Test - Dark Souls Remastered

«Un remaster qu’il est bon» , - 6 réaction(s)

“Et mince je suis encore mort !”. S’ensuit toute une série d’insultes envers le monde entier et surtout contre mon chat qui de toute façon dort bien et ne comprend rien à ce que je dis. Je m’effondre. Les deux genoux à terre, les bras et la manette levés vers le ciel, je crie mon désespoir vers le dieu des joueurs occasionnels. Puis je jett… je pose ma seule manette encore en état de marche consciencieusement sur la table basse. Ma vie n’est que ruine. Je viens de perdre tout un gros paquet d’âmes. Je jure de ne plus jamais relancer ce jeu de malsain qui n’autorise même pas un pauvre joueur à se gratter les pieds tranquillou pendant un combat contre un adversaire lambda. Cette scène, je l’ai vécue une multitude de fois et ce depuis 2009 et le premier Souls sur PS3. Je pensais en être totalement sorti après trois autres épisodes sur 360 et One, mais voilà que Namco Bandaï, dans un acte de sadisme ignoble, sort une version Remastered du plus emblématique épisode de la série : Dark Souls. Que la rétrocompatibilité puisse me sauver de la rechute !

60 fps tout le temps

Voilà. Je pourrais même arrêter ce mini-test ici, les souvenirs de la fluidité asthmatique du Hameau du Crépuscule faisant le reste pour les anciens. Pour les autres, où ceux de mauvaise foi qui n’ont rien trouvé à redire à l’époque, il suffit juste de relancer le jeu en rétrocompatibilité pour apercevoir le gain de fluidité -et donc de plaisir- énorme qu’apporte ce remaster, et cela est d’autant plus vrai sur Xbox One X qui tient les 60 fps tout le temps, partout, contre n’importe quel boss. Un véritable régal qui magnifie à lui seul Dark Souls qui se pare en sus d’une robe HD particulièrement plaisante. Les textures gagnent en profondeur et en netteté, les effets de lumière transcendent les boss et certains lieux emblématiques comme les Profondeurs trouvent leur ambiance renforcée. Si vous hésitez encore, de peur de perdre la vue sur la saturation fumée de la lave d’Izalith, soyez rassuré là aussi car le nouvel éclairage arrange grandement les choses.

Dark Souls Remastered
Dark Souls Remastered
Dark Souls
Dark Souls

Pour ceux qui ont découvert la saga avec Dark Souls 2 ou Dark Souls 3, il s’agit d’une occasion rêvée pour découvrir l’un des meilleurs (si ce n’est le meilleur) opus de la saga qui a su transcender son modèle d’origine en proposant un level design grandiose reposant sur un univers d’une grande cohérence. Dark Souls réussit à s’affranchir du principe d’un hub central grâce aux multiples raccourcis et connexions entre les zones. Les boss sont mémorables, certains passages dantesques et l’inventivité du jeu surprend encore aujourd’hui. Un petit bijou qui, avec ce remaster, comprenant aussi le DLC « Artorias of the Abyss », arrive dans ce que l’on pourrait définir comme sa version ultime. Tout simplement.

Dark Souls Remastered
Dark Souls Remastered
Dark Souls
Dark Souls

Bilan

On a aimé :
  • 60 fps partout, presque tout le temps sur One, tout le temps sur X
  • Textures HD
  • Gestion des ombres et de la lumière sans fausse note
  • Retrouver le meilleur épisode de la série au sommet de sa forme
On n’a pas aimé :
  • Mourir encore sur des conneries alors que l’on connait le jeu
Et on remet le couvert !

Dark Souls Remastered est loin d’être une version superflue d’un jeu désormais bien installé dans le panthéon vidéoludique. Les amoureux de la première heure trouveront une excellente occasion de finir Dark Souls une énième fois, voire de redécouvrir un jeu qu’il leur semblait connaître par coeur. Pour les autres, les aventuriers qui ont arpenté les épisodes deux et trois sans avoir connu le précédent sur 360, ils auront enfin l’opportunité de découvrir ce petit bijou dans sa plus belle version. Cela vaut bien quelques crises de nerfs !

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2359.jpg?1528204552

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Dark Souls Remastered

Dark Souls Remastered
PEGI 16 Violence

Genre : Action RPG

Editeur : Namco Bandai

Développeur : FromSoftware

Date de sortie : 25/05/2018

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

6 reactions

Blondin

08 jui 2018 @ 01:36

Cool, merci pour le test.

ça me fait bien envie, d’autant plus que j’ai découvert (ou en tout cas apprécié) les Dark Souls like sur le tard et que je n’ai jamais fait le premier ; j’avais testé Demon’s Souls à l’époque, j’avais trouvé ça trop galère / trop chiant / trop dur, je sais plus, et j’ai plus touché à un jeu du genre jusqu’à Lords of The Fallen puis Dark Souls 3, que je n’ai toujours pas fini.

Alors entre ce Dark Souls 3, qu’il faut encore que je torche, un second run déjà prévu, un The Surge que je me suis juré de faire, un Bloodborne sur lequel j’aimerais également poser mes pattes à l’occasion, et la version remastered de ce Dark Souls premier du nom, ça commence à faire beaucoup. Va falloir faire des choix, sinon j’y suis encore en 2025 :)

boudboi

08 jui 2018 @ 09:15

Pareil, j’ai découvert très tard les joies de Dark Souls avec le 3. Mais une fois que c’était parti j’ai eu du mal à le lâcher. J’ai hâte d’essayer ce premier épisode. @Blondin : Bloodborne est une très chouette ballade ! Un peu plus bourrin peut être que DS 3 mais vraiment bon aussi.

Blondin

08 jui 2018 @ 15:51

Bloodborne est une très chouette ballade ! Un peu plus bourrin peut être que DS 3 mais vraiment bon aussi.

J’en ai eu que de bons retours, et l’univers (forcément) a l’air vraiment cool. Bah, il est sur ma liste, j’espère trouver le temps de le faire ! :-))

nicodeliessche

08 jui 2018 @ 16:19

Quand on lit votre test de 2011, on se marre...

« Dark Souls ne mérite pas son succès d’estime. Ce n’est qu’une illusion qui cache une soi-disant difficulté qui elle-même cache en fait un concept bancal, manquant d’un rafraîchissement au goût du jour et une pauvreté scénaristique aberrante. Pour un RPG, cet aspect ne pardonne pas. Mais en le prenant pour un jeu d’action, il s’en sort mieux. Clairement pas du niveau d’un Gears of War 3, mais assez pour y revenir de temps en temps pour avancer. C’est drôle des fois, les jeux qu’on déteste le plus sont ceux qui nous laissent le plus de souvenirs. L’intensité du voyage probablement. Alors si c’est cette intensité qui vous intéresse, vous avez trouvé votre compagnon de voyage pour des semaines. Si vous cherchez un jeu d’action, ou même un jeu de rôle classique pour vous amuser, ne vous arrêtez pas dessus avant d’avoir regardé ce qui se fait d’autre, vous pourriez être grandement déçu de la trop grande différence avec vos jeux habituels. A trop vouloir être élitiste, on finit par se retrouver seul. »

J’adore...

Il y avait aussi ça :

« On n’a pas aimé :

Jeu mal conçu sur pas mal de “détails” Que la soi-disant difficulté ne soit en fait qu’une couverture de la pauvreté scénaristico-narrative du jeu La majorité des joueurs ne s’amusera finalement pas vraiment »

Les temps changent heureusement...

bastoune

08 jui 2018 @ 16:44

@nicodeliessche : Oui mais c’est pas le testeur de l’époque, et Jarel disait déjà :

Ce test a aussi divisé au sein de notre rédaction. Libre à vous d’osez le challenge ou pas. Perso, j’adore.

du coup il tient sa vengeance B-)

Eboux

Rédaction

08 jui 2018 @ 17:42

Bloodborne peut être plus dur ou plus simple à appréhender selon notre manière de jouer à DS. Si on est plus axé sur la dextérité pour esquiver et contre-attaquer, ça passe crème. Il est plus court aussi, ce qui le rend plus dense peut-être. C’est une formidable variation de la recette avec un univers très bien foutu.

En tout cas ce premier Dark Souls reste mon préféré même si le 3 proposait un bon équilibre avec une relative souplesse dans son approche. Demon’s souls m’avait bien happé à sa sortie aussi mais en dehors de la surprise de la découverte (et de son thème d’intro), il m’aura moins marqué dans le temps.