèces, proies comme prédateurs, cohabitent ensemble, ce n’était pas toujours le cas. Il y eut de nombreuses guerres pour aboutir finalement à un royaume dirigé par un roi et un conseil de 12 autres animaux. Il existe également deux mouvements politiques : les royalistes et les séparatistes, ces derniers étant contre les relations interespèces.

Avec cet univers cohérent, The Wild Gentlemen nous livre un scénario vraiment prenant à suivre, très bien écrit où l’on y retrouve tous les codes du polar. Cependant, il ouvre beaucoup de portes avec ses différentes intrigues, mais oublie d’en refermer certaines une fois arrivé le générique de fin. Oubli volontaire pour une suite ? Difficile de le savoir et on ressort assez frustré du manque de finalité de certains événements.

Une narration très importante

Aventure narrative oblige, Chicken Police ne propose pas un gameplay très dynamique. Il s’agit principalement d’un système de point’n click où l’on déplace un curseur sur différents tableaux. Il est ainsi possible d’interagir avec les éléments du décor, ce qui permet soit de faire avancer l’intrigue, soit d’en apprendre un peu plus sur l’univers via de nouvelles entrées déverrouillées dans le codex ou les commentaires de Sonny. En plus du décor, on peut aussi parler avec la plupart des animaux présents sur chaque lieu. Trois types d’interactions sont possibles avec eux : une simple discussion, leur poser des questions spécifiques ou procéder à un véritable interrogatoire.

Est-ce qu’elle se balade également sur les toits ?

Dans ce dernier, il faut choisir parmi plusieurs questions en s’aidant des indices connus, des traits de caractère du suspect et des réflexions personnelles de Sonny. Selon la pertinence de nos questions, une jauge augmente ou diminue et représente en quelque sorte notre score. S’il n’est pas forcément aisé de faire un interrogatoire parfait à chaque fois, il est cependant très difficile d’échouer. Une difficulté supplémentaire consiste à ne pas se tromper de question, la mise en valeur de celle sélectionnée n’étant pas très visible.

En plus des interrogatoires, on est amené plusieurs fois dans l’aventure à faire un bilan de l’enquête en cours. Au cours de ces moments, il est nécessaire d’assembler les pièces du puzzle (suspect, indices, objets) et d’y associer la bonne conclusion pour progresser. Encore une fois, ce n’est pas très difficile, le jeu nous donnant de très nombreux indices.

Vous l’aurez compris, Chicken Police ne propose pas réellement un vrai challenge d’enquêteur pour démêler le vrai du faux. Il est un peu entre deux chaises en voulant à la fois proposer une narration bien ficelée et des possibilités de réflexion. C’est dommage, car certaines idées ne sont du coup pas suffisamment exploitées. En effet, tout au long de l’aventure et à mesure que l’on découvre des éléments sur les différents personnages, des informations sont inscrites à leur sujet dans notre carnet. Même chose pour certains objets que l’on peut ramasser et qui se retrouvent ensuite dans notre inventaire. Seulement, on ne se sert quasiment jamais de ces informations pour faire avancer l’enquête. On aurait pu imaginer devoir faire des combinaisons d’objets et d’idées pour débloquer de nouvelles questions à poser par exemple.

Petit bonus, le titre propose également quelques phases un peu plus typées “action” avec le stand de tir et des passages de course-poursuite où il faut tirer sur nos poursuivants. En revanche, bien qu’agréables, elles restent totalement accessoires.

En rouge et noir

La première chose qui nous a plu avec Chicken Police, et ce dès son trailer, est sans conteste son aspect visuel. Le jeu offre un rendu réaliste avec des scènes comme tirées de photographies ou d’un film des années 40. De plus, les personnages ont certes une tête d’animal, mais leur corps, humain, accroît ce réalisme. Pour assombrir l’ambiance, le titre opte pour le noir et blanc auquel sont ajoutés des détails colorés afin d’accentuer leur importance. À cela, on ajoute une pluie battante et de la musique jazz pour obtenir une atmosphère soignée aux petits oignons dont on se délecte tout au long de l’aventure.

L’un des seuls lieu coloré

De plus, bien que la plupart du jeu se déroule sur des fonds presque immobiles, on peut également apprécier quelques cinématiques du plus bel effet pour apporter encore un peu plus de mordant au scénario.

Enfin, Chicken Police dispose également d’une bande-son très réussie. Tout d’abord avec ses musiques jazz qui nous accompagnent constamment, mais surtout avec ses doublages. Ces derniers sont de très grande qualité, la plupart des personnages possédant des voix différentes (plus d’une vingtaine) et en adéquation avec leur espèce et leur rang dans la société. En revanche, ils sont intégralement en anglais, mais pas d’inquiétude, tous les textes sont traduits en français (et sept autres langues). On est d’ailleurs loin d’une simple traduction issue de Google, puisque même les nombreux jeux de mots basés sur le vocabulaire animalier et les divers noms d’oiseaux sont adaptés.

Le coin des chasseurs : Chicken Police propose 35 succès pour un total de 1000G. En dehors des classiques succès déverrouillés simplement en progressant dans l’histoire, il sera nécessaire de bien ouvrir les yeux, interagir avec tout et tout le monde et réussir parfaitement tous ses interrogatoires pour obtenir la totalité.

Bilan

On a aimé :
  • Une ambiance superbe
  • Un scénario prenant
  • De très bons doublages en anglais
On n’a pas aimé :
  • Une partie enquête un peu trop en retrait
  • Quelques intrigues non résolues
Noir désir

Avec son ambiance, son aspect visuel et son accroche, Chicken Police nous avait rapidement tapé dans l’œil lors de son annonce. Manette en main, la sensation est confirmée : le titre est vraiment très bon. Gros point fort, ce dernier propose un scénario prenant et bien construit où l’on retrouve tous les codes du polar. Mystères, meurtres, révélations, complots, la recette fonctionne à merveille avec une réalisation parfaitement maîtrisée en guise de cerise sur le gâteau. Entièrement en noir et blanc en dehors de quelques éléments importants, Chicken Police offre un rendu réaliste tel un film des années 40, agrémenté également d’un doublage de grande qualité. On regrette cependant une partie “enquête et réflexion" un peu en retrait face à la narration et quelques intrigues qui ne sont pas résolues à la fin de l’aventure.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Chicken Police

PEGI 16 Langage grossier

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : Handy Games

Développeur : The Wild Gentlemen

Date de sortie : 05/11/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch

2 reactions

spmatt89

05 nov 2020 @ 15:22

Est-il sous-titré en VF ?

CrazyBananax

Rédaction

05 nov 2020 @ 15:58

Hello @spmatt89 :)

Comme indiqué dans le test, si les voix sont entièrement en anglais, les textes sont bien en français :)