Test - Dangerous Driving : La culture du crash

«C’était mieux avant...» , - 1 réaction(s)

Bon sang qu’il était attendu ! Vu la pénurie de bons jeux de course arcade décomplexés, Dangerous Driving faisait office de challenger numéro 1 pour le titre de “raviveur de flamme”. Annoncé comme l’héritier de la saga Burnout, il est d’ailleurs le fruit du travail de certaines anciennes figures de Criterion, les créateurs du sus-nommé Burnout. Autant dire que la salive n’a pas mis longtemps pour arriver au lèvres.

Dangerous bugging

Quelques épreuves nous offrent une voiture de police avec pour seul but de cartonner des adversaires plus coriaces qu
Quelques épreuves nous offrent une voiture de police avec pour seul but de cartonner des adversaires plus coriaces qu'en course

Des courses sur circuit, de la vitesse, des takedowns et encore des takedowns, voilà ce qu’on attend de Dangerous Driving. Sur ces points, le contrat est rempli sans trop de problèmes et on le remarque dès la première course. Dès lors qu’on active la première fois notre boost, les effets de la vitesse se font ressentir et les crashs s’enchaînent très (trop ?) facilement. Il faut dire qu’avec la direction très sensible des véhicules et le gameplay bourrin du titre, on est là pour en prendre plein la poire. Malheureusement, nos adversaires ayant une agressivité et une résistance proche de zéro, la principale difficulté est d’éviter le trafic constant ainsi que, une fois le premier tour terminé, les différentes carcasses que l’on a pu semer sur notre chemin.

Il est d’ailleurs dommage que le jeu soit une fourmilière de bugs en tous genres nous faisant régulièrement perdre une course. Entre les adversaires à l’accélération sans limite qui nous dépassent à près de 600 km/h (qui sait à combien ils montent à la fin de la course), les collisions abracadabresques nous envoyant en sens inverse, nous faisant passer sous la route, sous les véhicules du trafic ou nous envoyant dans les airs, Dangerous Driving prend des fois des allures de Goat Simulator grâce à sa physique plus qu’approximative.

Ça se passe de commentaire...
Ça se passe de commentaire...

On ne peut pourtant pas dire que les ressources techniques aient été accaparées par le rendu visuel du jeu qui a des allures de NFS Hot Pursuit… avec 9 ans de retard, sans aucune bande son (le jeu ne propose qu’une option pour diffuser de la musique via Spotify Premium) ni aucun charme, sur ses circuits aux tracés et à la direction artistique parfaitement oubliables, sans multijoueur online ou offline au lancement, et avec des véhicules en trop faible nombre et trop grossièrement modélisés. Seulement 6 classes qui ne changent pas la donne de l’une à l’autre et 4 skins, c’est bien trop peu. Bref, tout ce qui pouvait faire de Dangerous Driving un vrai bon jeu de course est en fin de compte absent...

Bilan

On a aimé :
  • L’esprit Burnout
  • Ça va vite
  • Les carcasses qui restent sur la route pour les tours suivants
On n’a pas aimé :
  • Techniquement pas fou
  • Pas de musique en course… à part via Spotify Premium
  • Chiche en véhicule
  • Les circuits n’ont aucune âme
  • Trop de bugs gênants
  • Aucun mode multi au lancement
Faux départ !

Dangerous Driving partait avec toutes les meilleures intentions du monde : donner aux joueurs le fils spirituel de la licence Burnout. Si les effets de vitesse sont présents une fois le boost enclenché et que les carcasses persistantes amènent une touche de challenge supplémentaire même si l’on caracole en tête, le jeu rate complètement le tir sur tout le reste. On ne peut pas passer outre l’absence de bande son, la petite poignée de voitures franchement cradingues, l’absence d’identité visuelle, la pléthore de bugs tous plus chiants les uns que les autres et encore moins sur l’absence de tout mode multijoueur au lancement. Reste que le jeu peut quand même réussir à procurer ce petit quelque chose qui nous manque tant et on se surprend à le lancer de temps à autres parce que ça nous manque.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2525.jpg?1557257322

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Dangerous Driving

Dangerous Driving
PEGI 0

Genre : Courses

1 reactions

Koinkoin

08 mai 2019 @ 14:04

Autant rester sur Le remaster de Paradise