Test - Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas

«Le Link avec Nintendo ?» , - 1 réaction(s)

Si je me suis porté volontaire pour tester Oceanhorn : Monster of Uncharted sea, c’est sur la simple promesse de pouvoir entendre une bande son de Nobuo Uematsu, compositeur que j’aime particulièrement. Au générique du jeu, je vois qu’il est associé à Kalle Ylitalo (qui a fait quelques morceaux additionnels) et Kenji Ito qui n’est pas un manche non plus. C’est presque le sourire aux lèvres que j’ai attaqué ce clone de Zelda.

Ça commence mal

Effectivement, comme dans tous les jeux, ça commence mal. Menace sur le monde, blabla, tu dois suivre la voie de ton père, blabla, réunir des objets spéciaux, blabla, et aller jusqu’au boss. L’histoire est d’une banalité à hurler, ce qui, on le verra plus tard, se révèle ne pas être si grave que ça.

Un p
Un p'tit air de déjà-vu ?

Ça commence surtout mal car ce titre est une adaptation d’un jeu mobile qui a une bonne petite réputation. Mais bonne réputation ou pas, l’histoire récente nous a apprise que sortir des jeux mobiles sur une machine comme la One n’est que rarement la meilleure idée du monde. Ça commence mal aussi car le chara design est sans…caractère justement. Les personnages ne ressemblent pas à grand-chose, les ennemis à peine mieux, et les boss sont bien laids eux aussi. Ça continue mal, car l’expression Zelda-like n’aura jamais été aussi appropriée. Copycat Zelda serait plus exact. On va d’abord chercher une épée, puis un bouclier, plus tard on aura des bombes, on va casser des pots et raser des bosquets. Comme dans tous les Zelda. On va même se déplacer en bateau entre les îles histoires de lorgner très fort sur Wind Waker. Et là je dois vous faire un aveu : je ne suis pas très fan des jeux Zelda. L’inquiétude me gagne alors, et je m’inquiète d’un test pénible à faire.

Mais ça se passe très bien

Pourtant, la mayonnaise prend, et à ma propre stupéfaction je me retrouve accroché par le jeu. Passée la première impression de banalité, on ne peut que constater avec plaisir que tout est bien fait, bien équilibré, rythmé de façon à pousser le joueur à ne pas s’arrêter, avec de nouvelles îles qui apparaissent au gré des dialogues ou des découvertes. Certes, les énigmes sont simples et le jeu n’est pas difficile, mais l’envie d’aller un peu plus loin s’en trouve renforcée, et le level design des différents niveaux est bien pensé, suffisamment varié pour que la lassitude ne s’invite pas à la fête.

Le but ultime de l
Le but ultime de l'aventurier : le gros coffre !

A chaque nouvelle faculté débloquée, on a envie de retourner dans les niveaux déjà explorés pour mettre la main sur de nouveaux coffres, et les allées et venues entre les îles se font naturellement, sans qu’on ait l’impression de faire plusieurs fois la même chose. La simplicité de l’histoire, et le côté familier de l’action font qu’on se concentre sur l’exploration plus que sur le scénario. C’est bien la découverte qui est le cœur du jeu, et cela fonctionne à merveille !

Les îles presque toujours dotées de reliefs
Les îles presque toujours dotées de reliefs

Oceanhorn est pour cela soutenu par un graphisme épuré mais agréable, et pour une fois la conception du jeu d’origine sur mobile ne vient pas polluer un gameplay efficace. Ainsi, en une grosse dizaine d’heures, on boucle très agréablement l’histoire, avec une grosse paire d’heures supplémentaires pour collecter tous les coffres, objets et cœurs.

Ah, oui, et cette fameuse musique, alors ? Et bien globalement elle tient tout à fait ses promesses ! Si les premiers thèmes, sympathiques mais pas non plus renversants, laissent à penser que les partitions ont été rendues un peu rapidement, très vite on réalise que l’ensemble des morceaux accompagne parfaitement les différents lieux, en continuant à sonner agréablement à l’oreille sans qu’on s’en lasse, même après des heures de jeu. Pas de doutes, les compositeurs ont mérité leurs salaires, et la musique participe largement à la très bonne impression que laisse ce Oceanhorn.

Bilan

On a aimé :
  • Une bonne copie de Zelda
  • L’exploration au cœur du jeu
  • Jolie bande son
On n’a pas aimé :
  • Le chara design
  • Pas original du tout
Link sur Xbox One

En première intention, Oceanhorn ne donne pas forcément très envie, la faute à des personnages sans saveur et à une superbe absence d’originalité, tant le titre s’évertue à décalquer les jeux Zelda. Pourtant, la recette fonctionne et se révèle efficace, grâce à un level design de qualité, à un rythme bien étudié et suffisamment de variété pour maintenir le joueur alerte tout le long de l’aventure. Certes, le principe est simple, mais tout est très bien fait, ce qui délivre au final exactement ce qu’on attend d’un jeu de ce type : le joueur se sent vraiment comme un explorateur, la curiosité titillée, et retire un véritable plaisir à naviguer d’une île à l’autre, accompagné de compositions de qualité. Une bonne surprise pour ceux qui ne connaissent pas déjà Oceanhorn sur iOS.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1885.jpg?1459964906

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas

Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas
PEGI 0

Genre : RPG

Editeur : Cornfox & Bros

Développeur : Engine Software

Date de sortie : été 2016

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Steam

1 reactions

PXL15

27 oct 2016 @ 21:08

même le sigle sur la voile du bateau, est le mêm que le tatouage sur le bras de Darunia des Gorons dans Zelda, mais à l’envers :p