Test - Dear Esther : Landmark Edition

«Jolie petite histoire» , - 4 réaction(s)

Déjà sur PC depuis un moment, Dear Esther s’est invité sur consoles, une destination pourtant à priori peu propice à un titre aussi étrange et différent de ce qu’on peut trouver sur des machines dont la finalité première est en théorie le jeu. En effet, Dear Esther n’en est pas un, mais plutôt une sorte d’ovni unique qu’on va décortiquer dans ce test.

Avant tout une histoire, ou trois

On commence le jeu sur la jetée d’une île peu accueillante, manifestement déserte bien que des vestiges de présence humaine subsistent, battue par le vent et la décrépitude. Une antenne dotée d’une lumière rouge va devenir notre objectif. Alors qu’on suit un chemin balisé, une voix off, la nôtre, va nous raconter une triple histoire.

Etendue sauvage
Etendue sauvage

Celle liée à Esther, une autre d’un écrivain ermite oublié, et celle du héros de son livre. Ces histoires se répondront, se mêlant, s’adaptant directement ou non au parcours mental de notre avatar. Le concept du jeu s’arrête là, pendant les 90 petites minutes nécessaires pour en voir le bout, ce qui est sa plus grande limite, mais également sa plus grande force.

Définitivement pas un jeu

Il n’y a AUCUN mécanisme de gameplay : on ne peut pas grimper, sauter, ou même interagir avec quoi que ce soit. La seule possibilité qui nous est laissée est d’avancer, lentement, ce qui donne l’impression qu’on est en train de faire une promenade dans un lieu sauvage. Ainsi, Dear Esther n’est pas un walking simulator, pas même un jeu : c’est l’illustration d’une lecture qui nous est faite. Pour le joueur, cette démarche n’est pas naturelle, et le rejet peut être immédiat. Le choix des développeurs est radical et donc assumé : on peut sans peine imaginer que l’histoire, ou au moins une partie, aurait pu être racontée à travers une recherche d’objets, ce qui aurait été d’autant plus logique puisque la narration est largement basée sur une correspondance.

A l’inverse, ce parti pris permet de faire exactement correspondre le visuel à ce qui est raconté, illustrant les mots en renforçant leur impact. C’est donc une vraie démarche artistique qui est proposée, la prolongation d’une œuvre avant tout littéraire. Heureusement, cette base est d’une évidente qualité. L’écriture est soignée, l’acteur performant, et la traduction de haut niveau. Graphiquement c’est aussi une réussite avec des décors qui dégagent une personnalité forte, et qui peuvent même s’avérer être magnifiques (les grottes). Le refus de tout compromis limite cependant l’accessibilité de la démarche à un public bien particulier : celui qui à la base est déjà amateur de produits culturels élitistes qui ne cherchent pas la vulgarisation.

L’aspect technique est secondaire, mais la réalisation est solide, facilitant une volonté poussée d’esthétisme évidente. C’est surtout la bande son que je soulignerais. A la fois discrète et présente, elle renforce habillement le propos général.

Les superbes grottes
Les superbes grottes

Dear Esther a globalement bien fonctionné sur moi, puisque j’ai effectivement ressenti les errements du personnage, même si j’ai regretté une révélation trop cryptique me laissant l’impression d’une œuvre poussant le bouchon le plus loin possible avec un brin de prétention là où elle aurait gagné à être juste un poil plus littéral. On peut refaire le jeu agrémenté des commentaires des développeurs, ce qui peut être considéré comme une valeur ajoutée, mais l’éclairage apporté, bien qu’intéressant, reste chiche pour ce qui est de donner les clés de compréhension et de conception, ne répondant que partiellement aux questions qu’on peut se poser. En peu de mots : c’est un titre cérébral clairement adressé à des intellectuels.

Bilan

On a aimé :
  • La qualité de l’écriture
  • L’environnement sonore
  • La démarche originale
On n’a pas aimé :
  • L’absence totale de mécanismes de gameplay
  • Un peu trop élitiste
  • Très court
Question de sensibilité

Dear Esther n’étant pas un jeu, en faire une critique sous une forme traditionnelle n’a pas beaucoup de sens. Ce titre est conçu pour être une expérience, avant tout littéraire, utilisant le média de façon très limitée puisque n’ajoutant à une vidéo que le déplacement. Dans une démarche élitiste, Dear Esther s’adresse à ceux qui fréquentent Arte ou qui aiment les mots, en ne faisant aucun effort pour attirer un autre public. L’appréciation qu’on peut en avoir est donc avant tout une question de sensibilité : si on fait partie du public ciblé, on lui trouvera de grandes qualités et le voyage sera un plaisir. A l’inverse, on ne trouvera qu’ennui et prétention si c’est un jeu dans le sens habituel du terme qu’on recherche. Dear Esther n’est pas un jeu : c’est une expérience.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2052.jpg?1484072143

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Dear Esther : Landmark Edition

Dear Esther : Landmark Edition

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Curve digital

Date de sortie : 20/09/2016

4 reactions

tomzati

12 jan 2017 @ 09:55

Chouette un livre lu avec des images ! Plus sérieusement la vrai question c’est combien ils vendent ce genre d’ovni ? A moins de 10€ ça me parait être quand même le minimum syndical (en gros ça se rapproche plus d’une VOD que d’un jeux vu ce que tu en dis !)

annihilplus

12 jan 2017 @ 10:02

Vous êtes fatiguants, ça fait un jeu de plus a acheter !

12 jan 2017 @ 17:44

Je réalise que j’ai oublié un point dans le test : tout est en Anglais, sous-titré anglais, donc anglophobes s’abstenir !

avatar

Apollon13

15 jan 2017 @ 18:18

à noter que dear esther est finalement bien vieux. Si je me goure pas ça fait partie de cette liste de jeux expérimentaux sortie sur le moteur source à l’époque, puis ayant finalement eu une sortie commerciale par la suite (en 2012 donc ça date un brin).

Le moteur limitait forcément les possibilité pour le genre... Qui a globalement enfanté le « walking simulator », donc à voir quand même dear esther comme les balbutiements d’un genre (d’où une partie de l’austérité et compagnie). Comme le dit le test, il faut savoir ou l’on met les pieds !