Test - Shadowgate : un excellent remake

«C’est dans les vieux jeux que l’on vit ses meilleures aventures» , - 0 réaction(s)

Shadowgate (2014 sur PC) est un remake, d’un jeu sorti à l’origine en 1987 sur le Macintosh d’Apple. Cela ne nous rajeunit pas. Il est le troisième épisode d’une série de jeux d’aventure initialement appelée MacVenture après Déjà-Vu (polar noir) et Uninvited (horreur maison hantée) et qui reprenait le même moteur de jeu. Un moteur qui était une petite révolution en son temps vu qu’il permettait de pousser plus loin le concept du jeu d’aventure textuel en permettant de prendre tous les objets présents dans l’écran de jeu (même les inutiles), de proposer des énigmes complexes et variées. Les jeux MacVenture étaient aussi réputés pour être particulièrement durs et les façons de mourir étaient aussi nombreuses que vicieuses. Mais ça c’était en 1987. Il y a 32 ans. Est-il pertinent de proposer un remake de Shadowgate aujourd’hui ?

Un jeu emblématique d’une époque

Ces ponts devraient rappeler des choses aux vieux aventuriers...
Ces ponts devraient rappeler des choses aux vieux aventuriers...

1987 c’est l’année des Manoir de Mortevielle, du premier Zelda, de Dungeon Master, du premier Leisure Suit Larry, mais aussi celle de Maniac Mansion. Malgré la présence de tous ces hits, Shadowgate reste une œuvre emblématique de cette année et demeure le titre le plus connu de la série MacVenture et de ses développeurs ICOM Simulations. Peut-être est-ce dû à l’ambiance heroic fantasy du titre bien plus fédératrice que celle du polar ou de l’horreur, ou peut-être est-ce dû seulement au fait qu’il s’agit du premier titre de la série à avoir été porté sur NES en 1989. Il y a fort à parier que bon nombre de nostalgiques de Shadowgate l’ont découvert sur NES à l’époque. Cela a été mon cas, en ce temps-là, même si j’avais découvert la série avec Uninvited sur Atari St et je l’ai terminé seulement sur ce support. Il est bon de savoir que la version NES de Shadowgate est une version tronquée de la version originale, des énigmes et des pièces ont été supprimées pour s’accommoder aux limitations techniques de la console de Nintendo.

L
L'interface a pris un coup de jeune

Zojoi, les développeurs, ont initialement lancé ce projet de remake sur Kickstarter avec comme carte de visite des anciens programmeurs de chez ICOM Simulations. Une présence garantissant le respect du matériau d’origine et qui a rassuré les donateurs qui ont répondu en masse à l’appel. Il ne suffit que de quelques minutes de jeu au fan du Shadowgate d’origine pour se rendre compte qu’il ne joue pas à un simple remake bête et méchant mais plutôt à une très intelligente itération qui transcende les qualités initiales du jeu et arrive à l’inscrire dans les attentes de l’époque. Et 32 ans plus tard, c’est un véritable tour de force…

Un magnifique hommage

L
L'entrée du chateau arrive bien après le début de l'aventure

Le scénario reprend celui de base, vous êtes le descendant d’un héros détenteur du seul pouvoir capable d’arrêter le Lord Warlock, un sorcier qui s’est retranché dans son château où il tente de réveiller le béhémoth, une créature suffisamment puissante pour détruire le monde. Vous êtes téléporté par le magicien Lokmir aux portes du château prêt à affronter les terribles dangers qui rôdent dans ses murs et les pièges mortels dressés par le sorcier.

Un long périple attend le héros et donc vous pour résoudre les nombreuses énigmes du jeu. Shadowgate reste un jeu d’aventure dont le gameplay repose sur la découverte d’objets, de sortilèges et leur utilisation judicieuse. Un jeu qui met nos méninges à contribution et qui sent bon le point and click idéalement secondé maintenant par une roue facilitant les actions et l’accès à son inventaire. Le gameplay nécessite un petit temps d’adaptation afin de se familiariser à la prise en main et comprendre l’ordre et la richesse des actions. On peut par exemple utiliser un casque sur soi-même pour l’équiper, une flûte pour jouer un air et une potion pour la boire.

De nouvelles énigmes bien sympathiques vous attendent !
De nouvelles énigmes bien sympathiques vous attendent !

Les aventuriers de la première heure risquent d’être surpris car le chemin imprimé dans leur mémoire n’est pas le même que celui de ce Shadowgate nouvelle génération. On retrouve certaines salles, ou ambiances du passées derrière les nouveaux graphismes de ce remake mais l’aménagement de ces dernières est différent. L’architecture du château s’est enrichie de nouvelles pièces, de nouvelles énigmes. On a l’impression au début de notre aventure de découvrir une sorte de spin-off pour se rendre compte qu’il s’agit bien plus que ça : ce Shadowgate est un véritable hommage à l’ancien. Un hommage respectueux, amoureux mais surtout très intelligent car capable de brosser notre fibre nostalgique dans le sens du poil avec la possibilité de jouer avec le thème musical de la version NES composé par Hiroyuki Masuno, de reproduire la même transition entre les salles, les effets textuels de l’époque. Mais surtout de réussir le pari d’ancrer Shadowgate dans notre temps avec des énigmes dynamiques et originales et plusieurs modes de difficulté.

Shadowgate en version rejouable

Une bonne compréhension de l
Une bonne compréhension de l'anglais est recommandée

À l’origine, le jeu s’accompagnait d’une gestion de la lumière de nos torches. Si jamais nous n’avions pas pris la peine d’en rallumer une nouvelle avant l’extinction de la précédente (s’il nous en restait) c’était la mort assurée. Shadowgate nous propose de découvrir le jeu dans un mode découverte, sans cette gestion de la lumière et avec un timing plus souple pour les actions le nécessitant. De plus, le jeu enlève de nombreuses possibilités d’action pour ne proposer que les essentielles. Une entrée en douceur dans les énigmes et les sombres pièces de Shadowgate. On retrouve la gestion des torches dans le mode classique qui comporte trois niveaux de difficulté avec en plus la possibilité de faire le jeu sans possibilité de sauvegarder, un mode homme de fer.

Shadowgate transcende la difficulté pour un jeu d’aventure en la rendant progressive, riche, stimulante.

La grande originalité de Shadowgate est de ne pas se contenter de proposer un jeu juste plus dur mais de revoir presque l’intégralité de ses énigmes pour chaque mode proposé. Par exemple, la flûte trouvée dans la partie facile sera cassée dans un autre mode nécessitant de pouvoir la réparer avec un autre objet découvert. Dans chaque mode on découvrira de nouveaux objets, quelquefois de nouvelles salles, de nouveaux pièges, de nouvelles rencontres. Shadowgate transcende la difficulté pour un jeu d’aventure en la rendant progressive, riche, stimulante. On prend un malin plaisir à redécouvrir le jeu, à s’attaquer aux autres modes de jeu et être surpris de tomber dans un nouveau piège ou découvrir un nouvel objet.

Allez vous oser traverser ?
Allez vous oser traverser ?

Le rayon des regrets est au final peu rempli. Les non-anglophones seront triste d’apprendre que le jeu est entièrement en anglais et que certaines énigmes nécessitent d’avoir un niveau correct de compréhension pour les résoudre. Il y a un léger bug dans les sauvegardes au niveau de l’affichage lorsque l’on souhaite en écraser une ancienne. On pourra aussi regretter de ne pas disposer de la version originale de Shadowgate (au moins celle sur NES) en bonus, même si la compilation de toutes les aventures MacVenture de ICOM (Déjà-Vu, UNinvited, Shadowgate, Déjà-Vu II) est disponible sur le store sous le nom de 8 Bits Adventures.

Bilan

On a aimé :
  • Une aventure nostalgique ancrée dans notre époque
  • Des énigmes retorses et difficiles
  • Très bonne rejouabilité et gestion de la difficulté
  • Jouer avec le thème de la version NES
On n’a pas aimé :
  • Entièrement en anglais
  • Quelques légers bugs
  • Et pour chipoter pas de version originale du jeu en bonus
Laissez-vous séduire par Shadowgate !

Il est difficile de conseiller un remake d’un très vieux jeu aux joueurs qui n’ont pas d’attache nostalgique avec ce dernier. Les petits nouveaux qui ont été biberonnés dès la naissance à la 3D et qui ont pu passer à côté de l’aventure de la belle époque. Pourtant il est facile de conseiller Shadowgate à tous les aventuriers en herbe. Ceux qui ont toujours un sac à dos vide sur eux, le remplissant nerveusement du moindre objet au cas où il servirait un jour, tapotant sur le moindre pan de mur dans l’espoir de trouver un passage secret, essayant à chaque fois de trouver maintes façons de descendre dans un puits, ouvrir une porte fermée à clé ou je ne sais quoi d’autre… Ces aventuriers-là savoureront Shadowgate jusqu’à sa dernière énigme résolue, son dernier piège évité, car Shadowgate est plus qu’un excellent remake, c’est un excellent jeu d’aventure !

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Shadowgate

Shadowgate
PEGI 12 Peur

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : Abstraction Games B.V.

Développeur : Abstraction Games B.V. and General Arcade (Pte. Ltd.)

Date de sortie : 10/04/2019

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Steam