Test - Trials of the Blood Dragon

«Chuuut, y’a Bambi qui dort» , - 5 réaction(s)

C’est en 2009 que Red Lynx a sorti la première itération de sa saga phare, Trials. Misant l’essentiel du jeu sur une fameuse maniabilité comme l’appellent les experts « au poil de cul », ce jeu de Trials a su très rapidement se faire une place chez plusieurs types de joueurs du monde entier : les curieux, les courageux, les scoreurs invétérés, ou même ceux qui voulaient juste pouvoir inscrire leur nom en haut du classement de leurs amis. Il y a peut-être un peu de tout ça en vous, qui est resté malgré le changement d’univers radical introduit par Fusion, et c’est pour ça que vous êtes venu voir si ce Trials of the Blood Dragon, annoncé et sorti un peu en surprise pendant ce dernier E3, était aussi bien qu’il avait l’air barré.

Rex, au pied

Ta ta ta taaa ta ta ta ta taaaa taaaaaaa (version écrite de la Valse des Walkyries)
Ta ta ta taaa ta ta ta ta taaaa taaaaaaa (version écrite de la Valse des Walkyries)

Pour ce Trials, le mashup avec Blood Dragon a imposé aux équipes de Red Lynx de mettre en place un semblant d’histoire ; vous incarnez les enfants de Rex Colt, Roxanne et Slayter, en 2019, qui participent à la 4e guerre du Vietnam afin de sauver la liberté et le monde. Est-ce que ça change quelque chose au jeu ? Non. Est-ce qu’on s’en fout ? Been…c’est plus discutable. Cette ambiance neon retro des années 80 qui coule dans les tuyaux de refroidissement du titre est aussi l’occasion de faire un pot-pourri de plusieurs éléments emblématiques de ces années. Citons par exemple des sortes de cartes Panini à collectionner et à coller dans son album au fur et à mesure de sa progression ou un avatar qu’on choisit dès le début et qui va grandir en fonction des scores que vous effectuerez. L’excellente bande son est en parfait accord avec cet univers sur-coloré et volontairement bordélique (le menu annonce déjà la couleur), à l’image des cinématiques complètement WTF qui posent l’histoire entre les niveaux ou des sons 8-bits des menus.

De ce côté, l’ambiance est très réussie, pour peu qu’on adhère à ce style. En effet, cette direction artistique forte est présente jusque dans le gameplay du jeu, et c’est là que va s’opérer la scission entre ceux qui accrocheront ou ceux qui détesteront le jeu.

Journée au pays des drogués

Vous vous dites sans doute qu’il m’en a fallu du temps pour parler d’un point aussi anecdotique que l’atmosphère dans un Trials. Mais rappelez-vous de Fusion ; si comme moi l’ambiance futuriste du jeu et les délires de poney et de chat vous ont perdu, il y a des chances que cette nouvelle direction prise par le titre vous soit fatale.

Parmi les nouveaux véhicules : le Mako de Trials
Parmi les nouveaux véhicules : le Mako de Trials

En jeu, on retrouve toutes les mécaniques qui ont fait la popularité de Trials ; la maniabilité ne change pas, c’est un vrai plaisir, mais les développeurs ont eu la volonté d’ajouter des nouveautés fortes : on sera désormais amené à piloter d’autres véhicules, comme un char, un wagonnet de mine, un BMX, un jetpack ou…ses propres pieds ! Ces phases vous feront oublier que vous êtes dans un Trials. Si l’utilisation de chaque véhicule ne représente en général qu’un court morceau d’un niveau et est plutôt anecdotique, les phases de plate-forme à pied reviennent régulièrement. La maniabilité m’a semblé un peu lourde et pas franchement convaincante quand il faut enchaîner un peu rapidement les mouvements, malgré quelques phases intéressantes. Cette orientation plateforme se retrouve dans les ennemis que vous croiserez parfois (à pied aussi bien qu’en véhicule) et qu’il faudra écraser ou shooter avec le stick droit avant qu’il ne s’en occupent. Ce même stick droit servira aussi à l’utilisation du grappin qui se présente sous forme de corde qu’on accroche à des éléments prédéfinis, obligeant à bien calculer la distance de balancement nécessaire pour atteindre la prochaine plateforme, un des rares ajouts intéressants au gameplay du jeu (avec, si comme moi vous y accrochez, les phases en jetpack) !

Par ailleurs, le temps des niveaux est désormais calculé sur un minuteur qui défile jusqu’à 0 et non plus d’un compteur indiquant le temps pris pour finir le niveau. Ce petit détail change pas mal de choses, puisqu’il n’est désormais quasiment plus question de faire un chrono de folie, les classements par temps ayant été planqués dans un sous-menu, mais juste de se situer sous un seuil définissant votre niveau (A, B, C, etc.) sur la course. Ça et le nombre de chutes que vous avez faites. Mais là où les précédents opus proposaient gentiment des courses classées en catégories pour différents types de joueurs (de « passant par là » à « purement cinglé »), le niveau suit désormais la progression de l’histoire et augmente doucement…sans devenir vraiment élevé.

Un style neon retro flashy qui vous perdra plus d
Un style neon retro flashy qui vous perdra plus d'une fois

Au final, la vraie difficulté viendra de la direction artistique du titre. En effet, le côté surchargé et hyper coloré des 80s ainsi que le trip drogué de Blood Dragon avec des niveaux qui tournent pendant qu’on avance rendent la lecture des trajectoires parfois impossible sans se planter. C’est une nouvelle entorse aux possibilités de scoring du titre puisqu’il sera presque utopique de trouver une trajectoire idéale sur un parcours à ce point en mouvement.

Au rayon des absents, citons aussi l’éditeur de niveau, les mini-jeux et le multijoueur, car on ne peut désormais que lancer un niveau après l’autre, en mode « histoire », ce qui rend le jeu assez court au final puisque ce ne sont pas les 30 missions prenant place dans les 7 différents mondes qui vous tiendront en haleine bien longtemps.

Bilan

On a aimé :
  • Toujours autant de Trials dans ce gameplay
  • La direction artistique forte
On n’a pas aimé :
  • Manque de lisibilité gênant dans les parcours
  • Aspect scoring relayé au 2nd plan
  • Les phases à pied
C’est pourtant dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures

À vouloir donner un nouveau souffle à une série qui fonctionne, on finit soit par avoir l’idée du siècle, soit par perdre les fans de la première heure. Après un Fusion qui avait probablement perdu quelques soldats en route, ce Trials of the Blood Dragon risque bien d’en décevoir d’autres, quitte à attirer les curieux nostalgiques des 80s. Fort d’une ambiance vraiment réussie, le jeu ne parvient toutefois pas à reprendre toutes les recettes qui ont rendu ses aînés si addictifs en tournant le dos de moitié au scoring et en intégrant de nouveaux éléments de gameplay qui ne sont pour la plupart ni indispensables, ni vraiment intéressants.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1948.jpg?1465853390

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Trials of the Blood Dragon

Trials of the Blood Dragon

Genre : Courses

Editeur : Ubisoft

Développeur : Redlynx

Date de sortie : 13/06/2017

5 reactions

avatar

KaaviX

07 jui 2016 @ 13:20

Le jeu a l’air sympa pour le côté plateforme/trial et l’ambiance mais quel dommage que ça soit la licence Trial et qu’on ait tout perdu de l’esprit original. Ils auraient dû faire ça comme un épisode à part comme Forza Motorsport et Horizon par exemple pour garder un vrai trial à côté avec du chronos, des vrais motos et un équipement réaliste.

avatar

Padawan07

07 jui 2016 @ 15:33

Fan du premier et deuxiéme, ils m’ont perdu au Fusion ... et celui là est pas prêt de me faire revenir malheureusement :-/

nitro32k

07 jui 2016 @ 20:23

Je me suis jeté dessus juste après l’annonce de l’E3, espérant retrouver l’univers des premiers trials, et bien qu’elle déception. Baclé en quelques heures, aucune rejouabilité, je l’ai supprimé de mon disque dur aussitôt, dommage..:-/

avatar

XanderCage FR

08 jui 2016 @ 08:36

« Chuuut, y’a Bambi qui dort » ...... Non c’est « Chuuut, y’a Bambi qui fait dodo »

Un peu de respect pour les grands auteurs ! ^^

Sinon, même avis que Padawan07 et nitro32k !

J’ai mangé les 2 premiers , mais le Fusion est une daube, c’est mou, ils ont modifié la jouabilité et du coup ça ne le fait pas du tout ! Mes potes xbox live ont pensé la même chose !

Le 2 était le Graal !

08 jui 2016 @ 11:14

Je partage votre avis, mais d’un autre côté je me demande si une simple update avec de nouveaux niveaux aurait suffi à justifier l’achat pour les suites. Du coup qu’ils incluent le jetpack ou la corde, pourquoi pas, mais le reste....