Test - FIFA 18

«Comme un match de division 6 anglaise» , - 4 réaction(s)

Ce serait un euphémisme que de dire des fans du Paris Saint-Germain qu’ils se languissaient de l’arrivée du FIFA nouveau.Il faudrait être fou pour ne pas les comprendre : l’arrivée de Kylian Mbappé et de Neymar dans l’écurie parisienne a fait saliver le monde du football. De joie, comme de jalousie. Cependant, et n’en déplaise aux fortes têtes, chaque FIFA est quand même un peu plus qu’une simple mise à jour des effectifs. Parfois pour le meilleur, d’autres fois pour le pire…

Joue-la comme Apoula Edel

Les objectifs en match sont de retour. On regreette simplement qu
Les objectifs en match sont de retour. On regreette simplement qu'ils n'interviennent que dans les dernières 30 minutes

Vous l’aurez sûrement compris, dans ce test, on va parler du PSG. Non pas que l’auteur de ces lignes soit un fervent supporter du club de la capitale, au contraire, mais bien parce que ce dernier voit toutes les lumières du monde footballistique braquées vers lui telle une Tour Eiffel incandescente. Pour en revenir à nos moutons, notons pour commencer que dans cette mouture 2018 de FIFA, le rythme de jeu s’est vu considérablement ralenti. Si dans la preview, on nous contrôlions des porte-avions en shorts et crampons, le poids des joueurs dans la version finale a, comme prévu, fondu comme neige au soleil. En effet, là où il était impossible de démarrer une conduite de balle correctement il y a de cela quelques mois, obligeant à construire son jeu ou à jouer en profondeur sur joueurs vifs et déjà lancés, nous nous retrouvons maintenant avec des footballeurs bien plus agiles, dans les eaux de ce que l’on pouvait retrouver sur FIFA 17.

« Donc, c’est la même chose », me diriez-vous. Et bien pas vraiment en fait. Là où la défense était reine et où une colonne vertébrale rugueuse faisait la loi, l’attaque a désormais pris place sur le trône. En effet, entre les passes téléguidées et les appels de balle hyper tranchants, le jeu se veut extrêmement punitif et propose souvent des scores fleuves à l’instar de ce que proposait FIFA 13. Faire, à chaque fois, des matchs à minimum 4 buts c’est bien sympa, mais ce n’est pas du football. Alors bien sûr, l’art de la défense est magnifié et chaque clean sheet pourra vous rendre fier mais il faudra néanmoins toujours jouer avec la peur de la boulette.

Heureusement, on ne verra pas trop la grisaille anglaise
Heureusement, on ne verra pas trop la grisaille anglaise

Un tir excentré bien pourri se dirigeant vers le gardien ? Pas de problème, ce dernier va se coucher pour mieux la laisser passer. Une sortie aérienne à la limite des 6 mètres ? Ce serait quand même dommage de la capter, boxons plutôt la balle dans l’axe du terrain. Vous l’aurez compris, les gardiens dans FIFA 18 sont d’une rare nullité. Alors qu’ils peuvent sortir une frappe d’une pureté incroyable se dirigeant vers la lucarne opposée, ils se feront toujours berner par les tirs les plus moisis.

La mystification de Pedro Miguel Pauleta

Thierry Henry : The Legend
Thierry Henry : The Legend

24 avril 2004. Le PSG reçoit l’OM. Pauleta défie Barthez et le mystifie d’un enroulé exceptionnel. Exceptionnel ? Dans FIFA 18, c’est une banalité ! Comme sur cette frappe de Pauleta, la balle part presque toujours de manière parfaite et on sait, bien souvent, dès le départ de la balle si elle finira au fond ou pas. La faute, d’un côté aux frappes chirurgicales des attaquants et, de l’autre, à l’absence de réaction des gardiens qui, comme Barthez, finissent médusés, mains sur les genoux après avoir suivi la balle des yeux. Sans bouger. Les duels face à nos amis gantés ne sont pas non plus en reste. Sur FIFA 17, 4 duels sur 5 tournaient à l’avantage de l’attaquant. Sur FIFA 18, cette moyenne peut allègrement monter à 9 duels sur 10. D’un côté les gardiens sont au ras des pâquerettes et n’arrêteront que les frappes leur arrivant dessus (et encore ce n’est pas garanti), de l’autre les attaquants profitent d’un nombre de possibilités dingue faisant mouche à coup sûr. Plat du pied, frappe en force ou encore frappe croisée à ras de terre imparable, chaque type de frappe fonctionne.

Une semaine après la sortie du jeu, 2 semaines après le début de l’accès anticipé et quasiment 3 semaines après l’embargo mondial des tests sur la sortie du jeu, c’est un scandale, une honte que de tels errements soient encore de la partie, même après le soi-disant patch salvateur, et ruinent tous les efforts que met en place le jeu.

L’odeur de la sueur et de la bière

Et pourtant, il y a eu des efforts de faits ! Le rythme de jeu ralenti, les centres retravaillés permettant de toucher les joueurs en pleine course plus facilement (même si cela facilite grandement le gameplay), les appels plus tranchants des attaquants et les mouvements constants de nos partenaires. Sur le papier, c’est idéal. Dans la réalité, c’est gâché par ces fichus gardiens manchots.

Fort heureusement, FIFA 18 ne badine pas avec l’ambiance de ses matchs. Chaque atmosphère de stade est correctement retransmise et suinte la sueur des ultras. On ne vous cache pas qu’on préfèrera l’ambiance survoltée d’une Bombonera chauffée à blanc avec ses papelitos par millier, malgré un méchant filtre « couleurs chaudes » bien crade, que l’ambiance feutrée de l’Emirates Stadium.

Do Brasil
Do Brasil

Profitant toujours du Frostbite Engine, le jeu ne se démarque pas pour autant de FIFA 17. Si les animations sur et en dehors du terrain sont bien plus réalistes (on a malheureusement pu constater que les effets de foule lorsqu’un joueur s’approche du public que l’on avait pu voir en preview ont complètement disparu), la lumière du soleil est bien trop intense et gêne la lisibilité du jeu avec les ombres de toits. Si jouer à San Siro en plein après-midi a toujours été un supplice, ce problème d’ombres se généralise maintenant à une très grande partie des stades. Cependant, il faut reconnaître que, même si on perd en lisibilité, le jeu compense largement avec son authenticité.

Pour profiter au maximum de ces ambiances sans retourner dans les menus, EA Sport a eu l’ingénieuse idée de mettre en place un système de remplacement rapide. En pressant RT pendant un arrêt de jeu, il est possible d’effectuer un remplacement suggéré par le jeu (souvent sur le joueur le plus fatigué). Bien sûr, cela n’est d’aucun intérêt pour changer d’organisation en cours de match mais facilite et incite grandement à effectuer des changement afin d’injecter du sang neuf dans la partie.

Chasseur contre Marcheur : round 2

L
L'Aventure est composée de 6 chapitres et chacun d'eux de 3 objectfs que l'on atteindra... ou non.

De son côté, l’Aventure nous avait laissé sur une impression d’inachevé avec sa première saison dans FIFA 17. Cette année, elle se veut, tout simplement, meilleure en tout point. On a l’impression de vivre plus de choses que l’année passée. On reprend d’ailleurs la vie d’Alex Hunter à quelques semaines de là où on l’avait laissée. De Rio à Paris en passant par les États-Unis et cette bonne vieille Angleterre, le voyage est le maître mot de cette édition. Les différents protagonistes ont l’air d’avoir gagné en épaisseur et si l’on déplore, une fois de plus, le faible nombre de clubs à notre disposition, on apprécie tout de même de voir énormément de paysages et de situations différents.

Je ne veux pas balancer, mais dans l
Je ne veux pas balancer, mais dans l'Aventure, Mbappe est encore à Monaco...

Même si Alex Hunter reste le principal protagoniste de cette Aventure, il n’en n’est plus le seul personnage jouable. Pour réserver plus de surprise, on vous laissera le decouvrir par vous-même mais ces passages, plus ou moins longs, parviennent à casser le rythme là où on aurait pu commencer à s’ennuyer. Pour les inconditionnels du jeune Hunter, sachez qu’il est tout de même possible d’écourter un des chapitres consacrés à un des personnages secondaires. Si vous le jouez, ce n’est pas moins de 6 chapitres différents pour à peu près le double d’heures (avec la durée de match par défaut bien entendu) qui vous attendent.

Les Pros du FUT

Les arbres de talents permettent une plus grande modularité pour notre joueur Pro
Les arbres de talents permettent une plus grande modularité pour notre joueur Pro

Pour les compétiteurs voulant se bâtir leur équipe, le mode FIFA Ultimate Team est toujours aussi complet. Si la sauce ne prend pas chez tout le monde, on est tout de même obligé de s’incliner devant le succès international de ce mode de jeu. En même temps, construire son équipe à base d’individualité c’est bien, mais forger un vrai collectif avec les meilleurs joueurs disponibles c’est encore mieux.

A l’inverse, le mode Club Pro vous fera vous développer individuellement pour vous mettre au service du collectif. Les arbres de talents mis en place dans ce mode, et reprenant le même principe que dans l’Aventure, forcent les joueurs à enfin jouer correctement sans chercher à réaliser leurs « exploits » pour améliorer leurs avatars. Pour en profiter, il ne manque plus qu’une bande de potes et, bons sang, de vrais gardiens…

Bilan

On a aimé :
  • L’ambiance des stades
  • Les animations des joueurs et du public
  • Les joueurs sans ballon presque toujours en mouvement
  • L’aventure bien plus convaincante
On n’a pas aimé :
  • Les ombres sur les stades trop poussées
  • Trop peu de choix de clubs en mode Aventure
  • La parole beaucoup trop donnée à l’attaque
  • Les gardiens en face à face
  • Les gardiens sur leur ligne
  • Les gardiens dans leurs sorties aériennes
Quand seul le spectacle compte...

Fort de son succès commercial et critique pas toujours mérité, FIFA continue son petit bonhomme de chemin sans avoir de ligne directrice apparente. Si le football grand spectacle est toujours à l’honneur, on soulignera que le rythme de jeu s’est ralenti même si on nous pousse toujours à jouer en direction du but adverse. La parole donnée à l’attaque rendra complètement folles les défenses mais tendra à valoriser ceux qui élèvent la défense au rang d’art. Malheureusement, à quoi bon défendre correctement si on se fait trouer à la moindre frappe moisie à cause d’un gardien minable ? Fort heureusement, FIFA 18 a de la réserve avec un mode Aventure bien plus poussé. Pour le reste, c’est FIFA Ultimate Team pour les solos et le Club Pro pour les potos.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2102.jpg?1496690366

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Fifa 18

Fifa 18
PEGI 0

Genre : Sport

Éditeur : Electronic Arts

Développeur : EA Sports

Date de sortie : 29/09/2017

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch

4 reactions

kereros

09 oct 2017 @ 18:10

Très bonne vidéo de Mikaouel sur le succès de fifa et la comparaison à PES. J’ai trouvé ça intéressant alors que je déteste le foot et que mon dernière jeu de foot c’est PES 2006

https://www.youtube.com/watch?v=CWe-dZB8I38

KoF esKadri

09 oct 2017 @ 20:23

Comme dab depuis 3 ans, Fifa évolue pas mais il mise tellement sur la pub que tout le monde l’achète. Pour la première fois je le prends pas directement, surement jamais d’ailleurs. PES est bien meilleur niveau construction du jeu, ressenti du football.

Fifa est devenu un jeu de « Kevin » qui passe son temps sur le mode ultimate team qui est un mode de jeu arcade comme rarement on en a vu. Heureusement le jeu Social soccer va sortir (la suite de sensible soccer de la SNES) et celui la il me tente sévère !!

avatar

bangy78

09 oct 2017 @ 21:53

Je trouve que son gameplay et sa vitesse sont très bon, un vrai bon jeu de foot. Malheureusement efficacité des frappes plus gardien gâche tt les bonnes attentions, même si cela est très aléatoire, car il y a des matchs en légende ou tu as envie de faire un check à ton gardien car il t’as sortie des parades de dingues, et d’autre moments tu lui en veut pas car c’était missile en pleine Lulu,ou le pauvre livré à lui même et d’autre fois tu as envie de le flinguer.... Je penche plus pour la deuxième solution. Il paraît qu’il y a eu un patch, cela a-t-il changer qqch ?

MackadaM

10 oct 2017 @ 02:10

Je l’ai boycott cette année , et j’en suis fièèèèèèèere !!! peut-être vais-je cracker pdt le Black Friday en promo ?!!! on en c rien , en tout cas , même si je suis Parisien sa n’a pas suffit pour me faire acheter fifa 18 , je suis de plus en plus deçus de EA Sports , fifa a des bugs depuis des années et rien est fait ....