Test - Starlink : Battle for Atlas, une guerre sans fin

«La Bataille des planètes» , - 1 réaction(s)

Après la bataille des jeux vidéo alliés à des jouets, tels Skylanders et LEGO Dimensions, Ubisoft se lance sur le créneau avec Starlink : Battle for Atlas. L’approche ici est sensiblement différente puisque son positionnement vise plus les pré-adolescents désireux de profiter d’un vrai jeu ambitieux. Du moins, un jeu qui ne tomberait pas dans les travers des gimmicks du genre et de l’expérience bac-à-sable. Pari osé, si ce n’est risqué, surtout une fois tassé dans le moule des jeux à monde ouvert made in Ubi.

Space pop

On ne peut pas dire qu
On ne peut pas dire qu'on n'est pas dépaysé

Starlink met en scène une troupe de pilotes voyageant dans le système solaire d’Atlas afin de libérer la population de la menace de Grax, un extra-terrestre belliqueux. Le pitch est simple et l’histoire est mise en scène via des cinématiques en CGI ou façon comic-book. Le but est très certainement de donner un aspect transmédia au projet afin de décliner l’univers à foison en cas de succès. Il y avait d’ailleurs moyen de faire quelque chose de vraiment bien là-dessus mais bizarrement, le contenu scénarisé est très maigre. Une fois passée la mise en place de l’histoire, on peine à sentir l’ambition qui est celle de mettre en scène une équipe au travail, capable d’interagir avec les habitants des différentes planètes. Tout est pris avec une certaine distance, à l’image des cinématiques manquants terriblement de dynamisme et de finition, comme si tout le charisme des personnages devait se cristalliser au travers des jouets à manipuler. Difficile en l’état de voir si les ados pourront se projeter et se reconnaître dans les personnages et plus dur encore, de savoir si le jeu leur donnera envie d’acheter les autres pilotes ou vaisseaux parce qu’ils les trouvent cool à l’écran. C’est même probablement impossible tant ils sont peu mis en scène. Bien sûr, cela est vu de l’oeil d’un adulte et il ne fait nul doute qu’un ado trouvera plus facilement l’imagination nécessaire pour se projeter dans l’univers.

Puppy-fight

Si le jeu peine à faire de la place à l’histoire, c’est parce qu’il déborde de contenu. À bord de son vaisseau, le joueur est libre de se balader de planète en planète ou même dans l’espace, à travers des champs d’astéroïdes, pour trouver de quoi s’occuper. Dans le grand vide, on trouve des débris de vaisseaux à fouiller ainsi que des caches de pirates de l’espace, lesquels n’hésitent pas à placer des pièges tous les 100 mètres pour être sûrs que l’on tombe sur eux. Les combats spatiaux sont nombreux car quand ce n’est pas une troupe de pirates qui attend le joueur, ce sont les soldats de Grax. Difficile de se balader pour profiter du paysage tant les combats viennent, à tous les instants, remplir le vide.

Il faut quand même aimer les couleurs pétantes
Il faut quand même aimer les couleurs pétantes

Ce sentiment d’en faire trop, on le retrouve aussi sur les planètes dont la surface pullule d’activités. Des nids à détruire, des bases à libérer, des artéfacts à trouver, des espèces à étudier, il y en a des tonnes quand ce n’est pas en plus l’activité de colonisateur qui accapare le temps. Construire des bases d’observation, de collecte de ressources and co, il y a de quoi faire. Tout cela coûte évidemment de l’énergie et des ressources, c’est pourquoi il faut faire un peu toutes les activités afin d’en récolter suffisamment, ce dans le but d’asseoir sa position de maître des planètes. Car en face, Grax ne chôme pas et envoie ses troupes en masse, tentant constamment de garder le contrôle des zones. Sur chaque planète, il faut faire attention à son niveau de présence, indiqué par un pourcentage, car la situation peut basculer à tout instant, l’ennemi pouvant en reprendre le contrôle après une trop longue absence. Dans les faits, les conséquences ne sont pas dramatiques, cela rajoute surtout des combats et empêche d’installer certains types de bâtiments.

Les attaques de destroyers cassent un peu la routine
Les attaques de destroyers cassent un peu la routine

Sur le terrain, les catégories d’ennemis sont peu variées et très hiérarchisées. Les simples soldats ne sont pas difficiles à tuer et défendent toutes sortes de bâtiments notamment les grands extracteurs qui récoltent le Nova, l’énergie rare hyper-prisée. Les combats deviennent intéressants sur ces bâtiments car il faut d’abord viser les points faibles avant de pouvoir atteindre le coeur de la structure pour la détruire. Entre la masse d’ennemis arrivant par vague et les systèmes de défense, on s’amuse plutôt bien dans ces batailles même si la visée est très permissive. Plus originaux et gratifiants encore sont les combats contre les Prime, des monstres géants à éliminer sur le même concept de point secondaire à attaquer avant de révéler leur point faible. Les tirs fusent de partout et on passe alors son temps à esquiver en arrosant tout ce qui bouge. Mais, et c’est important, les catégories d’ennemis sont régies en plusieurs groupes chacun sensible à un type d’arme élémentaire. Le feu contre la glace, et inversement mais aussi dégâts de gravité et anti-gravité. C’est là que le gimmick du jouet entre en rôle puisqu’il faut souvent changer d’armes à la volée pour s’adapter. On alterne en permanence et on peut même tenter des combinaisons pour créer, par exemple, des vortex de feu ravageurs. Le gameplay est très convaincant et ne souffre que de l’inconvénient de voir l’action mise en pause à chaque changement d’arme mais aussi de vaisseau si l’actuel est endommagé, ou de pilote pour profiter des capacités uniques dont chacun dispose.

Vers l’infini et pas beaucoup plus loin

Les combats contre les Prime sont plutôt cools
Les combats contre les Prime sont plutôt cools

Du contenu, il y en a beaucoup voire plus que de raison. La logique derrière cela c’est que tout n’est pas faisable à 100% si on ne dispose pas de toutes les catégories d’armes. Le passage en caisse pour de nouveaux jouets est nécessaire seulement pour cela car sinon la progression s’appuie sur la variété des lieux pour donner la chance au joueur de gagner de l’expérience un peu partout quelque soit le type d’arme dont il dispose. Il est même assez bizarre de voir la fin du jeu intervenir très vite sans laisser le temps de varier les situations, l’histoire se limitant presque au rôle de tutoriel géant. Le jeu tombe dans les travers des mondes ouverts aux quêtes secondaires répétitives au possible afin de laisser le joueur expérimenter et progresser avec chaque vaisseau, pilote et arme dont il dispose. En effet, plus on les utilise, plus ils gagnent en efficacité. Il est possible de booster aussi les performances des équipements via des mods que l’on collecte en masse, ou celles des pilotes via des compétences à débloquer à chaque niveau gagné.

La collecte des ressources est un passe-temps comme un autre
La collecte des ressources est un passe-temps comme un autre

Pour autant, on s’amuse plutôt pas mal avec ce Starlink en se baladant sans chargement, simplement en gagnant l’espace avec son véhicule comme dans No Man’s Sky. Les planètes sont variées en terme de paysage et de faune. L’équipe artistique s’est même lâchée au niveau des couleurs et des designs, ambiance cartoon oblige. On peut même profiter de jolies transitions jour/nuit en se baladant tout autour des globes. Il faut cependant aimer les couleurs criardes et les designs sommaires voire grossiers mais cela n’est qu’une question de goût. À noter que l’on peut même jouer en coopération pour plus de convivialité, chose toujours appréciable.

JPEG - 649.4 ko

Dernier point concernant les jouets. S’ils sont solides et se manipulent aisément, sans soucis de connection ou de difficulté à les clipser, c’est parce qu’ils sont pensés pour ne pas être fragiles. Des concessions ont donc été faites sur les matières, et leur design leur confère un fort aspect de plastique. Il n’y a rien de rédhibitoire là-dedans, il faut juste savoir que les collectionner pour leur esthétique n’est pas leur utilité première, voilà tout. Petit bémol sur le fait que si on dispose de plusieurs vaisseaux, le jeu devient très facile puisqu’à la destruction de l’un d’eux, on peut zapper le game-over en connectant un autre avec 100% de vie. Les riches seront plus avantagés que les pauvres et c’est bien dommage. Enfin, ces jouets sont nullement obligatoires,même physiquement, pour finir le jeu puisque l’on peut tous les acheter en version numérique sur le market. Idéal pour ceux qui ne savent pas ranger leurs jouets après utilisation !

Bilan

On a aimé :
  • Un gameplay efficace
  • Le gimmick des jouets bien intégré
  • Finissable avec les jouets de base
  • Une tonne de contenu...
On n’a pas aimé :
  • ...mais très redondant
  • Une histoire sans ambition vite expédiée
  • Avoir tous les jouets pour viser le 100%
Plastique recyclable

Starlink réussit son pari en faisant des concessions étranges. Le concept de jouet fonctionne et est bien implémenté dans le jeu, mais l’histoire et l’univers créés autour sont trop en retrait pour lui donner une réelle aura. La faute peut-être à la formule en monde ouvert bourré d’activités afin que chaque joueur puisse y trouver son compte quelque soit les jouets à sa disposition. En attendant le gameplay est efficace et assez profond pour la cible qu’il vise, et c’est bien là l’essentiel pour un produit semblant tâter le terrain plus qu’autre chose.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2161.jpg?1497300908

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Starlink : Battle for Atlas

Starlink : Battle for Atlas
PEGI 0

Genre : Action

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Toronto

Date de sortie : 16/10/2018

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

1 reactions

bastoune

22 oct 2018 @ 17:23

Holàlà, ça je vais pas le montrer à mes mômes, j’ai une caisse de Skylander et une autre de Dysney Infinty... j’ai donné, et si il y a encore un interet à collectionner les « jouets », le coup du tout démat je trouve ça un peu sec ^^ Par contre le jouet est joli... Y’a pas un souci avec le pad élite ? (le choix du mode 1-2 tombe pas sous le socle ?) ?