Test - WRC 7

«Pas plus vite qu’à fond !» , - 6 réaction(s)

Voilà maintenant plus de 3 ans que les Français de Kylotonn Games disposent de la licence officielle du championnat du monde des rallye, WRC. Si WRC 5 était arrivé timidement, WRC 6 avait su combler les nombreuses lacunes de son aîné et nous avait convaincus grâce au travail passionné de ses pères. Pour cette rentrée 2017, nous avons droit à une toute nouvelle mouture avec de nombreux changements en termes de gameplay mais aussi de graphismes.

Go, go, go !

Voici ma Yaris... de 380 chevaux !
Voici ma Yaris... de 380 chevaux !

Comme ce fut le cas l’an dernier, le jeu nous prend par la main avec une phase d’initiation servant à mesurer nos aptitudes toujours très bien faite. On nous inculque les bases du jeu en nous rappelant également que cette année le règlement officiel WRC impose de toutes nouvelles voitures dans sa catégorie reine, plus puissantes, légères et agressives. C’est donc au volant d’une de ces nouvelles voitures (une Hyundai i20 WRC) que nous prenons la piste, et le moins que l’on puisse dire, c’est que 2 choses sautent particulièrement aux yeux. La première, c’est le gameplay qui a grandement gagné en réalisme ; pour rappel, la licence WRC n’a jamais eu vocation à marcher sur les plates-bandes de Dirt Rally, néanmoins, on ne peut que remarquer que les sensations de pilotage ont grandement évolué. La voiture est effectivement beaucoup plus agressive et un gros travail a été fait sur les suspensions, on remarque instantanément qu’elles s’écrasent lors des gros freinages, ou qu’elles décollent à l’accélération. Également, les transfert de masse ont beaucoup plus d’impact et requiert une attention plus importante que dans le passé. La volonté du studio est d’offrir une expérience plaisante pour tout type de joueurs, et ce à la manette comme au volant, et le pari est réussi pour le pad (toujours pas de volant à la maison, désolé) puisque grâce aux différents pré-réglages de conduite proposés (amateur, semi-pro, pro et simulation), chacun devrait prendre du plaisir instantanément. On regrette par contre le peu d’informations donné par les vibrations de la manette et de ses gâchettes. En effet, on aurait aimé avoir un ressenti manette en main proche de ce que propose un certain F1 2017 quant à la traction, la glisse et autres blocages de roues… Dommage !

Le jeu est beaucoup plus beau graphiquement, et il était temps !
Le jeu est beaucoup plus beau graphiquement, et il était temps !

La deuxième chose qui saute aux yeux, c’est la plastique du jeu. WRC 7 a fait un bond en avant énorme comparé à ses aînés, les voitures sont magnifiques et les tracés ont fière allure. De nombreux effets viennent également renforcer l’immersion avec les différentes conditions climatiques, des effets de lumière très chouettes ainsi qu’une ambiance au bord des pistes plutôt cohérente si l’on met de côté quelques objets mal placés (un camping car en sortie de virage, du public dans une épingle protégé par une petite banderole, bon…). En revanche, c’est toujours la technique qui, du moins sur Xbox One, fait défaut. Pourtant en 30fps (alors que presque tous les jeux de courses qui sont sortis et vont sortir sont en 60), le jeu souffre encore de chutes de framerate, d’aliasing et d’ombres grossières. Heureusement, les textures, elles, sont plutôt bonnes et on rappelle qu’un patch Xbox One X est déjà prévu au lancement de la machine sans que l’on ne sache malheureusement ce qu’il apportera. Les sons sont corrects dans l’ensemble mais on aurait aimé un peu plus d’impact lors des changements de rapports et autres fluctuations de régimes moteur.

Contenu correct, mais carrière décevante

Un des points qui nous avait particulièrement déçus l’an dernier était la carrière et malheureusement, on ne peut pas dire que cette dernière nous ait convaincu cette année et pour cause, elle reste inchangée depuis maintenant 3 ans. Concrètement on débute toujours en WRC Junior avec 3 contrats d’équipes aux attentes différentes (victoire à tout prix, voiture à ménager, juste milieu entre les deux) et on commence nos saisons avec pour seul but de passer en WRC 2 puis plus tard en WRC... et c’est tout. Aucune mise en scène, on enchaîne bêtement les rallyes avec peu d’intérêt et bien souvent, qu’importent nos résultats, l’équipe sera contente. On note simplement que selon nos performances dans les catégories inférieures, on peut se voir invité à faire une pige en WRC le temps d’une épreuve. Même certains bons points de l’an dernier comme l’annulation de spéciales semblent avoir été enlevés, du moins, en 2 saisons et demie, soit une dizaine d’heures de jeu, cela ne nous est jamais arrivé. Sans trop en demander, il serait quand même fortement appréciable d’enrober un peu le tout avec pourquoi pas quelques cut scenes et autres événements (à l’image du travail fait dans F1 2017 par exemple) pour casser la routine de la carrière.

Un camping-car en sortie de virage, pourquoi pas...
Un camping-car en sortie de virage, pourquoi pas...

Heureusement, WRC propose différents modes de jeu et un contenu plutôt conséquent puisqu’avec l’intégralité des 13 destinations visitées par le championnat officiel, c’est une soixantaine de tracés qui s’offrent à nous que ce soit en spéciale, super-spéciale ou spéciale épique (de longues épreuves de parfois 15km et plus). On regrette en revanche toujours de ne pas retrouver quelques pistes “réplica” du championnat officiel. Par contre, il est bon de souligner que les spéciales sont toutes plutôt bien dessinées et qu’à l’instar d’un certain Dirt 4, ont un réel intérêt et de la personnalité. L’intégralité des teams, pilotes et voitures de 2017 sont disponibles ainsi que les équipes WRC de 2016 pour qui voudrait comparer l’impact de comportement entre les voitures de cette année et celles de l’an dernier. Malheureusement, il n’y a toujours pas de véhicules historiques ou exotiques au programme si ce n’est la Porsche 911 GT3 pilotée par Romain Dumas disponible en bonus de précommande.

Le multijoueur a également toujours une place très importante dans le jeu puisqu’on retrouve cette année encore toute la dimension eSports introduite dans WRC 5. De ce fait, chaque semaine, il est possible d’affronter des joueurs du monde entier sur une spéciale donné dans un laps de temps limité et par la suite de participer à des championnats avec différents lots à gagner. Bien entendu on peut toujours s’affronter jusqu’à 8 en ligne ou deux en local.

Bilan

On a aimé :
  • Plus beau et plus propres !
  • Gameplay accessible mais non dépourvu de sensations
  • Voiture plus vivante
  • Dimension eSports pour tous
  • Une soixantaine de spéciales dans 13 pays différents
  • Teams, pilotes et voitures officiels de 2017
On n’a pas aimé :
  • Vibrations de la manette sous-exploitées
  • Une carrière inchangée, peu intéressante
  • Quelques tares techniques sur Xbox One
  • Framerate à 30fps
Presque dans la cour des grands

Il ne fait aucun doute que WRC 7 continue son ascension d’année en année et qu’aujourd’hui les Français de Kylotonn Games nous offrent une copie franchement à la hauteur de nos espérances. On ne peut finalement reprocher au jeu que sa carrière ou presque puisque tout autour à grandement évolué. Le gameplay est plus poussé avec une voiture plus vivante, graphiquement c’est un bond en avant qui a été fait et bien que la technique laisse parfois à désirer sur Xbox One, il y a fort à parier que le patch Xbox One X fera un bien fou au titre. La dimension eSports est toujours de la partie, le contenu est conséquent et les spéciales ont beaucoup plus d’intérêt et de personnalité que dans un certain Dirt 4. Il ne manque pas quand grose-chose à WRC 7 pour qu’il entre définitivement dans la cour des grands avec une expérience comme celle de cette année !

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2124.jpg?1494953638

Accueil > Tests > Tests Xbox One

WRC 7

WRC 7
PEGI 0

Genre : Courses

Editeur : Bigben

Développeur : Kylotonn

Date de sortie : 29 Septembre 2017

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

6 reactions

Koubiwan

19 sep 2017 @ 18:07

Merci pour le test Saurone !

Une simple question : en difficulté maximale (sous entendu l’IA à donf), autorisent ils enfin les reboot d’ES en mode carrière ? Car dans le 6, si on voulait du challenge coté chrono, ils nous imposaient de la faire d’une traite ! Alors là, sur des ES de 15 min... :/

Merci pour cette précision !

Dommage pour le mode carrière...ce sera le prochain point à améliorer. Mais nul doute qu’année après année, ils progressent. :)

Koubiwan

19 sep 2017 @ 18:09

Erratum : pas d’une traite mais en un seul essai plutôt...

SauroneMX338

Rédaction

19 sep 2017 @ 18:22

En Hardcore oui toujours ! En fait, en facile tu recommence autant de fois que tu veux, ensuite c’est dégressif, 5 essais puis d’une traite... Effectivement bon courage !

Koubiwan

19 sep 2017 @ 18:57

Merci pour la réponse claire !

Bon ben du coup, ce sera sans moi ! C’est totalement rédhibitoire pour moi. Pas envie de me taper une IA aux fraises pour juste pouvoir recommencer l’ES. Et je dors pas 10h par nuit pour avoir les idées suffisamment claires à 22h (heure habituelle de jeu) après une journée de taf pour ne pas rater un virage à cause d’une inattention...

Franchement, je ne comprends pas pourquoi ils l’imposent ! Mais alors pas du tout ! Qu’est ce que ca peut bien leur foutre si on recommence 10x l’ES ??? Qu’ils foutent le challenge au niveau du chrono !!! C’est avant toute chose ca, un jeu de course !! Le chrono !! Et qu’ils laissent le choix au joueur de jouer comme bon lui semble m’enfin (perte d’exp ou de thunes comme malus au pire), comme le fait très bien la licence Forza !

Nan sérieux, ils abusent. Ca fait élitisme à 2 balles.

Pfff, ca me gave ! Des buses...Enfin tant pis pour eux, hein. ..

Je sors m’en fumer une, tiens !

*sorti* Rrrraaaaaaaagh les coooooons !

:D

SauroneMX338

Rédaction

19 sep 2017 @ 20:20

Perso ça me derange pas... Je veux dire, ca oblige a faire attention durant son run, Dirt Rally opère plus ou moins la même chose et je trouve que ca ajoute une dimension supplémentaire au challenges. Âpres je comprend ton point de vu et le partage aussi, mais je trouve dommage de passer a côté du jeu a cause de ça, car il est vraiment chouette !

Koubiwan

20 sep 2017 @ 10:28

Ben, le truc dans l’histoire c’est que les chronos c’est la seule chose que tu peux pas maitriser pour te mettre du challenge...

Qu’il y ait rewind ou reboot d’ES, libre à toi après de ne pas t’en servir pour le challenge, quitte à mettre un succès généreux pour ceux qui ne s’en servent pas.

Mais là, c’est verrouillé. Si tu veux du challenge chrono, on t’impose une exigence de jeu. Je dis non.