Test - Candle : The Power of the Flame

«Fière chandelle» , - 3 réaction(s)

La flamme de cette petite bougie est encore vacillante. Il semblerait qu’un rien puisse l’éteindre et pourtant, malgré les apparences, cette dernière brûle depuis 2013 et le lancement du projet Candle sur Kickstarter. Teku Studios était alors un jeune studio espagnol, qui a su avoir le soutien de American McGee et Tim Schaffer pour se lancer dans son premier jeu point and click : un jeu d’aventure dynamique entièrement dessiné à la main qui a su convaincre 1600 backers et regrouper 52 359 $ plus que les 40 000 demandés mais pas assez pour garantir la sortie du jeu sur consoles de salon. Mais la conception d’un jeu est loin d’être une sinécure, surtout que Candle était bien trop ambitieux pour une si petite boite. La bougie se serait déjà éteinte sans l’aide de Daedalic Entertainment et sa sortie sur console sous le nom de Candle : The Power of the Flame, aurait fini en tas de cire si Merge Games Ltd n’avait pas cru en sa lumière. Malgré toutes ces péripéties, le jeu de Teku Studios a suffisamment d’éclat pour attirer et séduire les amateurs d’aventure.

Une bien fière chandelle

Chaque nouveau tableau est une merveille
Chaque nouveau tableau est une merveille

Teku se réveille dans son village en flamme. Lui, le gardien du Shaman a failli. Le sage du village a été capturé par la tribu de Wakchas. Heureusement, les traces sont encore fraîches ; armé de son seul courage et de la bougie qui lui fait office de main gauche, Teku va se lancer dans une mission de sauvetage désespérée qui l’amènera à découvrir les secrets de son monde et la nature de la véritable menace qui plane sur sa tribu. On ne va pas dire que la trame de base de Candle soit particulièrement originale mais on ne peut pas tenir le même discours sur sa direction artistique. Chaque décor et personnage a été entièrement peint à la main avant d’être numérisé avec un souci du détail particulièrement plaisant et donnant à Candle un charme unique entre le crayonné et l’aquarelle. Les couleurs vives donnent parfois l’impression de se trouver devant un vitrail, chaque découverte d’un nouveau tableau est un enchantement. Candle nous fait voyager, découvrir un nouveau monde et ça, c’est sa plus grande réussite.

En route vers l
En route vers l'aventure !

Candle : The Power of the Flame est un jeu d’aventure dynamique, un mélange entre le point and click traditionnel et le jeu de plate-forme. Teku grimpe, saute et son interaction avec le décor forme autant d’éléments supplémentaires pour passer les nombreux obstacles qui se dressent sur sa route. Sauter sur une planche vermoulue à répétition, par exemple, peut la casser, s’accrocher au rebord d’une plate forme peut éviter à Teku une mort certaine. Et justement, des morts il y en a beaucoup dans Candle, le monde de Teku est hostile comme la grande majorité des animaux qui y vivent. Les pièges sont nombreux et leur découverte se fait sur le tas, suite à une mort aussi douloureuse qu’inattendue. Heureusement, Teku réapparaît toujours juste avant, les checkpoints étant très nombreux.

Teku est en bien mauvaise posture...
Teku est en bien mauvaise posture...

Le cœur du jeu se situe dans les différents puzzles proposés par Candle et de ce côté-là on ne peut qu’apprécier la grande variété de ces derniers. Mini jeux et petits casse-têtes s’insèrent entre quelques passages de plate-forme et autre puzzles plus traditionnels basés sur quel objet à utiliser et où. La bougie que porte Teku à sa main est la clé à de nombreuses énigmes. Tout au long de l’aventure, on est amené à découvrir comment la protéger de la pluie, l’amener à tel ou tel endroit, comment la récupérer, quand l’allumer ou utiliser son éclat. Certaines énigmes s’avèrent particulièrement retorses et misent sur un gros sens de l’observation surtout au niveau des décors. Comme dans tout point and click, la résolution des puzzles entraîne irrémédiablement bon nombre d’allers-retours dans les différents tableaux que propose Candle. L’aventure m’a pris une petite dizaine d’heures à finir, mais la durée de vie dépend essentiellement du nombre d’heures que l’on restera bêtement bloqué sur tel ou tel passage. Même si le jeu est entièrement sous-titré en français, la police est bien trop petite pour éviter de se cramer les yeux à les lire.

Bilan

On a aimé :
  • Particulièrement joli
  • Un mélange point and click/plate-forme qui fonctionne
  • Des énigmes intéressantes et bien trouvées dans l’ensemble
On n’a pas aimé :
  • La police très petite des sous-titres
  • Grand sens de l’observation obligatoire si on ne veut pas rester bloqué
Une bien belle flamme

Candle : The Power of the Flame est un jeu d’aventure tout à fait recommandable qui saura séduire les amateurs d’énigmes et de point and click. Le soin particulier apporté aux décors et aux personnages, entièrement peints à la main et numérisés par la suite, et son style unique qui puise dans l’onirisme vert des films de Miyazaki, donnent à Candle : The Power of the Flame un charme unique, où chaque tableau émerveille. Amoureux d’aventure, osez suivre la lueur de la bougie de Teku et partager un voyage aussi délicieux que dangereux.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2427.jpg?1534493341

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Candle : The Power of the Flame

Candle : The Power of the Flame
PEGI 7 Violence

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Merge Games Ltd

Développeur : Teku Studios

Date de sortie : 25/07/2018

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Steam, Switch

3 reactions

Flash Killer

17 aoû 2018 @ 18:04

Je vais peut-être me laisser tenter. Ca me rappelle Machinarium, même si la DA est nettement différente.

Troudku

17 aoû 2018 @ 19:15

Entierement d’accord avec le test et egalement pour les sous-titres : comment peut-on laisser sortir un jeu sans remarquer ce defaut serieusement ? sur un 65 pouces c ’est tout simplement illisible à 3 metres.

Jarel

Rédaction

17 aoû 2018 @ 21:03

Flash Killer > Candle est plus dynamique que Machinarium mais effectivement la direction artistique et l’ambiance de ces deux titres sont assez proches.