Test - Forza Horizon 3

«Roule ma poule» , - 25 réaction(s)

Le 23 octobre 2012 sortait Forza Horizon, un épisode open-world du fer de lance de la Xbox en matière de course automobile qui s’est très vite imposé comme une référence du genre. Le second est apparu sur Xbox One il y a maintenant 2 ans et c’est aujourd’hui Horizon 3 qui passe au crible. Après le Colorado et le sud de la France, c’est en Australie que le festival pose cette année ses valises et on espère que le terrain de jeu sera à la hauteur de nos attentes !

C’est qui l’patron ?

Le jeu est vraiment très beau !

Ce qui frappe en premier lorsque le jeu se lance, c’est sa beauté. Forza Horizon 3 est beau, très beau même ! La séquence d’intro en jette, on traverse la forêt au volant d’une Lamborghini elle aussi splendide. On reste directement bouche bée devant les effets de lumière, la distance d’affichage bluffante et la fluidité à toute épreuve. Plus tard, toujours durant cette séquence d’ouverture, on arrive en trophy truck sur la plage avec le soleil de face et forcément, on ne peut s’empêcher d’aller mettre les roues dans l’eau et observer là aussi que les effets d’éclaboussures sont top ! Le ton est donné, on arrive à destination en ayant pris une claque graphique en à peine 2 minutes. Une jolie demoiselle (non, pas la même que dans F1 2016) s’approche pour nous demander de choisir un personnage à incarner, bonne nouvelle, on a le choix entre des hommes et des femmes aux styles bien divers. On choisit aussi le nom par lequel on veut être appelé et il y a du choix ; du prénom aux surnoms les plus farfelus, on trouve facilement son bonheur. Elle nous explique ensuite que cette année c’est nous “le boss“, fini la jeune recrue qui gravit les échelons en quête de bracelets colorés, désormais on décide de tout. Le but est d’attirer les fans au festival en réalisant diverses prouesses et en gagnant des courses et des défis. La carte est divisée en 4 zones avec au coeur de celles-ci un hub qu’il faut découvrir pour lancer les événements de la région. Plus on gagne de fans, plus il faut agrandir ces hubs pour les accueillir et plus les épreuves se débloquent. Il faut également repérer et défier quatre drivatars amis ayant une forte réputation pour accroître les divers gains d’xp, d’argent et de fans.

S’il est sympa de pouvoir donner un nom à ses épreuves et de les partager à la communauté, le fait de rouler sur les mêmes tracés nuit grandement à l’expérience et à la sensation de créativité.

Si les idées sont bonnes, malheureusement elles se révèlent être très vite répétitives car chaque hub étant à étendre 5 fois, on se retrouve à devoir faire les mêmes tracés, mais sous différents formats de courses peu inspirés, ainsi que les mêmes actions. De plus, les cut scenes et dialogues sont tous les mêmes, ce qui renforce encore plus la sensation de déjà vu. En effet, si Forza Horizon 3 nous promet de pouvoir créer nos propres courses, ce n’est en fait pas vraiment le cas. On ne peut choisir que le type de véhicules à utiliser, la météo et l’heure de la journée, mais le tout sur les mêmes circuits que l’on vient déjà de faire une, deux, trois ou quatre fois. S’il est sympa de pouvoir donner un nom à ses épreuves et de les partager à la communauté, le fait de rouler sur les mêmes tracés nuit grandement à l’expérience et à la sensation de créativité. Seuls les défis collectors (petits challenges présents sur la map nous demandant de réaliser certaines actions avec une voiture imposée dans un temps imparti) permettent de laisser parler la créativité. Si ceux présents dans Forza Horizon 2 sont toujours de la partie, il est désormais possible d’en créer aussi de toutes pièces. On choisit une voiture, un type de défi à faire, (contre la montre, scores de prouesses, drifts, course d’un point A à B sans collision...) on le fait pour vérifier qu’il est réalisable et on le soumet à la communauté. Plutôt intéressants et sympas pour se mesurer à ses amis ou aux joueurs du monde entier, ils laisseront à coup sûr le côté fourbe des gens s’exprimer pour notre plus grand plaisir ! On regrette tout de même qu’il n’y ait pas plus de mise en scène sur et entre les courses, à l’image de ce qu’il se passe dans Forza Motorsport, on enchaîne les événements un peu bêtement alors qu’il y a vraiment matière à rendre les choses plus stimulantes.

Je vais prendre la rouge !

Plutôt baroudeur ? Pas de souci !

Côté gameplay, avec plus de 350 voitures, de l’hyper car au trophy truck en passant par la berline compacte survitaminée, les buggys et les voitures de collection, il y’a vraiment de quoi s’amuser. Fidèle à la franchise Horizon, on retrouve une conduite un poil plus accessible et permissive que dans les épisodes Motorsport tout en gardant un poids, une inertie et des réactions crédibles. Les mêmes aides au pilotage sont également disponibles. Une fois que l’on a enlevé l’ABS, le TCS, mis la boite de vitesse en manuelle et surtout placé la direction en “simulation“, les sensations sont vraiment très bonnes. L’impression de vitesse en vue extérieure est réussie, bien desservie par une caméra pas aussi rigide que dans Forza Motorsport. La vue cockpit est également de la partie mais manque malheureusement de caractère, on regrette forcément comme toujours celles présentes dans Project Cars ou l’on ressent parfaitement les accoups lors du passage des rapports ou des freinages et irrégularités de la route. Dommage de ne jamais retrouver ça dans les Forza.

Dans Forza Horizon, conduire vite est important, mais avec style c’est encore mieux !

Au rang des déceptions, on remarque aussi que les contacts entre les voitures et les dégâts sont toujours aussi moyens. Ils sont en plus de ça mal desservis par les “drivatars” qui ne bougent pas d’un centimètre lorsqu’on les percute et surtout qui ne freinent sous aucun prétexte et nous poussent même si on est en difficulté devant eux, on a vraiment connu mieux pour des I.A. Ajoutons à cela le fait que parfois ils coupent des checkpoints mais continuent comme si de rien n’était sans être déclassés. Il y a vraiment de quoi les détester ! Dommage car en dehors de ça ils sont compétitifs et plutôt réactifs à nos attaques. Dans Forza Horizon, conduire vite est important, mais avec style c’est encore mieux ! On gagne toujours des points de prouesses nous faisant monter de niveau. Les drifts, sauts, la conduite à contresens et autres rapportent un nombre de points et enchaîner ces actions amène à des combos ; rien de nouveau jusqu’ici mais désormais, les radios diffusent des “chansons de prouesses”. Pendant toute la durée d’un titre, on peut donc passer notre multiplicateur de combo en “x10” contre le “x5” habituel et ainsi engranger un maximum de points. A chaque niveau gagné, on obtient toujours 1 point de capacité à dépenser dans le magasin de prouesse et un tirage. Dans Forza Horizon 2, on avait 25 avantages divers à débloquer, désormais ce sont pas moins de 75 bonus qu’il faut collecter ! Du simple boost d’xp en passant par les gains d’argent, de voitures, tirages et bien d’autres, il y a vraiment beaucoup de choses à découvrir et il faudra un bon paquet de points pour tous les déverrouiller ! ((Rendez-vous à Surfers Paradise))

La lumière et le ciel sont souvent bluffants !

Graphiquement, l’Australie est superbement mise en avant avec des forêts, des plages ou déserts à couper le souffle. Bien desservie par une skybox somptueuse et des effets d’eau et de pluie très convaincants, on prend également plaisir à parcourir la carte avec le mode drone, une caméra libre qui permet d’aller partout. Les voitures elles aussi jouissent d’un soin exemplaire et d’une beauté encore un bon cran au-dessus que ce qui avait été fait dans Horizon 2. Les reflets sur la carrosserie sont superbes, les textures des jantes et des pneus sont bluffantes et si on avait encore des doutes sur cette génération de consoles, ici c’est fini ! Seuls quelques petits bémols techniques se remarquent comme par exemple des ombres de végétation un peu grossières qui défilent toujours par accoups donnant parfois une désagréable fausse sensation de clipping. Tournant à 30 fps comme les deux précédents Horizon, on regrette aussi le motion-blur présent pour gommer les quelques défauts engendrés par un framerate inférieur aux 60 fps des épisodes Motorsport sûrement moins gourmands qu’un open-world. En revanche, cela n’empêche pas le jeu d’être fluide et surtout de ne jamais chuter même lorsque de nombreuses choses sont affichées simultanément à l’écran.

La salle des ventes fait son grand retour, sortez les billets et croisez les doigts !

L’ambiance sonore n’est pas en reste et est elle aussi de qualité. L’atmosphère globale est réussie et les sons des moteurs sont corrects même s’ils manquent d’un peu de résonance et de puissance comme on peut retrouver par exemple dans Project Cars (oui, encore lui). Néanmoins avec un nombre de voiture aussi élevé et surtout une telle diversité, on ne peut que lui pardonner ces minuscules petits manques. Durant nos longues virées australiennes, on a également à disposition près de 150 chansons réparties sur 8 stations de radio différentes ! Du hip-hop au hard-rock, de Justice à Beethoven, autant dire que la diversité est de mise, mais si tout ça ne vous suffit pas, pas de panique, vous pouvez également créer vos propres playlist sur Groove Music et les incorporer au jeu. Côté live, le titre est jouable à 12 en balade libre multijoueur et le mode solo quant à lui est faisable entièrement en coopération pour ceux qui le souhaitent. La salle des ventes fait également son grand retour, véritable marché en ligne, on peut y vendre et acheter des voitures sous forme d’enchères. Il faut être vigilant car des pièces rares se glissent régulièrement parmi la masse d’autos présentes, mais il faudra allonger les billets et gagner l’enchère pour espérer les obtenir.

Bilan

On a aimé :
  • Graphiquement sublime
  • Gameplay toujours aussi efficace
  • Du choix avec plus de 350 voitures de tout type
  • Les voitures d’une beauté sans nom
  • Les longues virées à 12 en multijoueur
  • Le mode drone
On n’a pas aimé :
  • Les mêmes cut-scenes, tracés et événements durant toute l’aventure
  • Une répétitivité globale qui commence vraiment à se faire ressentir
  • Des courses monotones avec des collisions peu convaincantes et des drivatars rageants
  • Quelques cache-misère et des ombres parfois grossières
Un Forza qui campe sur ses acquis, mais qui fait mouche quand même !

Forza Horizon 3 est un excellent jeu, j’ai adoré parcourir l’Australie à 300 à l’heure et j’ai même pris le temps de regarder les décors sublimes et les skybox hallucinantes qui s’offraient à moi. Malheureusement, une certaine monotonie dans les courses se fait vite ressentir, il faut refaire les mêmes tracés encore et encore, les événements ne font plus le même effet que dans Horizon 1 et la recette gagnante commence un peu à accuser le coup. Si vous découvrez la licence vous serez sûrement conquis, mais si les précédents opus n’ont plus aucun secret pour vous, vous aurez sans doute une impression de déjà-vu malvenue. Néanmoins, on à affaire ici à un titre de très grande qualité qui fait vraiment honneur à la console de Microsoft et prouve que la Xbox One en a quand même sous le coude si on prend le temps d’optimiser ses jeux convenablement.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Forza Horizon 3

PEGI 0

Genre : Courses

Editeur : Microsoft

Développeur : Playground Games

Date de sortie : 27/09/2016

Prévu sur :

Xbox One, PC Windows

25 reactions

Mr Moot

Rédaction

24 sep 2016 @ 08:17

GigaTRIPELX ça ne se limite pas à jvc, 91 sur metacritic, la meilleure note pour un jeu One, top 5 de cette année et parmi les meilleurs notes de tous les temps pour un jeu de course. Bravo playground

avatar

aperitif sky

24 sep 2016 @ 09:34

vraiment le meilleur forza ! le gros plus c’est la campagne en coop !! qu’es ce que c’est bon de pouvoir faire le mode offline ( ou le mode histoire même si yen a pas trop ) avec ces potes !!! tout a été amélioré : le système d’atout est beaucoup plus complet qu’avant ( on ne mettras pas qu’une semaine pour déjà remplir toutes les petites cases, plus de panneaux à trouver, de trésors de grange, de défis collectors, plus de tout quoi...) pour les gros fans de la série comme moi, c’est vraiment le top d’enchainer les balades avec les potes et les prouesses toute la soirée....

Petit point négatif, beaucoup de menus et un peu trop fouillis à mon gout...( on a vite fait de se perdre la dedans, même quand on connait bien le jeu)

mot d’ordre pour ce jeu....... DU PURE ET VRAI FUN !!!!!

Ezekiel.666

28 sep 2016 @ 09:26

Depuis hier, je suis sur FH3 et avec le HDR activer (je reviendrais pas sur la qualité du titre, les (tous !) test parlent pour moi). Pour info, je joue sur une LG OLED 950V. Ok, déjà que le jeux est beau, l’apport de cette techno fait quand même sacrement plaisir aux rétines. Un petit lever de soleil et on sort les lunettes. J’ai eu des plans dans les bois (non, pas cela ^^), un pur régale !

Mais je relativise un peu, c’est pas toujours vrai. Car autant sur une belle journée, cela passe tout seul, autant de nuit, je trouve cela moins « flagrant » (mais je pense que sait voulu). Mais comme je joue dans le noir, c’est peut etre pas plus mal (la HDR, fatigue un peu plus la vue). Et toujours selon les situations, je trouve que certain effets sont un peu exagérer (pétant), mais vue que la mode dans les TV/jeux, c’est d’avoir une image « flashy », je serais le seul un peu déçus.

veve81

28 sep 2016 @ 09:51

Ce que je deteste sur ce jeux et c est la seul chose c est le drift j ai horreur de ca !!!

avatar

Mmhchabal

16 nov 2016 @ 00:12

Forza est magnifiquement beau et en hdr c’est le top ok.

par contre les gens qui le trouvent répétitif ou ennuyant j’ai une solution pour vous, enlevez toutes les assistances passez en manuel et jouez.

ce jeu passe alors d’un jeu fun et plaisirs à un jeu de performance de conduite donc dans cette optique on ne peut pas s ennuyer ou alors c’est qu’on a pas la fibre du pilote.

123